Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Cet espace se veut un lieu de rencontres et d'échanges entre ressortissants de l'Afrique Centrale et Australe . Tout étranger connaissant ou voulant faire connaissance de cette partie de l'Afrique est le bienvenu. Nous y aborderons des sujets culturels en français, portugais, ou en lingala, selon les interlocuteurs . Notre devise:réduire la distance qui nous sépare du continent, par l'entretien de la mémoire collective, en recourant à notre musique dans toute sa diversité

older | 1 | .... | 13 | 14 | (Page 15) | 16 | 17 | .... | 56 | newer

    0 0

    LES STATISTIQUES DU MOIS DE MAI 2016

     

    Voici les statistiques du site mbokamosika.com, telles qu'elles nous ont été communiquées ce jeudi 1 juin 2016 par l'administration d'Overblog.

     

    MOIS DE MAI 2016.

    Pages vues                     :     53.017

    Visiteurs                          :      27.451

    Pages vues par visiteur  :             1,95

     

    DEPUIS 2007.

    Pages vues                        : 5.160.465

    Visiteurs                             : 1.517.772

    Pages vues par visiteur     :               3.4

     

    LES PAGES LES PLUS VISITEES DURANT LE MOIS DE MAI 2016

    1. Page d'accueil 6292
    2. /2014/05/la-carte-geographique-de-la-rdc-surgit-sous-les-paves-d-un-ancien-synagogue-a-capharnaum-en-israel.html 899
    3. /article-les-trois-actrices-de-ma-famille-disparues-87387835.html 832
    4. /article-l-inventaire-des-ethnies-de-la-rdc-72662343.html 807
    5. /article-les-femmes-du-marechal-84947473.html 785
    6. /2016/05/l-homme-le-plus-riche-du-congo-belge.html 708
    7. /article-le-drapeau-congolais-de-sa-creation-a-nos-jours-suite-47766273.html 644
    8. /article-36525621.html 631
    9. /tag/musique/ 628
    10. /article-adrien-stervos-niarcos-le-n-gantshie-nkolo-mabele-78329077.html 493

     

     

     

     

     

     


    0 0

     

    LA GARDE RÉPUBLICAINE SOUS LA 2ÈME RÉPUBLIQUE.

    Ceka nous a envoyé quelques photos de l’ancienne Garde Républicaine qu’il dit avoir retrouvées à un endroit non précisé sur le net, en nous suggérant de les publier et les commenter dans le cadre du travail de mémoire.

    Par respect à cet électeur, nous allons essayer d’aborder ce sujet avec le peu de souvenirs qui nous restent sur cette période.

    En effet, comme tous les jeunes à l’époque, nous avons découvert la Garde républicaine d’une manière anonyme au bord des artères principales lors des visites officielles des chefs d’Etat et autres dignitaires étrangers. Nous étions particulièrement impressionnés par les motards de la Garde républicaine dans leur tenue d’apparat, qui précédaient les cortèges pour principalement dégager la circulation souvent encombrée par des badauds.

    Lors de grands défilés, la fanfare de la Garde républicaine se mettait en vedette sur le boulevard, en exécutant admirablement les marches militaires au rythme du « soucous » national, sous la conduite de leur tambour major. L’événement qui reste gravé dans la mémoire des kinois est le défilé marquant le 10ème anniversaire de l’indépendance de la RDC, le 30 juin 1970 sur le boulevard du 30 juin, en présence de couple royal belge. Défilé au cours duquel nous avions découvert la présence des cavaliers de la Garde républicaine, après leur formation en Belgique.

    Par ailleurs, quelques cavaliers de la Garde républicaine, formés en Belgique comme nous l’avons déjà mentionné, furent les seuls noirs à prendre part aux concours hippiques organisés à Mbiza, lesquels étaient dominés par les expatriés résidents en RDC. , 

    Enfin, la présence des éléments de la Garde républicaines était remarquable à l’entrée du Parc animalier du mont Ngaliema, et pour certains privilégiés et invités de marque, dans l’enceinte du palais présidentiel et à la Cité de l’OUA.

     

    Messager


    0 0

     

    Les 1ers candidats médecins de Lovanium, en 1959.

    Après les facultés de théologie et de droit, voici la liste des premiers diplômés de la faculté de médecine. Qui sont les premiers médecins formés à Lovanium ? Qui sont les premiers spécialistes en médecine formés à Lovanium ? Telles sont les questions auxquelles la liste d’aujourd’hui va répondre avec précision.

    Avec cette liste, nous serons en mesure sinon d’identifier tous les candidats médecins présents sur la photo de 1959 ci-dessous, du moins capables d’avoir une idée sur leurs noms dans la mesure où ils figurent parmi les lauréats de l’année académique 1960-1961, et 1961-1962.

    Pour éviter la confusion, nous allons inverser la liste de la faculté de médecine en commençant par le doctorat en médecine, avant l’agrégation et la spécialisation organisées plus tard.

    Compte tenu des difficultés techniques, nous publierons la liste des premiers docteurs en médecine de 1959 à 1966 seulement. Tandis que celle des spécialistes, qui est plus réuite, sera publiée intégralement.

    Rappelons que les noms des lauréats sont établis selon l’ordre alphabétique et que les premiers diplômes sont reconnaissables à l’année académique à laquelle ils ont été décernés.

    Messager  

     I. DOCTORAT EN MEDECINE, CHIRURGIE ET ACCOUCHEMENTS.

     

           1. BIANDA Jean,                            Congo,                      1965-1966*

           2. CARVHALHO Ruy Alberto,         Angola,                      1962-1963

           3. de LAVELEYE Hugues,               Belgique,                   1960-1961

           4. DEPLA  Jan,                               Belgique,                   1963-1964

           5. DITU Symphorien,                      Congo,                      1964-1965

           6. DITULA  Joseph,                         Congo,                      1961-1962

           7. FABRIZI Auguste,                        Congo,                      1965-1966

           8. FALAKI Alphonse,                        Congo,                      1962-1963

           9. ILUNGA Félicien,                         Congo,                       1960-1961

         10. KABA Antoine,                             Congo,                        1964-1965

         11. KABAMBA Nicolas,                      Congo,                         1961-1962

         12. KABEMBA  Joseph,                     Congo,                         1963-1964

         13. KALALA Kizito Joseph,                Congo,                          1962-1963

         14. KALALA MBIKAY Alexandre,        Congo,                          1964-1965

         15. LALLOO Raman,                          Inde,                            1964-1965

         16. LIAHUGA José Joao,                   Angola,                         1961-1962

         17. MBIYE Bruno,                              Congo,                          1963-1964

         18. MUNYANGANZO Richard,           Rwanda,                        1965-1966

         19. MUYUNGA KASENGULU Chr.     Congo,                           1965-1966

         20. NICOLAS Jean,                           Belgique,                         1964-1965

         21. NKANZA Théophile,                     Congo,                            1962-1963

         22. PESTANA HEINEKEN Carlos,      Angola,                             1962-1963

         23. ROCHA Edmundo Vicente,          Angola,                              1961-1962

         24. RODRIGUES Boal Manuel,          Angola,                              1961-1962

         25. RUDASESWA Wenceslas,            Rwanda,                           1965-1966

         26. TSHIBAMBA Marcel,                    Congo,                               1960-1961

         27. TWAGIRAYEZU Jean Gabriel,      Rwanda,                            1965-1966

         28. VIDEIRA Manuel,                         Angola,                                1961-1962

         29.  VIERA LOPES Joao,                   Angola,                                1962-1963

         30.  VITA   Joseph,                            Congo,                                  1963-1964

     

     II. AGREGATION DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

            1.  HAUMONT Stanislas,            Belgique,                             6 février 1963

            2.  MICHAUX  Jean-Louis,         Belgique,                            16 décembre 1966

     

    III. DIPLOME DE SPECIALISTE

            Spécialisation en médecine interne.

            1. DITU Symphorien,                        Congo,                       22 mai 1970

            2. MONTEIRO Bruno,                       Dahomey,                  23 juillet 1970

            3. NKANZA  Théophile,                      Congo,                        1 décembre 1967

            Spécialisation en chirurgie

             4. BIANDA  Jean,                              Congo,                      15 juillet, 1970

             5. DIOMI  Pierre,                              Congo,                       17 juillet, 1967 (1)

             6. FALAKI Alphonse,                         Congo,                       23 janvier 1970

             7. KABEMBA Joseph,                        Congo,                      16 janvier 1970

             8. TRACA Gentil,                               Angola,                      15 octobre 1964

            Spécialisation en gynécologie-obstétrique

             9.  BORREMAN Etienne,                   Belgique                      1 novembre 1965

            10. MBIYE Bruno,                               Congo                       20 février 1970

             11. NDAYITABI Daniel,                        Rwanda                    25 juillet 1970

             12. PETIT Philippe,                             Belgique                   20 juillet 1965

             Spécialisation en pédiatrie

             13. LUTUMBA Antoine,                      Congo                       30 avril 1970

             14. MONJOIE  Anne-Marie,                Belgique,                    1 novembre 1964

             15. OMANGA Michel,                         Congo,                        8 janvier 1970

             Spécialisation en biologie chimique

             16. LEONARD jEAN,                          Belgique                    31 septembre 1963

             Spécialisation en oto-rhino-laryngologie

             17. MUYUNGA-KASENGULU Chr.     Congo,                      20 mars 1970

             Spécialisation en anesthésiologie et réanimation

             18. BELE-BINDA Natalis,                   Congo,                       17 juillet 1968

    -----------------------------------------------------------

              (1) DIOMI Pierre, Ph.D. , Aberdeen, 1969


    0 0
  • 06/03/16--23:29: MOHAMED ALI S’EST PLUS !!
  • MOHAMED ALI S’EST PLUS !!

    Mohamed Ali face à Foreman en 1974 à Kinshasa

    Mohamed Ali n’est plus ! Telle est la douloureuse nouvelle qu’une dépêche de la Télévision Suisse nous a brutalement apprise ce matin vers 6 heures en ces termes. «  La légende de la boxe Mohamed Ali est décédé vendredi à l’âge de 74 ans à Phoenix. « Après un combat de 32 ans contre la maladie de Parkinson, Mohamed Ali est décédé à l’âge de 74 ans », a annoncé son porte- parole. Il était hospitalisé depuis 2 jours pour des problèmes respiratoires ».

    Mohamed Ali, anciennement connu sous le nom de Cassius Clay est une légende de boxe que le monde a découverte en 1960 lors des jeux olympiques de Rome où il décrocha la médaille d’or, avant d’aller défier et détrôner le redoutable cogneur Sonny Liston.

    « Ali Boma ye » fait aussi partie de notre patrimoine dans la mesure où son palmarès est marqué par son combat historique de 1974 , face à Foreman, sous nos yeux à Kinshasa. Ce combat s’était déroulé dans un stade totalement acquis à Mohamed Ali, qui représentait aux yeux des africains et des congolais le digne défenseur de la conscience noire.

    Adieu Ali.

    Messager


    0 0

    « KELE BIBI », PAR LE SEIGNEUR ROCHEREAU.

    Nous avons dernièrement  sommairement abordé l’épopée de la Garde républicaine à travers les photos envoyées par Ceka. Dans cette Garde républicaine, comme nous l’avons souligné, on y retrouvait des motards, des cavaliers, et une fanfare qui n’apparaissait que lors de grandioses cérémonies.

    Le public, surtout les sportifs étaient familiers avec la fanfare de la Gendarmerie nationale, particulièrement lors de grands matchs au stade Tata Raphaël (20 mai). Qui a oublié les entrées  tornutruantes et les fameux tours d'honneur du stade par cette fanfare sous la conduite de Charlot ?

    Mais le véritable de chef ou commandant de cette fanfare fut le colonel Kele, avant qu’il ne devienne le commandant de l’Ecole de Musique des Forces Armées. Kele avait un garçon qui était devenu officier et qui avait dirigé la fanfare de l’école de musique, et une fille dénommée Kele Bibi.

    C’est à elle que Tabu Ley avait dédié une chanson intitulée « Kele Bibi ». Une réalisation qui fait partie des œuvres classiques de la chanson congolaise et qui manquait dans notre discothèque. Voulant la réécouter dernièrement, nous recouru à notre complice Samuel Malonga qui nous l’a aussitôt expédiée. Ce samedi, nous avons jugé opportun de la diffuser pour la première fois sur notre site, afin d' égayer tous les mbokatiers.

    D’aucuns se demanderons pourquoi Tabu Ley chante en swahili dans cette œuvre dédiée à la fille du colonel Kele, qui est originaire de Mayi Ndombe (un musakata) ? La réponse se trouverait à travers le prénom Bibi, éventuellement liée à l’origine boyomaise de sa maman.

     

    Messager

     

     

     

    P.S. Cette version n'est pas conplète. Qui peut nous envoyer toute la version, y comprise celles enregistrées durant les concerts ?


    0 0

     

     

    Référence : http://www.mbokamosika.com/article-1er-anniversaire-de-la-mort-tragique-du-dr-zantoko-56214447.html

     

    Le 30 août 2009, deux médecins d’origine congolaise, Sayolo Zantoko et Norbert Badika succombaient dans un accident de circulation à Voyenne, en France, décès rapportés par l’ ancien journaliste de la RTNC Nzinga Mbadi, et publié sur mbokamosika le 30 août 2010, à l’occasion du 1er anniversaire de cette double tragédie à travers le lien ci-dessous.

    Dr Zantoko, avions-nous déjà souligné en 2010 , est le père du rappeur français bien connu, KIMINI, auteur du tube « Marly-Gomont ».

    Feu Dr Zantoko, décédé en 2019

    Sept ans après le décès du Dr Zantoko, son fils Kimini revient à la charge en rendant un vibrant hommage à son père à travers le film «Bienvenue à Marly-Gomont » en participant à l’écriture du scénario avec le réalisateur Rambaldi et Benoît Graffin.

    Ce film met en scène l’éprouvante vie du Dr Seyolo Zantoko, dans un petit village du Nord-pas-de-Calais durant les années ’70, pour exercer son métier de médecin de campagne. Face au racisme, le médecin d’origine congolaise s’était beaucoup surpassé en vue de créer un climat de confiance ayant abouti à briser les préjugés.

    Le chanteur Kamini

    Le tournage du film qui s’est déroulé en Belgique et qui a regroupé 800 figurants a impliqué  Marc Zinga, acteur et chanteur d’origine congolaise, dans le rôle du Dr Zantoko, Aïssa Maiga,  dans celui de la maman de Kamini, le jeune Bayron Lebli, prend la place de Kamini. Jonathan Lambert, qui s’était fait remarquer dans « On n’est pas couché » interprète le rôle du maire de Marly-Gommont.

    Voilà comment un fils élevé dans la droiture et reconnaissant rend hommage à son père. Un bel exemple à suive par toutes les  générations de la diaspora congolaise.

     

    Compilé par Messager


    0 0

    Les 24 premiers diplômés africains de l’Université Lovanium, toutes les facultés confondues.

    À travers nos trois articles antérieurs, nous avons publié la liste des premiers diplômés de l’Université Lovanium des facultés de théologie, droit et médecine, grâce aux précieuses archives obtenues dernièrement.

    Force est de souligner que tous les lauréats dont les noms ont été publiés jusqu’à présent ne figurent pas parmi les tout premiers diplômés de Lovanium. Les documents en notre possession démontrent que les 24 premiers diplômés africains de l’Université de Lovanium et qui ont achevé leur formation avant l’indépendance de la RDC sont issus des trois facultés suivantes : « Sciences économiques et sociales », « Sciences agronomiques », et « Sciences psychologiques et pédagogiques ».

    Maintenant, nous sommes en mesure de répondre à Cédric Mata  en précisant qu’il n’existe pas une, mais deux premières promotions des universitaires africains issus de Lovanium. La promotion de la « faculté des sciences économiques et sociales », de l’année académique 1957-1958, avec trois diplômés, et la promotion de la « faculté des sciences psychologiques et sociales »,également de l’années académique 1957-1958, avec quatre diplômés africains.  Ces sept premiers lauréats africains dont les noms sont en rouges sont reconnaissables à travers la mention de l’année académique 1957-1958 au cours de laquelle leurs diplômés ont été décernés. Les noms sont affichés selon l'ordre alphabétique.

     

    Compilé par Messager

    LISTE DES PREMIERS DIPLOMES AFRICAINS DE L'UNIVESRITE LOVANIUM.

     

              I.Faculté des sciences économiques et sociales.

                 Licence en  sciences poliques et administrative.

                   1. KALANDA  (MABIKA) Auguste           Congo                1957-1958

                   2. KISUKA Gustave                                Congo                1959-1960

                   3. MANDRANDELE Prosper                   Congo                 1959-1960

                   4. NGANDANDUWE  Pierre                    Burundi               1958-1959

                   5. TSHIBANGU André                            Congo                  1957-1958

        

               Licence en sciences sociales.

                    6. KAZADI Fernand                                Congo                  1959-1960

                    7. TAKIZALA  Henri                                Congo                   1959-1960

                 

               Licence en sciences économiques.

                    8. MALIMBA  Paul                                   Congo                  1959-1960

                    9.  MBEKA Joseph                                   Congo                  1958-1959

                  10. NDELE Albert                                       Congo                  1957-1958

                  11. NGOIE Venant                                     Congo                   1959-1960

                 

                Licence en sciences commerciales et financières

                  12. TOGBA Thomas                                   Congo                    1959-1960 

          

            II. Faculté des sciences agronomiques

                 Diplôme d'ingénieur agronome des régions tropicales

                  13. LEBUGHE Pierre                                   Congo                   1958-1959

     

            III. Faculté des sciences psychologiques et  pédagogiques

                 Licence en sciences pédagoqiques

                  14. BAKOLE Martin Léonard                       Congo                    1959-1960

                  15. BARAMPANA   André                             Burundi                  1958-1959

                  16. BAZALA  Cléophas                                Congo                     1958-1959 

                  17. IYANDA  Joseph                                    Congo                      1957-1958

                  18. IZIA  Crispin                                          Congo                      1958-1959

                  19. KAMIYA Ildephonse                               Rwanda                    1957-1958

                  20. KARIKUNZIRA  Michel                          Burundi                     1957-1958

                  21. MBONGA Louis                                     Congo                       1958-1959

                  22. MPANDA Joseph                                    Congo                      1957-1958

                  23. TSONI  Laurent                                      Congo                      1958-1959

                  24. UMA Raphaël                                        Congo                       1958-1959

     

     

     Source: Liste des diplômés, Université Lovanium de Kinshasa, édition 1970

     


    0 0

    Un reportage de la RTS sur trois réfugiés congolais à Rio de Janeiro.

    Prince Mabuza, 3e à partir de la gauche (Photo de Frédéric Faux)

    Le mardi 1er juin 2016,  l’émission « Détours » de la Radio Télévision Suisse (RTS), conçue par Madeleine Caboche et Martine Galland, a diffusé un reportage de Frédéric Faux sur Yolande Mabika , Popole Misenga,  et Prince Mabuza. Les deux premiers sont des ex-judokas de l’équipe de la RDC qui ont fui lors du Championnat du monde de 2013 à Rio. Tandis que Prince Mabuza, ancien professeur des maths au Kivu, a quitté le pays durant la guerre, avant de se retrouver au Brésil, après une traversée à risques à bord d’un bateau.

    Ces trois réfugiés font partie de nombreux congolais arrivés au Brésil depuis une certain temps pour fuir la guerre en République démocratique du Congo. Certains commencent à parler plus le portugais que le français.

    Nous reproduisons l’interview de la RTSsur ces trois compatriotes afin d’informer toute la communauté sur le sort des nôtres au Brésil, et en même temps attirer l’attention des politiciens congolais sur les conséquences de leurs actes. Tous les anciens seigneurs de guerre sont actuellement au pouvoir, au moment où des milliers de pauvres congolais sont en train d’errer à travers le monde.

     

     

    Messager

     

    Source: RTS


    0 0

    L’évolution des titres académiques en Belgique, expliquée par un belge.

    Référence : http://www.mbokamosika.com/2016/02/victor-promontorio-premier-universitaire-congolais-diplome-en-belgique.html

     

    Avant la seconde guerre mondiale, la licence en droit s'obtenait en 3 ans.; c'est après la guerre qu'elle fut portée à 4 années. Les ingénieurs agronomes ont été diplômés en 3 ans, puis en 4 ans et enfin en 5 ans (2+3) dans des Instituts agronomiques qui deviendront des Facultés après 1960. Il y eut même une licence en agronomie d'une durée de 2 ans (diplôme légal), puis un graduat (en 3 ans) à l'UCL, (diplôme non légal) assimilable plus tard ( 1977) au diplôme légal d'ingénieur industriel en agronomie (4 ans, 2+2). Aujourd'hui, en Belgique francophone, toutes les maîtrises se font au minimum en 5 ans (3+2).

    Tout ceci à titre indicatif pour mes amis Congolais diplômés en Belgique.

     

    Ergo André-Bernard 


    0 0

     

    LA NUIT DE LA RUMBA  le 03 JUILLET 2016 -  Au theatre des romains de fourviere a Lyon - FRANCE

    RUMBA FOURVIERE

    Au programme des Nuits de Fourvière à Lyon, un périple musical entre Cuba, Congo et Catalogne, avec Parrita, Faya Tess, Los Angelitos Negros, Antoine “Tato” Garcia… marquera la soirée du Dimanche 03 Juillet 2016 à partir de 21 h00 au Théâtre des Romains de Fourvière - 69005 Lyon

     

    C’est aux rythmes de la rumba que se déroulera en septembre 2016 le grand Défilé de la Biennale de la Danse, l’un des rendez-vous les plus populaires de la vie culturelle lyonnaise.

    Pour préparer cette fête, Fourvière accueille le 03 Juillet 2016 au Théâtre des Romains de Fourvière à Lyon, une création exclusive, explorant les multiples visages et couleurs d’une musique qui a franchi les frontières et les époques. Née au 19e siècle dans le terreau des rituels afro-cubains, la rumba a essaimé la planète pour se réinventer. On la retrouve dans l’entre-deux-guerres au Congo, où elle composera bientôt la flamboyante bande-son de l’indépendance. Dans les années 1950, elle prospère entre Barcelone et Perpignan, où les Gitans s’imprègnent du son cubano et du mambo pour créer la virevoltante "rumba catalane".

    C’est ce périple à travers l’Histoire et le monde que conte la Nuit de la Rumba, avec quelques détours inattendus (Hongrie, Chine, Inde…) et un foisonnement de chants et de rythmes porté par des solistes de choix comme le Barcelonais Parrita, la Congolaise Faya Tess, le Perpignanais Antoine "Tato" Garcia ou la Cubaine Ludmila Mercerón. Le tout enrobé par un orchestre de cuivres et percussions confié aux mains d’or des arrangeurs cubains Robin Reyes Torres et Ernesto Burgos Osorio (Santiago de Cuba). Au cœur de la soirée, pour parachever la fête, Dominique Hervieu, directrice artistique de la Biennale de la Danse, viendra initier le public à la rumba tarentelle qui composera le final très attendu du Défilé de septembre.

     

    Direction artistique Guy Bertrand, en partenariat avec le défilé de la Biennale de la Danse et le CRR, et en coproduction avec Athos Productions

     

    Clément Ossinondé.

     (Source)Théâtres Romains De Fourvière 6 Rue De L' Antiquaille 69005 Lyon-Tarif 24,80, réservation sur le  site Théâtre Romains de Fourvière ou à la Fnac...

     

    ==================================================================

     

    Une mise au point à propos de la « Tumba »

     

    Référence : http://www.mbokamosika.com/article-la-conga-ou-tumbadora-80000612.html

     

    Dans son article du 21 juillet 2011, intitulé La « Conga » ou « Tumbadora », et sous-titré « née à Cuba des parents congolais (Bantous) », notre aîné Clément Ossinondé raconte brillamment l’aller et retour de l’incontournable « Ngoma » Tam-Tam, cet instrument à percussion de la race bantoue à peau tendue ramené en Amérique (Cuba) durant la traite négrière, et revenu en Afrique vers 1954 aux éditions Loningisa sous l’appellation de « Tumbas » et « Bongos ».

    Selon cet article, la « Conga » ou « Tumba », est un tambour issu de notre « Ngoma » avec la peau d’animal.

    A ce propos, nous nous permettons de faire une mise au point très importante à propos de l’appellation « Ngoma » chez les bantous. En effet, d’une manière générale le « Tam-Tam » africain est dénommé « NGOMA » dans plusieurs langues bantoues. Mais, dans certaines ethnies congolaises, « Ngoma » prend un sens plus général et signifie l’orchestration ou la musique dans son ensemble.

    Chez les Luba du Katanga par exemple, le Tam-Tam s’appelle « Ditumba ». Chez les Bansongye le Tam-Tam s’appelle « Etumba ». Si nous éliminons les préfixes « Di » et « E », il nous reste le radical « TUMBA » qui signifie  Tam-Tam chez ces ethnies.

    Étant donné la proximité linguistique de ces peuples avec les Hemba du Katanga , les Bangu-Bangu du Kivu, Les Lubas du Kasaï, les Tetela, les Rega, les Kalanga, les Basanga, les Kanyoka,  etc, etc, lesquels furent de principales victimes de la traite négrière, nous pouvons affirmer que le mot « Tumba »  qui est le synonyme de « Ngoma » est un mot authentiquement Bantou. Donc, il a été emporté par les esclaves en Amérique et il est revenu en Afrique sous son appellation d’origine. Une étude lexicologique à l’époque aurait permis aux éditions musicales à établir que « Ngoma » et « Tumba » sont des synonymes, signifiant « Tam-Tam ». 

     

    Messager


    0 0

     

    « Bokilo », une autre œuvre de l’orchestre Afro-Négro.

    Référence : http://www.mbokamosika.com/2014/07/liwa-ya-president-kennedy-par-l-orch-afro-negro.html

     

    En 2014, nous avions diffusé sur notre site la première chanson de l’Orchestre Afro-Négro intitulée « Liwa ya président Kennedy ». Suite à cette diffusion, nous avions reçu un commentaire de Crispin Régis Lukoki nous informant que son frère aîné Philippe Kabwuiku ainsi que ses collègues Ndamvu, , le saxophoniste Matingou, Bikoko et Camile Wazolano firent partie de cette formation musicale. D’autres part, un des fils de l’ancien 1er ministre Nguza Karl i Bond avait confirmé la présence de son papa au sein de cette formation des jeunes congolais alors étudiants en Belgique. Nous savons que plus tard, Tonny Dee Bokito et Max Mongali avaient également évolué au sein de cet orchestre

    En ce samedi, nous dédions aux mbokatiers un autre titre de l’orchestre Afro-Négro intitulé « BOKILO », sorti presqu’à la même époque que la chanson « Liwa ya président Kennedy », c’est-à-dire au milieu des années ’60. Nous rappelons aux collectionneurs que nous sommes toujours en quête de « Princesse ya Nono », une autre rareté de cette formation aujourd’hui introuvable sur le marché des disques.

    Bon week-end à tous.

     

     Messager


    0 0

     

     

     

    LES « TIGRESSES » À L’HONNEUR

    Le 31 décembre 1979, les « tigresses » furent à l’honneur au salon Zaïre de l’Intercontinental dans un show animé par tantine Abeti à l’occasion du réveillon de fin d’année. Les tigresses, sont les huit danseuses aux coups de rein dévastateurs qui constituaient jadis les pièces maîtresses de la chorégraphie de la célèbre chanteuse congolaise durant ses prestations aussi bien locales qu’internationales.

    Ce lundi 13 juin 2016, ces tigresses seront à l’honneur sur notre site. En effet, grâce aux archives, les mbokatiers découvriront les faces et les identités des huit danseuses surnommées à l’époque les « Tigresses », dans le cadre du travail de mémoire.

    À cet égard, nous  reproduisons  les différentes images diffusées par le quotidien Elima du 31 décembre 1979 sous la plume du chroniqueur musical N’Zita Mabiala, de manière que les figures et les identités des huit tigresses , en l’occurrence Bilonda Kasuyi, Feza Saïdi, Mimi Bonui Litombo, Ngalula Bipendu, les jumelles Mbuyi et Kanku, Aziza Bomolo, et Bangolu Ngutu, soient visibles.

    Par ailleurs, nous avons jugé opportun de diffuser une chanson que tantine Abeti avait dédiée à sa tigresse principale « BILONDA », que notre ami Dikima nous avait envoyée au même moment que « Zaïre Oye ». Cette marque de générosité s’inscrit dans la pure tradition de la 2ème génération de la musique congolaise consistant à valoriser les membres les plus influents des formations musicales à travers des œuvres restées légendaires, telles que : « Jamais Kolonga », par l’Afican-Jazz, « Mukala », par l’African-Fiesta, « Liwa ya Sinatra » par Conga-Succès, et « Jean-Jean », par l’OK-Jazz.

     

    Messager

    LES « TIGRESSES » À L’HONNEUR

    LES IMAGES DES TIGRESSES DÉTAILLÉES

     

    1er rang: Mbuyi, Ngalula, Bilonda, et Kanku

    2e rang: Mimi, Feza, Bangolu,, et Aziza

     

    De g. à dr, : Ngalula, Feza, Mimi, et Bilonda

     


    0 0

     

    Siluvangi, « Wapi Accordéon », par Kyaku Kyadaff

     

    Cher Messager,

     

    Je voudrais faire écouter "Siluvangi Wapi Accordéon" interprétée par le jeune musicien angolais Kyaku Kyadaff. Il a de très belles chansons dans cet album intitulé Se Hungwile. Psychologue et professeur, il détient une maîtrise en « Governação e Gestão Pública » défendue à la Faculté de Droit de l’Université Agostinho Neto.

     

    Les mbokatiers peuvent remarquer ce que l’accent portugais apporte aux mots lingala, surtout les mots qui contiennent la consonne « l », tels que « alobi », « lelo », « mbula », « eleki », « ozali », « kolaka-laka », « nalingi », etc. L’autre remarque, à mon avis, c’est d’avoir essayé de chanter seul une chanson qui a été exécutée par deux voix dans l’OK Jazz, puisqu’il faut qu’il passe de la première à la deuxième voix au hasard.

     

     

    Pedro


    0 0

     

    Ngimbi Kalumvueziko, publie "Le Pygmée congolais exposé dans un zoo américain"

    Edité par L'Harmattan, ce livre  est un hommage à Ota Benga pour avoir connu la déchéance humaine parce qu'il était Pygmée, un Noir, et cristallisé sur lui tous les stéréotypes négatifs sur la race noire.

     

    L'œuvre de Ngimbi Kalumvueziko est surtout un appel au respect de la dignité de l'homme quel qu'il soit, partout dans le monde. Enfin, il plaide pour la protection des pygmées africains, méprisés, privés de droits civiques et dont la race est menacée de disparition.

    Sur les traces d'Ota Benga

    En 1906, un être humain avait été exposé au Zoo de New York, enfermé dans une cage avec des singes. Il s'appelait Ota Benga, un Pygmée, et venait de la région du Kasaï, au centre de la République Démocratique du Congo. L'histoire d'Ota Benga couvre les pages les plus honteuses de l'époque contemporaine de l'histoire de l'humanité. Elle est ignorée en Afrique et même au Congo.

    Cela ne doit pas étonner car aucun livre d'histoire enseignée en Afrique n'en parle. Elle s'inscrit dans le contexte de la propagation des idées de "hiérarchie des races", et d'existence de "races inférieures" nées d'une interprétation raciste de la théorie de la "sélection naturelle des espèces", et est emblématique du phénomène de "zoos humains" en vogue dans l'ensemble du monde occidental au 19ème siècle et au de-là.

    Ce livre expose cette curieuse et complexe histoire par devoir de mémoire historique, et pour en appeler au respect et à la dignité humaine. Il se veut aussi être un plaidoyer pour la protection des Pygmées, toujours méprisés, privés de droits et menacés de disparition en tant que race.

    Ngimbi Kalumvueziko,auteur de plusieurs ouvrages, est de nationalité congolaise (RDC).Economiste et analyste financier de formation, spécialiste en développement , économie d'entreprise, et relations économiques internationales.

    Clément Ossinondé

    Contact: Ngimbi Kalumvueziko 9677 Brassie Way Gaithersburg, MD 20886 (USA) - Tél 01-240-6208042


    0 0

    Terminaison des sobriquets et autres appellations dans l’ordinaire des Congolais          

                                                                                         

    Référence: http://www.mbokamosika.com/article-sobriquets-des-congolais-celebres-59238263.html

     

    Le sobriquet reflète sans doute l’image de son porteur. Si les parents ont donné à chacun de nous un nom de famille accompagné d’un prénom, le surnom qu’on se donne soi-même est à la fois une sorte de renaissance et d’indépendance. L’affirmation de la personnalité et de la responsabilité à venir se remarque dans la fabrication du pseudonyme et du choix de celui-ci. Sa confection requiert parfois une grande gymnastique intellectuelle surtout quand on se rappelle  de la façon dont Daniel Ntesa a trouvé le sien. Des noms congolais et des prénoms français ont été décousus, poli, tricotés puis transformés en une nouvelle structure au prix d’un véritable exercice orthographique. Lorsque le suffixe os  était en vogue, les patronymes congolais tout comme les prénoms en avaient fait les frais. On avait des Kamos (Kamokotolo), des Mpembros (Mpembele), des Landos (Landu), des Sébos (Sébastien), des Pecos (Pierre) et des Ricos (Richard). Pour cette catégorie de surnoms, les Joseph avaient toutes les facilités du monde à s’accorder un nouveau nom de jeunesse, le célèbre suffixe faisant déjà partie de leur prénom (Majos, Mujos, Kajos). Dans cette quête effrénée au sobriquet idéal, furent aussi utilisées d’autres terminaisons, notamment celles en y, o, i et a.  Le suffixe jouait-il un rôle majeur ? Avait-il une influence magique? Ou faisait-il seulement allusion à une préférence, une tendance ou un style. En tout cas, la volonté de s’y atteler était tellement grande que chacun de nous a fini par se retrouver dans son pseudonyme. En attendant la réaction des mbokatiers, voici une ébauche de ces appellations qui ont marqué notre jeunesse.

     

     

    Sobriquets et noms en os

    Berros, Pecos, Matos, Fejos, Domingos, Samos, Dajos, Ajos, Kajos, Kijos, Mermos, Ferros, Papos, Patos, Béjos, Célos, Sebos, Kamos (Kamokotolo), Bijos, Diazos, Bazos, Nedos, Freddos, Ikos, Mpembros, Mbonglos,  Malos, Fatos, Landos.

    Célébrités : Mujos, Pajos, Danos, Porthos, Ricos, Ya Lengos, Kosmos, Flujos, Sijos (trompettiste de l’OK Jazz), Stervos Niarcos, Lajos, Adios (Alemba), Brazzos, Dinos, Pinos, Santos, Majos (dirigeant de FC Dragons), Mayos (Cobantous), Dokolos, Bongos, Mack Joss, Permos, Dilandos.

    Orchestres : Los Nickelos.

    Trio dans la chanson : Cepakos

    Titres dans la chanson: Ekwile Ferros, Mbendos, Transberos.

    Dancing-bar : Ngoss

    Équipe :  FC Santos (de Kinshasa)

     

     

    Sobriquets et noms en y

    Govy, Andy, Samy, Dany, Felly, Athy (Albertine), Adidy (Adrienne), Biby (Bibiane), Eddy (Edouard et Edmond), Zéphy (Zéphyrin), Flory (Floribert et Florent), Mathy, Pathy, Ely (Eliane Elisabeth), Emy, Cathy, Getty, Jacky, Wany, Zorry, Jeanpy, Jeancy, Masky, Dely, Djany, Kady, Riddy,  Lamedy (Landu), Charly, Cassidy, Dandy, Aphy, Perry, Tony (Antoine), Daddy, Jacky, Sedy, Darly, Mimy, Betty.

    Célébrités : Vicky (Longomba), Emmany (Shaba), Gerry (Gérard), Gaspy, Gaby (Lita), Reddy, Dicky, Dizzy, Clary, Freddy (Mayaula et Mulongo), Dally (Kimoko), Fally, Barly, Djo Maly, Flamy, Lady, Kelly, Kwamy, Pépé Felly, Missy, Roxy, Souzy (kaseya), Teddy, Eddy, Papy (Tex), Francky (Ombazi), Dercy, Billy (Barrel), Rocky, Jershy (Nyoka Nlongo), Passy, Kwedy, Rolly, Joly, Johnny (Bokelo), Jimmy,  Willy (Mbembe), Rossy, Baby (Ndombe), Gary (Ngasebe).

    Orchestres : Grand Micky, Airs Vicky, Los Backy, Kamavasthy, Lovy, Getry.  

    Titres dans la chanson: Chéri Lovy,   Kamavasthy.  

    Danses : funcky

    Editeurs : Biby

     

     

    Sobriquets et noms en o

    Dinzo, Zorro, Flo, Mado, Cloclo, Fedo, Adolo, Catho, Kato, Lolo, Demalo, Théo, Nginaro, Caro, Sadiko, Pasco, Ringo, Jado, Coco, Marcelo, Alino, Philo, Existo, Marco, Andro, Iblo, Pao, Kengo, Jo, Toto, Walo, Jojo, Ligo, Bonzo, Chico, Apho.

    Célébrités : (Père) Buffalo, Franco, Nico, Yorgho, Kuyukutiko Kumekiko (Dino Vangu), Zozo, Mario, Edo,  Champro,  Ado (Makola), Simaro, (René) Moreno, Pamelo, Pablito, Modero, Rigo (Star), Amigo (Nzungu), Michelino, Alphonso, Guvano, Célio, Redo, Defao, Carlyto, Tchico, Mauro (Maurice), Armando, Popolipo, Beniko, Mack-Macro, Mashakado, Casino, De Mingongo, Picolo, Gento, (Yamba) Durango, Djo Nolo, Emoro, Lidjo (Kwempa), Tino, Dino (Vangu), Awilo, Pablo, Albino, De Piano, Domin-Domingo, Maproko, Dodo (Munoko), Mopao, Anto, Mangobo, Kokodioko, Koko dia Nzombo, Zatho, Sotcho, Bobo, Nono, Diatho, Gatho,  Barly Barliento (bassiste des Kamale), Modogo.

    Titre dans la chanson : Dalo, Elo, Mario, Mokrano, Mosinzo, Margo, Hyppo, Véro, Monano, Miko, Macoco, Zikondo, Muvaro, Amando, Sorozo, Sacramento, Wilo Mondo.

    Cri dans la chanson : Tchatcho

    Orchestres : Somo Somo, Isoto, Libanko, Zaïko, Sosoliso, Kanako, Konono, Comet Mambo, G.O Malebo, Minzoto, Bella Mambo, Rock a Mambo, Afro Négro.

    Editeurs : Esengo, Kaba Lisolo, Rono

    Danses : Sonzo, ndombolo, mayeno, mukonionio, hélico, ya mado, boléro, fimbo.

    Cri dans la chanson : Kroubondo.

    Dancings-bars : Alphonso, Chez Mambo, Kongo (bar).

    Éditeurs : Landa Bango, Apollo, Boboto

    Distributeurs : Rigo Makengo, Zinago, Manglo

    Slogan de la sape : Mangokoto                                                               

    Équipes : Lupopo, Vaticano, Mikado, Muungano, Makiso, Etoile du Congo, FC Albino (de Kisantu).   

    Journaux: Salongo, Masano, Myoto.

     

     

    Sobriquets et nom en i

    Vivi, Bibi, Kiki, Lili, Didi, Mandeni, Beloti, Divi, Sisi, Popsi, Nani, Fadi, Titi.

    Célébrités : Joski, Ya Tshitshi, Fifi, Dona Mobeti, Koffi, Lipati, Masasi, Bipoli, Zizi, Mongali, Monzali, Bengali, Bozi, Katiti, Armando Grazi, Pili-Pili, Kabibi, Amalphi, Tokodi, Dodoli, Barami.

    Orchestres : Mi, Macchi, Isifi, Bakuba Mayopi, Dynastie Mutwashi.

    Titres dans la chanson : Biki, Parafifi, Nizi, Nzinzi, Muzi, Beloti, Nadi, Pa Oki, Ni’nzi

    Trios dans la chanson: Madjesi, Zodemi, Mayopi, Mamaki, Nymuki

    Danses : Kiri-kiri, mbiri-mbiri, esombi

    Cri dans la chanson : Kinshasa malili, Eyi nkisi.

    Éditeurs : Babi, Elengi.

    Distributeurs : Molende Kwikwi, Alino Matabisi, Evvi.

    Producteur : Kiki

    Dancing-bar : Parafifi

    Équipes : AS Veti, Babeti (ya Kin), Nzazi

    Sape : Religion kitendi

    Journal : Mweti

     

     

    Sobriquets  et noms en a

    Dina, Sola, Clara, Anna, Lina, Emma, Siska, Sisika, Paulina, Bibicha, Sharufa, Ngina, Loocha, Dada, Foya, Alpha, Anana, Bea, Shilva, Jilva, Dungura.

    Orchestres : Shama Shama, Lipua Lipua, Conga, Bella Bella, Banita, Cavacha, Afrisa, Africana, Bakuba, Bamboula, Karawa Muzika, Grand Zaïko Wawa, Etumba na Ngwaka.

    Célébrités : Mounka, Decca (Mpudi), Lengi Lenga, Dona (Mosambo), Baroza, Inga, Gina, Djuna Djanana, Sinatra, Sangana, Debaba, Mata-Mata, Ngunza, Jamais Kolonga, Misisa, Mageda, La Sintura, Fafa.

    Trio dans la chanson : Kadima

    Attaque chant : Attaque Bazooka, Fania (All Stars)

    Titres dans la chanson : Paulina, Clara, Lina, Sola, Effrakata, Mupepa, Zanga Zanga, Marie Jéa, Naza, Mfumbwa, Verra.

    Danses : Ekonda, tara, rumba, cavacha, maria, kwasa-kwasa, eza, charanga, cha-cha, washa-washa, six motoba, siatapata, bidunda-dunda, roboti robota, suelema.

    Cri dans la chanson : Ebeba, pusa kuna, fiona-fiona.

    Dancings-bars : Suzannela, Chez Kara, Kimpuanza, Viva, Ma Elika, Liziba.

    Editeurs : Opika, Ngoma, Muzikana, Loningisa, Olympia, Vita, Tcheza, Génidia, Kina Rama, ISA, Mara, Epanza Makita, Sakumuna.

    Distributeurs : Mara

    Équipes : Vita, Bilima, Imana, Vutuka, Elima, Cara, Nika, Vijana.

    Journaux : Elima, Etumba, Umoja

    Slogan de la sape : Vuata ku vuata

    Mouvement ésotérique : Prima curia

     

     

     

    Samuel Malonga


    0 0

    Le domaine Mobutu a été vendu à un peu plus de 6 millions de francs suisses

    La propriété fastueuse de l’ex-dictateur zaïrois Mobutu Sese Seko, à Savigny, a été adjugée à l'UBS pour le montant de 6'054'000 de francs.

     

    l''ancienne villa de Mobutu a été adjugé à l'unique intéressée, soit UBS, pour un montant de 6'054'000 francs. [Fabrice Coffrini - Keystone]

     

    Le mercredi 15 juin 2016 dès 9h, l'Office des poursuites (OP) de Lavaux-Oron a procédé à une vente très particulière dans la salle des mariages à Cully. 21 personnes étaient sur place pour tenter de remporter les enchères de l’ancienne propriété fastueuse de l’ex-dictateur zaïrois Mobutu Sese Seko. Estimé à 18 millions par l'OP, le domaine de six hectares - dont 700 m2 de surface habitable et trois hectares de parc exceptionnel aux allures de petit Versailles - a été adjugé à l'UBS pour le montant de 6'054'000 de francs.

    Racheté en 2001 pour une bouchée de pain - 3,1 millions de francs - par un discret homme d’affaires belgo-suisse et son épouse américaine, rénové et agrandi pour plus de 12 millions, l’ex-fief du despote déchu fait l’objet d’une procédure en réalisation de gage immobilier. Autrement dit, les copropriétaires, divorcés depuis des années, sont codébiteurs d’arriérés d’un montant de 6 millions de francs, en particulier envers l’UBS (hypothèques).

    (Le Matin)

     

    Est-ce que les politiciens actuels ont-ils tiré les enseignements du règne de Mobutu?

     

     


    0 0

    Une question politico-culturelle à nos amis angolais.

    Nous avons beaucoup d’érudits angolais parmi les mbokatiers. Nous pensons notamment à nos amis: Pedro, Lused, Papa Kinalo, Sebastiano Kupessa Ngombo,Nsingi Mabwassa, etc, etc. C’est à eux que nous adressons cette question.

    Depuis le pays, nous avions appris de bouche à l’oreille que l’une des raisons qui avaient poussé les angolais à se réfugier au Congo durant l’époque coloniale, était le fait qu’ils avaient refusé de céderr leurs filles aux colonialistes portugais dont l’objectif consistait à métisser davantage la population angolaise.

    Si nous nous référons à l’histoire de l’indépendance angolaise, nous constatons que la lutte de libération a été déclenchée en exil du côté de ceux qui avaient préservé leur identité culturelle. Quel rapport pourriez-vous établir entre la sauvegarde de l’identité culturelle et l’indépendance angolaise.

    En attendant, écoutons une oeuvre de Manuel D'Oliveira, interprétée par l'OK-Jazz.

     

     

    Messager 


    0 0

    Bon de commande  du livre « le paradigme Lumumba :libre ou mourir »

     

    Référence : http://www.mbokamosika.com/2016/04/bientot-en-librairie-le-paradigme-lumumba.html

     

    Le 17 avril, l’écrivain Lomomba Emongo nous annonçait la parution imminente de son livre « le paradigme Lumumba : libre ou mourir »

    C’est avec plaisir qu’il nous informe aujourd’hui de la sortie de ce livre dont nous reproduisons le bon de commande émis par l’éditeur.

    Nous invitons tous nos lecteurs à encourager l’auteur en achetant son livre.

     

    Mbokamosika

     

     


    0 0

     

    Deux raretés de l’orchestre Super-Baka, en provenance du Haut Ogooué au Gabon, pour commémorer la fête de la musique.

     

     

    Originaire de la Province du Haut Ogooué au Gabon, j'ai grandi avec les sons des 2 Congo. C'est un plaisir pour moi, à travers Mbokamosika, de retrouver certains tubes que j'avais oubliés depuis lors. 

    Je voudrais partager avec tous 2 tubes de l'Orchestre Super Baka, à savoir « Mon Dani » et « Mangungu ».

     

     

    Bonne écoute.

     

    Par ailleurs, je recherche les chansons suivantes:

     

    1/ Pangula MJ de Negro Succès;

    2/ Economa du peuple: de Negro Succès;

    3/ Mpugu Ya Bolingo de l'Ok Jazz;

    4/ Kuelo de Nyboma et Lipua Lipua;

    5/ Nazali Maçon, kasi Ndako té, Bavon MM.

    6/ Louise Oboyi Frigo, Ok Jazz.

     

    Merci d'avance à tous.

    Bien fraternellement

    Amaya

     

     

    Chers amis mbokatiers,

     

    Depuis la création de notre site, nous avons recherché en vain les œuvres de l’orchestre Super-Baka. Aujourd’hui, un fils du Haut Ogooué au Gabon nous permet de reconstituer une partie du répertoire de la chanson congolaise en diffusant deux raretés qui font partie du patrimoine. En les réécoutant hier, nous avons eu des larmes aux yeux, sachant que nous les considérions comme étant définitivement perdues.

    Faut-il encore rappeler que la gestion calamiteuse de l’industrie du disque a fait disparaître des milliers d’œuvres de la musique congolaise. La preuve, sur les 6 titres ci-dessus recherchés par notre ami du Gabon, aucun ne se trouve dans notre discothèque.

    C’est pourquoi nous invitons tous les collectionneurs à nous aider à retrouver toutes les œuvres perdues de la chanson congolaise.

    Messager

     


    0 0

     

    Bonjour Messager,

    Votre blog fête ses 9 ans aujourd’hui !

    Toute l'équipe d'OverBlog est heureuse de souhaiter un joyeux anniversaire à votre blog MBOKAMOSIKA.

     

    9 ans ça se fête ! 
    Dites-le à tout le monde

       

     

    Le dimanche dernier, notre blog a fêté ses 9 ans d’existence, comme en témoigne le message de l’équipe d’OverBlog  ci-dessus. À cet égard, nous nous excusons auprès des mbokatiers de ne leur avoir pas annoncé cet événement à temps.

    Nous remercions particulièrement tous ceux qui se sont investis depuis juin 2007 dans l’accomplissement d’un projet culturel devenu la propriété de toute la communauté. En effet, mbokamosika renferme des articles, des commentaires, et des chansons émanant des milliers de personnes. Il est regrettable que les divergences liées à la situation politique en Afrique nous aient amenés à nous montrer indulgents à l’égard de certains amis dont l’apport pour le site était remarquable.

    En abordant cette dixième année, nous voudrions inviter tous ceux qui s’étaient sentis offusqués (y compris les bannis) à revenir, en vue de fêter ensemble le dixième anniversaire le 19 juin 2017.

    Dans la mesure où notre site est devenu le patrimoine africain et de toute la diaspora noire, nous suggérons à tout le monde de nous occuper plus des problèmes culturels, et de laisser les débats politiques aux sites appropriés, tout en souhaitant que tous les pays africains deviennent des états de droit.

    Ainsi, au seuil de cette dixième année, nous ouvrons notre discothèque aux mbokatiers en leur proposant de temps en temps de merveilles de la chanson congolaise. Nous commençons par ce titre de Franco et l’Ok-Jazz de 1966 intitulé « Oyo mobali tapale ». Pour ceux qui ne parlent pas lingala, il s’agit d’une complainte d’une femme  à l’égard de son polygame de mari. Un jour, l’enfant de sa rivale qui jouait sous la pluie est venu salir ses meubles. L’ayant corrigé, elle a été l’objet du courroux du mari qui n’a pas supporté qu’une femme stérile puisse taper sur son fils. Une scène de la vie courante en Afrique, racontée avec beaucoup de mélancolie par Vicky et les chanteurs de l’Ok-Jazz, avec Franco à la guitare solo, et éventuellement Verckys au saxo. 

     

    Messager

    .


older | 1 | .... | 13 | 14 | (Page 15) | 16 | 17 | .... | 56 | newer