Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Cet espace se veut un lieu de rencontres et d'échanges entre ressortissants de l'Afrique Centrale et Australe . Tout étranger connaissant ou voulant faire connaissance de cette partie de l'Afrique est le bienvenu. Nous y aborderons des sujets culturels en français, portugais, ou en lingala, selon les interlocuteurs . Notre devise:réduire la distance qui nous sépare du continent, par l'entretien de la mémoire collective, en recourant à notre musique dans toute sa diversité

older | 1 | .... | 19 | 20 | (Page 21) | 22 | 23 | .... | 56 | newer

    0 0

    RDC : L’ONU dénonce la violence des forces de l’ordre les 19 et 20 septembre 2016.

    En RDC, le Haut-Commissaire aux droits de l'homme des Nations unies dénonce la violence avec laquelle les forces de l'ordre ont réprimé les manifestations les 19 et 20 septembre derniers. Dans un discours donné à Genève mardi 27 septembre, il s'inquiète de la violence de la répression mais aussi de la possibilité que les forces de l'ordre aient prémédité cette répression qui a fait au moins 53 morts selon l’ONU.

    Au moins 368 personnes arrêtées dans tout le pays, des jeunes payés pour perturber les manifestations mais aussi des membres des forces de sécurité qui se seraient rendus coupable de pillages : le document les Nations unies pointe la responsabilité des autorités de Kinshasa dans les dérapages de la semaine dernière.

    Plus grave encore, contrairement au gouvernement congolais qui estime avoir été obligé d’intervenir face à des manifestants belliqueux, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme affirme que « les forces de sécurité ont eu un recours excessif à la violence et aux armes ». Pour preuve, selon l’ONU, le nombre de victimes trouvées avec des blessures par balles non pas au niveau des jambes ou des bras, mais dans la poitrine ou la tête ; un mode opératoire qui pourrait indiquer que l’ordre de « tirer pour tuer » ait été donné.

    Enfin, l’arrestation musclée de journalistes et de photographes avant ces incidents et leur mise à l’écart pendant plusieurs heures pourrait là encore, selon l’ONU, prouver que la répression violente de la manifestation était prévue.

    Comme l’ensemble de la communauté internationale, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU demande donc qu’une enquête indépendante, transparente et crédible soit ouverte sur ces heurts.

    Selon l'ONU, au moins 53 personnes dont 4 policiers et 49 civils ont été tués au cours des affrontements à Kinshasa en début de semaine dernière, et 127 civils blessés par la garde républicaine, l'armée ou la police. Pour la police, les heurts ont fait au total 32 morts. Du côté de l'opposition, on parle de 50 à plus de 100 vies perdues.

    RFI

     

     

                   LES REACTIONS
    Rien de surprenant, ni de nouveau. Nos armées ne portent de ce nom, que le côté esthétique, sans se soucier du cadre intrinsèque de ce que peut et doit être une véritable armée qui défend les populations et les frontières. Ce sont en fait des milices privées au service d'un groupe de crapules à la tête des États qui, eux-mêmes ne sont que des caricatures, où au de la démocratie, la dictature, tous les crimes sont justifiés. De l'autre côté, le machin -comme disait De Gaulle, en parlant de l'ONU- qui ne va pas au delà des dénonciations, trop d’intérêts en jeu, où les grandes puissances militaires et économiques présentes au Conseil Permanent, ont une histoire intimement liée à l'esclavage, la colonisation et un néocolonialisme quasi présent sous plusieurs formes, sous nos cieux gris du pillage. Ce sont les mêmes qui nous vendent par quantité infinie, des armes. C'est pourquoi sont rares, les "présidents" de nos républiques bananières, qui posent les premières pierres, pour édifier des écoles, des dispensaires et hôpitaux, préférant acheter par milliards des blindés, des avions de chasse. Avec les ristournes qui s'imposent dans leurs poches. Et quand ils en posent les quelques pierres, les travaux sont toujours inachevés, l'argent s'étant volatilisé sans suite. 


    S'il faut alerter l'échiquier international des méfaits de nos roitelets, c'est pour que ces grandes puissances ne disent pas qu'elles ne savaient pas. Seule notre propre volonté, notre intelligence conjuguée guidant nos forces, pourront venir à bout de nos monstres. 


    Un travail pédagogique de très longue haleine est à la base d'un processus de prise de conscience. Hors, sans éducation, sans santé, et s'exprimer en langue étrangère dite "nationale" n'est pas toujours à la portée de chacun. C'est long, mais pas impossible.


    Comme l'a rappelé dernièrement MBOKAMOSIKA, servons nous des armes disponibles, le numérique, pour renverser la vapeur. Exprimons-nous en toutes les langues à notre disposition, quitte à traduire les parties les plus inaudibles pour la compréhension générale. Dépassons nos peurs qui sont les alliés de nos bourreaux. Ces criminels nous doivent nos martyrs.


    Claude


    0 0
  • 09/28/16--12:31: Yebela…
  • Yebela…


    Aujourd’hui, le peuple et le pouvoir se regardent en chiens de faïence. Les rapports qui n’ont réellement jamais existés entre les deux parties séparées par un fossé béant sont marqués par la méfiance réciproque. Les Congolais ne cessent de rappeler à Joseph Kabila depuis le début de l’année que son mandat arrive à son terme le 19 décembre 2016 à 23h59. L’intéressé fait semblant de l’ignorer, d’où le slogan "Yebela" (sache-le) que les Kinois lui lancent sur la face. La police et l’armée ont tué des manifestants non armés, mais muet comme une carpe, le président (sic) n’a rien fait, n’a rien entrepris de concret, n’a rien dit à part un communiqué lapidaire balancé dans les médias. Le pigeon voyageur pour souiller la mémoire de ceux qu’il a fait exécuter devant les caméras du monde entier, s’est même envolé chez le Pape qui l’a reçu dans une tiédeur effroyable. Qu’est-il allé faire au Vatican alors que 80 millions de Congolais ne veulent plus le voir sur le fauteuil présidentiel et demandent sa disparition définitive de la scène politique congolaise? Le Saint-Père lui a sûrement martelé la raison d’être d’un homme d’État, celle de respecter la volonté du peuple et de ne jamais le trahir ni de l’abrutir. Entendra-t-il la voix de la raison devant tant de misère entretenue par sa politique de poker menteur ou continuera-t-il à camper sur ses positions suicidaires? Les deux mois qui nous séparent de la fin de son mandat controversé à la tête de la nation seront décisifs. Devant des politicailleurs-profiteurs qui bafouent le droit des Congolais à jouir des richesses de leur pays, ceux-ci opposent leur détermination au changement et à l’avènement d’un État de droit qui mettra fin à la kabilie. 


    Les 19 et 20 septembre derniers, les Congolais ont montré leur attachement aux lois qui régissent la république malgré les massacres perpétrés par cette soldatesque sans foi ni loi. Les descendants de Simon Kimbangu n’ont plus peur des balles qui sifflent autour d’eux. "Mayi ya moto etumbaka elamba te" disent-ils avec raison. Jusqu’au 19 décembre, ils continueront leur marche inexorable vers la victoire pour faire respecter la Constitution déniée par les kulunas en cravate qui ont pris le vilain plaisir de marcher sur leur sang et leurs cadavres. Une haute autorité morale de la république, le cardinal Monsengwo, a résumé le vœu de ses compatriotes en ces termes : « Le Congo n'est pas une plantation qu'un président a reçue de son père pour autant décider ce qu'il veut en faire. Un chef de l'État n'est pas indéboulonnable. Le peuple renâcle. On n’a plus besoin d’une dictature. On est dans une république où la corruption n’a plus de limites. Tout est conclu secrètement en avance. On ne peut pas fermer les yeux sur l’enrichissement peu orthodoxe et despotique des gouvernants. On est résigné de voir des politiques qui travaillent mal mais qui veulent durer pour de nombreuses années au pouvoir. On veut la fin de la tyrannie. Le peuple ne demande que du pain, de la liberté et de la justice.»


    La RDC n’a pas besoin d’un homme fort c’est-à-dire d’un despote tricheur et dilapidateur des deniers publics, d’un tyran menteur qui va s’éterniser au pouvoir par des subterfuges maffieux ou d’un criminel qui montrera ses limites et son incapacité à gouverner mais sa perspicacité à tuer et à semer la peur tout en maintenant la population dans la misère. Le Congo a besoin des institutions fortes dont le peuple lui-même sera le gardien et le garant pour la pérennisation de l’alternance politique.
    Yebela …



    Samuel Malonga

     

     

     

     


    0 0

    JOSEPH KABILA : UNE FIN DE RÈGNE CAUCHEMARDESQUE !

     

                    Général Gabriel Amisi sur la photo, et John Numbi: Avoirs gelés par les USA

     

    L’histoire se répète en RDC.  Joseph Kabila est en train de subir le sort qu’avait connu Mobutu vers la fin de son mandat, lorsqu’il fut contraint de se réfugier chez-lui à Gbadolite.

    Tout démontre que la fin de son règne constitue un véritable cauchemar. Rien que durant la journée d’hier, nous avons enregistré plus de cinq nouvelles qui marquent sans aucun doute le début de la fin imminente de son règne. Tenez :

    1. L’ONU a accablé les services de sécurité de Joseph Kabila de la violence sur les manifestants durant les journées du 19 et 20 septembre 2016. Pire encore, les enquêteurs de l’ONU ont constaté que des jeunes ont été payés par le gouvernement congolais pour perturber les manifestations.
    2. Les USA, selon Jeune Afrique, ont gelé les avoir de deux généraux : John Numbi et Gabriel Amisi tango fort, impliqués dans des vexations à l’endroit de la population.
    3. Le parlement belge a demandé officiellement à son gouvernement de lâcher Kabila, à l’instar de la France et des USA, qui sont prêts à frapper Kabila.
    4. Le ministre français des affaires étrangères, Ayrault, a déclaré que la RDC est au bord de la guerre civile. Un avertissement au régime de Joseph Kabila qui veut se cramponner au pouvoir.
    5. Enfin Jean-Pierre Bemba a déposé un recours contre sa condamnation. Une manière de rappeler à la Communauté internationale de ne pas faire deux poids deux mesures, et de poursuivre le premier responsable des tueries survenues les 19 et 20 septembre 2016.

     

    Toutes ces nouvelles publiées en une journée devraient inquiéter Joseph Kabila et sa nébuleuse d’anciens Mobutistes, lesquels ont oublié de lui rappeler les propos de leur ancien boss à l’ONU en 1973, selon lesquels :  « Devant l’ouragan de l’histoire, mûr ou pas mûr, le fruit finit toujours par tomber ».

    Pour clôturer notre billet du jour, nous dédions "Ah Congo" aux mbokatiers  dont l’introduction devrait être traduite à Joseph Kabila. Biliaki yo bikoki.

     

    Messager

     

     


    0 0

    LES STATISTIQUES DU MOIS DE SEPTEMBRE 2016.

    Nous vous présentons les statistiques du mois de septembre 2016 telles qu’elles ont été transmises ce 1er octobre 2016 par l’administration d’Overbog.

    Comme vous l’avez remarqué, la programmation de nos rubriques a été profondément remaniée depuis le 17 septembre 2016, dans le cadre de la mobilisation générale décrétée par les patriotes congolais en vue de contraindre Joseph Kabila à quitter le pouvoir le 19 décembre 2016, conformément à la constitution de la RDC, qui limite son pouvoir à deux mandats.

    Paradoxalement, ce chambardement a considérablement accru la fréquentation de notre site, comme en témoigne les statistiques de ce mois : Pages vues en septembre 2016 : 52431 pages, contre 49239 pages en août 2016, soit une augmentation de 3192 pages. Visiteurs : 28385 visiteurs en septembre, contre 25863 visiteurs en août 2016, soit une augmentation de 2522 visiteurs.

    Nous vous rappelons que notre site est devenu une véritable bibliothèque en ligne, avec une consultation moyenne de 2000 page, et de 1100 visiteurs par jour. Ce qui constitue notre modeste bilan pour la sauvegarde de notre mémoire commune.

     

     

    LES STATISTIQUES DU MOIS DE SEPTEMBRE 2016.

    PAGES VUES :                                                 52.431

    VISITEURS     :                                                 28.385

    PAGES VUES PAR VISITEUR :                                   1,86

     

    LES STATISTIQUES DEPUIS LA CRÉATION DU SITE EN 2007.

    PAGES VUES :                                                 1.618.599 

    VISITEURS :                                                      5.352.795

    PAGES VUES PAR VISITEUR :                                         3,3

     

    LES PAGES LES PLUS CONSULTÉES EN SEPTEMBRE 2016.

     

      URL pages vues
    1. Page d'accueil 5982
    2. /article-les-trois-actrices-de-ma-famille-disparues-87387835.html 1132
    3. /article-les-femmes-du-marechal-84947473.html 1011
    4. /article-36525621.html 912
    5. /article-l-inventaire-des-ethnies-de-la-rdc-72662343.html 856
    6. /article-joseph-kabila-etait-sur-la-liste-de-14-suspects-97367730.html 803
    7. /tag/musique/ 597
    8. /2014/05/la-carte-geographique-de-la-rdc-surgit-sous-les-paves-d-un-ancien-synagogue-a-capharnaum-en-israel.html 545
    9. /article-le-drapeau-congolais-de-sa-creation-a-nos-jours-suite-47766273.html 534
    10. /article-les-quatre-grandes-chansons-de-la-musique-congolaise-120356998.html 526

                                      

     

     

     


    0 0

     

    Regard sur la Constitution congolaise

    Tous les pays du monde ont une Constitution. Selon le Larousse, elle est l’ensemble des textes fondamentaux qui établissent la forme d’un gouvernement, règle les rapports entre gouvernants et gouvernés, et détermine l’organisation des pouvoirs publics. Ce mot est toujours écrit en majuscule comme pour justifier son importance. Au vu de la situation que traverse le pays, nous avions jugé opportun de jeter un regard sur la charte qui régit la RDC. Acceptée et adoptée par le peuple congolais par référendum les 18 et 19 décembre 2005, elle a ensuite été promulguée le 18 février 2006 par Joseph Kabila. La nouvelle Constitution compte pas moins de 220 articles.  Le peuple a-t-il le droit de s’opposer au pouvoir pour le glissement qu’il veut imposer? Le chef de l’État respecte-t-il la Constitution ? Que dit-elle sur l’organisation des élections, l’armée, la police ou la personne humaine ? Pour répondre à ces questions, nous avons consulté le numéro spécial du Journal officiel de la RDC édité par le cabinet de la présidence lors de la promulgation de la Constitution.

    Samuel Malonga

     

    Constitution congolaise de 2006, morceaux choisis

    •  

    Article 5 : La souveraineté nationale appartient au peuple. Tout pouvoir émane du peuple qui l’exerce directement par voie de référendum ou d’élections et indirectement par ses représentants.

     

    Article 8 : L’opposition politique est reconnue en République Démocratique du Congo. Les droits liés à son existence, à ses activités et à sa lutte pour la conquête démocratique du pouvoir sont sacrés. Ils ne peuvent subir de limites que celles imposées à tous les partis et activités politiques par la présente Constitution et la loi. Une loi organique détermine le statut de l’opposition politique.

     

    Article 12 : Tous les Congolais sont égaux devant la loi et ont droit à une égale protection des lois.

     

    Article 16 : La personne humaine est sacrée. L’État a l’obligation de la respecter et de la protéger. (…) Nul ne peut être tenu en esclavage ni dans une condition analogue. Nul ne peut être soumis à un traitement cruel, inhumain ou dégradant. Nul ne peut être astreint à un travail forcé ou obligatoire.

     

    Article 17 : La liberté individuelle est garantie. Elle est la règle, la détention l’exception. Nul ne peut être poursuivi, arrêté, détenu ou condamné qu’en vertu de la loi et dans les formes qu’elle prescrit.

     

    Article 30 : (…) Aucun Congolais ne peut être ni expulsé du territoire de la République, ni être contraint à l’exil, ni être forcé à habiter hors de sa résidence habituelle.

     

    Article 52 : Tous les Congolais ont droit à la paix et à la sécurité, tant sur le plan national qu’international.

     

    Article 58 : Tous les Congolais ont le droit de jouir des richesses nationales. L’État a le devoir de les redistribuer équitablement et de garantir le droit au développement.

     

    Article 60 : Le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales consacrés dans la Constitution s’impose aux pouvoirs publics et à toute personne.

     

    Article 62 : Nul n’est censé ignorer la loi. Toute personne est tenue de respecter la Constitution et de se conformer aux lois de la République.

     

    Article 64 : Tout Congolais a le devoir de faire échec à tout individu ou groupe d’individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l’exerce en violation des dispositions de la présente Constitution.

     

    Article 69 : Le Président de la République est le Chef de l’État. Il représente la nation et il est le symbole de l’unité nationale. Il veille au respect de la Constitution.

     

    Article 70 : Le Président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une seule fois. A la fin de son mandat, le Président de la République reste en fonction jusqu’à l’installation effective du nouveau Président élu.

     

    Article 73 : Le scrutin pour l’élection du Président de la République est convoqué par la Commission électorale nationale indépendante, quatre-vingt dix jours avant l’expiration du mandat du Président en exercice.

     

    Article 74 : Le Président de la République élu entre en fonction dans les dix jours qui suivent la proclamation des résultats définitifs de l’élection présidentielle.

     

    Article 183 : La Police nationale est apolitique. Elle est au service de la Nation congolaise. Nul ne peut la détourner à ses fins propres.

     

    Article 188 : Les Forces armées sont républicaines. Elles sont au service de la Nation toute entière. Nul ne peut, sous peine de haute trahison, les détourner à ses fins propres. Elles sont apolitiques et soumises à l’autorité civile.

     

    Article 220 : La forme républicaine de l’État, le principe du suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la République, l’indépendance du pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical, ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle.

     

    Source : http://www.wipo.int/edocs/lexdocs/laws/fr/cd/cd001fr.pdf

     

     

     

     


    0 0

    Och-ZIff : Une des Firmes vedettes de Wall Street impliquée dans le trafic des minerais en RDC, condamnée à payer 400 millions de Dollars US.

     

    Photo d'illustration-Images AFP

    Référence : http://www.tdg.ch/economie/ochziff-roi-fonds-speculatifs-reconnu-coupable-corruption/story/24415808

    « OCH-Ziff », le roi des fonds spéculatifs, est reconnu coupable de corruption »

    « Criminalité financière :  Rattrapée aux USA pour un scandale au Congo et en Libye, la firme vedette de Wall Street paiera 400 millions. Berne a participé à l’enquête. »

    Tel est le titre et le sous-titre d’un article du journal Helvétique « Tribune de Genève » du 30.09.2016, signé par Pierre- Alexandre Sailer dont l’intégralité se trouve sur le lien sus référencié.

    Pour sa compréhension, nous nous permettrons d’en reprendre quelques lignes, avant d’en tirer les enseignements qui s’imposent pour la RDC.

    Les grands extraits de l’article.

    « Largement ignorée du grand public, c’est l’une des firmes les plus en vue de Wall Street. La firme vient de se faire coincer par la justice américaine – avec l’aide requise des autorités helvétiques – en raison de plusieurs histoires de corruption en Afrique. Pour éviter le procès – et, surtout, pour être autorisé à poursuivre ses activités – le géant des «hedge funds» accepte de payer 213 millions de dollars a annoncé vendredi soir le Département américain de la Justice.

    Och-Ziff a reconnu avoir enfreint la loi américaine contre la corruption à l’étranger et avoir falsifié ses comptes. A cela s’ajoute une amende de 199 millions imposée par la SEC, le gendarme de la Bourse américain. La firme sera en outre placée sous le contrôle des autorités américaines pour trois ans. »

    « Les documents de justice américains décrivent comment le gérant de fonds américain a réussi à réaliser plusieurs investissements «lucratifs» – ils ont rapporté 90 millions – dans les mines et les diamants de la République démocratique du Congo (RDC). Ceci en faisant appel à «un homme d’affaires ayant accès à de telles opportunités par le biais du versement de pots-de-vin à plusieurs responsables gouvernementaux de haut rang».

     

    Suite à cette révélation, quels enseignements peut-on tirer en égard avec la situation actuelle en RDC ?

    1.  Wall Street aux USA et la place financière helvétique (Suisse) sont incontournables dans les transactions financières mondiales. C’est-à-dire que ces deux places sont au courant de la provenance des fonds à travers le monde.

    2.  Les grandes puissances ferment souvent les yeux sur l’opacité des opérations financières de certains régimes totalitaires jusqu’à la limite du tolérable. Lorsque ces régimes exagèrent en réprimant leur propre population, on déterre les dossiers financiers et on s’en sert pour les achever (régimes). C’est ainsi que ce dossier coïncide avec la condamnation du régime de Joseph Kabila par la communauté internationale et le « gel » des avoirs des généraux Kanyama (avant), Amisi et Numbi actuellement, sans oublier l'implication il y a quelques mois de Janet Kabila dans Pamana papers.

    3.  L’article dit que l’enquête a prouvé l’existence du versement des pots-de-vin à plusieurs responsables gouvernementaux de haut-rang de la RDC. Ça sous-entend que les noms de tous ces responsables politiques et militaires de la RDC impliqués dans le trafic des minerais sont connus et que ces personnes pourront être poursuivies à tout moment.

    4.  Nous comprenons maintenant que derrière le dialogue à la cité de l’OUA, se cache une grande bataille de la sauvegarde des intérêts et de la survie politique du régime Kabila.

    5.  Par ailleurs, cette bataille vise également à sauver l’économie souterraine du Rwanda, qui repose sur l’exploitation des minerais en RDC. Comment fonctionnera l’usine de transformation du Coltan fraîchement installée au Rwanda si le régime Kabila venait à perdre le pouvoir en RDC ?

    6.  Voilà la raison d’être des manœuvres dilatoires tendant à prolonger le pouvoir de Joseph Kabila. Est-ce que les congolais aveuglés par le « Per diem » du dialogue comprennent-ils le danger que court la RDC ? Est-ce que les congolais ont enfin compris l’acharnement de Kamehre à se positionner pour les futures institutions, pour les intérêts de la communauté rwandophone. ?

     

    Messager

     

     

    Encore une vidéo qui confirme que les grandes puissances désapprouvent totalement le régime de Joseph Kabila.


    0 0

    L’inhumation des 1ères victimes identifiées des manifestations du 19 et 20 septembre 2016 .

    Le Mouvement Lumumbiste Progressiste (MLP), présidé par Franck Diongo, a exposé en date du 5 septembre 2016 dans l’enceinte du siège de son parti, les corps de trois des quatre militants de son parti, tués lors des manifestations du 19 et 20 septembre 2016 à Kinshasa, avant l’inhumation survenue le même jour.

    Voici les identités de ces trois victimes :

    1. Mâitre José MONDUNGA ( catcheur)
    2. Bébé Chantal Odal (mère d’un enfant de 3 ans)
    3. Tommy Esiki BONGELI (étudiant de l’IPN)

    L’identité de la 4ème victime reste à compléter.

    Selon les déclarations des proches des victimes, l’unique solution qui reste est la poursuite de la lutte jusqu’à au départ de Joseph Kabila.

    De son côté, Franck Diongo a déclaré que la plainte sur ces tueries a été déposée aussi bien auprès des instances judiciaires en RDC qu’a la CPI.

    Nous invitons tous ceux qui disposeraient des identités des autres victimes des manifestations du 19 et 20 septembres à bien vouloir nous les communiquer pour archivage. Elles serviront un jour au travail de mémoire.

     

    Messager

     

     


    0 0

    Joseph Kabila sollicite l’intégration de la RDC dans le comité de l’Afrique de l’Est.

    Le Président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila (g) et son homologue tanzanien, John Magufuli (d)

     

    Référence :http://fr.africatime.com/republique_democratique_du_congo/articles/rdc-joseph-kabila-sollicite-lintegration-de-son-pays-dans-le-comite-de-lafrique-de-lest

    .

    « KINSHASA, (Xinhua) -- Le président de la République démocratique du Congo (RDC) Joseph Kabila a sollicité mardi auprès de son homologue tanzanien l'intégration de son pays dans l'organisation du comité de l'Afrique de l'Est.

    Cette annonce a été faite par le président tanzanien John Magufuli à l'occasion de la visite de travail de trois jours qu'a effectuée le président Kabila.

    "J'ai informé Son Excellence le président Joseph Kabila de la RDC de la procédure à suivre pour que son pays soit effectivement admis", a indiqué le président tanzanien.

    Parmi ces procédures, le président tanzanien a fait mention de dépôt formel des documents nécessaires pour une demande officielle de la part du gouvernement de la RDC.

    Selon des sources proches de deux chefs d'Etats contactées par Xinhua, le président tanzanien a souligné que la RDC peut dès à présent prendre part aux travaux des pays de l'Afrique de l'Est en tant qu'Etat observateur, avant l'aboutissement de son dossier.

    M. Magufuli, qui est également président en exercice de l'organisation de la communauté des pays de l'Afrique de l'Est, a indiqué que la RDC partage déjà plusieurs échanges commerciaux avec les pays membres de l'Afrique de l'Est, et que son dossier pour l'intégration sera traité si la RDC le dépose dans les jours à venir.

    La RDC partage plusieurs de ses frontières avec les pays membres de l'organisation de communauté de l'Afrique de l'Est, dont le Rwanda, l'Ouganda, la Tanzanie et le Burundi ».

    Notre commentaire.

    Cette information de l’Agence Xinhua  que nous avons reprise intégralement ci-dessus à l’attention de tous nos lecteurs révèle clairement les intentions de Joseph Kabila à deux mois de la fin de son mandat.

    En effet, en sollicitant l’entrée de la RDC dans le comité de l’Afrique de l’Est, Kabila cherche les derniers soutiens à son régime moribond. S’il avait l’intention de respecter la constitution, pourquoi tente-t-il d’engager un pays dont il n’est plus censé représenter légalement dans deux mois.

    Donc, après avoir déclaré que les élections seront organisées plus tard et sollicité l’intégration de la RDC dans le comité de l’Afrique de l’Est, Kabila a confirmé durant son séjour en Tanzanie son intention de se maintenir au pouvoir par la force.

    Par ailleurs, à travers la déclaration de son frère Zoé qui a affirmé qu’ils ne vont pas laisser le pouvoir à n’importe qui, il va de soi que le camp Kabila fera tout pour se maintenir au pouvoir coûte que coûte, mêm en recourant à un coup d’état de palais, en remettant le pouvoir à un officier "marionnette" pouvant les protéger. Les opposants devraient être attentifs à cette éventualité.

    Enfin, nous voudrions rappeler à tous nos lecteurs que la situation actuelle en RDC requiert beaucoup de lucidité et de stratégie de la part de l’opposition. Qu’elle sache que ce qui compte pour le moment rélève du "rapport de forces". Le 20 décembre 2016, Joseph Kabila ne sera plus reconnu légalement comme président de la RDC. Il sera dans les mêmes conditions que Mobutu en 1997 lorsque Laurent Kabila s’était proclamé président depuis Lubumbashi. Que l’opposition saisisse cette occasion pour s’imposer.

    Car depuis les élections de Lumumba et de Kasa-Vubu en 1960, nous avons assisté en RDC à la succession des pouvoirs illégaux qui ont obtenu la légitimité par la suite. Mobutu en 1965 a fait un coup d’état avant d’obtenir la légitimité à travers les élections bien après. 

    Laurent Kabila s'était auto proclamé président depuis Lubumbashi avant de légitimer son pouvoir par après. Personne n'avait évoqué l'illégalité ni en  1965 ni en 1997.  C’est ce que l’opposition devrait faire dans la situation actuelle dans la mesure où elle se trouve en position de force. Sinon, les congolais seront toujours sous la dictature de Joseph Kabila.

     

    Messager

     

     

     


    0 0

    Une vidéo de Bola BC révèle que « Tutsi Power » projette d’incendier le lieu et les participants au 2ème Dialogue.

    La mobilisation se poursuit sur Mbokamosika. C’est ainsi que chaque jour, nous publions et sélectionnons les informations susceptibles de sensibiliser les congolais dans leur lutte contre l’occupation.

    Ce tri des informations s’effectue parmi celles qui nous semblent les plus engagées, et surtout, émises d’une manière désintéressée, et conformément à la nature de notre site qui ne s’est jamais aligné sur tel ou tel politicien congolais. Notre seul but étant d’aider la RDC à se débarrasser du régime sanguinaire, et à devenir un état de droit.

    Ainsi, la vidéo réalisée par BOLA BC et que nous reprenons aujourd’hui révèle qu’il vient d’être informé que le « Tutsi Power » qui s’est réuni d’abord à Kinshasa, avant d’aller poursuivre leur cogitation en Tanzanie durant le séjour de Joseph Kabila, a décidé d’incendier le lieu et les opposants qui pendront part au 2ème dialogue.

    Pour ceux qui ne suivent pas l’actualité, le 2ème dialogue a été préconisé par le conclave du Rassemblement de l’opposition qui s’est tenu dernièrement au siège de l’UDPS.

     

    Messager

     


    0 0

    Lorsque Joseph Kabila verse 850.000 USD à un Lobby américain pour prolonger son mandat jusqu’en février 2017.

    Nous reprenons une vidéo de Maître Djino Will de "EVEIL PATRIOTIQUE" qui nous informe depuis les USA que Joseph Kabila, à travers son conseiller Kikaya Bin Kalubi, vient de verser plus de 850.000 USD à un lobby américain pour pouvoir prolonger son mandat jusqu’au mois de février 2017.

    Cette vidéo réalisée en lingala peut être comprise par tous les congolais en ce moment où la RDC traverse une situation de plus préoccupante, durant laquelle notre site s’engage à publier toute information pertinente.

     

    Messager


    0 0

    Enfin, Francis Kalombo sur le droit chemin.

     

     

     

    Nous vous avons promis de publier toute information utile pour la libération de la RDC. Les propos de Francis Kalombo nous semblent pertinentes et susceptibles d’éveiller les consciences.

     

    Source: CN1NEWS

     

    MSG

     


    0 0

    Dieudonné Kwebe Kimpele confirme les origines togolaises de l’ex-président Mobutu à travers une vidéo.

     

    Référence : http://www.mbokamosika.com/article-kwebe-kimpele-confirme-sa-version-sur-l-adoption-de-mobutu-85664632.html

     

    Chers amis,

     

    En date du 2 octobre 2011, notre aîné (dans le métier) Kwebe Kimpele avait pris sa plume pour nous raconter la naissance de Mobutu à Brazzaville et son adoption par maman Yemo . L’article se trouve sur le lien ci-dessus.

    Aujourd’hui, nous vous proposons une vidéo du pasteur Bobo à travers laquelle Dieudonné Kwebe Kimpele répète avec plus de détails ce qu’il nous avait déjà écrit en 2011.

    Cette révélation coïncide avec la fin du régime de Joseph Kabila, un individu dont les congolais ne connaissent pas les vraies identités des parents et qui s’est révélé par une cruauté sans précédent dans l’histoire de la RDC.

    Nous promettons à nos lecteurs que notre site reviendra sur les origines de Joseph Kabila durant et après son mandat.

     

    Messager

     

    Source: MPB


    0 0

    Kabila, 15 ans au pouvoir pour quel bilan ?

    La vie politique congolaise est dominée depuis 15 ans par le PPRD qui n’a cessé de mettre le peuple à l’index. Si une certaine classe politique dominé par les membres du nouveau parti-État a émergé, le peuple n’a jusqu’à ce jour pas encore trouvé son compte ni encore moins ses marques. Pour se faire élire en 2006, Joseph Kabila a accompagné sa fraude avec une série d´alléchantes promesses non tenues.

    L´équipe qui tourne autour de sa personne a inventé des slogans creux pour embellir le décor de la démagogie : cinq chantiers, révolution de la modernité, tolérance zéro, paix, agriculture priorité des priorités. Mais rien de tout cela n´a été perçu par la population qui est lassée d’attendre. On peut aussi constater que si  les Congolais ont maigri en 15 ans de joséphisme, le raïs contesté par contre, a pris du poids avec à la clé un compte bancaire gonflé qui se chiffre aujourd´hui en milliards de dollars, dit-on. Kabila, des années au pouvoir pour quel bilan ? Suivons l’intervention des uns et des autres.

    Samuel Malonga

     

     

     

    Réactions.

     

    ''Quel bilan?'' Mais quelle question? Cher compatriote Samuel, où vous vous croyez pour demander un bilan à un homme qui, à lui tout seul résume par sa présence, le bilan d'un pays, que s'il est malade, c'est le Congo qui l'est, et que s'il dort bien, mêmes ceux qui sont morts, faute de soins les plus élémentaires, dorment bien. Comme disent les tenants du pouvoir en face du Grand Fleuve, ''ebonga, ebonga té, ezala kaka meilleur...' Nos petits roitelets sans foi, ni loi, se sont érigés en demi-dieu, quand ce n'est pas Dieu lui-même. Ce qui veut dire que de par la violence multiforme qu'ils imposent à nos populations, aucun dialogue n'est possible, eux n'ayant aucun sens de la patrie ni de l'Etat. Il suffit de voir par quel chemin ils sont arrivés au pouvoir, pour comprendre que leur minable personne au seuil du pouvoir, se réduirait à moins que rien, à moins que du fumier, car ce dernier est au moins d'une utilité, qu'il fait (re)germer des plantes dont l'humain a besoin. 

    ''...des slogans creux pour embellir le décor de la démagogie...'' Que leur resterait-il sans ce bruit qu'il ne comprennent même quant à son contenu intrésèque?. Un bruit soporifique qui leur a permis de gagner des années et de s'enrichir outrageusement, en veillant méticuleusement sur la misère de nos populations. Comme disait en face l'ancien ministre des A.E. David Ganao, ''...ces gens n'aiment pas le pays...'' Tout est dit. Comment un homme qui ne remplit pas cette condition première, puisse prétendre être à la tête d'un pays, quelque soit sa dimension, si ce n'est une crapulue, sans règles élémentaires du kimuntu -bomoto-?

    C'est face à ces violences multiformes quasi quotidiennes auxquelles sont confrontés nos populations que celles-ci seules, doivent y répondre. Mais dans l'Histoiure de l'Humanité, aucun peuple, aussi intelligent soit-il -s'il existe-, aussi aguerri et fier soit-il, n'a jamais mené à terme, une action sans se disperser. 

    C'est là que le rôle d'une VERITABLE opposition patriote a son rôle. Car ce n'est pas le pouvoir qui est plus fort, c'est la dispersion des forces populaires qui ne peuvent former un faisceau convergent necessaire pour culbuter ces criminels qui ont peur de rendre des comptes demain, sur un bilan qui se résume sur un mot.ECHEC. L'opposition porte donc une lourde responsabilité, dans la pernnisation d'un pouvopir honni antipatriotique et anti démocratique.

    Cher Samuel et les autres MBokatiers, nous avons déjà dit sur ces pages, que nous ne pouvons dissocier la culture de la politique. Nous devons empêcher tous ces démagogues de faire de la polique un champs privé. La politique concerne tout le monde, et ce n'est pas un métier, mais une mission. Comme tout ce même monde qui est invité à participer aux élections. Ces électeurs doivent faire ravaler à leurs auteurs ces slogans creux en leur exigeant qu'ils expliquent pourquoi un pays aussi riche que le Congo - l'un des plus riches du monde- a une population aussi poauvre, l'une des plus pauvres au monde. Ce sont ces violences multiformes qu'il faut leur renvoyer. Ils ne s'en iront jamais d'eux-mêmes, tant dans l'opposition, des attitudes ne sont pas tranchées et claires par rapport au pouvoir en place. Une lourde résponsabilité qui leur incombe aux dirigeants de l'opposition, qu'elle peut être traduite comme une caution en faveur de Kabila, S'ils ces dirigeants de l'opposition continuent à valser entre leurs égoïstes interêts, leur cupidité et les attentes de nos populations qui ont trop attendu et payent toujours un lourd tribu, pour une dette que les hommes politique pourtant leur doivent, l'émergence d'une force politique sans compromis sera le salut. La VICTOIRE est au bout de notre engagement, notre conviction et notre droit de changer.

     

    Claude


    0 0

    Justine Mpoyo Kasa-Vubu juge les sanctions des occidentaux molles et demande au Rassemblement de l’opposition d’affûter sa stratégie.

     

    La situation de la RDC continue de concerner au plus grand chef les congolais de l’intérieur et de la diaspora. C’est une des raisons pour lesquelles notre site a remanié ses programmes.

    Mais au moment où nous nous attendons à la fin imminente du régime de Joseph Kabila, certains signes démontrent qu’il existe quelques combines sur le plan intérieur et extérieur qui risquent de décevoir des millions des congolais. Selon Justine Kasa-Vubu, interviewée par le pasteur BOBO, tout laisse à penser qu'on est en train de prolonger les échéances en attendant la disparition éventuelle d'Etienne Tshisekedi afin de revenir au statu quo.

    Par ailleurs, la fille du tout premier président de la RDC dont nous avons toujours apprécié son engagement et sa sincérité, stigmatise les demi- mesures des occidentaux tout en invitant les membres du Rassemblement de l’opposition à revoir leur stratégie et à ne pas tergiverser.

    Sa position épouse notre point de vue exprimé en son temps sur ce site lorsque nous avions désapprouvé tout dialogue avec le pouvoir de Kabila. Aujourd’hui, l’évolution de la situation en RDC depuis les événements du 19 et 20 septembre ont démontré que seule la détermination et l’intransigeance peuvent amener Kabila à s’en aller.

    C’est pourquoi, à l’instar de Justine Kasa-Vubu, nous attirons l’attention du Rassemblement de l’opposition de cesser de multiplier les rencontres et dialogues qui ne serviront à rien. Luanda, Brazzaville, l’OUA , et plusieurs occidentaux ne souhaitent pas le changement véritable en RDC. À partir du moment où le peuple a versé son sang pour l’alternance en RDC, il faut se montrer intransigeant à l’égard de Joseph Kabila dont l’aversion pour la RDC a été clairement démontrée lors de sa dernière visite en Tanzanie.

     

    Messager.

     

    Source: MPBTV


    0 0

     

    Congolais de la diaspora, soutenons ceux qui sont sur le terrain.

     

    Chers patriotes.

     

    Comme vous lavez constaté, notre site simplique depuis un mois dans ce combat engagé par les vrais patriotes pour mettre fin à loccupation de la RDC par les étrangers.

    Vu lévolution de la situation politique caractérisée par le cynisme de Joseph Kabila qui vient encore de défier les congolais en misant sur Kamerhe (une autre marionnette rwandaise) pour pérenniser son règne, lheure nest plus à la rigolade.

    Il est temps de soutenir concrètement ceux qui sont sur le terrain en leur envoyant des moyens financiers. Que chacun de nous (diaspora) puisse envoyer quelque chose à ceux qui ont accepté de lutter sur place pour la libération du pays.

    Voici les adresses autorisées par le Rassemblement de lopposition.

     

    JEAN FELIX YAMAMBE SENGA (À QUI IL FAUT ENVOYER DE LARGENT)

    PROF. FREDDY MATUNGULU (À QUI IL FAUT ENVOYER LE CODE)

    +243 89 491 57 11

     

    Mbokamosika

     


    0 0

    Pourquoi les Congolais sont-ils pauvres dans un pays si riche ?      

     

    Le Congo est un scandale géologique, s’écria le géologue belge Jules Cornet lorsqu’il découvrit les immenses richesses que regorgeait le Katanga. Aujourd’hui, il s’avère que les minerais rares et stratégiques dorment sous terre dans la quasi-totalité des entités territoriales du pays. Outre ses ressources géologiques convoitées, la RDC possède aussi des millions d’hectares des terres arables ou irrigables, une hydrographie sans pareille, un potentiel hydro-électrique unique, des climats variés, une pluviométrie excellente, un peuple dynamique et travailleur. Mais comment comprendre que cet eldorado tant vanté se soit vite mué en enfer et que les Congolais en possession d’un trésor inouï dans leur sol et sous-sol vivent dans la misère la plus noire? Comment en est-on arrivé là ? La faute  aux prédateurs véreux qui ont bradé les ressources nationales. En effet, l’élite qui avait le devoir de gérer puis de redistribuer les dividendes provenant de cette manne a fait main basse sur cette richesse collective qui devrait propulser le Congo vers la prospérité et le développement. Les gouvernants, en signant des accords léonins, ont favorisé le pillage systématique du pays par les multinationales étrangères. Du scandale géologique, la RDC est devenue un scandale politique, financier, économique, social, sécuritaire et humanitaire. Dans son livre « Noir Canada : pillage, corruption et criminalité en Afrique », Alain Deneault, dans le chapitre concernant notre pays,  met en lumière les magouilles financières outrées par les sociétés minières canadiennes avec la bénédiction complice des gouvernements Mobutu et  surtout Kabila.

     

    Samuel Malonga                    

     

     


    0 0

     

     

     

    Proverbe du jour : « BASOMBAKA LOKUMU NA MBONGO TE ».

     

    BASOMBAKA LOKUMU NA MBONGO TE

     

    Traduction

     

    LA NOTORIÉTÉ NE S’ACHÈTE PAS

     

    « Bosombaka lokumu na mbonge te » est un proverbe africain que nous avons essayé de traduire par « la notoriété ou la renommée ne sachète pas ».

    En effet dans toute société, la notoriété ou la renommée sacquiert par les actes, cest-à-dire par : le dévouement, lesprit de sacrifice, le sens de justice, le refus de compromission ,  etc, etc.

    Cest ainsi que les hommes comme Kimbangu et Lumumba en RDC, sont entrés dans lhistoire sans quils aient versé un pot de vin aux sympathisants pour se faire aduler.

    Mais que constate-t-on actuellement ? Le régime Kabila soudoie les élus, les repris de justice, les désoeuvrés, pour acquérir un semblant de notoriété. Qui plus est, il va jusquà soudoyer les lobbys américains, en bafouant le principe de « souveraineté » quil brandissait hier pour narguer ces mêmes étrangers qui « simmisçaient (sic) » dans la gestion du pays. Où en sommes-nous ?

    Par ailleurs, le peuple congolais jugera les acteurs politiques selon leur engagement, et leurs actes dans le processus actuel vers la libération du pays de loccupation. On ne triche pas avec lhistoire. Ceux qui posent des actes tangibles seront reconnus par la population.  Ceux qui cherchent la notoriété par la ruse, la propagande ou par la force, seront sanctionnés par lhistoire.

     

    Messager

     


    0 0

     

    Le carton "jaune" avant le "rouge".

    Le Rassemblement de l'opposition en RDC a préconisé deux actions: un carton jaune le 19 octobre 2016 et le cas échéant, un carton rouge le 19 décembre 2016 en vue de mettre fin au pouvoir de Joseph Kabila.

    Ces actions reflètent la colère généralisée du peuple congolais qui ne veut pas que le pouvoir de Joseph Kabila puisse aller au-delà des deux mandats fixées par 

    la constitution de la RDC.

    Que penser de ces deux stratégies? Nous ne saurons épiloguer pour l'instant. Tout ce que nous pourrons avancer est que la fin justifie les moyens. Qui savait que David allait terrasser Goliath à l'aide d'une lance pierre? 

    L'élément déterminant dans cette phase est la détermination de tout le peuple congolais à se débarrasser du pouvoir de Joseph Kabila, qui continue à narguer tout le monde en cherchant à s'accrocher au pouvoir.

    En ce qui concerne notre site, nous ne pouvons que soutenir toute action tendant à libérer le pays. Si les autres mouvements ou partis politiques mettent en oeuvre une autre stratégie, nous les soutiendrons pour autant que leur démarche tienne compte du créneau de quelques semaines constitutionnelles qu restent à Kabila.

    Messager

     


    0 0

     

    Comment établir un Roi, ou un Président de la République selon Dieu ?

     

    Israël ayant beaucoup souffert d’esclavage dans un pays étranger (l’Egypte), le temps était arrivé pour qu’ils (Israëliens) rentrent dans leur pays. Le temps était arrivé de se délier de l’esclavagisme étranger.

    Dieu leur donna l’occasion d’établir leur Roi et vivre paisiblement. C’est ainsi que Dieu leur lança ce discours, qui se trouve dans la Bible, dans l’ancien testament.

    Veuillez lire :

    Deutéronome 17 :14-20

     14       Lorsque tu seras entré dans le pays que l`Éternel, ton Dieu, te donne, lorsque tu le posséderas, que tu y auras établi ta demeure, et que tu diras : Je veux mettre un roi sur moi, comme toutes les nations qui m`entourent, -

     15       Tu mettras sur toi un roi que choisira l`Éternel, ton Dieu, tu prendras un roi du milieu de tes frères, tu ne pourras pas te donner un étranger, qui ne soit pas ton frère.

    16        Mais qu`il n`ait pas un grand nombre de chevaux ; et qu`il ne ramène pas le peuple en Égypte pour avoir beaucoup de chevaux ; car l`Éternel vous a dit : Vous ne retournerez plus par ce chemin-là.

     17       Qu`il n`ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point ; et qu`il ne fasse pas de grands amas d`argent et d`or.

     18       Quand il s`assiéra sur le trône de son royaume, il écrira pour lui, dans un livre, une copie de cette loi, qu`il prendra auprès des sacrificateurs, les Lévites.

    19        Il devra l`avoir avec lui et y lire tous les jours de sa vie, afin qu`il apprenne à craindre  l`Éternel, son Dieu, à observer et à mettre en pratique toutes les paroles de cette loi et toutes ces ordonnances ;

    20        afin que son cœur ne s`élève point au-dessus de ses frères, et qu`il ne se détourne de ces commandements ni à droite ni à gauche ; afin qu`il prolonge ses jours dans son royaume, lui et ses enfants, au milieu d`Israël.

     

    Selon Dieu : Israël devait veiller sur certains points pour ne pas tomber sur un deuxième esclavagisme soit colonialisme, dans leur propre pays au profit du nouveau Roi établi.

     

    Selon la pensée africaine, quand un père donne conseil à ses enfants, toi qui est à côté, profite aussi de ces conseils, car ils sont utiles à toi aussi pour ta vie future.

    Ainsi, ce conseil donné à Israël, n’est pas seulement utile pour Israël, mais plutôt à toutes les Nations du monde. Il est de notre devoir d’appliquer ce grand conseil à nous aussi.

     

    En lisant ce discours verset par verset de DEUTERONOME  17/14-20

    On constate ceci :

    1º-Le verset 14 : « … et que tu diras : Je veux mettre un roi sur moi … »

    Notez que : Pour que Israël sorte définitivement et complètement de l’esclavagisme et colonialisme étranger, Dieu base son conseil uniquement sur l’établissement du futur Roi.

    C’est dire que toute la vie future du peuple dépendra de l’établissement d’une seule personne. Peu importe qu’il y’a aussi un Gouvernement, des Ministres, des Gouverneurs, des Commissaires de zone (maires ou Bourgmestres), le peuple aussi doit travailler…etc.

    Dieu étant plus sage que les hommes, ne voit pas tout ça. Dieu voit seulement l’homme établi et tout dépend de ce choix du peuple. Voilà une lourde charge et responsabilité du peuple de bien choisir.

    Notez que Dieu parle à Israël comme un seul peuple uni. Pas un groupe des gens en Israël. C’est le peuple dans son entièreté qui choisit libéralement. On ne présente pas au peuple, quelqu’un qu’un groupe des gens ont choisi. C’est le peuple qui choisit. Sinon c’est déjà mal parti.

     

    2º-Le verset 15 : « …tu ne pourras pas te donner un étranger, qui ne soit pas ton frère... »

    Que le Roi ne soit pas un ETRANGER. Voilà le tout premier avertissement. Le Roi ou Président de la République, ne doit pas être un étranger, sinon il ne se souciera pas du peuple. Puisqu’ils ne sont pas ses frères. Il n’aura pas pitié, car ce ne sont pas des frères. Souffrir, être dans la misère, ou même mourir…peu importe, ce ne sont pas des frères. Voilà l’origine des massacres, homicides, des tueries sans fin…causés parfois par la vengeance, le règlement des comptes …etc.

     

    3º-Le verset 16 : « … qu`il ne ramène pas le peuple en Égypte pour avoir beaucoup de chevaux… »

    Dans un autre langage, le cœur de ce Roi rentrera toujours dans son pays d’origine. Il n’oubliera jamais son pays d’origine et fera des soi-disant « relations étroites ».

    -Voilà l’origine des certaines soi-disant relations bilatérales avec un pays qui n’a presque rien à échanger. Le pays devient seulement mixte et en vain. Les uns vont là-bas, les autres viennent ici…seulement pour chercher à développer son pays d’origine.

    -Voilà l’origine des échanges militaires soit l’existence des militaires étrangers dans l’armée et même de généraux étrangers camouflés en qui le Président de la République a plus confiance.

    -Voilà l’origine de l’existence des gardes présidentielles étrangères, soit un régiment présidentiel plein d’étrangers dont le Président a plus de confiance. Et toujours prêt à défendre leur frère au pouvoir.

    -Voilà l’origine de l’infiltration politique, avec des étrangers camouflés au sein du gouvernement, au sein du parlement, de l’ armée, de la police …etc.

     

    4º-Le verset 17 : « … Qu`il n`ait pas un grand nombre de femmes… »

    Que ce Roi, ce Président (même s’il est frère) ne soit pas un amoureux des femmes. Et Dieu donne la raison :

    « Qu`il n`ait pas un grand nombre de femmes, afin que son cœur ne se détourne point ; et qu`il ne fasse pas de grands amas d`argent et d`or. »

    Le Président amoureux, voulant satisfaire ses multi femmes, va vouloir amasser continuellement les richesses, les biens PAS pour satisfaire le peuple NON !

    Mais plutôt pour satisfaire ses multiples femmes, leurs familles, leurs proches parents et sauvegarder l’avenir des enfants de ces femmes (même s’ils ne sont pas ses enfants) …etc.

    N’oubliez pas que : une seule femme peut te faire amasser des richesses, rien que pour la satisfaire, satisfaire sa famille et préparer l’avenir de ses enfants, même ceux acquis avec un autre homme auparavant.

     

    5º-Le verset 18 : « …il écrira pour lui, dans un livre, une copie de cette loi… »

    Ce Roi ou Président de la République (même s’il est frère), une fois établi doit recevoir une copie de la loi.

    C’est ce qui se fait aujourd’hui, tout Président établi doit jurer devant la constitution, le livre de la Loi du pays reçu du Sénat. C’est pour dire qu’il a été établi sur baser de cette Constitution qu’il est tenu à respecter obligatoirement.

     Tout Président n’est Président qu’après avoir accepté la CONSTITUTION (la Loi du Pays). Sinon ce n’est pas un Président légal. Remarquez que Dieu recommande le nouveau Roi d’Israël de le recevoir de chez les Sacrificateurs, les Lévites.

    Le Président aussi le reçoit du Sénat et doit s’y soumettre. S’il n’a plus besoin de ce livre, alors il doit aussi déposer, puisque c’est ce Livre qui a fait de lui ce qu’il est aujourd’hui.

     

    6º-Le verset 19 : « …Il devra l`avoir avec lui et y lire tous les jours de sa vie… »

    Le Roi ou le Président de la République doit être fidèle à la Constitution, pas seulement au début de son pouvoir pour camoufler le peuple, mais tout le reste de tous les jours de sa vie. Donc fidèle même si la Constitution exige la fin de son pouvoir. Non pour craindre le Peuple, mais Dieu lui-même. Raison pour laquelle certains Présidents de certains vont plus loin, jusqu’ à jurer sur la Bible, par exemple les États-Unis d’Amérique.

    N. B :-Il ne s’agit pas ici de changer la Constitution à son profit, mais de recevoir et rester fidèle. Si le Président ne peut pas la changer. S’il veut qu’on change les articles qui concernent l’établissement au pouvoir (la Présidence), il doit tout d’abord démissionner. Sinon c’est une tromperie. C’est de la malhonnêteté politique.

    Ce n’est ne pas un slogan, une formalité pour avoir le pouvoir et saboter après. Un tel Roi ou Président n’est plus digne de l’être…C’est un Trompeur camouflé… Il n’a même plus le droit de poser une candidature, même dans le futur.

     

    7º-Le verset 20 : « …afin que son cœur ne s`élève point au-dessus de ses frères… »

    Si le Roi ou Président de la République (même s’il est frère) ne veut pas respecter ces choses :

    -Soit c’est un homme qu’on a imposé au début sans qu’il soit un bien aimé du peuple.

    -Soit, il est Étranger, mais veut devenir Roi ou Président…

    -Soit, il veut mélanger le peuple avec les Etrangers…

    -Soit amasser toutes les richesses pour lui-même, au profit des femmes, laissant le peuple en misère…

    -Soit il veut négliger le Livre de la loi, soit faire semblant, puis saboter après….

    -Ne pas craindre Dieu faisant tout ce qu’il veut…dictature, vols, tueries, massacres, homicides…

     

    Alors son cœur s’élèvera au-dessus de ses frères, soit soi-disant frères (le peuple), il deviendra orgueilleux, ne voulant plus écouter personne, qui que ce soit …

    Alors à partir de ce moment-là, ses jours ne se prolongeront plus dans le royaume (République), ni lui, ni ses enfants. Puisqu’il est arrivé à sa fin.

     

    C’est alors qu’on reviendra à notre fameuse question posée sur la pancarte :

    « ELOKO NINI ESILAKA TE ? (QU’EST-CE QUI N’A PAS FIN ?) »

    Et quant à la question posée par notre frère SAM :

    « Pourquoi-les-congolais-sont-ils-pauvres-dans-un-pays-si-riche ? »

    Je dirais : « VOICI UN CONSEIL QUE DIEU DONNA AU PEUPLE D’ISRAËL »

    Que ce Roi ou ce Président à élire :

    1-Juste au début de son pouvoir, Il faut qu’il soit aimé et élu par le peuple, Pas par un groupe d’hommes qui va informer, présenter au peuple et imposer. Ce n’est plus la démocratie. À moins que ça soit un bien aimé connu et aimé du peuple, pas une surprise…

    2-Qu’il ne soit pas Etranger, le peuple va souffrir, car ce ne sont pas ses frères.

    3-Que son cœur ne soit pas attaché à un autre pays, les richesses seront déviées. Ce n’est pas son pays. Son cœur est resté chez lui. Et les Américains et Occidentaux savent ça très bien, c’est pourquoi l’Afrique souffre de ce problème des Présidents étrangers.

    4-Qu’il ne soit amoureux de plusieurs femmes, elles vont lui détourner le cœur, les trésors seront au profit des femmes, leurs enfants, et leurs familles…Pour satisfaire une femme il faut beaucoup dépenser et garantir l’avenir de plusieurs : femmes, enfants, familles…etc.

    5-Il faut être très sûr que ce Président sera capable de respecter LA CONSTITUTION jusqu’à la fin. Voir le type de personne, l’esprit qui l’anime, est-il vraiment nationaliste ?

    6-Il faut être très sûr que ce Président peut craindre Dieu dans le futur. Faites attention de ces Présidents qui n’aiment pas les Eglises et les hommes de Dieu. Et ceux qui corrompent les hommes de Dieu.

    7-Bien étudier la personne s’il ne s’élèvera pas au-dessus de tous, y compris la constitution. Bien étudier la personne.

     

    Veuillez comparer ces critères face à LUMUMBA, KASA-VUBU, à mon avis ça tiendra bon, ça donnera positif. Puisqu’Ils ne sont pas Etrangers, pas amoureux de concubines (alors que les autres prennent même les femmes d’autrui). Pas avides d’argent, pas dictateurs du peuple, très nationalistes…etc.

     

    Maintenant continuer l’exercice et continuer à comparer ces critères vis-à-vis des autres soi-disant présidents dans plusieurs pays surtout en Afrique. 

     

     « C’EST LE DÉPART QUI COMPTE » Dit-on :

     

    LUSED

     


    0 0

     

    Kinshasa ville morte le 19 octobre 2016 : réussite totale.

    « Kinshasa ville morte », décrétée par le Rassemblement de l’opposition durant la journée du 19 octobre 2016 a été totalement observée sur l’étendue de la ville de Kinshasa, comme en témoignent les vidéos ci-dessous diffusées en ce jour.

    En plus de la ville de Kinshasa,la carte jaune a été brandi à travers d'autres villes de l'intérieur, particulièrement à Goma.

    Ironie du sort, cette opération survient au lendemain de l’annonce de l’accord politique signé à la Cité de l’OUA. Une manière tangible de prouver de quel côté se range le peuple congolais.

    Comme nous l’avons annoncé hier, nous soutiendrions toute action tendant à mettre fin au régime de Joseph Kabila au plus tard le 19 décembre 2016. Nous réitérons à cet égard notre souhait de voir tous les partis politiques et mouvements souhaitant l’instauration d’un état de droit en RDC, multiplier les actions diversifiées en vue de contraindre Joseph Kabila à s’en aller avant le 19 décembre 2016,conformément à la constitution de la RDC.

    Le peuple congolais se souviendra de ce que, chaque parti, chaque mouvement, bref, chaque congolais fera concrètement durant ce créneau qui nous sépare de la date du 19 décembre 2016. Le départ de Kabila reste l’objectif primordial de tout patriote. Le positionnement politique nous intéresse peu et se fera en fonction de l’engagement des uns et des autres durant ce laps de temps.

     

    Messager

    Sources des vidéos: Voice of Congo, Johnimage TV, Congo Mikili, CongoFranceTV .

     


older | 1 | .... | 19 | 20 | (Page 21) | 22 | 23 | .... | 56 | newer