Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Cet espace se veut un lieu de rencontres et d'échanges entre ressortissants de l'Afrique Centrale et Australe . Tout étranger connaissant ou voulant faire connaissance de cette partie de l'Afrique est le bienvenu. Nous y aborderons des sujets culturels en français, portugais, ou en lingala, selon les interlocuteurs . Notre devise:réduire la distance qui nous sépare du continent, par l'entretien de la mémoire collective, en recourant à notre musique dans toute sa diversité

older | 1 | .... | 20 | 21 | (Page 22) | 23 | 24 | .... | 56 | newer

    0 0

     

    Obama aux tyrans africains : « Personne n’est au-dessus des lois, pas même le président »

     

     

     

    L’Union Africaine comme son ancêtre l’OUA a toujours été considérée, à juste titre d’ailleurs, comme le syndicat de chefs d’État africains mieux un club de dictateurs. Beaucoup reprochent à l’organisation panafricaine le fait de s’être écartée du rêve et des vœux émis par les pères fondateurs en 1963. Lors des Conférences des présidents, les chefs d’États et de gouvernement se rencontrent, se concertent et prennent des décisions qui pour la plupart n’ont aucune retombée positive dans la vie quotidienne des populations africaines. Les différents sommets offrent un ballet incessant des limousines présidentielles dont le luxe insolent contraste avec les privations imposées aux peuples. Le siège d’Addis-Abeba où flottent les drapeaux de 54 États membres étale à la lumière des caméras les retrouvailles annuelles des dirigeants dont le souci premier n’est pas le développement de leurs pays mais plutôt la préservation de leur régime dans la durée et dans le temps.

     

     

     

    Le 28 juillet 2015, pour la première fois dans l’histoire de ce moziki de chefs d’État africains, un président américain a été l’invité d’honneur de l’organisation panafricaine. Barack Obama s’est adressé aux kuluna en veston-cravate dont beaucoup traînent des décennies de pouvoir totalitaire après avoir tricoté la Constitution, manipulé les élections et confisqué la démocratie en muselant le peuple. L’invité d’honneur de l’Afrique, fils d’Afrique lui-même président des États-Unis d’Amérique.eDes dirigeants politiques refusent de quitter le pouvoir alors qu’ils ont perdu les élections. Je ne  comprends pas cette attitude. (…) Le droit c’est le droit et la loi c’est la loi. Personne n'est au-dessus des lois, pas même le président. Je ne comprends pas pourquoi les gens s’acharnent à rester au pouvoir, notamment quand ils ont beaucoup d'argent » a martelé le 44 « rendra les clés de la Maison Blanche à son successeur en janvier 2017 conformément à la Constitution de son pays. Il en a profité pour exhorter ses pairs africains à respecter le droit et la loi.en fin mandat. Il est

     

     

     

    Ce discours raisonne-t-il encore dans les oreilles de Joseph Kabila ? En a-t-il seulement saisi la portée ou compris l’urgence? L’arbitre (le peuple) a déjà brandit le carton jaune à l’endroit de cet homme qui tue en riant. Le moment venu, il ne manquera pas de le sanctionner sévèrement en utilisant le carton rouge cette fois-ci pour mettre un terme à son cafouillage politique.

     

     

     

     

     

    SAMUEL MALONGA

     

     


    0 0

     

    En quête des raretés de Négro-succès

    Negro-succès en plein concert

    Cher Bibi.

     

    Je reste un fervent supporter du Negro Succès de Bholen. Dommage que nous n'avons pas beaucoup d'archives photos de l'orchestre dans sa ou ses compositions.

    Sur le plan musical, on ne peut se plaindre: la discographie disponible  de cet orchestre qui nous est restée, est abondante. N'empêche que quelques morceaux mythiques nous manquent; notamment "Mpangula M.J", Nasali Maçon Nkasi Ndako té, Du respect SVP Mme, Odette, Economa du peuple, etc...

    Y'a t-il des mbokatiers qui détiennent ces chansons qui ont bercé notre jeunesse?

    A travers Mbokamosika, je lance cette demande.

    Bien à vous, fraternellement

     

    AMAYA MOKIHINI

    .


    0 0

     

    Les photos officielles de l’équipe nationale « Léopards 1968 & 1974 » après leurs décorations.

    Nous avons le plaisir de présenter aux mbokatiers deux photos officielles d’archives de l’équipe nationale  (1968 et 1974), après leurs décorations des médailles de l’ordre national des Léopards.

    Ces décorations avaient été décernées respectivement en 1968 et 1974 après que les Léopards aient été sacrés champions d’Afrique des nations. Cette cérémonie survenait après l’accueil triomphal à l’aéroport international de la Ndjili, suivie par un tour d’honneur à travers les artères de la ville de Kinshasa, et une réception avec pompe au Mont Ngaliema par le président de la République.

    Comme l’attestent les deux images, les tenues de ville des joueurs déterminent bien les US et coutumes de l’époque : costumes et cravates en 1968, Abas- cost en 1974, en plein recours à l’authenticité.

    Nous notons par ailleurs la présence remarquée des belgicains sur la photo de 1968  : Nicodème Kabamba (capitaine),  Pierre Mwana Kasongo, Freddy Mulongo, et leur absence sur celle de 1974. Nicodème Kabamba y figure en tant que qu’encadreur.

     

    Messager

    LÉOPARDS : CHAMPIONS D’AFRIQUE 1968

    .

     

    LÉOPARDS : CHAMPIONS D’AFRIQUE 1974

    .

     


    0 0

    .

    Les héros de l’Armée Congolaise : Le Lt-Col KOKOLO

     

     

    En cette période agitée de l’histoire de la RDC, nous avons voulu présenter aux mbokatiers les héros de l’Armée congolaise. Ces derniers font partie de ceux qui sont morts au front ou en mission commandée,  et ceux qui s’étaient illustrés par leur bravoure durant leur carrière.

    Nous commencerons par quatre officiers à savoir : Lt-Col Justin Kokolo, le col Joseph Damien Tshatshi « le terrible », le général Léonard Mulamba, et le Col Ikuku, lesquels avaient été brillamment présentés par notre frère Emmanuel Kondolo dans son article du 10 juin 2010. Comme son article était en lingala, nous avons pris soin de le traduire en français, pour une meilleure vulgarisation, tout en mettant l'accent sur la ressemblance de la situation actuelle avec celle de 1960 en RDC

     

     

    Lieutenant-colonel Justin Kokolo azalaki Adjudant mpe fantassin avant indépendance. Ye azali muyombe. Tango tozui lipanda, Président Kasa Vubu abengisi ye pene pene na ye mpe akomi Chef ya sécurité rapprochée na ye. Justin Kokolo azalaki na force physique ya kobotama, véritable engambe, soda ya mpiko mpe suka na niama na etumba.  Sima ya mikolo mine ya lipanda, le 4 juillet 1960, mutinerie ya Force publique esalemi mpe gouvernement congolais e décider création ya armée nationale congolaise mpe na placement ya ba Congolais na commandement ya Armée Nationale Congolaise (A.N.C.). Suite na yango nde Adjudant Justin Kokolo ayaki kozua pete ya Lieutenant-colonel, le 8 juillet 1960. En principe, neti azalaki moko ya ba Congolaise oyo bazalaki ba Adjudants wuta kala mpe bazalaki kaka na Force publique, esengelaki nde bapesa ye ba fonctions ya Commandant en Chef ya A.N.C. ou ya Chef d’état-major ya A.N.C. Kasi Président Kasa Vubu awelaki kopesa ye ebonga ya Commandant ya camp Léopold II, kaka le, 8 juillet 1960 wana parce que yango ezalaki camp munene ya ba fantassins ya Congo mpe abandaki ko compter na nombre ya ba soda oyo bazalaki na commandement na ye. Erreur ! Esengelaki apesa ye fonctions oyo ezalaki likolo na commandement.  Président Kasa Vubu amonaki ndenge wana nde esengelaki mpe atikeli grandement Premier Ministre Lumumba  choix ya kopona Commandant en Chef na Chef d’état-major général ya A.N.C.

    Colonel Kokolo atindamaki na juillet 1960 na Luluabourg (Kananga) mpe na Elisabethville (Lubumbashi) yambo sécession ebanda. Kutu, Tshombe ayebisaki ye que ayebisa bakonzi ba Léopoldville que soki bameki koya na Katanga, bakokangama. Azalaki mutu ya confiance ya Kasa Vubu ndenge Lumumba azalaki na mutu na ye Colonel Mobutu. Yango wana azuaki mission délicate ya kokende na intérieur mpo na komeka ko calmer ba soda oyo balingaki kobunda contre gouvernement central ya Léopoldville.

    Le, 21 novembre 1960, Colonel Justin Kokolo azuaki mitindo na Chef d’Etat major, Colonel Joseph Mobutu, mpo atinda détachement ya ba soda na ambassade ya Ghana na Léopoldville mpo na ko expulser Nathaniel Welbeck, Chargés d'Affaires ad intérim ya Ghana,  du fait que abandaki ko s’ingérer mingi na politique intérieure ya Congo, contrairement na respect ya ba usages na ba règles diplomatiques entre ba Etats, mpe azalaki pro-Lumumba (Akomaki na ye kaka « un politicien congolais de nationalité ghanéenne»). Rappelons que na kowela officialisation ya délégation congolaise oyo etindamaki na Nations Unies na New York, nde ezalaki mbotama ya mindondo. Délégation ya Président Kasa Vubu, conduite  na Commissaire général aux Affaires étrangères, Justin-Marie Bomboko, mpe Délégation ya Premier Ministre Lumumba, conduite na Représentant ya Congo na Nations Unies, na New York, Thomas Kanza. Na kowela wana, gouvernement déchu ya Lumumba ebandaki ko utiliser ba services ya communication ya ambassade ya Ghana mpo e communiquer na O.N.U kuna na New York. Soutien ya Ghana na gouvernement Lumumba ezalaki sans faille mpe ba relations ya Lumumba na Président Nkrumah ezalaki makasi. D’ailleurs, tango Colonel Mobutu asalaki coup d’Etat na ye, akangaki Lumumba mpe atindi ye na cachot ya camp Léopold sous le commandement ya Colonel Kokolo. Kuna nde représentant ya O.N.U., Rajeshwar Dayal (Indien), ayaki kobimisa ye na escorte ya ba soda onusiens ghanéens mpe bango  nde bakomaki ko assurer protection na ye. Président Kasa Vubu atomboka na likambo wana mpe apesa mitindo na Colonel Mobutu mpo abakisa ba soda ya A.N.C. na lopango ya Lumumba mpo ye abima te. Soki Lumumba azalaki na camp Léopold ezalaki par hasard te, Président Kasa Vubu ayebaki malamu que mutu na ye, Colonel Kokolo, nde asimbaki makambu. Yango wana, ye nde atindamaki lisusu mpo akende ko expulser Chargés d'Affaires a.i. ya Ghana.

    Yambo Colonel Kokolo akende na ambassade ya Ghana, Commissaire général ya intérieur,  José Nussbaumer, azuaki mokano mua ko mettre en exécution décision ya Président Kasa Vubu oyo e déclaraki Chargés d'Affaires a. i. ya Ghana, persona non grata. En réalité, esengelaki Commissaire ya Affaires étrangères, Justin-Marie Bomboko nde a exécuter décret oyo. Neti azalaki na New York, adjoint na ye, Ernest Kashemwa, akokaki ko mettre en application décret ya Président Kasa Vubu. Mais, elekaki bongo te mpo ezalaki Commissaire ya intérieur nde a exécutaki yango.

    José Nussbaumer a se déplacer ye moko mpo na kosala ba menaces na Nathaniel Welbeck  que soki alongue na Congo na 24 heures te, akomona nini ekoyela ye !  Ye mpe alingaki kaka kolongua Léopoldville te mpo Ghana ebandaki ko reconnaître gouvernement ya Collège des Commissaires généraux te parce que gouvernement Lumumba ezalaki gouvernement légal. Suite na ba menaces wana nde Nations Unies eyaki lisusu ko renforcer sécurité ya ambassade ya Ghana na kotinda ya ba troupes tunisiennes.  En face ya lopangu ya ambassade ya Ghana, Police militaire congolaise, commandée na Henri Ngampo, mpe efandi kaka wana.

    Tango Colonel Kokolo akomi na tongo ya 21 novembre 1960 na deux cent fantassins na ye, koya ayaki wana, azalaki na détermination ya kokanga Nathaniel Welbeck, mpe alingaki kaka akota na ambassade ya Ghana mpo akanga ye, kasi abosanaki que na relations internationales, lopangu ya ambassade ya Ghana ezali territoire ya Ghana mpe na tango wana ba troupes ya Nations Unies composées na ba Ghanéens na ba Tunisiens bakokaki kotika ye akota bongo te ! Na mobulu mobulu wana masasi ebetama, ezua ye na tolo mpe eboma ye sur place. A partir ya wana, batu baye ba attaqua mpe masasi ebetama durant toute la journée mpe gouvernement ghanéen eyaki kotinda Commandant en Chef ya Armée na yango, Général Henry Alexander, mpo abimisa Nathaniel Welbeck na situation difficile wana. Général Alexander ayebisaki volonté ya gouvernement na ye que elingi makila etanga te, mpe endimi kolongua Welbeck na Congo.

    Liwa ya Colonel Kokolo e consternaki batu mingi na Léopoldville mpe e solidarisaki lisusu makasi A.N.C. contre Lumumba mpo tango wana Baluba, Bangala na Bakongo nde bazalaki majoritaire na armée mpe ba ennemis jurés ya Lumumba. Basalelaki ye ba honneurs militaires minene na camp Kokolo mpe Kasa Vubu azui mokano mua kopesa camp Léopold II kombo na ye.

     

    Emmanuel Kandolo

    1ère publication le 10 juin 2010

     

     

    TRADUCTION

     

    Le LIEUTENANT-COLONEL JUSTIN KOKOLO fut un Adjudant fantassin avant l’indépendance.  De la tribu Yombe. Après l’indépendance de la RDC, le Président Kasa-Vubu le nomma comme de chef de sa sécurité rapprochée. Justin Kokolo fut doté d’une force physique impressionnante, et un vaillant soldat. Quatre jours seulement après la proclamation de l’indépendance, soit le 4 juillet 1960, survint une mutinerie au sein de la Force publique, ce qui amènera le jeune gouvernement congolais à créer l’Armée nationale Congolaise (ANC), sous le commandement des officiers congolais.

    Suite à cette décision, l’Adjudant Justin Kokolo fut promu au grade de Lieutenant-Colonel le 8 juillet 1960. En principe, en tant qu’un des anciens Adjudants congolais de la Force publique, il aurait pu  occuper les fonctions de commandant en chef ou chef d’état-major de l’ANC. Mais le Président Kasa-Vubu se contenta de nommer commandant du Camp Léopold II (actuel Cam Kokolo), le 8 juillet 1960, dans la mesure où ce fut le plus grand camp des fantassins au Congo à l’époque. Erreur !!! Il aurait fallu le placer directement dans le commandement de l’Armée. Le Président Kasa-Vubu jugea que sa position du commandant de camp suffisait et laissa la latitude au 1er Ministre Lumumba de nommer Lundula comme le commandant en chef, et Mobutu comme chef d’état-major général de l’ANC.

    En juillet 1960, le Lt-Col Justin Kokolo fut dépêché en mission à Luluabourg (Kananga) et à Elisabethville (Lubumbashi) avant le début de la sécession. En guise de réaction, Moïse Tshomba lui demanda d’informer les autorités du gouvernement central de Léopoldville (Kinshasa) de ne point se rendre au Katanga, sous peine d’arrestation.

    Le Lt-col Kokolo fut un officier très proche du Président Kasa-Vubu comme le fut le col Mobutu auprès du 1er Ministre Lumbumba. C’est ainsi qu’il (Kokolo) reçut la délicate mission de se rendre à l’intérieur du pays en vue  de tenter de calmer les soldats hostiles au gouvernement central.

    Le 21 Novembre 1960, le Lt-Col Kokolo reçut l’ordre du chef d’état-major, le col Joseph Mobutu, de dépêcher un détachement militaire à l’ambassade du Ghana à Léopoldville afin de procéder à l’expulsion de NATHANIEL WELBECK, le chargé d’Affaires ad intérim du Ghana, accusé d’ingérence dans les affaires intérieures du Congo, contrairement au respect des usages et règles diplomatiques entre les Etas, et pour avoir manifester sa tendance pro-Lumumba. En fait, le diplomate Ghanéen était devenu « un politicien congolais de nationalité Ghanéenne ».

    Rappelons que c’est la dispute sur l’officialisation de la délégation congolaise envoyée à l’ONU qui fut à l’origine de ce conflit. La délégation du Président Kasa-Vubu fut conduite par le Commissaire général aux Affaires étrangères, Justin Marie Bomboko, tandis que la délégation du premier Ministre Lumumba fut conduite par Thomas Kanza.

    Durant cette crise, le gouvernement déchu de Patrice Lumumba utilisait les réseaux de télécommunication de l’ambassade du Ghana pour communiquer avec le siège de l’ONU à New-York. Le soutien du Ghana au gouvernement Lumumba fut sans faille, conformément aux bonnes relations entre le Président Nkrumah et Patrice Lumumba. A cet égard, lorsque le colonel Mobutu fit son 1er coup d’état en 1960, il arrêta Lumumba et le mit au cachot du camp Léopold II, sous le commandement du lat-Col Kokolo. Le représentant de l’ONU, Rajeshwar Dayal (un indien), avec l’escorte des troupes Ghanéennes de l’ONU, vint libérer Lumumba et le place sous leur protection. Furieux, le Président Kasa-Vubu ordonnera le col Mobutu de joindre les soldats de l’ANC à protection de Lumumba dans sa résidence. Le Président Kasa-Vubu savait que la situation était sous le contrôle de son homme, le Lt-Col Kokolo. C’est pourquoi il l’enverra encore procéder à l’expulsion du chargé d’Affaires Ghanéen.

    Avant que le Lt-Col Kokolo ne se rende à l’ambassade du Ghana, le commissaire général de l’intérieur, José Nussbaumer avait reçu l’ordre de mettre en exécution la décision du Président Kas-Vubu déclarant le chargé d’Affaires a.i Ghanéen persona non grata. En réalité, il revenait au commissaire des Affaires étrangères, Justin Marie Bomboko d’exécuter ce décret. Ce dernier étant en ce moment à New-York, il revenait à son Adjoint, Ernest Kashemwa de l’exécuter. Et non au commissaire de l’intérieur !

    José Nussbaumer se rendit personnellement à l’ambassade du Ghana en menaçant Nathaniel Welbeck de quitter le Congo dans 24 heures. Ce dernier ne l’entendit pas cette oreille, étant donné que le Ghana ne reconnaissait pas le gouvernement des commissaires généraux en lieu et place du gouvernement légal de Patrice Lumumba. Suites à ces menaces, l’Onu renforça la sécurité de l’ambassade du Ghana avec les troupes Tunisiennes. En face de l’ambassade du Ghana campaient les éléments de la Police militaire congolaise, commandés par Henri Ngampo.

    Lorsque le Lt-Col Kokolo se rendit le 21 novembe 1960 avec 200 fantassins à l’ambassade du Ghana, il fut déterminé d’arrêter Nathaniel Welbeck, et de pénétrer dans l’enceinte de l’ambassade. Mais il avait oublié que selon les normes diplomatiques, l’ambassade du Ghana était un territoire Ghanéen, et que les troupes Ghanéennes et Tunisiennes ne pouvaient pas lui permettre d’y pénétrer. Suite à cette confusion, il y eut échange de tirs et le Lt-Col Kokolo fut atteint à la poitrine et décéda sur le champ. En guise de riposte, les troupes congolaises répliquèrent, entraînant les coups de feu durant toute la journée. Le gouvernement Ghanéen envoya le commandant en chef de leur Armée, le général Henry Alexander afin d’exfiltrer Nathaniel Welbeck. Conformément à la volonté de son gouvernement qui ne voulait pas l’effusion du sang, Nathaniel Welbeck accepta enfin de quitter le Congo.

    Le décès du Colonel Kokolo avait consterné beaucoup de congolais à Léopoldville (Kinshasa), et avait par conséquent attisée l’animosité des éléments de l’ANC à l’égard de Patrice Lumumba, dans la mesure où à cette époque, les Baluba, Bangala, et Bakongo étaient majoritaires dans l’Armée.

    Le 28 novembre 1960, de grandioses funérailles présidées par le Président Joseph Kasa-Vubu eurent lieu au Camp Léopold, rebaptisé le jour même CAMP COLONEL KOKOLO.

     

     

     

     

    Texte original (en lingala) de Emmanuel Kandolo.

    Traduit par Messager

     

     

     

    .

     


    0 0

     

    La ruée des Kinois vers les internats du Kongo Central

    Dans les années 60 et 70, il y avait ce que l’on pouvait qualifier de ruée vers le Kongo Central. Beaucoup de Kinois s’y rendaient car cette province offrait un cadre idéal pour les études. Sa proximité avec la capitale, la voie ferrée couplée à la nationale n° 1 lui ont offert cette faveur. Les parents qui en avaient marre avec les excès de Kinshasa encourageaient leurs enfants à prendre la direction de l’ouest où du long du chemin de fer à l’intérieur des terres, étaient implantées des écoles dont plusieurs avaient une bonne réputation. La garantie d’une meilleure instruction était assurée par la sérénité des lieux, la qualité de l’enseignement et le sérieux des dispensateurs du savoir. Beaucoup de ces établissements scolaires disposaient des dortoirs, d’un réfectoire, d’un terrain de foot, de basket ou de volley, des tables pour ping-pong. Malheureusement, ces écoles avaient profité plus aux  Kinois qu’aux ressortissants des villages ou hameaux environnant. Le corps enseignant était bien souvent un mélange hétéroclite de professeurs venus de divers horizons. Congolais,  Belges, Français, Angolais, Américains, Haïtiens voire Égyptiens se côtoyaient.  

     

    La rentrée scolaire donnait à la ville l’occasion de vivre le spectacle de la grande transhumance de la jeunesse kinoise. Les gares de Kin Cité, Matete et Riflar grouillaient d’élèves en partance pour le Kongo Central. L’Otraco desservait son réseau ferroviaire avec deux services journaliers pour passagers. Il y avait un premier et un deuxième train entre Kinshasa et Matadi. La STK étant venue un peu tard, on atteignait son école par route à bord des minibus dont la majorité était de marque Ford Transit. La principale gare routière se trouvait à Bandal Moelart le long de l’avenue qui mène vers Selembao. Les élèves en partance pour Boma et Muanda, continuaient leur voyage à partir de Matadi dans de petits bateaux appelés vedettes. Les mal lotis étaient ceux qui étudiaient dans des villages éloignés à l’intérieur des terres avec souvent des camions de transport bondés de marchandises comme moyen de déplacement. Les Kinois qui ont participé à cette ruée se sont vite acclimatés à la brousse et ont fini par l’adopter. A l’époque, étudier à l’internat était une sorte de considération et un motif de fierté. Ce simple fait donnait un statut particulier à l’intéressé. Après quelques années de dur labeur, beaucoup sont rentrés définitivement dans la capitale avec leur diplôme d’État en poche. L’exil scolaire terminé, ils avaient en tête la perspective des études universitaires ou supérieures à venir.

     

    Parmi les écoles fréquentées par les Kinois, nous pouvons citer notamment:

    • Kasangulu : Collège William Booth
    • Wolter (Luila): Lycée catholique de Wolter
    • Mbemba : École primaire protestante
    • Sona-Bata : Collège EBCO, École infirmière et Lycée Kukiele
    • Mbanza-Mboma : Lycée du Sacré-Cœur, Collège Jésuites
    • Kisantu/Inkisi : Collège St Pierre, CMS 
    • Kibambi : Collège EBCO
    • Kipako : Lycée du Sacré- Cœur
    • Kavuaya : École ménagère
    • Thysville (Mbanza-Ngungu) : Collège St Clément, Lycée Kivuvu, Athénée, École kimbanguiste
    • Kimpese : IPE, IME
    • Nsona-Mpangu : École secondaire de Nsona-Mpangu
    • Tumba : Institut Tumba des Frères des Écoles Chrétiennes
    • Gombe Matadi : École professionnelle St Luc
    • Kibula : Petit séminaire de Kibula
    • Mangembo : Collège de Mangembo
    • Kibunzi : Institut de Kibunzi
    • Luozi : Collège Saint Ëloi, Lycée Notre Dame de Fatima.
    • Boma : Colonie Scolaire
    • Muanda : Athénée de Moanda

    Etc…

     

    Samuel Malonga

     

     


    0 0

     

    LES HÉROS DE L’ARMÉE CONGOLAISE : LE COLONEL JOSEPH-DAMIEN TSHATSHI, « LE TERRIBLE ».

    Poursuivant notre série sur les « Héros de l’Armée congolaise », après le Lt-Col Kokolo, nous vous présentons aujourd'hui le Colonel Joseph- Damien Tshatshi, « le terrible ». A cet égard, nous reprenons sa biographie publiée en lingala le 10 juin 2010 par Emmanuel Kandolo sur mbokamosika.

    En plus de cette biographie concoctée en son temps par Emmanuel Kandolo, nous reproduisons une enquête réalisée en 2008 par le site www.matonge.be , sur l’assassinat du colonel Tshatshi à Kisangani, comprenant tous les détails sur les circonstances de son décès atroce.

    En RDC, le colonel TSHATSHI est l’incarnation du para commando. Une chanson de Kallé et l’African-Jazz intitulée « Para commando » lui avait été dédiée. Et le camp militaire des para commandos à Binza, porte encore son nom.

    Le récit de son assassinat confirme que cet illustre combattant a fait preuve de ses qualités de para commando jusqu’à la dernière heure de sa vie, en effectuant un réflexe spontané, avant de capturer et d’étranglant à mort un mutin qui le menaçait.

    N.B. Le colonel Joseph-Damien Tshatshi est issu de la tribu Tetela du Kasaï.

    Messager


     

    Joseph-Damien Tshatshi « le Terrible » abimi na promotion ya 1954 ya Ecole des candidats gradés d’élite ya Luluabourg, Centre d’instruction ya Gombari. Camp  ya Gombari ezali na nord-est ya province Orientale, entre Watsha na Mungbere, en extension tee na Paulis (Isiro). Kuna nde azuaki formation ya para commando. Sima ya formation na ye akomi instructeur para commandos na camp para commandos ya Binza. Tango ya congolisation ya cadres na armée, akomi Chef instructeur para commandos na 1960. Na 1963 aye kokende na Katanga na bitumba mpo na kosilisa sécession katangaise mpe akomi Commandant ya 3ième bataillon commandos ya Katanga. Abundi na batu baye bitumba ya Mulele na Kwuilu na 1964. Sima ya wana nde akomi Commandant ya Centre d’entraînement ya Kitona (C.E.KI.) na début 1964. Na suka ya mbula 1964, azui mutation na qualité ya Commandant ya Camp  commandos na ya troupes blindés ya Nsona Nkulu  na Thysville (Mbanza-Nngungu). Kuna nde Ecole ya Formation ya ba Troupes Blindés (E.FA.TB.L.) ezuami.  Tango coup d’Etat militaire ya 24 novembre 1964 esalemi, azui pete ya Lieutenant-colonel mpe akeyi na Kisangani ko remplacer Général Léonard Mulamba en qualité ya Chef d'état-major ya ba garnisons ya Kisangani, mpo ye akomi Premier Ministre ya Congo. Avant wana, ye nde akumbaki Président Kasa Vubu na Tshela, sima ya coup d’Etat ya 24 novembre 1965.

    Huit mois sima ya prise de pouvoir ya Général Mobutu, ba ex-gendarmes katangais oyo Tshombe akotisaki na A.N.C bazali lisusu komona clair te mpe babandi ko bouler que biliaki bango bikoki mpo neti Tshombe azali lisusu na pouvoir te, Chef d’Etat major ya A.N.C., Général Louis de Gonzac Bobozo azali na plan ya ko éliminer bango malembe malembe. Alors,  Commandant na bango, Colonel Ferdinand Tshipola, abandi ko bouler ndenge akoki kobimisa mobulu. Abandi kosenga kosenga démission ya Général Mobutu na qualité ya Chef de l’Etat, na démission ya Chef d’Etat major, Général Bobozo, mpe remplacement na ye na officier Katangais. Ba exigences moko difficile ya ko concrétiser.  Kasi eyebakaki mpe que liwa ya Major René Wauthier (mercenaire) na ba officiers ya Base ya Kamina (Ba.ka.) mpe na na représailles ya ba gendarmes katangais na koboma ba militaires ya Baka bien que bazalaki na régiment moko na kati ya A.N.C. Bakweyaki na guet-apens esalemaki na  hôtel des chutes na Stanleyville, esika bayaki sur appel ya Colonel Tshipola. Suite na mutinerie na massacre wana nde Colonel  Damien Tshatshi « le terrible para commando », chef d'état-major ya ba garnisons ya Kisangani, ayaki kokutana na liwa tango akendeki kokutana na Colonel Tshipola. Motindo batu ya Colonel Tshipola babomaki Colonel Tshatshi nde eyaki lisusu kotiya feu au poudre.  Lolenge Colonel Tshatshi akutanaki na liwa, ezali kolakisa mua légèreté ezalaki na dispositions ya sécurité rapprochée na ye mpe na lolenge oyo ba informations fiables ezalaki te mpo ekoka koyebisa ye  que piège esalemi na hôtel des chutes, esika Colonel Tshipola abengisaki ba militaires bakende kokutana kuna. Batu ya Colonel Tshipola babomaki Colonel Tshatshi ndenge ya somo mpe bakuakaki ebembe na ye na mayi ya Tshopo. Par rapport na hôtel des chutes, mayi ya Tshopo ezali na ngomba ya Immo -Tshopo.

    Suka suka, ba mercenaires ya A.N.C. : Major Robert « Bob » Denard, Major Jean-Pierre Schramme na batu na bango bayaki ko attaquer Colonel Tshipola, sima ya échec ya négociation oyo Premier Ministre, Général Leonard Mulamba na Godefroid Munongo (ex-Président par intérim ya Katanga na époque ya sécession, mpe Gouverneur en fonction ya Katanga), babandaki ko mener. Notons que ba commandos vert ya Major Jean-Pierre Schramme na ba gendarmes katangais ya Colonel Tshipola bazalaki koyokana ata muke te. Ezalaki mpe occasion epesamaki na Major Schramme mpo a en découdre na Colonel Tshipola. Mutinerie ebandaki le 30 juillet 1966 mpe esili le, 24 septembre 1966. Colonel Tshipola na batu baye bayaki kokima mpe bakoti na Rwanda.

    Général Mulamba akendaki ko négocier na Rwanda na ba gendarmes Katangais ya Colonel Tshipola mpo bazonga na cadre ya réconciliation nationale. Andimaki kokende kuna mpo ayebaki batu banso oyo bazali na Kisangani mpo a commandaki bango avant akoma Premier Ministre. Na Kigali, esika bazalaki, ba bénéficiaki na protection ya Président Grégoire Kayibanda. Wuta wana nde Président Mobutu afandisa haine tenace na Président rwandais tee tango ayaka kolongolisa ye en appuyant Major-Général Major- général Juvénal Habyarimana na coup d’Etat na ye 5 juillet 1973.

    Tango ba anciens gendarmes Katangais bazongi na Kinshasa, ba bénéficiaki na ba mesures ya amnistie te. Na grande surprise ya batu banso, bakangi bango na Camp Colonel Kokolo mpe procès na bango ebandi le 6 mars 1967 kaka kuna na Camp Kokolo. Yango ebengami Procès des traitres Katangais. Na kati ya procès wana, Procureur général, Joseph Alidor Kabeya, azalaki Ministère public. Na kati ya procès,  akotisa Tshombe na kati mpo na haute trahison na atteinte na sûreté intérieure na extérieure de l’Etat. Incroyable ! Nionso oyo sur injonction ya haut commandement militaire. Et pourtant, na procédure pénale nionso, Tshombe azalaki citer te mpo élément ata moko ebandaki kolakisa te que Colonel Tshipola a agir sur ordre na ye!!! Brusquement, kombo ya Tshombe ebimi na kati kati ya procès, Procureur Kabeya abandi ko démontrer ndenge Tshombe a ordonnaki Colonel Tshipola a procéder. Ba relations ya Tshombe na ba sociétés minières belges na ba banques minene ebimikuna, etc. Colonel Tshipola, Major Mwambu   na Lieutenant Nyembo na batu na bango basusu bazalaki condamner na peine capitale  mpe babomaki bango. Le contraire, elingaki ezala surprise dans la mesure où armée ebandaki toujours ko « venger » liwa ya ba officiers na ye. Toyebi nini esalaki na Mulele, tango batu ba ye babomaki Colonel Eugène Ebeya. Lisusu awa, Colonel Ferdinand Tshipola, afuti masumu ndenge apesaki mitindo na batu baye baboma Colonel Joseph-Damien Tshatshi. Na ba honneurs militaires basaleka Colonel Tshatshi, Président Mobutu ayaki kopesa camp para commandos ya Binza, kombo ya camp Tshatshi. Colonel Tshatshi akufi na 34 ans.

     

    Emmanuel Kandolo

    1ère publication le 10 juin 2010

     

     

     


    0 0

     

    Vidéo choisie : Corruption au Congo : Les preuves qui accablent le clan Kabila

     

    Nous reprenons une vidéo extraite du journal télévisé de France 24 sur l’acte de bravoure posé dernièrement par un digne petit fils de Patrice Lumumba, Jean-Jacques Lumumba, qui a démissionné de BGFI Bank en RDC, pour dénoncer les pratiques généralisées de corruption perpétrées par les proches du chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila.

    Cet acte a été décrit par Colette Beackman dans le journal belge le Soir, à travers son article repris sur le lien ci-dessous :

    http://www.lesoir.be/1354761/article/actualite/monde/2016-10-29/corruption-au-congo-preuves-qui-accablent-regime-kabila

    Par son courage, le petit fils de Patrice Lumumba vient par ailleurs de confondre tous les pseudo-lumumbistes, qui ont cautionné et qui continuent à cautionner lâchement le régime sanguinaire de Joseph Kabila. Nous pensons particulièrement au fameux « patriarche », Antoine Gizenga, dont le mandat à la primature de la RDC n’aura consisté qu’à assurer ses vieux jours et à positionner politiquement les membres de sa famille, et à Lambert Mende, porte parole d’un régime dont les congolais garderont longtemps un mauvais souvenir.

    Messager

     

    "Exclusif : Jean-Jacques Lumumba, ex-employé d’une banque proche de la famille Kabila, dénonce des pratiques de corruption dans l’entourage du président. Il a confié au « Soir » de nombreux documents compromettants.

    La perspective d’un report des élections inquiète et révolte beaucoup de jeunes Congolais. D’ici la fin décembre, les manifestations risquent de se multiplier. A l’intérieur du système aussi, de jeunes diplômés sont témoins d’irrégularités, en particulier au sein de la Commission électorale indépendante (Ceni) qui assure ne pas avoir les moyens d’organiser en temps voulu les élections promises.

    Jean-Jacques Lumumba, chef du département des engagements à la BGFI, une banque de Kinshasa proche de la famille Kabila, au lieu de couvrir des opérations douteuses, a préféré claquer la porte. Il s’est présenté à la rédaction du Soir chargé de lourds dossiers, impliquant la banque BGFI, dont le directeur n’est autre qu’un ami d’enfance du chef de l’Etat."

     

    Colette Breackman

     

     



    Tripatouillage des comptes de la CENI: Nangaa interpellé !

    Révélée en fin de semaine dernière par le quotidien belge Le Soir, l’affaire des comptes de la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante) logés à la BGFI et mouvementés, selon le même journal, de manière opaque, fait grand bruit dans les milieux politiques et financiers tant congolais qu’étrangers. Cet intérêt s’explique non seulement parce que cette institution d’appui à la démocratie crie famine depuis février 2015, date de la publication de son calendrier électoral global, mais aussi par le fait que le manque de financement du processus électoral est à la base du « glissement » et de la crise politique que connaît la République Démocratique du Congo.

                Selon « Le Soir », pendant que la CENI prétextait la disette pour justifier son incapacité de lancer les opérations préélectorales en temps opportun (commandes et achats des kits électoraux, déploiement des kits électoraux sur le terrain, enrôlement des électeurs), il y avait de l’argent frais dans un de ses comptes ouverts à la FGFI. Le quotidien belge soutient qu’entre janvier et avril 2016, le gouvernement congolais aurait effectué six versements dans l’un des deux comptes de la centrale électorale congolaise, à hauteur de 55 millions de dollars américains. L’unique retrait imputé à la CENI serait de l’ordre d’environ 900.000 dollars, ce qui lui laissait un matelas de réserve d’un peu plus de 54 millions de dollars.

    « Le Soir » signale entre autres anomalies le fait que le second compte ouvert à la FGFI serait resté sans le moindre franc au moment où la CENI s’empressait d’ouvrir un troisième pour y loger un prêt d’environ 25 millions de dollars américains sollicité auprès de la même banque. 

    La question concernant la souscription d’un emprunt de 25 millions de dollars américains au sein d’une institution financière où la CENI détient un compte où dorment 54 millions de dollars  et un second en totale hibernation reste sans réponse.

    Mais autre fait curieux, c’est le risque que prend la FGFI d’octroyer à une cliente un crédit de l’ordre de 25 millions de dollars alors que ses fonds propres sont plafonnés à 36 millions Usd. Au regard de la réglementation en vigueur, une banque ne peut pas donner en prêts des montant supérieurs à 25% de ses avoirs. Entre-temps, on assiste à un rythme endiablé des retraits de fonds dans ce nouveau compte entre mai et septembre 2016, soit un total de 7,5 millions de dollars, moyennant sans doute intérêts et commissions. En tout, la BGFI aurait pris, à cette date, près de 3 millions de dollars d’intérêts.

    A en croire des informations en possession du quotidien Le Soir, ces retraits de fonds seraient opérés par des personnes extérieures à la CENI. Ce qui ne fait que croître des soupçons de tripatouillages des comptes de cette institution d’appui à la démocratie.

    Le dossier publié par le quotidien belge parait tellement bien ficelé qu’il appelle, de la part des gestionnaires de la CENI, et son président Corneille Nangaa en tête, un éclairage suffisant pour apaiser l’opinion interne en République Démocratique du Congo, où beaucoup de gens continuent de croire à la mauvaise foi du gouvernement et du « pouvoir organisateur » des élections dans le « glissement » de calendrier électoral.

    Des millions de filles et fils de la RDC veulent savoir si les comptes évoqués par Le Soir existent réellement à la FGFI et s’ils étaient effectivement approvisionnés par l’équipe du Premier ministre Matata. Dans la négative, il devrait dire à la collectivité nationale d’où le quotidien Le Soir a été puiser des chiffres aussi sensibles et comment a-t-il pu coller des noms des personnages réels aux actes de retrait de fonds.

     Dans l’affirmative, Corneille Nangaa devrait expliquer pourquoi la CENI n’avait pas pu lancer les opérations préélectorales en fonction des contraintes constitutionnelles des élections présidentielle, législatives nationales et provinciales. Dans la situation présente de grave impasse politique, le patron de la centrale électorale congolaise doit rassurer des millions de compatriotes convaincus que la volonté politique d’organiser les élections en temps réel a largement fait défaut à la CENI et à son principal bailleur de fonds, à savoir le gouvernement. C’est son image qui est terriblement écornée car fichée comme une structure qui n’a rien fait pour éviter la prolongation controversée du second et dernier mandat du Chef de l’Etat actuellement en fonctions. Le sentiment général d’un complot planifié contre la République et la démocratie tend à se cristalliser dans la mémoire collective au vu des informations du genre de celles relatives à la mégestion présumée des fonds électoraux.    

    Kimp

     


    0 0

    LES STATISTIQUES DU MOIS D’OCTOBRE 2016.

    Nous vous présentons les statistiques du mois d’octobre 2016 telles qu’elles ont été établies par l’administration d’Overblog.

    Depuis que notre site a décrété une mobilisation patriotique en rapport avec la situation politique en RDC, nos statistiques sont en nette augmentation, comme vous pouvez le remarquer en comparant les statistiques antérieures.

    Nous rappelons à nos lecteurs que tout ce que nous réalisons sur ce site depuis sa création, nous le faisons en notre âme et conscience, en mettant les intérêts de notre pays au-dessus de tout. Nos publications actuelles sont adaptées à la situation du moment. Nous les réaménagerons quand il le faudra. Il y a un temps pour tout.

     

    LES STATISTIQUES DU MOIS D’OCTOBRE 2016.

     

    Pages vues :                              55.626

    Visiteurs    :                              30.502

    Pages vues par visiteur :               1,82

     

    LES STATISTIQUES GÉNÉRALES DEPUIS LA CRÉATION DU SITE.

     

    Pages vues :                                  5.408.421

    Visiteurs    :                                1.649.101

    Pages vues par visiteurs :                     3,28

     

    .

    Réactions

    Bonjour Chers MBokatiers! Merci à tous ceux, de près ou de loin, par leur(s) contribution(s) continuent à échanger, pour changer dans le bon sens. Un combat quasi quotidien, dans un monde où ceux - élus ou auto-proclamés comme tels- qui avaient la tâche de veiller sur l'avenir et le bien-être des populations pour mieux les servir, ont failli ou tout simplement trahi. En Afrique en général, et en Afrique Centrale en particulier, se sont érigées des mafias politico-financières de chefs d'Etat, dont leur regard tourné vers leurs poches et proches immédiats, leur a fait oublier -l’ont-ils jamais su vraiment ?- que même arrivé par un coup d'Etat au pouvoir, l'homme a pour essentiel support pour lui, la préservation de sa dignité.

     

    Quand nous regardons tout le long de l'Equateur du Continent, de part et d'autres de cette ligne allant de l'Océan Indien à l'Atlantique, il s'est formé au fil des décennies, cette mafia dont nous parlions ci-dessus. Qui dit mafia, dit syndicat de crimes. Des gens sans parole, sans scrupules, sans fierté pour le pays qu’ils sont sensés diriger, qui se sont érigés en pseudo protecteurs de leurs populations, pour mieux les asservir, quand ils ne les massacrent pas tout simplement. La preuve vient encore d'être donnée à Luanda, où, au mépris de toute considération et respect aux peuples de décider de leur avenir, ces gangsters ont pris des résolutions qui renforcent leurs positions qui consistent solidairement à conserver le pouvoir par tous les moyens. Ceci devant une UA (Union Africaine) réduite à une coquille vide, plutôt complice qu’impuissante, dominée par les mêmes têtes de notre pauvre continent. Une UA qui fait la honte de l’Afrique, et fait dire à certains anciens néocolonialistes, que « l’homme noir n’est pas rentré dans l’histoire… », ou que « la démocratie est un luxe pour les africains ».

     

    Qu'attendre donc d'une réunion où des inamovibles Dos Santos, Sassou, Kabila, etc, à la tête des pays parmi les plus corrompus du monde? Main dans la main, Ils sont décidés à se serrer les coudes pour se maintenir, sachant que leur isolement respectif dans la sous-région les affaiblirait inévitablement. C'est là que MBOKAMOSIKA prend toute sa dimension de lanceur d’alerte, pour rappeler que si la culture est son thème de prédilection, celle-ci ne peut être dissociée de la vie politique, cette dernière devant stimuler tous les outils et ingrédients qui consistent non seulement à soutenir les conditions d’ouverture et de revalorisation, mais à protéger cette culture, à travers laquelle nous existons. Or nos dictateurs, en dehors leurs richesses personnelles, richesses acquises par le vol et les assassinats, avec autour d'eux, une cour corrompue, n'ont aucune notion de fierté nationale, fierté représentée d'abord par la culture.

     
    Le rôle de MBOKAMOSIKA se résume donc par un devoir de réveiller et les éveiller en permanence, les consciences de nos populations, face à une terreur permanente qui ne reculera que par nos coups de boutoir. Or ces coups ne peuvent être efficaces qu'en connaissance de cause. En sachant aussi que personne d'autres à notre place ne le fera.
    La tâche est énorme, mais pas impossible. Ayons donc le dernier mot qui exprimera notre volonté d'avoir la décision finale. Cette marche commence par l’unité de nos forces. 
    MBOKAMOSIKA doit en être l'un des vecteurs de cette marche. Par devoir.

     

    Claude


    0 0

     

    Désormais, tout dialogue devient matériellement irréalisable sans prolonger le mandat de Joseph Kabila.

     

     

    Ce matin du 2 novembre 2016, nous avons calculé le nombre de jours qui nous séparent de la date du 19 décembre 2016, marquant la fin du mandat de Joseph Kabila. Selon notre comptage, il nous reste exactement 48 jours.

    48 jours, c’est moins de deux mois. Logiquement, aucun dialogue, aucune consultation, aucun sommet, ne peut être organisés sans occasionner la prolongation du mandat de Joseph Kabila.

    Or, si plusieurs congolais ont versé leur sang les 19 et 20 septembre 2016 à Kinshasa, c’était pour exprimer la détermination de tout le peuple congolais à contraindre Joseph Kabila à ne pas dépasser son double mandat, conformément à la constitution de la RDC.

    Dès lors, il devient matériellement impossible au Rassemblement de l’opposition d’envisager un quelconque dialogue, sans entraîner le glissement du mandat de Kabila, dont le cynisme n’est plus à démontrer. Une telle démarche constituerait aux yeux des congolais un acte de haute trahison.

    C’est pourquoi, nous invitons solennellement le Rassemblement de l’opposition à se focaliser sur la stratégie à mener autour de la date du 19 décembre 2016, et à enterrer définitivement l’idée d’un dialogue tant que Joseph Kabila n’aura pas démissionné. Seule la rue et les pressions chasseront Kabila du pouvoir.

    P:S. La grogne populaire est telle que, si l'opposition tergiverse jusqu'au 19 décembre, d'autres opportunistes risquent de s'emparer du pouvoir, à l'instar de l'AFDL en 1997. Même une révolution de palais n'est plus à exclure.


    Messager

     


    0 0

     

    Les héros de l’Armée congolaise : LE LIEUTENANT PILOTE MBAKI.

     

    Nous interrompons l’énumération des héros de l’Armée congolaise , principalement des officiers supérieurs, établie par Emmanuel Kandolo en 2010, pour présenter un autre héros de grade subalterne, à savoir le LIEUTENANT PILOTE MBAKI.

    En décidant de présenter le Lt Mbaki, un chasseur pilote mort durant la rébellion à l’est du pays, et dont le camp des Forces Aériennes à Ndolo porte le nom, nous avons voulu initier une simple ébauche dans la mesure où nous disposons peu d’éléments sur lui. Nous attendons donc de sa famille et de ses collègues de promotion à l’Armée, plus de détails pouvant nous permettre d'étoffer son parcours.

    Nous remercions d’emblée notre ami Samuel Malonga, qui nous a fourni quelques photos du Lt Mbaki durant sa formation de pilote.

    Il convient de souligner qu’en rendant hommage aux héros de l’Armée congolaise, surtout à ceux qui sont tombés au front, nous voudrions montrer à nos compatriotes comment ces braves soldats se sont sacrifiés sur des terrains dont ils n’étaient pas originaires, pour consolider l’unité nationale.

    Le Lt-Col Kokolo , originaire du Bas-Congo est mort à Kinshasa ; Le col Tshatshi, un tetela est mort à Kisangani, Le col Ebeya, un mungala est mort au Kwilu ; le Lt Mbaki, un mukongo est mort au Kivu durant la rébellion ; le Lt commando Ilunga Katalayi, un kasaïen, est mort au front au Kivu en 1967; et dernièrement encore, le col Mamadou Ndala,  qui n'est pas originaire de l'est a trouvé la mort au nord Kivu, etc, etc.

    Des exemples qui doivent nous inciter à redoubler d'ardeur pour défendre l'instauration d'un état de droit en RDC à n'importe quel prix.

    Nous invitons tous ceux qui possèdent des archives sur d’autres héros à pouvoir nous les envoyer pour publication sur notre site.

    Messager

     


    0 0

     

    Le spectre du 4 janvier 1959

     

    Doit-on encore continuer à faire jouer des rencontres de football à Kinshasa ? Telle est la difficile question qui taraude les sbires de Kabila. Le spectre du 4 janvier 1959 réapparaît dans toute sa splendeur. Ce manque de confiance en l’autorité qui au sortir du stade conduit à la violence ou à l’affrontement direct contre l’ordre établi refait à nouveau surface à Kinshasa. Les psychiatres joséphites en émoi s’activent et tentent de trouver la parade. La peur s’installe. Le pire est à venir et à craindre en attendant la date fatidique du 19 décembre 2016. Le football est capable de secouer les régimes les plus totalitaires. Le stade des Martyrs est-il devenu le lieu de rencontre des déçus du joséphisme ? Entre le sport et la politique, il n’y a qu’un pas.

     

    Le 4 octobre dernier au stade des martyrs, les Léopards rencontrent en match de préparation l’équipe du Kenya. Les Kinois friands de football sont au rendez-vous pour soutenir l’équipe nationale. Puis tout d’un coup, le stade des Martyrs s’embrase. Comme un seul homme, la foule se met à crier pour dire à Kabila de préparer ses valises car le 19 décembre approche. Quatre jours plus tard au même endroit, la même scène se répète lors du match RDC - Libye. Froissés, les responsables de la RTNC coupent l’antenne. Les téléspectateurs et les auditeurs sont laissés à leur faim. Le but de la manœuvre est d’éviter que l’ambiance survoltée et anti-Kabila ne se repende dans toute la ville où les esprits sont déjà surchauffés par les sanglants événements de septembre dernier. Quel courtisan joséphite pouvait tolérer les insultes proférées en direct voire en mondovision à l’endroit de son patron ? Pour le derby de tous les dangers prévu le 21 octobre entre le DCMP et le FC Renaissance, des mesures contraignantes sont alors prises par le ministre des sports. Pour éviter un grand public au stade et garantir son job, sieur Denis Kambayi fait monter les enchères en augmentant le prix du billet. Peine perdue car la rencontre a attirée du monde. Puis unis par le sort, les supporters de V.Club, DCMP, Dragons et Renaissance mettent leurs querelles entre-parenthèses pour scander pendant de longues minutes: « Kabila yeba, mandat na yo ezosila ». La police a dû employer la manière forte en dispersant la foule à coup de matraque. Mobutu à son époque en a vu lui aussi de toutes les couleurs au sortir de l’arène du 20 Mai au terme d’un certain V.Club - Daring. (Voir le texte de Kueno Tshingi)

     

    Le spectre du 4 janvier 1959 fait peur. Ce jour-là, la foule venue du stade Roi Baudouin a allumé le feu de la révolte qui a conduit à l’indépendance. Le stade des Martyrs où 80.000 Kinois peuvent se rassembler, devient peu à peu la hantise des autorités politiques, sportives et urbaines. Elles sont sur le qui-vive car la colère gronde. On ne sait pas d’où viendra le danger ni celui qui allumera l’étincelle fatale qui embrasera la ville. Peut-être comme en 1959, c’est du football que partira la nouvelle flamme de la révolution populaire, celle-là même qui emportera la dictature. Peut-être par la magie du 4 janvier, c’est le sport-roi qui galvanisera les Congolais pour la dernière bataille, celle de tous les dangers certes mais aussi celle qui sera la plus décisive pour bouter dehors le régime de Kabila. Wait and see !

     

    Samuel Malonga


    0 0

     

     

     
     
     
     
    BUZZ BAMAKO
    Scandale: le Mali et 13 autres pays Africain versent 85% de leur réserve nationale à la France
    En plus de la Guinée qui verse chaque année 40% de son budget national à la France, plus de 14 pays Africains (le Mali inclus) continuent de verser 85% de leur réserve nationale à la banque de France. La question qui vient automatiquement en tête: pourquoi il n'y a pas eu une révolte de nos chefs d'états contre ce vol inqualifiable?

     

     

    Lorsque nous avons reçu cette vidéo qui nous été envoyée par le prof. Augustin Odimba, d'emblée, nous n’y avons pas cru. Mais l’ayant visionnée, grande a été notre surprise de constater que l'Afrique est encore sous la domination étrangère. Du coup, nous nous sommes sincèrement interrogé : « Qu’avons-nous (africains) fait au bon Dieu pour mériter ce sort »?

    Suite à cette révélation, il ressort clairement que l’Afrique n’a jamais été réellement indépendante. Cet asservissement, mieux cet esclavage financier inexplicable contraste avec l’attitude et le mépris de la France à l’égard des réfugiés et des immigrés d’origine africaine.

    Il est temps que cette situation change.

    Messager

     

     
     
     

    0 0

     

     Un des belgicains:Emmanuel Elonga "Malima-Nzungu".

    Emmanuel Elonga au sein de RC Tienen en 1964

    Durant le mois de septembre de l’année en cours, notre ami belge, Dr Bruno Dubois de http://www.foot100.be, nous a transmis la requête de Raf Mossely, de la même association, portant sur les origines d’un ancien belgicain, Emmanuel Elonga, qui avait évolué d’abord dans F.C. Nomades à Kinshasa en 1957, avant de se rendre en Belgique où il évoluera durant ses études à l’université de Louvain, dans quelques équipes belges et dans la sélection universitaire.

    Ne l’ayant pas connu en tant que joueur du F.C. Nomades, nous avons répondu dans un premier temps à nos amis belges qu’en ce qui nous concernait, nous pensions qu’il s’agirait de Elonga Malima-Nzungu, que nous avions découvert sur les ondes de la RTNC durant les années '60 et '70, au moment où il formait un tandem avec le professeur Mulemba-Nkani, dans la présentation de « Réveil matinal », et quand il fut entraîneur du F.C. Daring Imana, sous la présidence de Poto Galo, ancien PDG de Socimat et proche parent de maman Antoinette Mobutu.

    S'agissant de ses origines ethniques, nous avions répondu qu'à moins d'une erreur,Elonga était originaire du Lac Léopold II (Mayindombe), plus particulièrement un Musakata.

    Après ces premiers échanges, et surtout après avoir retrouvé un article d’archive sur mbokamosika précisant que Manu Elonga fut entraîneur de FC Daring Imana durant les années ’70, nous avons confirmé à nos amis belges que Emmanuel Elonga et Elonga Malima-Nzungu était la même personne, étant donné que "Manu" en RDC, est le diminutif d'Emmanuel, et que "Malima-Nzungu n'était que son post-nom,adopté après le recours à l'authenticité. En ce qui concerne son affiliation au sein du F,C Nomades de 1957 à 1958, nous avons compris pourquoi il était devenu entraîneur du FC Daring, dans la mesure où Nomades fut une formation d’obédience Daring.

    Par la suite, Raf Mossely nous a envoyé  une photo du joueur Emmanuel Elonga pendant qu'il évoluait dans RC Tienen en 1964, et de son côté son fils Stefan Mossely, nous a expédié une coupure du journal belge Durmeklokken de mars 1962, qui annonce un match amicale entre l’équipe locale VW Hamme et l´équipe universitaire de Leuven (Louvain), dans laquelle Elonga fut un attaquant.

    Nous reproduisons ci-après le parcours de Emmanuel Elonga,concocté par Raf. Mossely  en Neerlandais et traduit en français par Bruno Dubois.

    Le parcours de Emmanuel Elonga

       -   Etait joueur à FC NOMADES de 1957 à 1958.

       -  De 1958-1959, il était en Belgique, joua dans l'équipe universitaire à Louvain et était affilié au ROYAL RACING CLUB TIRLEMONT (qui devint en 1973 ROYAL RACING CLUB TIENEN)

       - En 1963, il avait évolué au ROYAL CROSSING CLUB MOLENBEEK (avec Henri "Rik" Coppens, 47 sélections en équipe nationale belge)

      -Au cours des années ’60, il retourna au Congo et devint entraîneur du FC DARING CLUB MOTEMA PEMBE

    • En 1968, il fut secrétaire général du Comité National Olympique du Zaïre; il en devint Président en 1971/1972
    • En 1976, il fut nommé Ministre des Sports

          

    Nous publions cet article en guise d’hommage à Emmanuel Elonga Malima-Nzungu, qui n’est plus de ce monde, tout en invitant ceux qui disposeraient d’autres éléments et témoignages sur lui, à bien vouloir nous en envoyer.

     

    Enfin, Stefan Mossely  a lancé une nouvelle recherche sur le joueur Bosuku, affilié au Racing Jette en Belgique (1965-1966). Personnellement, nous étions incapable de fournir la moindre information sur ce joueur et avions promis de nous en remettre à l’expertise d’autres mbokatiers. Notre courriel envoyé depuis septembre 2016 à celui qui nous a toujours secouru, Paul Bonga Bonga n’ayant pas encore reçu de réponse.
    Selon les dernières fouilles de Stefan Mossely, le joueur F.Bosuku avait aussi évolué au
    F.C Seraing (1964-1965).

    Qui peut nous aider à retrouver les traces de l'ancien belgicain, F. Bosuku ?

     

    Messager

     


    0 0

    Le triomphe inattendu de Trump ! Hillary Clinton: victime du Congo bololo ?

    Donald Trump sera le 45ème président des USA. Telle est la réponse des américains à l’issue des élections qui ont tenu le monde entier en haleine et pour lesquelles très peu de parieurs avaient misé sur Trump.

    Hillary Clinton dont plusieurs sandoges voyaient déjà à la Maison Blanche, vient de subir une défaite cuisante. Parmi ceux qui comptaient sur sa victoire, se trouvent Joseph Kabila et ses proches, lesquels ne s’étaient pas gênés d’aller verser des centaines de milliers de dollars aux lobbies proches d’elle durant la campagne, dans le but d’obtenir son soutien.

    Lorsque les congolais résidents aux USA ont dernièrement appelé à voter contre Hillary, certains dinosaures Kabilistes ont certainement arboré un sourire en coin. Pour eux, Hillary allait largement remporter les élections et contribuer à la pérennité du Kabilisme en RDC, . Mais ils ont oublié que Dieu exhausse les prières des opprimés.

    Hillary: victime du Congo bololo?

    Ces caciques du PPRD ont aussi oublié de relire tout ce que nous publions sur ce site, notamment lorsque nous avions annoncé autrefois les effets dévastateurs du phénomène « Congo bololo » à l’endroit de tous ceux qui complotent de loin ou de près contre la RDC. Et lorsque nous avions dernièrement révélé que la RDC était un « bourbier ». Nous estimons que tous les roitelets qui entourent la RDC, à savoir Kagame(dont les accointances avec Bill Clinton sont connues), Sassou, Museveni, Dos Santos, , etc, etc, ont compris cet avertissement qu’est la défaite de Hillary Clinton.

    Des millions de victimes à l’est de la RDC ainsi que toutes les victimes du régime sanguinaire de Joseph Kabila seront vengées par la main de l’Éternel. Kagame, Sassous, Dos Santos, vous êtes prévenus ! Kabila propose, Dieu dispose.

     

    Messager

     

     


    0 0

    La lettre ouverte de Herman Cohen à Joseph Kabila

    " Herman Cohen exhorte Joseph Kabila à prendre sa retraite politique le 20 décembre ", tel est le titre de la une du Potentiel ° 6863 du lundi 24 octobre 2016 que l’on peut trouver dans l’édition électronique dudit journal. L’auteur de la lettre ouverte est vieux routier de la politique. L’homme n’est autre que l’ancien Secrétaire d’État adjoint aux Affaires africaines sous la présidence de George Bush père. L’ancien ministre commence à présenter ses condoléances (ironiques ?) à travers Joseph Kabila aux familles éprouvées lors des sanglants événements des 19 et 20 septembre dernier. Après le langage diplomatique du début, il entre dans le vif du sujet et ne mâche pas ses mots. "Le décor a été fixé pour votre départ de la présidence", écrit-il. Il lui propose même de considérer sa retraite le 20 décembre afin de quitter le pouvoir avec une grande popularité pour avoir fait montre du courage d’un homme d’État conclut-il.

     

    En attendant cet hypothétique départ, des signaux inquiétants sont lancés par les Occidentaux. La puissante Amérique a fait évacuer les familles de son personnel diplomatique. Les Belges de leur côté ont amené à six mois la validité des visas des diplomates congolais sur son sol. Les chancelleries occidentales demandent à leurs ressortissants qui n’ont rien à faire au Congo, de quitter ce pays avant le 20 décembre.

     

    Que va-t-il se passer en RDC à la mi-décembre ? C’est ce que se demandent à la fois les Congolais et la communauté internationale. Les mises en garde occidentales à l’instar de  cette lettre ouverte de Herman Cohen décideront-elles du destin de Joseph Kabila Sese Seko ? La question reste posée.

     

    Samuel Malonga

     

     

     

     

     


    0 0

     

    Spécial message à : Bokeshu 1er, Commandant Esso, "Proverbe 30 :30", à propos du pouvoir coutumier au Kivu !

     

    Suite aux deux vidéos intitulées « Boketshu 1er et le Comd Esso répondent les Tshiskedistes » et «Flash, Kabila, Kagame matanga, mpo Trump agazer bango.. », réalisées respectivement par Maître Dona de Congo SukisaTV, et Sentinel TV1, nous tenons à souligner les faits ci-après :

    -D’emblée, nous félicitons publiquement ces jeunes patriotes, à savoir Boketshu 1er, Commandant Esso, Maître Dona, et Proverbe 30 :30, pour leur inlassable engagement dans la lutte pour l’instauration d’un état de droit en RDC. Les congolais se souviendront de leur courage face au pouvoir d’occupation de Joseph Kabila.

    -En ce qui concerne l’information portant sur l’installation frauduleuse du frère aîné de Rubewa en tant que chef coutumier à Minembwe au Kivu, nous voudrions rappeler à tous les congolais que depuis l’époque coloniale, les chefferies dans les territoires où étaient installés les immigrés Tutsi revenaient de droit aux congolais d’origine. C’est-à-dire que, même si le nombre des immigrés Tutsi était supérieur à celui des congolais d’origine dans une chefferie, seul un congolais d’origine était habilité à en devenir chef.

    -Cette loi était en vigueur depuis l’époque coloniale. Les anciens ministres de l’intérieur : Etienne Tshisekedi, Mwando Simba ; l’ancien gouverneur du Nord-Kivu : Konde , les anciens Redoc et administrateur de territoire dans le Sud et Nord Kivu connaissent l’existence de cette loi. Depuis quand cette loi a-t-elle été modifiée, et par qui ?

    -Cette histoire du grand frère de Rubewa devenu chef suite à un hypothétique vote d’un groupe d’immigrés est la démonstration la plus éloquente de l’occupation de la RDC par les Rwandais.

    - Voilà pourquoi tous les congolais, surtout nos frères du Kivu doivent se mobiliser comme un seul homme le 19 décembre 2016, afin de chasser Joseph Kabila du pouvoir.

    P.S. à propos des immigrés Tutsi surnommés « Banyamulenge », référez-vous toujours à notre article sur l’inventaires des ethnies de la RDC, publié sur ce lien : http://www.mbokamosika.com/article-l-inventaire-des-ethnies-de-la-rdc-72662343.html

     

    Messager

     


    0 0

     

     

    Images intégrées 1

     
     
     
    Nous invitons chaque personne qui lit ce message à contribuer avec un montant de son choix. La récolte de fonds le plus rapidement possible nous permettra de réaliser cette BD ainsi que le film de dessins animés "KIMBANGU" qui sera diffusé gratuitement en République Démocratique du Congo,en République du Congo-Brazzaville, et en Angola.

    Ce projet se veut un bien commun pour l'humanité en vue de préserver notre histoire, notre tradition et notre culture.

    Serge Diantantu

    0 0

     

    Plus de dialogue, le 19 décembre 2016, les congolais doivent se soulever.

    Comme nous l’avions annoncé à travers un des nos articles antérieurs, désormais aucun dialogue ne peut être organisé sans entraîner la glissement du mandat  de Joseph Kabila. C’est pourquoi, nous soutenons cette action prônée par peuple Mokonzi à travers la vidéo ci-dessous.

    Suite aux tergiversations de la classe politique congolaise, il ne reste plus aux congolais qu’à se soulever afin de contraindre Joseph Kabila à s’en aller le 19 décembre 2916. Qui aime sa vie la perdra, disent les écritures. Il est temps que les politiciens congolais cessent de se compromettre en accumulant les subterfuges susceptibles de prolonger le mandat de Joseph Kabila. Le sommet de Luanda,la visite des émissaires de Dos Santos, de Sassou, de la CENCO n'ont pour but que de sauver Kabila. Son mandat expire le 19 décembre 2016. Tout prétexte pouvant l'aider à dépasser le délai constitutionnel sera considéré comme une trahison.

    Si les leaders actuels sont incapables d'assumer leur rôle, Dieu suscitera un autre guerrier pour mener les congolais à leur libération. 

    Finalement, nous nous rendons compte que toute la classe politique congolaise sans exception, se nourrit de la misère du peuple.  

    Messager

     

     

    Source de la vidéo: Jean-Claude Mubenja


    0 0

     

    Les héros de l'Armée congolaise: Le général Léonard Mulamba

    Sur cette photo, le colonel Mulamba (Premier ministre) en face du président Mobutu, après la prestation du serment, le 30 novembre 1965.

     

    Après avoir effectué une escapade pour présenter le Lieutenant pilote MBAKI, nous revenons à la liste des héros de l’Armée réalisée en 2010 par Emmanuel Kandolo, à savoir : Le Lt Col Kokolo, le Col Damien Tshatshi, le général Léonard Mulamba , et le Colonel Ikuku.

    Ainsi, nous avons l’honneur de présenter aux mbokatiers, le tout premier « Premier Ministre » du régime Mobutu : le général Léonard Mulamba. Un des héros de notre Armée.

    Nous rappelons à nos lecteurs que l’évocation des héros de notre Armée s’inscrit dans le cadre du travail de mémoire. Ces héros dont la bravoure et le courage sont reconnus unanimement, n’ont laissé ni villas, ni fortunes mirobolantes. Mais ils ont marqué l’histoire de l’Armée congolaise comme  «  références » pour les jeunes générations.

    Messager

     

    Léonard Mulamba  (na authenticité akomaki : Mulamba Nyunyi wa Kadima) abotami na 1928 na Kasaï. Abimi na promotion ya 1954 na Ecole de Luluabourg, Centre d’Instruction ya Irebu na Equateur. Irebu ezali entre le fleuve Congo na lac Tumba. Tango asilisi kuna, azui tour à tour affectation na Léopoldville mpe na Stanleyville. Na 1963 akomi commandant ya 3ième groupement ya A.N.C. na Stanleyville. Na 1964 atindami na Kivu mpe azui commandement ya secteur d’opérations Kivu (OPS. Kivu) mpo na kobunda na rébellion ya Conseil National de Libération (C.N.L.). Colonel Mulamba abundaki bitumba ya Kivu na courage na bravoure nionso. Akutanaki na ba embuscades oyo elingaki koboma ye neti tango azalaki blesser na batu ya Colonel Louis Bidalira « Bitotelo ». Kasi abandaki kaka ko s’en sortir. Na Kivu a collaboraki na Colonel Dodds na ba Commandants misusu lokola : Majors Yossa, Vangu, Ndele, Potopoto ; Capitaine Bobanga na Lieutenant Ngwalu.

    Bitumba ya Kivu ezalaki makasi mpo C.N.L. ezalaki na appuie ya ba Chinois mpe na ya base arrière na bango na Burundi. Kasi, suka suka, Uvira, Kamanyola, Lubarika, Luberizi, ezongaki na contrôle ya gouvernement central, en plus ya résistance ya Bukavu. Victoire ya bitumba ya Kivu ezalaki preuve ya ba qualités ya combattant ya Colonel Mulamba. Wuta wana nde azuaki ba kombo lokola : « Homme de Bukavu », « l’Héros de Bukavu », « Anti dawa ». Sima ya Kivu, Colonel Mulamba azongelaki ebonga na ye na Stanleyville.Sima ya victoire wana, azuaki pete ya Colonel mpe na premier anniversaire ya victoire sur la rébellion Gbenye, ayaki kokoma Major-général.

    Neti Général Mulamba azalaki parmi ba officiers minene ya A.N.C, babengamaki mpo na ko participer na coup d’Etat ya 24 novembre 1965. Naturellement, compte tenu ya prestige oyo abandaki ko jouir na A.N.C., azuaki ebonga ya Premier Ministre mpe coordonateur ya gouvernement. Durant mandat na ye, gouvernement ezuaki mikano minene miye : Interdiction ya ba partis politiques mpo na durée ya cinq ans, kopekisa droit de grève, kopekisa trafic ya mabanga ma talo mpe ko lutter contre corruption, ko diminuer salaire ya ba parlementaires mpe na réforme administrative et territoriale ya avril 1966,  likambo ya ba pendus ya pentecôte. Est-ce que Premier Ministre Mulamba azalaki vraiment na pouvoir ? Eloko te ! Six jours après nomination na ye, na 30 novembre 1965, Président Mobutu amipesi ba pouvoirs spéciaux mpe le, 22 mai 1966 akomi na ba pleins pouvoirs. Ekomaki déjà compliquer mpo asala mosala malamu. Malembe malembe, Président abandi koluka ko discréditer te, malgré courage azuaki ya kokende tee na Kisangani ko récupérer nzotu ya Colonel Damien Tshatshi, tango babomaki mokolo mua 23 juillet 1966. Devant sang-froid wana, na kati ya bitumba ezalaki na Kisangani, na retour na ye, Président Mobutu azalaki tranquille te mpe ekomaki kosala ye zuwa na lolenge ya ba démonstration ya courage na ye devant le danger. Mpo na Général Mobutu ezalaki lisusu signe ya ndenge sympathie ezali kati na Général Mulamba na Colonel Tshipola. Et pourtant, Général Mulamba azalaki Commandant ya Colonel Tshipola na Stanleyville.

    Na meeting ya 22 mars 1966, Président Mobutu akomaki ko soupçonner ye que alingi azongisa Tshombe na pouvoir. Nionso oyo mpo na ba gendarmes Katangais oyo bakotaki na A.N.C. babandaki ko regretter absence ya Katangais na haut commandement ya armée. Lisusu, prestige ya Mulamba ebandi kosepelisa Mobutu mingi te. Yango wana abandaki kotiya ye na posture moko difficile.

    Général Mulamba alongue Premier Ministre le 26 octobre 1966.  Au lieu Président Mobutu azongisa ye na armée mpo azalaki kaka soda, ye a éloigner ye na ko nommer ye ambassadeur na New Delhi, na novembre 1966. Na 1970  akomi ambassadeur na Tokyo mpe na Séoul avec résidence na Tokyo. Pendant que Léonard Mulamba azalaki ambassadeur, Empereur japonais Hirohito na molongani na ye basalaki déplacement ya kokende koyamba Président Mobutu na mama Sese na aéroport. Elobamaka mingi mpe Mulamba azalaki ambassadeur noir ya liboso oyo azalaki na début ya carrière diplomatique na Japon, contrairement na misusu oyo bakendeke kosilisa carrière kuna. Peut-être, yango nde elakisaki que Congo ezala na considération mingi epayi na Japon mpe en retour, empereur asali geste wana na boyambi Président Mobutu na mama Sese na aéroport : ezalaki mbala ya liboso empereur ya Japon a se déplacer personnellement mpo na kokende koyamba Chef d’Etat étranger na aéroport. Sima ya Tokyo, na 1975, Mulamba atindamaki ambassadeur na Brasil tee na 1978. Sima ya wana,  azongi na Kinshasa mpe azui nomination comme Chancelier ya Ordres Nationaux na ya ba Compagnons ya Révolution. Aye kolongua wana mpo na ba raisons ya santé na 1983 mpe Général Bangala Oto wa Ngama a remplacer ye. Sima ya wana atikalaki lisusu malamu te, tee na ndenge santé na ye e continuaki ko se  détériorer makasi suite na bokono bua parkinson. Ye azongisi molimo le 12 août 1986 na âge ya 58 ans.

     

    Emmanuel Kandolo

    1ère publication en juin 2010

     

     

    TRADUCTION

     

    LE GÉNÉRAL LÉONARD MULAMBA. (Devenu sous l’authenticité Mulamba Nyunyi Wa Kadima), est né en 1928 au Kasaï. Il est issu de la promotion de 1954 de l’École Centrale de Luluabourg(Kananga), du Centre d’Instruction d’Irebu à l’Équateur, situé entre le fleuve Congo et le Lac Tumba.

    Après sa formation militaire, il a été affecté à Léopoldville(Kinshasa) et à Stanleyville (Kisangani). En 1963, il devient le commandant du 3ème Groupement de A.N.C. En 1964, il est envoyé au Kivu où il prend le commandement du secteur d’opération du Kivu (OPS KIVU) pour mater la rébellion du Conseil National de Libération (C.N.L.). Le colonel Mulamba a combattu au Kivu avec beaucoup de courage et de bravoure. Durant ces opérations, il avait échappé à de nombreuses embuscades et s’en est néanmoins  tiré avec des blessures face aux troupes rebelles du colonel Louis Badalira « Bitoleto ».

    Au Kivu, le colonel Mulamba a collaboré avec le colonel Dodds et d’autres commandants comme : Majors Yossa, Vangu, Ndele, Potopoto ;  le Capitaine Bobanga et le lieutenant Ngwalu. La guerre du Kivu était éprouvante dans la mesure où le C.N.L.  bénéficiait  de l’aide chinoise, avec une base arrière au Burundi. Mais finalement, Uvira, Kamanyola, Lubarika, Luberizi, étaient revenus sous le contrôle du gouvernement central, en plus de la résistance de la ville de Bukavu.

    La victoire au Kivu était essentiellement due au commandement  du colonel Mulamba. C’est dès lors qu’il sera surnommé « Homme de Bukavu », « Héros de Bukavu », « Anti Dawa » . Après l’opération au Kivu, le colonel Mulamba a regagné son poste à Stanleyville (Kisangani) où il sera promu respectivement Colonel et Général Major à l’occasion du 1er anniversaire de la victoire sur la rébellion de Gbenye.

    En sa qualité d’officier général de l’A.N.C à l’époque, le général Mulamba sera parmi ceux qui seront convoqués pour participer au Coup d’état militaire du 24 novembre 1965. Vu le prestige dont il jouissait au sein de l’Armée, il sera naturellement  nommé Premier Ministre et coordonnateur du Gouvernement.

     

    Durant son mandat, le gouvernement avait les principales mesures ci-après :

    -L’interdiction de partis politiques durant cinq ans ;

    -L’interdiction du droit de grèves ;

    -L’interdiction du trafic des pierres précieuses ;

    -La lutte contre la corruption ;

    -La diminution des salaires des parlementaires ;

    -La réforme administrative et territoriale d’avril 1966 .

    En ce qui concerne les pendus de la pentecôte, peut-on estimer que le Premier Ministre Mulamba avait réellement le pouvoir ? Pas du tout. Six jours seulement après sa nomination en tant que Premier Ministre le 30 novembre 1965, le président Mobutu va s’arroger des pouvoirs spéciaux, et le 22 mai 1966, il aura les pleins pouvoirs. Ce qui va  compliquer progressivement la tâche du Premier Ministre.

    Peu à peu, le président Mobutu va s’atteler à discréditer son Premier Ministre, en dépit du courage dont ce dernier a fait montre en allant récupérer le corps du colonel Damien Tshatshi tué à Kisangani le 23 juillet 1966.

    Suite au sang-froid et au courage du Premier ministre Mulamba durant la mutinerie de Kisangani, le président Mobutu ne sera plus tranquille et en deviendra visiblement jaloux. En sus, Mobutu voyait d’un mauvais œil la sympathie entre le général Mulamba et le colonel Tshipola, bien que le général Mulamba fut le commandant du colonel Tshipola à Kisangani.

    Durant son meeting du 22 mars 1966, le président Mobutu soupçonnait déjà le général Mulamba de préparer le retour de Moïse Tshombé au pouvoir, dans la mesure où les gendarmes Katangais intégrés dans l’ANC regrettaient publiquement l’absence des officiers katangais dans la hiérarchie du Haut-Commandement de l’ANC .

    C’est ainsi que le Premier Ministre Mulamba sera limogé le 26 octobre 1966. Au lieu de réintégrer l’Armée, Mobutu va l’éloigner en le nommant ambassadeur à New Delhi en novembre 1966. En 1970, il devient ambassadeur au Japon et à Séoul, avec résidence à Tokyo. Durant son mandat d’ambassadeur au Japon, l’Empereur japonais Hirohito et son épouse s’étaient déplacés pour accueillir le président Mubutu à l’aéroport. Selon des sources crédibles,le général Mulamba fut le 1er noir à avoir débuté la carrière diplomatique au Japon, contrairement à d’autres diplomates africains qui y étaient  pratiquement affectés  à la fin de leur carrière. C’est ce qui valut probablement la considération du Japon à l’égard du Congo, et qui amena l’empereur à accueillir personnellement le président Mobutu lors de son voyage officiel. Une première dans l’histoire du Japon.

    Après Tokyo, le général Mulamba sera nommé ambassadeur au Brésil de 1975 à 1978. Par la suite, il reviendra à Kinshasa où occupera les fonctions de Chancelier des Ordres Nationaux et des Compagnons de la Révolution. Suite aux problèmes de santé, il sera remplacé à ce poste en 1983 par le général Bangala Oto wa Ngama.

    Finalement, sa santé se détériorant de plus en plus suite à la maladie de parkinson, il va rendre l’âme le 12 aout 1986, à l’âge de 58 ans.

    Texte original en Lingala d’Emmanuel Kandolo.

    Traduit par Messager

     

     


    0 0

    .

    Nous reprenons l’intégralité d’un article du journal britannique "The Guardian" du 10 novembre 2016, signé par Ruth Maclean et Jason Burke, qui annonce que la RDC court le risque d’une guerre civile si Joseph Kabila ne se retire pas.

    Pour la première fois, un journal occidental révèle que Joseph Kabila est un ancien chauffeur de taxi à travers un paragraphe souligné en rouge . Le temps nous prouve finalement qu'il n'avait pas les qualités intellectuelles et éthiques nécessaires pour diriger la RDC.

    Nous estimons que ce document  qui est à la portée de tout le monde mérite d'être consigné sur le site de référence qu'est Mbokamosika.

    Ci-dessous: le lien de l'article du Guardian en anglais.

    https://www.theguardian.com/world/2016/nov/10/democratic-republic-of-the-congo-faces-civil-war-if-president-fails-to-quit

     

     

    DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO ‘FACES CIVIL WAR’ IF PRESIDENT FAILS TO QUIT.

     

    Country has suffered repeated unreste since Joseph Kabila announced elections would be delayed and opposition leaders say people will « take to the streeets ».

     

     

    Opposition leaders are warning that the Democratic Republic of the Congo (DRC) faces civil war if president Joseph Kabila does not relinquish his grip on power and step down when his mandate ends.

    The DRC has suffered repeated bouts of unrest since Kabila, 45, announced that elections scheduled for this month would be delayed. The country’s ruling coalition and part of the opposition recently agreed to postpone the vote to April 2018.

    However, the deal was boycotted by Rassemblement, the main opposition coalition, which says it violates the constitution. Congo’s powerful Catholic church also rejected the agreement.

    The international community has watched the continued turmoil in the vast central African state with increasing alarm. Scores of demonstrators and several policemen were killed and the offices of major opposition parties badly damaged amid widespread looting during protests in September.

    Kabila supporters say logistical and financial constraints mean it is impossible to hold fair polls as planned. Critics say the president, whose second term in office expires in December, is trying to cling to power by whatever means necessary.

    “The people will take over,” said Etienne Tshisekedi, the 83-year-old leader of both Rassemblement and the Union for Democracy and Social Progress (UDPS), a political party. “Kabila has performed a coup d’état against himself by signing that agreement [to delay elections], because he made an oath to protect the constitution.”

    Valentin Mubake, Tshisekedi’s political adviser, said civil war was “a predictable consequence” of the government’s delaying tactics.

    “Elections are the only solution. Anything else will lead to war. The people will take to the streets. Kabila will kill one or two million of them but he won’t be able to kill 70 million,” he said.

    Western states, including the US, have repeatedly told Kabila to stick to the election calendar or be prepared to surrender power. The US recently intensified targeted sanctions against senior individuals within the president’s inner circle.

    The UN, which has an 18,000-strong peacekeeping force in the country, has asked political leaders not party to the new deal to “seek to resolve their differences peacefully”.

    Kabila took over as leader of the DRC less than two weeks after his father, Laurent, was shot by a bodyguard in the presidential palace in 2001. He was elected president in disputed polls in 2006and again in 2011. The DRC’s constitution bars a third term.

     

    Critics of Rassemblement have accused the coalition of trying to use the threat of street violence to extract concessions. The church suspended its own participation in the talks in September and has called for elections to be held in 2017. In a statement, bishops called for a firm commitment from Kabila not to run for a third presidential term.

    Edem Kodjo, a former prime minister of Togo appointed by the African Union to facilitate negotiation talks, said “whether Kabila goes or not” or whether the Congolese took to the streets in protest and got “hunted” down by the security forces was not his problem.

    Advertisement

    Lambert Mende, a government spokesman, said any accusations that Kabila was trying to retain power were “gross lies”. The constitution stipulated that the president should not leave office until a new president was elected, Mende said.

    “Only someone who has not read the constitution, or wants to discredit the president, would call this a constitutional coup d’état,” he said. “We have had problems with the electoral process and we had to find a way to manage these problems and give the Congolese people the opportunity to vote in the best electoral conditions possible.”

    But Tshisekedi, the opposition leader, said the situation was worse than under Mobutu. The veteran politician said in an interview at his home in Kinshasa: “This is the worst situation we’ve ever been in. Nothing is working. The people have nothing, except hunger. The security situation is worse than ever. The whole country is unsafe, and [Kabila] hasn’t done anything.”

    Under trees and faded beach umbrellas, crowds of people outside the main opposition party headquarters in Kinshasa have vowed that the protests will not end until Kabila is forced from office – no matter what violence is unleashed by the security forces.

    “We’ve decided we’ll just keep going. If they kill us, well, we’re ready to die and those behind us will come up in our place,” said Kalala Tshinyama. “Mobutu killed people, but he didn’t finish all of us off. Kabila won’t kill all of us either.”

     

      and  in Kinshasa


older | 1 | .... | 20 | 21 | (Page 22) | 23 | 24 | .... | 56 | newer