Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Cet espace se veut un lieu de rencontres et d'échanges entre ressortissants de l'Afrique Centrale et Australe . Tout étranger connaissant ou voulant faire connaissance de cette partie de l'Afrique est le bienvenu. Nous y aborderons des sujets culturels en français, portugais, ou en lingala, selon les interlocuteurs . Notre devise:réduire la distance qui nous sépare du continent, par l'entretien de la mémoire collective, en recourant à notre musique dans toute sa diversité

older | 1 | .... | 9 | 10 | (Page 11) | 12 | 13 | .... | 56 | newer

    0 0

     

    Le fils de Raoul Dumont recherche ses amis d’enfance à Kabinda.

     

    Je suis vraiment un ancien de Kabinda! Fils de Raoul Dumont à qui appartenait l'Hôtel du Lac -Kilushi ! La Socolo ou Cobelo !

     

    J'ai été chez les frères Institut ST Ambroise (1948-1954) ! Muntamba Lumpungu et mon père étaient amis !

     

    J'aimerais retrouver des amis de jadis !!

     

    merci !


    0 0

     


    Deux chansons recherchées par Samba Ndongo J.J.


    Chers messieurs,

    Sur renseignement d'un de vos abonnés, j'ai découvert ce site et je m'empresse de formuler ma demande. J'aimerais retrouver la célebrissime chanson de Grand Kallé? Rochereau? dont le texte comprend en introduction les phrases que voici: 


    Tété eee, yo motema, Nzoto na ko batela ???
    Yo nde témoin ya pasi na ngai
    Na ko senga na yo Meri Ka. Muana ya Ga!
    Bombela nga se bolingo

    Sanza, na moyi, minzoto mi ko tala ngai
    Ba lobi nga na batela yo
    Na ko senga na to Meri Ka, muana ya Ga!



    La 2ème est sans doute de Kiesse, sinon de Dino Vangou chez l'Afrisa:

    Chéri na nga Essese simba ngai
    O memisi ngai Kuruzé na motema
    Mandat ya nga na yo esi ekoki

    Okomisi ngai zoba zoba dit e
    Na komi nde ko tuna tuna yo partout
    Bisika o kendeke yo na Lelo

    Na sengi yo opesa ngai motema
    Na boyi nde otika ngai ba distances oh
    Po ngai na koki na yo dit aimée

    O mona wapi ba kaba mobali
    Oyo ya de Base, ya motama!
    Zuwa na salaka mpo na lingi yo

    Na monela yo ba pasi mingi
    Na kimaki yo te na ntango ya bolozi oh
    Yaka to fanda oh dit aimée


    Je m'arrête ici. Cette dernière strophe me rappelle de douloureux souvenirs.

    Merci pour votre aide, et félicitation pour l'existence de ce site et sa tenue quotidienne.

    Samba Ndongo J.J.

     

     

    Nous avons retrouvé la première chanson: "Bonbon sucré" de Rochereau et l'African-Jazz. Qui peut nous aider à dénicher la deuxième chanson ?

     


    0 0

     

     

    Il était une fois Mobutu (1)

     

    « L’histoire du Zaïre : Il était une fois Mobutu ». Tel est le titre d’une Bande dessinée retraçant en des termes très élogieux la naissance, l’enfance, et la carrière militaire et politique de l’ancien président Joseph Désiré Mobutu Sese Seko.

    Nous avons expressément décidé de publier ce document d’archive réalisé à la coréenne et qui symbolise de la manière la plus éloquente le culte de la personnalité, en cette période où notre pays se trouve dans une impasse politique sans précédent.

    En effet si nous observons ce qui s’est passé hier sous Mobutu « le Marechal » et ce qui se passe aujourd’hui sous le règne du néo « Raïs », le constat est le même : le culte de la personnalité est d’abord entretenu par le cercle de courtisans et de profiteurs (toujours les mêmes), avant d’atteindre le grand public. Flatté, celui qui n’exerçait qu’un mandat limité dans le temps croit qu’il est devenu irremplaçable et au-dessus des lois. Il se ne lui reste plus qu’à multiplier des subterfuges pour s’éterniser au pouvoir.

    Sinon, comment imaginer qu’après 56 ans d’indépendance, un pays dénommée République Démocratique du Congo soit incapable d’organiser une élection présidentielle ?

    Nous publions cette BD afin d'informer nos enfants comment était organisée jadis la propagande politique, tout en  rappelant aux politiciens que personne n’est irremplaçable, et que seul le respect des lois et de la constitution aidera notre pays à devenir réellement une République Démocratique.

    Vu le volume de cette publication, nous avons jugé utile de la subdiviser en quatre parties, afin de la rendre plus lisible .

     

    Source : www.Katembo.be

     

    Messager

     

                               1                                   

                                                            

                             2                                  

    .

    3

     

                                        4                              

     

                               5                                        

                                    6                                

                                7                                       

                                 8                                    

                                                               

                                 9                                    

     

                               10                                    

                                                                                   11

                                          12                                             

     


    0 0

     

    Il était une fois Mobutu (2)

     

    « L’histoire du Zaïre : Il était une fois Mobutu ». Tel est le titre d’une Bande dessinée retraçant en des termes très élogieux la naissance, l’enfance, et la carrière militaire et politique de l’ancien président Joseph Désiré Mobutu Sese Seko.

    Nous avons expressément décidé de publier ce document d’archive réalisé à la coréenne et qui symbolise de la manière la plus éloquente le culte de la personnalité, en cette période où notre pays se trouve dans une impasse politique sans précédent.

    En effet si nous observons ce qui s’est passé hier sous Mobutu « le Marechal » et ce qui se passe aujourd’hui sous le règne du néo « Raïs », le constat est le même : le culte de la personnalité est d’abord entretenu par le cercle de courtisans et de profiteurs (toujours les mêmes), avant d’atteindre le grand public. Flatté, celui qui n’exerçait qu’un mandat limité dans le temps croit qu’il est devenu irremplaçable et au-dessus des lois. Il se ne lui reste plus qu’à multiplier des subterfuges pour s’éterniser au pouvoir.

    Sinon, comment imaginer qu’après 56 ans d’indépendance, un pays dénommée République Démocratique du Congo soit incapable d’organiser une élection présidentielle ?

    Nous publions cette BD afin d'informer nos enfants comment était organisée jadis la propagande politique, tout en  rappelant aux politiciens que personne n’est irremplaçable, et que seul le respect des lois et de la constitution aidera notre pays à devenir réellement une République Démocratique.

    Vu le volume de cette publication, nous avons jugé utile de la subdiviser en quatre parties, afin de la rendre plus lisible .

     

    Source : www.Katembo.be

     

    Messager

                                                       

     

                                                                 

                                                                         13

                                                                        14

                                                                        15

                                                                          16

                                                                       17

                                                                        18

                                                                      19

                                                                         20

     

                                                     Page 21 non téléchargeable.

    En résumé, on y décrit comment, après concertation entre le premier ministre Lumumba, et le secrétaire d’Etat à la Présidence du Conseil Mobutu, ce dernier sera nommé au cours du conseil des ministres : chef d’Etat- major de l’Armée avec le grade de colonel, avec mission de reprendre en main les troupes révoltées.

     

     

                                                                      22

                                                                         23

                                                                        24

                                                                       25

                                                                        26

     

     

                                                          A suivre.


    0 0

    En quête d'une chanson de Manuel d'Oliveira et l'OK-Jazz.

    Je sais que les chansons de Manuel d’Oliveira ne sont pas faciles à trouver, mais il y a cette chanson qu’il a chantée dans l’OK Jazz (je crois). Puisque la chanson sur la face A ou B (je ne sais pas laquelle) serait d’un autre compositeur, j’espère qu’un mbokatier l’ait dans sa discothèque. Voici le texte :

     

    Kenuwandi ko e mama kenuwandi ko e mam’e

    Suzana mwan’a nsion’e mama

    Kenuwandi ko e mama kenuwandi ko e mam’e

    Suzana mwan’a nsion’e mama

     

    E lumbu kiayenda kwandi Rosa

    Yadilang’e kinsanga maz’e

    O Rosa mwan’a nsion’e mama

     

    E lumbu kiayenda kwandi Maria

    Yadilang’e kinsanga maz’e

    Maria mwan’a nsion’e mama

     

    Et j'ai une autre question: en quelle langue est la chanson Kisiwu de King Kester Emeneya? 

     

    Pedro

     

     

    En attendant qu’un mbokatier nous procure la chanson recherchée par Pedro, nous vous proposons un ancien succès d’Oliveira de 1953 intitulé "Lokumu ya mwasi mpo na mobali » revisitée par l’OK-Jazz durant les années 1970 sous le titre « Na mokili mibale na mibale ».

     

     

     


    0 0



    Je viens d'apprendre que Ntinu Malonga alias Champro King est décédé en mi- Février 2016 a Kinshasa

    Guy

    GUY

     

    Selon  notre ami Guy, le chanteur Ntinu Malonga alias Champro King, ancient chef d’orchestre de Cobantou serait décédé vers mi-février 2016 à Kinshasa. Nous attendons la confirmation, au besoin de plus amples détails sur ce décès. 

     

    Messager 

     


    0 0

     

     

     

    Il était une fois Mobutu (3)

     

    « L’histoire du Zaïre : Il était une fois Mobutu ». Tel est le titre d’une Bande dessinée retraçant en des termes très élogieux la naissance, l’enfance, et la carrière militaire et politique de l’ancien président Joseph Désiré Mobutu Sese Seko.

    Nous avons expressément décidé de publier ce document d’archive réalisé à la coréenne et qui symbolise de la manière la plus éloquente le culte de la personnalité, en cette période où notre pays se trouve dans une impasse politique sans précédent.

    En effet si nous observons ce qui s’est passé hier sous Mobutu « le Marechal » et ce qui se passe aujourd’hui sous le règne du néo « Raïs », le constat est le même : le culte de la personnalité est d’abord entretenu par le cercle de courtisans et de profiteurs (toujours les mêmes), avant d’atteindre le grand public. Flatté, celui qui n’exerçait qu’un mandat limité dans le temps croit qu’il est devenu irremplaçable et au-dessus des lois. Il se ne lui reste plus qu’à multiplier des subterfuges pour s’éterniser au pouvoir.

    Sinon, comment imaginer qu’après 56 ans d’indépendance, un pays dénommée République Démocratique du Congo soit incapable d’organiser une élection présidentielle ?

    Nous publions cette BD afin d'informer nos enfants comment était organisée jadis la propagande politique, tout en  rappelant aux politiciens que personne n’est irremplaçable, et que seul le respect des lois et de la constitution aidera notre pays à devenir réellement une République Démocratique.

    Vu le volume de cette publication, nous avons jugé utile de la subdiviser en quatre parties, afin de la rendre plus lisible .

     

    Source : www.Katembo.be

     

    Messager

                     

                                                                         

                                                                              27

                                                                                28

    .

     

                                                                                 29

                                                                               30

                                                                                    31

                                                                                  32

      

                                                                                33

                                                                                    34

     

                                                                               35

                                                                               36

                                                                                37

                                                                                       38

    Il était une fois Mobutu (2)

     

    « L’histoire du Zaïre : Il était une fois Mobutu ». Tel est le titre d’une Bande dessinée retraçant en des termes très élogieux la naissance, l’enfance, et la carrière militaire et politique de l’ancien président Joseph Désiré Mobutu Sese Seko.

    Nous avons expressément décidé de publier ce document d’archive réalisé à la coréenne et qui symbolise de la manière la plus éloquente le culte de la personnalité, en cette période où notre pays se trouve dans une impasse politique sans précédent.

    En effet si nous observons ce qui s’est passé hier sous Mobutu « le Marechal » et ce qui se passe aujourd’hui sous le règne du néo « Raïs », le constat est le même : le culte de la personnalité est d’abord entretenu par le cercle de courtisans et de profiteurs (toujours les mêmes), avant d’atteindre le grand public. Flatté, celui qui n’exerçait qu’un mandat limité dans le temps croit qu’il est devenu irremplaçable et au-dessus des lois. Il se ne lui reste plus qu’à multiplier des subterfuges pour s’éterniser au pouvoir.

    Sinon, comment imaginer qu’après 56 ans d’indépendance, un pays dénommée République Démocratique du Congo soit incapable d’organiser une élection présidentielle ?

    Nous publions cette BD afin d'informer nos enfants comment était organisée jadis la propagande politique, tout en  rappelant aux politiciens que personne n’est irremplaçable, et que seul le respect des lois et de la constitution aidera notre pays à devenir réellement une République Démocratique.

    Vu le volume de cette publication, nous avons jugé utile de la subdiviser en quatre parties, afin de la rendre plus lisible .

     

    Source : www.Katembo.be

     

    Messager

                     


    0 0

     

     

    Il était une fois Mobutu (Fin)

     

    « L’histoire du Zaïre : Il était une fois Mobutu ». Tel est le titre d’une Bande dessinée retraçant en des termes très élogieux la naissance, l’enfance, et la carrière militaire et politique de l’ancien président Joseph Désiré Mobutu Sese Seko.

    Nous avons expressément décidé de publier ce document d’archive réalisé à la coréenne et qui symbolise de la manière la plus éloquente le culte de la personnalité, en cette période où notre pays se trouve dans une impasse politique sans précédent.

    En effet si nous observons ce qui s’est passé hier sous Mobutu « le Marechal » et ce qui se passe aujourd’hui sous le règne du néo « Raïs », le constat est le même : le culte de la personnalité est d’abord entretenu par le cercle de courtisans et de profiteurs (toujours les mêmes), avant d’atteindre le grand public. Flatté, celui qui n’exerçait qu’un mandat limité dans le temps croit qu’il est devenu irremplaçable et au-dessus des lois. Il se ne lui reste plus qu’à multiplier des subterfuges pour s’éterniser au pouvoir.

    Sinon, comment imaginer qu’après 56 ans d’indépendance, un pays dénommée République Démocratique du Congo soit incapable d’organiser une élection présidentielle ?

    Nous publions cette BD afin d'informer nos enfants comment était organisée jadis la propagande politique, tout en  rappelant aux politiciens que personne n’est irremplaçable, et que seul le respect des lois et de la constitution aidera notre pays à devenir réellement une République Démocratique.

    Vu le volume de cette publication, nous avons jugé utile de la subdiviser en quatre parties, afin de la rendre plus lisible .

     

    Source : www.Katembo.be

     

    Messager

                                                                      

                                                                           39

    .                                                                           40

    .                                                                             41

    .                                                                               42

    .                                                                                  43

    .                                                                                44

    .                                                                                 45

    .                                                                                  46

    .                                                                               47

    .                                                                                 48

    .                                                                                   49

    .                                                                    FIN


    0 0

    Quelques raretés des années '70, envoyées par Lionel

     

     

    Bonjour cher internautes ,

     

    Je m'efforce de contribuer à la richesse de ce blog MBOKAMOSIKA ,en ayant la gentillesse de partager certaines archives ,afin de faire plaisir à ceux et celles qui s'attachent à l'histoire du CONGO BRAZZAVILLE et l'Histoire DU CONGO KINSHASA .

    Aujourd'hui ,je mets à votre disposition quelques raretés des années 70 ,qui vous rappelleront certainement de beaux souvenirs .Je vous exhorte d'émettre vos appréciations sur ces merveilles du passé .Tout le monde se souviendra de l'Orchestre Yoka Lokolé ,crée en novembre 1975,par Papa Wemba ,Mavuela Somo ,Bozi Boziana etc ... En mars 1976 ,Yaya Brown dit Mbuta Mashakado les rejoindra .En Juin 1976 la chanson "Matembele Bangi "de Shungu Wembadiodéjà aux hits parades ,connaît un succès percutant .C'est cette chanson que vous redécouvrirez .

     

     

    Votre fidèle ami tient à vous souhaiter un bon week end .

     

    Fraternellement .

     

     

     

    Lionel 


    0 0

    Chanson sans refrain ou chanson à refrains multiples ?

    Voici le texte d’une chanson composée par Verckys dans l’OK Jazz. Je ne sais pas si c’est lui qui l’a signée, mais c’est lui-même qui l’a dit au cours de cette interview qu’il avait accordée à une station radiophonique belge. A mon avis, on peut considérer ce texte comme n’ayant que des couplets, sans refrain.

     

    Naboyi nde kosamba (x3) epayi ya bazuzi

    Po nga nalingaka yo mingi o

    Yo moko oyebi po nini

     

    Naboyi nde bayeba (x3) epayi na bino

    Po yo olingaka ngai mingi o

    Noki bakoyeba mobali yango

     

    Nalingi nde B'indiff (x3) epayi na ngai bandeko

    Po ngai nasekisaka yo mingi o

    Noki bakoyeba l’amour na nga

     

    Kotéléphonez te o(x3) noki bakoyeba

    Po ngai nabimaka nde mingi o

    Noki bakotuna ngai na (…)

     

    Nalingi nde obota (x3) na mobali na yo

    (…) Bana na ngai bakamataka ngai mingi

    Noki bakoyeba mwana ya nga

     

    Nalingi nde obomba (x3) na mobali na yo

    Po tomeseni mingi o motema

    Noki akobela maladie ya souci

     

    Nalingi tofingana (x3) lokola moto nyonso

    Po nalingi bayeba (…) te

    Noki bakofunda na type na yo

     

    Nalingi nde tokima (x3) ata na Brazzaville

    Soki pe bayoki bakamwa

    Noki bakosala biso ba-enquêtes.

     

     

    Définir « refrain » n’est pas facile. Même établir une différence entre couplet et refrain n’est pas facile. D’ailleurs une des définitions de « refrain » que j’ai vue sur la toile dit qu’un refrain est un couplet répétitif. Or, tous les couplets non-refrains que nous connaissons sont aussi répétés la plupart du temps. Et il y a des refrains qui ne sont chantés qu’une fois (quoi que je n’aie aucun exemple dans la tête en ce moment). C’est donc dire que notre débat sur couplets et refrains est appuyé par une distinction intuitive. Je vais vous dire comment je distingue couplet et refrain quand on me demande de les caractériser. Je demande aux gens s’ils connaissent les chansons Madó (de Vox Africa) et BB 69. Les couplets de ces chansons sont en lingala; les refrains en kiswahili.

     

    Revenons  à la structure de « Kotéléphonez te ». Si c’est une chanson sans refrain, nous voyons qu’elle contient huit couplets. Mais il est possible de la considérer comme une chanson à refrains multiples où chaque couplet a son refrain. Tous les couplets ont la même structure, que je vais schématiser comme suit :

     

    Premier vers :     x en solo

    Deuxième vers :  x en chœur

    Troisième vers :  x en chœur + 1

     

    Où, dans la première strophe, x = naboyi nde kosamba, et 1 = epayi ya bazuzi ; et dans la dernière strophe, x = nalingi nde tokima, et 1 = ata na Brazzaville.

     

    Et le refrain de chaque couplet (les deux derniers vers de chaque strophe) a aussi une structure  où le premier est causal et le dernier annonce la conséquence au cas où ce qui est dit dans le couplet n’est pas respecté, sauf les refrains du premier et du dernier couplets dont ladite structure est partielle. Le premier vers du refrain du premier couplet est causal, mais le dernier n’exprime pas une conséquence. Par contre, le dernier vers du dernier couplet est une conséquence, et son premier vers n’est pas causal.

     

    Remarquez qu’il y a au moins une autre chanson à refrains multiples. C’est la chanson Masikini de Mpongo Love, qui a trois refrains. Le premier refrain dans cette chanson répond aux deux couplets. C’est le refrain qui dit : « Faute na yo moko o/opesi bango nzoto na yo …». Le deuxième refrain dit : « Soni na famille na ngai surtout epayi ya mama … ». Le troisième refrain dit : « Mokolo ezali papa okokanisa ngai mingi … ». Mais le deuxième et le troisième refrains répondent à des couplets différents du premier et du deuxième couplets. Par exemple, le deuxième refrain répond au couplet qui commence par « Babomeli ngai libala o mama a nateli miso … » qui est chanté un peu différemment du premier et du deuxième couplets, qui sont « Masikini o papa a ya ngai na yo libala e bouger … » et « Nakokamwa e papa a nde nakomituna tina … ».

     

    Pedro


    0 0

     

    À la recherche d’une chanson Lari signée Mujos et l’Afrisa.

    Mujos, Kallé, Gonzalo, Manu Dibango

    Bonjour Messager et chers Mbokatiers

    A la recherche du titre d'une chanson Lari signé de Mujos, accompagné par l'orchestre Afrisa en 1971, face B d'un 45 tours avec pour recto le titre "Enkimo". Dans cette chanson Mujos regrette la balkanisation du royaume du Kongo à travers ses états modernes, Congo-Kinshasa, Congo-Brazzaville, Angola. Les paroles, pour mémoire, disent:

    NZambi wa sala Kongo

    Kongo dia dinéné dinéné

    Ka Mundélé bu ka yiza

    Yandi mu gambasa makanda

    Batola gé béto bisi Kinsasa

    Batola gé béto bisi Braaza

    Batola gé béto bisi NGola

    ...............................................

    Traduction française:

    Dieu créa le (Royaume) Kongo

    Un très grand pays

    Mais avec l'arrivée du Blanc

    Qui se mit à diviser les familles

    On se réclame désormais

    Qui de Kinshasa

    Qui de Brazza

    Qui d'Angola

    etc...ect.

     

    Cette chanson patriotique n'a pas connu la même aura que ses consœurs   "Ebalé ya Congo", "Carrefour Addis-Abéba" de Grand Kallé, "Pont sur le Congo" de Franklin Boukaka, nonobstant un contenu patriotique et panafricaniste commun.. Comme quoi, il n'existe aucune règle ni logique établie pour garantir le succès d'une chanson.

     

    MWENZE


    0 0

     

    Victime d’une arnaque orchestrée depuis l’Afrique !

     


    Emails : celluleinterpolmondial@rocketmail.com / policeinterpolmondial@live.fr

     


    Je me nomme Gagne Antoinette. Suivez mon témoignage. Je suis Franco-Américaine, résidente en Fance et je me suis fait arnaquer par une personne que j'ai rencontrée sur un site de rencontres (Meetic). Nous avons parlé par skype pendant quelques mois, il montrait sa photo (très bel homme) mais a dit qu'il ne savait pas comment faire fonctionner une webcam, je n'ai donc jamais vu son vrai visage. Il se prétendait Italien d'origine vivant en Alsace. Avocat de formation, il a quitté son pays suite à un divorce et mésentente avec sa famille. Et parait-il qu'il a beaucoup d'euros dans un compte en Suisse. Il m'a même envoyé un site de la banque avec son numéro de compte et un mot de passe afin que je vois ses comptes. Il m'a dit de détruire le mot de passe par la suite.

     Après plus d'un mois de conversations soutenues pendant lesquelles il parlait d'amour, il a dit partir pour l'Afrique pour acheter de l'or, en Côte d'ivoire plus précisément.Une fois en Afrique, il m'a contactée pour me dire que tout allait mal et qu'il s'était fait confisquer son passeport. Il avait besoin d'argent pour payer une taxe sur les produits qu'il a achetés. Il m'a demandé de lui porter un coup de main et je sais que j'ai fait sans arrières pensés par envois successifs par western union pour payer différentes choses. Je les lui ai fait parvenir par Western Union une somme de 75.000€ car j'ai été idiote. J'ai vraiment cru en son histoire. Ensuite il a dit être malade dans un hôpital à Abidjan en Côte d'Ivoire et ne pas avoir d'assurance pour la chirurgie. Il me demandait encore plus de dollars. Il m'a envoyé une facture de la clinique (fausse bien sûr) par internet.

     Ensuite, comme ces gens avaient mon numéro de téléphone, ils ont commencé à me harceler pour me faire payer disant qu'il allait mourir si je ne payais pas plus . J'ai senti l'arnaque et je lui ai dit que c'est de l'arnaque. Il m'a appelé jusqu'à 10 fois la même nuit pour pleurer au téléphone me disant qu'il était amoureux de moi et qu'il ne pouvait pas croire que je le traitais ainsi, lui qui croyait en Dieu, comment pouvais-je le traiter d'escroc sans scrupules. Les appels continuaient jour et nuit, tantôt d'un soit disant médecin, Philipps Duchez, une autre fois d'une personne de la banque etc...C'est alors que j'ai téléphoné à l'interpol de France lyon pour déposer une plainte. mais heureusement j'ai expliqué ce problème tous le problème à interpol du Lyon qui m'a fait prendre contact avec un Inspecteur Général de police Interpol du nom de Leroux Richard qui depuis l'Afrique coordonnait des actions avec l'interpol de la france Lyon et le regroupement du CDEAO pour un remboursement immédiat. Et grâce à lui et Dieu on m’a remboursé la totalité de mes 75.000€ qu'on m’avait arnaqués environ, y compris des frais de dédommagements , J’ai bien eu de la chance car j'ai échappé belle à cette crise. À partir de cet instant j'ai dès lors repris confiance en moi et ne cherche plus d'embrouille sur les sites de rencontre parce qu’il n'y a pas de vérité en tout çà.

    Alors si vous avez été arnaqué sur la toile d'une : grosse somme d'argent, d'achats non conformes à la photo, de virement bancaire, de chantage sur le net, de faux maraboutage et faux compte, paypal, de fausses histoires d'amour pour soutirer de l'argent, de vente de voiture, de gay et lesbienne et de faux tirage à la loterie etc....., si vous le contactez, il trouvera facilement vos escroc et une fois qu'ils seront arrêtés grâce à leur systeme WALO WALO car j'ai suivi vraiment leurs instructions et ça a marché pour moi .Je remercie beaucoup L'inspecteur de police Leroux Richard, sans lui, je serais sans doute à la rue car j'avais épuisée toutes mes économies pour ses voleurs . Pour tous ceux ou celles qui ont été dans le même cas que moi, voici l'adresse email de L'inspecteur de police Leroux Richard.


    Emails : celluleinterpolmondial@rocketmail.com / policeinterpolmondial@live.fr





    Cordialement à vous


    0 0

    Le boxeur Kibassa-Maliba alias Pax.

     

     

    Le boxeur Kibassa-Maliba alias Pax.

    Samuel Malonga a réalisé dernièrement le portrait de dix légendes de la boxe congolaise. Un article qui a replongé de nombreux mbokatiers dans les années de leur jeunesse.

    Fidèle à ses habitudes, notre site qui ne s’est jamais arrêté de fouiller dans le passé, vient de mettre la main sur un article d’archive du journal Elima du vendredi 3 août 1979 signé Mwalimu Malonga Bouka, présentant le boxeur professionnel Kibassa-Malima Pax (jeune frère de l’ancien politicien Kibassa-Maliba), résident à l’époque en France, et qui se trouvait en vacances à Kinshasa.

    Selon cet article, le boxeur Kibassa-Maliba avait débuté la boxe en 1968 à Lubumbashi  au Cercle pugilistique de la Zone de Kenya avant de la poursuivre à Kinshasa au sein du Club Kake de Ngunza Kibale. En 1974, il devient champion de Kinshasa (amateur) avant de participer au 3e jeu Zaïrois dans l’équipe kinoise dont il fut le seul boxeur à avoir remporté une médaille d’or dans la catégorie des plumes. Après quelques combats amateurs et certaines tracasseries familiales, il se rend en France en 1977.

    Vous pouvez apprendre plus sur ce boxeur en lisant attentivement son portrait ci-dessous.

    Notre souhait serait d’amener l’intéressé à réagir à cet article en y apportant des éléments nouveaux sur sa carrière sportive et sa vie depuis 1979.

     

    Messager

     

    .

     


    0 0

    Les langues dans la musique congolaise moderne

    Les Bantous de  la capitale

    La musique est beaucoup pratiquée dans les deux Congo. Elle est l’art le plus populaire. Pour la réalisation de son œuvre, l’auteur-compositeur a d’abord besoin  de ce bel outil de travail qu’est la langue. Avec les mots de celle-ci, il arrive à matérialiser sa composition qui finit par être embellie avec l’apport des voix et des différents instruments. Il est fort de constater que la musique congolaise est trop sélective et quelque peu ségrégative. La quasi-totalité des chansons sont en une et seule langue, le lingala. Le tshiluba, le kikongo et le swahili sont les parents pauvres de la musique  congolaise. Les dialectes et patois ne sont presque pas utilisés. Ils sont pour la plus part délaissés et font l’affaire des groupes folkloriques ou des griots. Leurs chansons font partie de la musique dite traditionnelle malgré parfois l’utilisation des instruments modernes. Les groupes traditionnels comme Konono, Ndara, Bayuda du Congo, Kintueni, Swede Swede, Debonheur, le roi yaka Kas Kasongo, Sobanza et tous les autres ensembles épars dans l’étendue nationale valorisent la  culture de leurs tribus dont le folklore est la principale vitrine. Il en est de même pour les griots Kapia, Kuyena, Jacques Loubelo et Moundanda. Le patois est leur langue de travail, leur terroir leur sert de source d’inspiration. Décortiquons les différentes langues utilisées partiellement ou totalement par nos artistes-musiciens.

     

    Le tshiluba

    Dans la musique moderne, certains artistes-musiciens, et non des moindres, ont daigné composer dans les dialectes de leur enfance. C’est le cas de Tshala Mwana. Elle a fait du tshiluba la langue de sa musique. D’une danse traditionnelle purement  locale, elle a fait du mutwashi une danse connue au-delà de nos frontières. La Mamu nationale ne chante presque pas en lingala, tout le contraire de ses collègues artistes congolais. Qui ne se rappelle pas de  Munanga, Kalume, TshibolaMutuashi, Dilolo, Kapinga, Kumbe et de bien d’autres ? Pépé Kallé ne rompt pas avec la tradition qui veut que le Kasaïen chante dans son propre patois. L’Éléphant de la musique congolaise se distingue avec Bitota, Mbuji-Mayi wa Basanka et Muyenga. La moisson est bonne chez Docteur Nico. Après une reprise de Kamulangu, il enrichit son répertoire luba avec Mamu wa Mpoy, Mwamba wa Manu et Biantondi Kasanda. On trouve aussi des hits de Tabu Ley (Kamulangu, Wendenda) et de Karé Kasanda (Mua metela wa tshikuluka).

     

     

    Le kikongo

    Au Congo Brazza, le lari est la variante du kikongo la plus utilisée dans la musique. En RDC, les artistes-musiciens Ne-kongo s’expriment dans les divers patois de cette langue. Luambo Makiadi a beaucoup puisé dans le répertoire traditionnel de son espace culturel. Il compte plusieurs titres en kilemfu. Entre 1958 et 1989, Oncle Yorgho sort une bonne vingtaine de chansons parmi lesquelles Yimbi, Ma Nkewa, Kingotolo mbuta ngani mbote, Mbongo zi ya Voni, Sansi fingoma ngomaLuvumbu ndoki, Kinsiona, Ku Kisantu kikuenda ko, Kinzonzi ki tata Mbemba, Kimpa kisangamani, Lukoki. Bavon Marie-Marie lui emboîte les pas avec Mamona mbwa. Manuel d'Oliveira Mayungu dit Manuel d'Oliveira compose en kisansala (Yi vavanga, Umbanzanga) ; Ray Lema en kindibu (Nzimbu) ; Dalienst Ntesa en kisingombe (Mbanza velela) ; Sam Manguana en kizombo (Minha Angola, Lufua lua nkandi). Docteur Nico fait une belle balade en pays kongo dans Mandona dont le début et le refrain sont en kintandu, tout comme la chanson Yambula de Freddy Mayaula. Les titres en kimanianga sont ceux de Philo Kola (Meno ngiele) et de Nama Matingu alias Bastia (Ntangu yabele, Mbati). Le lari est surtout utilisé par l’OK Jazz. Dans le répertoire de cet ensemble, il faut ajouter Nani akunsindila muana de Simaro Lutumba. Par contre, Nyoka Longo qui à son actif ne compte aucune composition dans sa langue maternelle, s’est pourtant vu octroyer le diplôme de mérite par les autorités provinciales du Kongo Central pour la promotion de la culture kongo dans ses chansons et ses animations.

     

    Le kiyanzi et le munu kutuba (kikongo ya l´État)

     

    Le français est la langue européenne la plus utilisée. Tabu Ley en a fait énormément usage. Beaucoup de compositions émanent de lui (L’âge et l’amour, Le chant de Malory, Congo nouveau Afrique nouvelle, Bel Abidjan, Pitié, Fétiche, En amour il n’y a pas de calcul, Itou, C’est toi que j’aime). Bondo Bovic alias Mister Fantastic chanteur pop dans Fiesta Sukisa puis dans Vévé n´a souvent chanté que dans la  langue de Molière (Misère, Loin du désespoir, Chou). Il y a lieu de citer Vicky Longomba dans son interprétation (Quand le film est triste), Isaac Dele Pedro (Si tu bois beaucoup), Franklin Boukaka (Les Brazzavilloises), Luambo (Si vous passez par là), Sam Mangwana (Affaire disco, Affaire vidéo, Georgette Eckins, Suzanna, Waka Waka), Empompo (Fatimata), Lokasa ya Mbongo (Bonne année, Marie-José), Max Mongali (Un grand amour), Papa Wemba (Santa), Jean-Papy Ramazani (Dongogoungourous), Ange Linaud (C’est toi que je préfère), Pamelo Mounka (Samantha, L’argent appelle l’argent), Théo-Blaise Nkounkou (Éden, Belle Amicha), sans oublier le sulfureux Casimir Zao (Ancien combattant, Soulard, Corbillard, Patron, Moustique, Football) . Une autre langue latine exploitée dans la musique congolaise est l’espagnol. On y retrouve Michel Boyibanda avec Ven y ven y ven, les Bantous de la Capitale (El Manicero), tout comme Reddy Amisi (Eres mia). Rochereau signe des redites comme Marina et Guantanamera. Le polyglotte Mangwana revient à nouveau avec le portugais qu’il maîtrise (Tio Antonio, No me digas no, Cantos de Esperanca), tout comme Manuel D’Oliveira qui vers 1948 chante No me digas no aux éditions Ngoma. L’anglais est rare. Mais Bovic y est présent (I go the feelin, Sookie), Rachid King (I miss you, Freetown Titi), tout comme Kanda Bongo (My love Elisabeth). Le seigneur Ley en fait de temps en temps usage (Maze, Shauri yako).

     

    Le lingala, maître absolu

    Le lingala est la langue de la musique congolaise moderne. Aujourd’hui, il a renvoyé aux oubliettes tous les patois qui constituent notre richesse culturelle. Il est aujourd’hui tellement créolisé qu’il est devenu le carrefour culturel où plusieurs dialectes se croisent, le socle par lequel semble se profiler une culture unique à travers la chanson. Mais comme chaque artiste-musicien porte en lui les germes de sa tribu, la coutume ancestrale couplée à la tradition ethnique influence parfois les compositions. La singularité de la musique congolaise moderne se caractérise par cette liberté qu’ont les artistes d’utiliser la multitude de langues, dialectes congolais et de l’enrichir par une chorégraphie authentiquement africaine.

     

    Samuel Malonga


    0 0

    Quelques chansons sous forme de Quiz !

    Référence : http://www.mbokamosika.com/2016/02/le-texte-le-plus-court-de-la-chanson-congolaise-suite.html

    http://www.mbokamosika.com/2016/03/les-langues-dans-la-musique-congolaise-moderne.html

     

    Une des particularités de notre site est de pouvoir effectuer, presque quotidiennement, une analyse qualitative de la chanson congolaise, grâce à la formation multidisciplinaire de ses membres. C’est ainsi qu’en quelques semaines, plusieurs chansons ont été décortiquées sous leurs diverses formes.

    De « Particularités linguistiques », on est passé successivement aux « chansons sans refrain ou chansons à refrains multiples » et au « Texte le plus court », avant de s’attaquer aux « Langues dans la musique congolaise moderne ». Chacun de ses sujets a été enrichi par des ajouts émis par d’autres contributeurs. Nous pensons principalement à nos amis Samuel Malonga, Pedro,  Mwenze, Anto Nckel,.. qui n’ont jamais ménagé leur temps pour éclairer toute la communauté.

    Chaque fois qu’une analyse est publiée, nous faisons ce que nous pouvons pour mieux l’illustrer. Mais force est de reconnaître que parfois, le temps ne nous permet pas de tout illustrer. Dernièrement, en abordant « Le texte le plus court da la chanson congolaise »,  Pedro reconnaissait que ce texte caractérisé  dans sa structure par « simple couplet, simple refrain », n’était pas encore identifié.

    Quant au sujet exposé par Samuel Malonga : « Les langues dans la musique congolaise », il fait référence à plusieurs éléments, comme de l’argot, le Hindou Bill, etc, etc… qui ne sauraient être expliqués d’un trait, à travers un seul article.

    Voici pourquoi nous avons concocté une sélection des chansons se rapportant aux sujets susmentionnés, c’est -à-dire au texte le plus court, à l’Hindou Bill, à l’argot, ainsi de suite. A chacun de nous de les caractériser selon les critères définis par les auteurs des articles.

     

    Messager

    QUIZ

     

     

    Le texte le plus court?

     


    0 0

     

    La musique congolaise est une musique panafricaine.

    De g à dr : Dele Pedro (Nigéria), Rondot Kawaka, Isaac Musekiwa (Zimbabwe), Celi Bitshou (Congo Brazza), Lola Checain, et Youlou (Congo Brazzaville).

    Lorsqu’on évoque la musique congolaise, on tend à la confiner à l’intérieur des frontières de la RDC, même si nous avions déjà démontré sur ce site qu’elle englobe également : la République du Congo Brazzaville, l’Angola , la République Centrafrique, ainsi que d’autres pays africains.

    Comme le symbolise cette photo de l’OK-Jazz où sur six musiciens, quatre sont originaires des pays étrangers à la RDC, il ressort clairement que la musique congolaise est la résultante des apports des talents venus de quatre coins du continent noir.

    Si l’on considère la position géographique de la RDC, avec ses neufs frontières qui la connecte à tout le continent, on comprend aisément que chaque africain d’origine ,retrouve une part de sa culture, une portion de son âme à travers la musique congolaise.

    En sélectionnant cette photo de l’OK-Jazz en tenue de la JMPR, nous rediffusons « Si tu bois beaucoup », une œuvre de son saxophoniste Nigérian Dele Pedro, qui intègre parfaitement l’humour Britannique à la musique congolaise, ainsi que "Mokolo ya mpasi", signé Celi Bitshou, de la République du Congo/Brazzaville.

     

     

     

    Messager


    0 0

     

    Une gabonaise s’enquiert sur le peuple Vungu

    Référence : http://www.mbokamosika.com/article-la-notion-de-luvila-expliquee-aux-non-bakango-116956339.html

     

    Bonjour!

    Je me prénomme Annie Flore et je suis gabonaise. Je viens ici vous demander de m'éclairer sur un sujet de recherche sur un peuple du Gabon (bantou) appelé : les vungu dont moi-même en fait partie. Si je pense que vous pouviez m'aider c'est tout simplement parce que les vungu ont cette affirmation qui dit: “muvungu nzinga, mulumbu nzinga” pour s'identifier. Alors je voudrais savoir si ce peuple fait bien partie des descendants de Nzinga.

     

    Annie Flore

     

    Que les érudits maîtrisant la généalogie Kongo daignent répondre à Annie Flore.

     


    0 0

    « Impéria », la prestigieuse marque automobile belge de l’époque de nos pères.

    Durant la période coloniale, la Belgique produisait plusieurs marques automobiles parmi lesquelles « Impéria », surnommée au Congo « Impala ». Une marque qui fait partie du patrimoine historique congolais compte tenu de sa renommée durant l’époque coloniale. Plusieurs colons et certains évolués congolais parcouraient les campagnes et les centres urbains à bord de somptueuses limousines « Impala ».

    Moïse Tshombe à bord d'une limousine

    Selon les archives consultées dernièrement, « Impéria Automobile » est une société Liégeoise, créée en 1904 par Adrien Piedboeuf, qui a vécu ses heures de gloire entre 1904 et 1958 (année de la fermeture de l’usine). Cette marque a connu à la fois un succès commercial et sportif.  Entre 1922 et 1943, elle a remporté plusieurs Grands Prix.

    Son rapprochement avec « Minerva », une autre marque belge aussi prestigieuse qu’une Rools à l’époque, lui permit d’occuper le créneau des voitures de prestige à travers le monde, particulièrement aux USA.

    Durant la visite du roi Baudouin au Congo en 1952, le Gouverneur général de Léopoldville (Kinshasa) mit à sa disposition sa limousine américaine « Buick Roadmaster ». À L’intérieur, le roi utilisa d’autres limousines européennes dont  « Impéria ». 

    La visite du roi Baudouin au Congo en 1955

    Nous invitons les enfants des anciens colons belges, disposant des photos sur les voitures de marque « Impéria » durant la période coloniale, à bien vouloir nous les envoyer pour diffusion, dans le cadre du travail de mémoire.

     

    Messager


    0 0

    Négro-succès en plein concert

    Négro-succès en plein concert

     

    "Denise", pour Flory et d'autres fanatiques de Négro-Succès

     

     

    Référence: http://www.mbokamosika.com/2014/04/matongo-ya-beya-de-negro-succes-un-cadeau-de-paques-de-david-m-aux-mbokatiers.html

     

    Amis Mbokatiers, voudriez-vous me faire le plaisir d'écouter la chanson week-end de Négro-succès ?


    Merci d'avance.

    Flory Okito

     

    La chanson « week-end » n’étant pas à notre portée pour le moment, nous proposons « Denise », une autre composition de la même formation que notre ami David avait offerte à mbokamosika. Nous la diffusons à côté de l’unique photo de l'orchestre Négro-Succès en notre possession, en vue de permettre aux "Bana 15 ans" de revoir les figures de leurs vedettes, en l’occurrence Empompo Deyesse, Luwowo Mutshokele alias Gaspy , Amba Zozo, Alphonso, Ngongo Flujos, et Bohlem.

    Msg

     


    0 0

     

     

    Enfin « Zaïre oye », de tantine Abeti

     

     

     

    Chers tous,

    Le 1er février de cette année, votre contact Omanga a émis le vœu d’écouter une chanson d’Abeti Masikini (Zaïre oye) dont, fort heureusement, j’ai une copie sur un de mes albums (oui, je garde toujours quelques vieux disques en vinyle). Attaché à ce courriel, vous trouverez 3 chansons de la vedette précitée que je vous envoie pour le plaisir de vos mbokatiers.

    Meilleures salutations.

     

    Dimina Bakaji wa Yamba  

     

     

     

     

     


older | 1 | .... | 9 | 10 | (Page 11) | 12 | 13 | .... | 56 | newer