Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Cet espace se veut un lieu de rencontres et d'échanges entre ressortissants de l'Afrique Centrale et Australe . Tout étranger connaissant ou voulant faire connaissance de cette partie de l'Afrique est le bienvenu. Nous y aborderons des sujets culturels en français, portugais, ou en lingala, selon les interlocuteurs . Notre devise:réduire la distance qui nous sépare du continent, par l'entretien de la mémoire collective, en recourant à notre musique dans toute sa diversité

older | 1 | .... | 21 | 22 | (Page 23) | 24 | 25 | .... | 56 | newer

    0 0

    Devoir de mémoire : Washington tance Kabila .

    En lisant ce titre, d’aucuns pourront croire qu’il s’agit du bras de fer actuel entre Washington et Kinshasa, entre Barack Obama et Joseph Kabila. Mais non, il s’agit de l’épreuve de force engagé en 1998 entre Bill Clinton et Laurent Kabila, rapporté par le journal suisse « Le matin » du jeudi 19 mars 1998.

    Comme sous Mobutu et sous Laurent Kabila en 1998, l’opposition congolaise était bâillonnée. L’opposant historique Etienne Tshisekedi arrêté et renvoyé dans son village natal. Ce qui avait coûté un carton rouge de Washington à Laurent Kabila, avant son assassinat tragique en 2001.

    L’histoire se répétant en RDC, Joseph Kabila recopie le schéma de Mobutu et de Laurent Kabila : répression de l’opposition, ciblage d’Etienne Tshisekedi. Ce qui lui attire les mêmes avertissements de l’occident et des USA. Subira-t-il le même sort que ses deux prédécesseurs ? Nous le saurons incessamment. Son mandat tirant à sa fin.

    D’ores et déjà , Etienne Tshisekdi   pourrait être considéré comme le leader politique congolais ayant combattu successivement trois régimes autoritaires en RDC , à savoir : le régime Mobutu, le régime Laurent Kabila, et le régime Joseph Kabila.

     

    Messager

    Coupure du journal Le Matin du jeudi 19 mars 1998

     

     

    LE 1ER CARTON ROUGE FUT  BRANDI À LAURENT KABILA EN 1998

     

     

    Source: Le Matin du jeudi 19 mars 1998


    0 0

    Devoir de mémoire :  l’AFDL avait exécuté 647 personnes lors de son entrée en mai 1997 à Kinshasa. !!!

    Lors de son dernier discours à la nation, nous avons observé que Joseph Kabila était hanté par la crainte de perdre le pouvoir suite au soulèvement populaire. Il a manifesté la même hantise durant l’audience accordée quelques jours plus tôt aux membres du Conseil de sécurité, en évoquant malhonnêtement  l’assassinat de  Patrice Lumumba, comme si les deux cas étaient comparables.

    Il a été établi que Lumumba avait été injustement assassiné par les occidentaux à travers leurs valets locaux, tandis que lui (Joseph Kabila) vient d’achever ses deux mandats, et s’entête à violer la constitution en cherchant à s’accrocher au pouvoir. Pourquoi s’amuse-t-on dans son entourage à associer fréquemment notre héros national, qui avait élu par le peuple, à un criminel, arrivé au pouvoir par la force.

    Pour rafraîchir la mémoire de tout le monde, nous avons exhumé quelques images de la presse internationale sur l’entrée de l’AFDL à Kinshasa, le 19 mai 1997. Ces quelques images suffisent pour rappeler comment L’AFDL et Joseph Kabila s’étaient comportés pour s’emparer du pouvoir en RDC. Il n’y a eu aucune élection.

    Selon plusieurs associations de droit de l’homme, les troupes de l’AFDL avaient exécuté 647 personnes lors de leur entrée à Kinshasa.

    Nous invitons Joseph Kabila et tous ses collaborateurs, anciens membres des mouvements rebelles à ne pas se moquer du peuple congolais. Ce sont eux les criminels et non le peuple congolais qui s’apprête à appliquer le 19 décembre un des articles de notre constitution, l’article 64.

     

    Messager

     

     

     


    0 0

    Ce que nous pensons de la nomination de Samy Badibanga au poste du Premier ministre.

    Vers 14 heures, nous avons été alertés par une dépêche de la RFI nous annonçant la nomination de Samy Badibanga, un dissident de l’UDPS au poste du Premier ministre, par Joseph Kabila.

    Cette nomination nous semble symboliquement un défi lancé à la population congolaise, à un mois pratiquement de la fin du mandat de Joseph Kabila, et un signe manifeste de fébrilité du régime Kabila, qui recourt à une vieille recette du mobutisme qui consistait à nommer des anciens proches des Tshisekedi pour essayer de le fragiliser.

    S’il n’est pas bien renseigné, que les mobutistes qui l’entourent lui disent quel fut le sort des anciens traîtres, à savoir: le professeur Dikonda et Birindwa, débauchés jadis dans les mêmes conditions.

    Avec cette nomination, Kabila vient de prouver qu’il est à court de stratégie et qu’il sera incapable d’affronter la colère des congolais.

    Messager


    0 0

     

    Les Héros de l’Armée congolaise : le général Antoine Ikuku Moboto

    Nous clôturons la liste des héros de l’Armée congolaise, conformément concoctée par Emmanuel Kandolo en 2010, avec la présentation du général Antoine IKUKU MOBOTO.

    Cette liste n’étant pas exhaustive, nous reviendrons ultérieurement sur d’autres héros de l’Armée congolaise, en fonction des archives disponibles.

    Nous vous rappelons que le but de la présentation de ces héros en cette période où la RDC traverse une de ses plus graves crises politiques, est d’inciter les congolais au courage et au sens de sacrifice, à l'instar de ces braves fils qui ont bravé le danger pour le pays.

    Messager


     

    Antoine Ikuku Moboto, azali mutu ya Bandundu,  parachutiste formé na Centre d’entraînement ya C.E.KI. Na 1960 akomi Commandant ya C.E.KI.  mpe na 1964, Major Tshatshi a remplacer ye mpe ekeyi na Katanga, esika azuaki commandement ya Camp ya ba parachutistes ya Kimbembe pene na Elisabethville.

    Séjours ya Major Ikuku na Katanga ekomaki de triste mémoire tango Jean Foster Manzikala « Trouble-trouble » ayaki kokoma Gouverneur ya Katanga, en remplacement ya Godefroid Munongo, suite na mobulu ya ba gendarmes katangais na Kisangani bien que a négociaki ye na Général Mulamba mpo na komeka kimia. Selon Président Mobutu, Munongo abandaki mpe ko tirer ba ficelles na nse ya ba désordres wana mpo a déstabiliser Congo na but ya retour éventuel ya Tshombe. Union ya Manzikala na Major Ikuku esalaki équipe punitive redoutable ya ba opposants katangais. Major Ikuku akomaki koboma batu lokola ba ngungi mpe akomaki tueur à gage ya Chef na ye Manzikala. Tee ayaki ayaki kokangama na 1972, tango Manzikala akangamaki suite na ba dénonciations na liwa ya Thomas Eale mpe na ndenge abandaki koboma batu na Kinshasa. Major Ikuku en tant que bras droit na ye, asambisami mpe azui condamnation ya cinq ans de prison. Ayaki kobima na boloko sima ya ba sanza mpe aye kozua pete ya Lieutenant-colonel, sima akomi Colonel na ebonga ya Commandant ya 12ième Brigade ya Division Kamanyola na Base ya Kitona (Ba.ki.).

    Na 1977 tango guerre ya Shaba ebandi, aye kokende na Kamina na batu ba ye, kasi Capitaine-général (Chef d’état-major général ya F.A.Z.) Général de corps d’armée Bumba Moaso Djogi a compliquaki ye mission sérieusement mpe akangi ye na cachot mpo na ba raisons personnelles. En pleine guerre, Général  Bumba abandaki naino ko s’occuper na ba intérêts personnels na ye au lieu atala intérêt ya Zaïre. Esengelaki intervention personnelle ya Président Mobutu, sur rapport ya Commandant ya Opérations na Shaba, Général de Brigade Singa Boyenge Mosambayi , mpo Ikuku a retrouver liberté na ye.

    Colonel Ikuku azalaki na mission ya kokita tee na sud ya Shaba na batu ba ye mpo na kosala jonction na batu ba Colonel Mukobo. Colonel Ikuku azalaki na axe Kamina-Kolzwezi mpe na mission yak o récupérer Lufupa via Matanda, Sakalazi, Kayembe. Asala coup de génie ya ko surprendre ba rebelles na lolenge ayelaki nzela ya rails mpo ba nzela nionso ezalaki miner. Atambola 15 km tee abimeli ba rebelles mpe alongi bango, aye kozua ba tanks na ye mpe atambusi yango na rails mpo na kobimela batu ya Lieutenant Moïse Tshimanga na mokongo. Revers wana esalaki que alonga ba rebelles mpe aboma commandant na bango Tshimanga. Wuta wana nde azuaki kombo ya « serpent de rails » mpe na admiration mingi na ba konzi na population. Colonel  Ikuku azalaki toucher na bitumba wana kasi a gardaki courage na ye mpe atikali na batu ba ye. Sima ya wana, Atambolaki tee na Mutshatsha, Sakalezi, kayembe tee na Musoji.

    Tango bitumba ya Shaba I esili, ayaki kokoma Général mpe Chef d’état-major ya Force terrestre. Kasi na guerre ya 80 jours, ayaki kokutana na liwa ya accident ya hélicoptère kaka esika oyo abomaka batu tango ye azalaki exécuteur ya ba sales besognes ya Gouverneur Jean Foster Manzikala.

     

    Patriotiquement,

     

    Emmanuel Kandolo

     

     

     

    TRADUCTION

     

     

    Les Héros de l’Armée congolaise : le général Antoine Ikuku Moboto

    Le colonel Ikuku , en tenue léopard, entre le général Singa  et le président Mobutu à notre droite ,et le général Kikunda, à notre gauche, durant la guerre du Shaba I.

     Le général Antoine IKUKU MOBOKO, est ressortissant de la région de Bandundu. Parachutiste formé au Centre d’entraînement du C.E.K.I, il en devient Commandant en 1960. En 1964, il est remplacé par le Major Tshatshi et est affecté  au Katanga où il prendra le commandement du Camp des parachutistes de Kimbembe à Elisabethville (Lubumbashi).

    Le séjour du Major Ikuku au Katanga  sera de triste mémoire dans la mesure où il coïncide avec  la nomination de Foster Manzikala « Trouble-trouble »  en tant que Gouverneur, en remplacement de Godefroid Munongo,  suspecté de connivence avec la mutinerie des gendarmes katangais à Kisangani, bien que ce dernier fut associé au général Mulamba aux négociations ayant ramené la paix.

    Selon le président Mobutu, Munongo tirait les ficelles pour déstabiliser le Congo dans le but d’entraîner le retour de Moïse Tshombe au pouvoir. Le tandem Manzikala -Major Ikuku a été redoutable pour les opposants Katangais. C’est ainsi que le Major Ikuku sera associé à de nombreuses éliminations physiques sur ordre de Manzikala, jusqu’au moment où il sera appréhendé  en 1972,  après l’arrestation de son mentor Manzikala, associé à la mort de Thomas Eale et au décès de plusieurs personnes à Kinshasa. En tant que bras droit de Manzikala, le Major Ikuku a été déféré devant la justice et condamné à cinq ans de prison. Il sera relaxé quelques mois seulement après, et promu au grade de Lieutenant Colonel, avant de devenir Colonel et commandant du 12ème Brigade de la Division Kamanyola à la Base de Kitona.

    En 1977, lors de la guerre du Shaba, il sera affecté à Kamina avec ses Troupes, mais le Capitaine général (le Chef d’état-major général des FAZ) le Général des corps d’armée Bumba Moaso Djogi  va lui compliquer considérablement la tâche en l’incarcérant pour des raisons personnelles. En pleine guerre, le Général Bumba s’occupait plus de ses affaires personnelles au détriment des intérêts du pays. Il a fallu l’intervention personnelle du président Mobutu, suite au rapport du Commandant des opérations du Shaba, le général de Brigade Singa Boyenge Mosambayi, pour que le Colonel Ikuku puisse recouvrer sa liberté.

    Le Colonel IKUKU avait reçu la mission de descendre  avec ses hommes jusqu’au Sud du Shaba, dans le but d’effectuer la jonction avec les troupes du Colonel Mukobo. Le Colonel Ikuku était sur l’axe Kamina-Kolwezi avec mission de récupérer Lufupa via Matanda, Sakalazi, Kayembe. Il avait opéré un coup de génie en surprenant les rebelles par voie de rails, suite au minage de toutes les routes.

    Il a marché 15 Km avec ses hommes, avant de mettre ses Tanks sur les rails jusqu’à surprendre les rebelles du Lieutenant Moïse Tshimanga de revers. Ce qui le conduira à vaincre les rebelles et à tuer leur commandant, le Lieutenant Tshimanga. Dès lors, le Colonel IKUKU sera surnommé « serpent de rail » et aura une grande réputation auprès de ses chefs hiérarchiques et de la population.  Durant cette guerre, le Colonel Ikuku avait été blessé, mais n’avait jamais abandonné ses troupes. Par la suite, il avait progressé successivement jusqu’à Mutshatsha, Salakezi, Kayembe, et Musonji.

    Après la guerre du Shaba, IKUKU sera promu Général et Chef d’état-major des Forces terrestres. Mais durant la guerre de 80 jours, toujours au Shaba, il sera tué dans un accident d’hélicoptère au même endroit où  reposaient ses anciennes victimes, exécutées sous les ordres  de Jean-Foster Manzikala.

     

    Texte original en lingala d’Emmanuel Kandolo

    Traduit par Messager

     


    0 0

    La débauche de Samy Badibanga ressemble étrangement à celle d’Evariste Kimba en 1965.

       

    La nomination de Samy Badibanga au poste du Premier ministre est commentée par tous les médias congolais. Après nos premières impressions réalisées à chaud, nous avons estimé nécessaire de revenir sur cette nomination qui ressemble étrangement à celle opérée en 1965 par le président Joseph Kasa-Vubu en désignant Evariste Kimba comme Premier ministre.

    En effet, en 1965, Moïse Tshombe venait de regrouper plusieurs formations politiques au sein du CONACO et s’apprêtait à détrôner le président Kasa-Vubu. Pour le contrer, ce dernier avait préféré nommer un autre leader katangais, Evariste Kimba au poste du Premier ministre. Bien que ressortissant du Katanga , Evariste Kimba n’avait pas la carrure et le charisme de Moïse Tshombe, et n’avait occupé la Primature que de juillet à novembre 1965.

    À deux reprises, le Parlement refusa d’investir Evariste Kimba comme Premier ministre. Avant la 3ème tentative, le général Mobutu dont les appétits pour le pouvoir s’étaient déjà manifestés en 1960, en profita pour réaliser enfin son rêve. Ce fut le coup d’état du 24 novembre 1965.

    En misant sur Samy Badibanga, un dissident de l’UDPS et un kasaïen comme Etienne Tshisekedi , Joseph Kabila risque de reproduire ce qui s’était passé en 1965, dans la mesure où Badibanga n’a ni l'étoffe ni l'envergure d’Etienne Tshisekedi pour résoudre la grave crise politique actuelle en RDC.

    Comme en 1965, cette risque d’échapper à celui qui l’a créée et profiter aux opportunistes, à moins que la population et la classe politique fassent preuve de prévoyance et de détermination sans faille .

    Messager

     

     

    EXTRAIT DE LA PROCLAMATION DU 24 NOVEMBRE 1965

     La course au pouvoir des politiciens risquant à nouveau de faire couler le sang congolais, les autorités supérieures de l'Armée réunies ce mercredi 24 novembre de 1965 autour de leur Commandant en Chef ont pris, en considération de ce qui précède, les graves décisions suivantes:

    1.   Monsieur Joseph Kasa-Vubu est destitué de ses fonctions de Président de la République.

    2. Monsieur Évariste Kimba, député national, est déchargé de ses fonctions de formateur du Gouvernement.

    3.   Le Lieutenant général Joseph Désiré Mobutu assurera les prérogatives constitutionnelles du Chef de l'État.

     


    0 0

     

    Deux photos souvenirs de 1950, avec des futures personnalités des années ’60 à ‘90.

     

    Il y a quelques semaines, nos amis belges de www.Foot100.be nous avaient envoyé de la documentation sur Emmanuel Elonga , durant son séjour en Belgique. Ces archives nous ont permis de publier un article sur cet ex-belgicain et ancien étudiant à Louvain, devenu après son retour au pays : entraîneur de FC Daring, chroniqueur radio, ministre de la jeunesse et des sports, et président du Comité Olympic congolais.

    Quelques jours après, notre complice Samuel Malonga nous a expédié une photo du Collège St. Joseph de 1950 sur laquelle figurent Emmanuel Elonga, alors élève de ce célèbre de Léopoldville. En plus d’Elonga, cette photo regroupe une pléthore de personnalités ayant occupé différentes fonctions en RDC entre autres : valentin Kibaku Madiatanzau, Henri Yangasa, Emile Zola, Pascal Kapella, Mundabi, David Tshobo, etc, etc.

    Cette photo souvenir, a précisé Samuel Malonga, provient d’un ancien site de notre aîné Pascal Kapella. Malheureusement, ce site n’existe plus sur la toile et a emporté avec lui, une base de données inestimable.

    Outre la photo du collège St Joseph, nous reprenons une autre photo de l’équipe de Basket de 1950 "Royal Avenir basket", issue probablement du même site, et sur laquelle figure encore Pascal Kapella. Comme l’indique la légende, cette équipe fut présidée par Papa François Kalala Odinga, ancien bomatracien et fondateur de l’équipe Dragon Bilima.

    Messager

     


    0 0

     

    À propos de la biographie de Samy Badibanga.

    Mes chers compatroites,

    Je me permets de corriger une fausse information concernant la biographie de notre nouveau Premier ministre Sammy Badibanga: il affirme malhonnêtement qu'il avait étudié à l'institut supérieur des sciences humaines de Genève ( 1986) ; l'institut dont il est question n'existe nulle part à Genève et dans toute la Suisse. 
    De 1980 - 1989, dans le canton de Genève, voici la liste des instituts supérieurs:

    1. Institut universitaire de hautes études internationales.

    Les anciens diplômes congolais de cet institut sont:

    - Bulaluete Mbwembo, prof. à l'unikin.

    - Mutombo Kanyana, consultant à Genève.

    - Menga Roger Julien, ambassadeur du Congo- Brazzaville

    - Mavungu ne nzita, ancien ambassadeur du Congo RDC, auprès de l'U.E.

    2. Institut universitaire d'études du développement.

    Les diplômés congolais:

    - Ntumba Bakajika ( certificat ),

    - Kilola Gayombo-Mvaka ( diplômé ),

    - Lukombo Nzatuzola joao Baptista ( diplômé ),

    - Mabuya Ndumba ( diplômé ),

    Tshingeji Mulopo ( diplômé ),

    - Kazadi Ngoi tshikala ( diplômé ),

    - Mabuya Ndumbu ( certificat ),

    - Owandjalo Welo Okitawato ( diplômé ), prof. Unikin.

    3. Institut universitaire d'études européennes.

    - Nzita Na Nzita ( certificat ),

    - Kabeya Lutonga Philippe ( diplômé ),

    - Odimba Omakoko Augustin ( diplômé ),

    - Durao Barroso José Manuel ( diplômé ),futur président de la Commission européenne.

    Mes chers compatriotes,

    Monsieur Sammy Badibanga doit présenter au peuple congolais une biographie crédible.

    Mes sources sont: les Dies Academicus de l'Université de Genève de : 1984, 1985,1986, 1987, 1988.


    Mentez, mentez, il en restera toujours quelque chose..!

     

    Prof. Augustin Odimba


    0 0

     

    FIDEL CASTRO, LE LUMUMBISTE ET L’AFRICAIN…

    « C’était la fin d’après-midi d’une lourde journée (…).

    Le sergent Kéita avait tenu parole (…). Thiémokho Kéita n’avait pas pris ma main. Il me regardait, mais semblait ne pas me voir. Son regard était si lointain que je ne pus m’empêcher de me retourner pour voir ce que ses yeux fixaient à travers les miens. Soudain, agitant sa queue de vache, il se mit à crier d’une voix rauque :

    Écoute plus souvent
    Les choses que les êtres,
    (…)

    Ceux qui sont morts ne sont jamais partis »

    (Birago Diop, Sarzan)

    Bristol (Royaume-Uni), 26 novembre 2016. Ce 26 novembre 2016. A 90 ans, “El comandate” Fidel Castro a tiré sa révérence. Comme le font les grands hommes : par la grande porte de devant de l’histoire. C’est-à-dire étant resté toute sa vie égal à lui-même : constant, convainquant, convaincu de ses idées, leader de son peuple. Un parcours qu’on aurait pu dire sans faute.

    Mais de lui, un pan de son histoire ne sera peut-être pas beaucoup racontée et évoquée pendant ces jours-ci : Fidel Castro l’Africain et surtout le lumumbiste. Et pour cause, il ne fut pas homme à chercher des honneurs pour son histoire africaine. Et pourtant, s’il faudra chercher des « changemakers » qui ont changé radicalement l’histoire d’Afrique, Fidel Castro en est un.

    Une histoire non racontée dans les manuels d’histoire et dans des académies. Une histoire que j’ai apprise par hasard, finalisant la réécriture de mon ouvrage sur Lumumba avec un titre proposé et lapidaire : « L’autre Lumumba ». Au fait, tirer les leçons qui s’imposent de nos Pères des indépendances pour bâtir des Etats avec des hommes ayant des têtes au-dessus des épaules et surtout pour éviter d’être étouffés, dans l’œuf, comme nombreux ils le furent souvent.

    Un avant Cuito Cuanavale et un après Cuito Cuanavale. Cette histoire-là de Fidel Castro l’Africain se passe dans un village Angolais, presqu’inconnu, et pourtant, il constitue le Waterloo africain : Cuito Cuanavale. Ce fut du 12 au 20 janvier 1988. La bataille de Cuito Cuanavale, c’est aussi l’équivalent de la bataille d’Ypres (en Belgique) pendant la Premier Guerre mondiale. Mais, pour la comprendre, il faudra redescendre plus bas dans l’histoire.

    Patrice Lumumba. Le 17 janvier 1961, Patrice Lumumba, le leader nationaliste et panafricaniste Congolais, Premier ministre, est sauvagement assassiné dans le faubourg d’Elisabethville (aujourd’hui Lubumbashi), avec deux de ses compagnons Okito Joseph, président du Senat, et Mpolo Maurice, député, général et ministre de la jeunesse et des sport, par des Belges agissant sous le commandement des autorités du Katanga dont Moise Tshombe, le président de l’Etat sécessionniste, et surtout son fondé du pouvoir, Godefroid Munongo. Mais, les « trois colis », sont arrivés dans la soirée, à la quasi surprise des Katangais qui n’auraient pas souhaité que leurs soient ainsi envoyés des personnes moribondes. Mais, avec un verre de whisky de trop pendant ce conseil des ministres restreint, la folie va l’emporter sur la raison et sur le cœur. Les Congolais et Katangais vont devenir les exécutants malheureux, inconscients et involontaires des plans de la CIA, de la sécurité Belge et Britanniques, ayant fait du Congo le champ de bataille de la guerre froide, la vraie et la fausse. Le modus operandi sera le même usé même dans les derniers assassinats et changements des régimes actuels : Mouammar Kadhafi, Saddam Hussein, Laurent Gbagbo… C’est-à-dire planifier ailleurs, mais laisser le travail se faire, in fine, par des exécutants nationaux.

    Incroyable fins de tous. C’est après cette nuit-là macabre que les Congolais se rendent compte du poids du péché mortel. Il faudra trouver des explications ou des complications. Les histoires racontées ne tiennent pas debout. La vérité finit par : ils ont été assassinés froidement et sans procès. Un chacun se lava les mains : Les Belges, l’ONU présente, la CIA. Les Congolais se retrouvent avec du sang de leurs propres frères. Ironie du sort. Avant que tous ne disparaissent aussi des façons incroyables : Moise Tshombe dans une prison en Algérie ; Mobutu en exil au Maroc pleuré par quelques personnes ; Monungo subitement la veille de sa déclaration à la Conférence Nationale Souveraine ; l’ONU dont le Secrétaire général périt dans un accident d’avion dans des circonstances jamais élucidées ; Kasa-Vubu abandonné presque dans son petit village.

    Lumumba et ses compagnons assassinés, le monde s’émeut et bouge : des manifestations anti-Belges et anti-américaines dans toutes les capitales du monde. Les lumumbistes, à partir de Stanleyville (Kisangani), se vengent et s’organisent et, après quelques mois, ils prennent le deux-tiers du territoire nationale.

    La CIA s’agite. Les Belges aussi. Il faudra arrêter la prise de conscience et l’insurrection armée des Congolais. Apres des échecs, Moise Tshombe, partit depuis en exil revient comme Premier ministre du pays et, avec ses mercenaires et des soutiens de jadis, ils décident d’en finir avec les Lumumbistes-nationalistes. Car pour maquiller le forfait, un mea culpa symbolique et trompeur est assumé par l’ONU qui termina la sécession katangaise et œuvra pour la réunification du pays. C’est surtout après la mort du Secrétaire Général de l’ONU, Dag Hammarskjöld, dans un accident d’avion en Zambie actuelle, en route pour une rencontre avec Moise Tshombe. C’est la goutte d’eau de trop. Pour en finir avec les Lumumbistes, Une colonne mécanisée part de Kamina à Kisangani, avec l’aide de la CIA et des commandos  Belges et des mercenaires, et termine momentanément le job, avant de préparer le terrain pour leur agent de toujours Mobutu, qui prendra le pouvoir le 24 novembre 1965.
    Apres être chassés de Stanleyville, les Lumumbistes, avec Pierre Mulele, à l’ouest, à partir des maquis du Kwilu, et Laurent-Désiré Kabila, à l’est, à partir des maquis de Hewa Bora, décidèrent de ne pas baisser les bras. Il leur faut des alliés et des soutiens.

    Réactions. Revenons à l’assassinat de Lumumba, Mpolo et Okito. Parmi les prises de paroles et les condamnations les plus virulentes figurent celles de Fidel Castro et de Che Guevara.

    Au fait, quelques années auparavant, ils viennent de gagner leur révolution au Cuba contre toute la grande machine impérialiste. Avec cet assassinat odieux, le Cuba se décide alors de venir en aide aux Lumumbistes qui, surtout à l’est du Congo, se battent pour chasser aussi les pro-Américains du Congo. Un pont aérien est organisé via Dar-es-Salam. Des Cubains sélectionnés et entrainés, sous la conduite de Che Guevara en personne, déguisé et maquillé, arrive en Tanzanie pour prendre contact avec les lumumbistes et les assister. Un fiasco. Car, entretemps, la CIA et les Belges n’ont pas lésinés sur des moyens énormes pour en finir avec les Lumumbistes-nationalistes. Et, sous le commandement notamment de Laurent-désiré Kabila, les Congolais nationalistes doivent battre en retraite et attendre que le vent de l’histoire tourne en leur fave ur. Un repli tactique que n’accepte pas Che Guevara qui, au final, est obligé de raccrocher, de regagner la Tanzanie, avant de retourner au Cuba, après que sa présence dans le coin se soit fait signaler.

    Mais, la leçon est bien apprise par « El commandante ». Che Guevara ira finir ses jours en Amérique Latine comme en bon combattant : armes à la main.

    L’Angola de Fidel Castro. Les Afriques sont indépendantes depuis 1960, sauf les pays lusophones qui se battent encore. Le Portugal de Salazar refuse de se plier devant le vent de l’histoire et la volonté des peuples. C’est la Guinée Bissau qui décide d’intensifier la lutte sous le commandement du jeune Hamilcar Cabral revenu du Cuba. De succès en succès, le pays arrache l’indépendance que ne connaitra pas le héros, assassiné quelques jours auparavant. Mais, le flambeau est allumé. Au retour au Portugal, les militaires revenus de la Guinée Bissau décident de changer les choses. Ils opèrent un coup d’Etat et surtout décident d’accorder les indépendances à leurs colonies dont l’Angola.

    Mais, là, la chose est plus que jamais compliquée. Le pays connait trois mouvement indépendantiste armés : l’UNITA et le FNLA, d’obédience capitaliste et pro-américains et le MPLA, d’obédience marxiste et pro-russes. Après des accords au Portugal, l’indépendance est décidée pour le 11 novembre 1975 sans décider du mouvement qui prendra le pouvoir et dirigera le pays. Les trois mouvements entrent dans une guerre civile de contrôle de la capitale Luanda. Aidés par les Américains via le Zaïre de Mobutu, le FNLA de Roberto Holden, prend le dessus sur les autres et est prêt à prendre Luanda en sandwich. Agostino Neto du MPLA en appelle aux Russes qui hésitent. Un appel est vite lance à Fidel Castro du Cuba qui, directement, décide de changer le cours de l’histoire africaine et angolaise. Il envoie des bataillons et surtout des orgues de Staline pour sauver Luanda et repousser les assaillants. L’indépendance est proclamée par le MPLA, le FNLA est décapité, tandis que l’UNITA de Jonas Savimbi prend le flambeau anti MPLA et antirusse. La guerre civile sévit dans le pays alors, une guerre sans merci pendant plus de 20 ans. Surtout lorsqu’arrive au pouvoir aux Etats-Unis, Ronald Reagan qui décide de donner des Missiles anti-aériens à Savimbi. Dos Santos, remplaçant de Neto, se croit griller, surtout que, pro-Américains, les Sud-africains décident d’entrer dans la danse. Ils combattent vers le sud, via la Namibie sous leur contrôle, et entre en Angola, pour décapiter les bases de l’ANC et de la SWAPO.

    Cuito Cuanavale. Le point d’orgue de cette guerre se situe donc à Cuito Cuanavale. Car, Castro se décide de laver l’affront de l’échec de l’intervention pro-Lumumba. C’est une question de vie et de mort, dit-il. Dans l’histoire d’Afrique, dit-il en substance, il y aura un avant Cuito Cuanavale et un après Cuito Cuanavale. Cuito Cuanavale est situé dans le sud-est de l’Angola, sur une route importante ; dotée des installations d’une base aérienne de l’OTAN, c’est un point stratégique constituant le tournant ou le nœud de la guerre car, la chute de la ville signifie l’éclatement en deux de l’Angola.

    Dans ce petit hameau Angolais, 7 000 soldats de l’armée sud-africaine, 10 000 combattants de l’UNITA de Savimbi, 20 000 soldats Angolais du MPLA et 5 000 soldats cubains s’affrontent sans merci. Chaque camp soutenu par les Américains et par les Russes. Fidel Castro envoie alors 1 500 hommes de troupes d’élite en renfort.  Il décide aussi de prendre personnellement, à partir de la Havane, le commandement des opérations sur le terrain.

    Après des combats intenses, la guerre devient une guerre d’usure, avec chaque camp criant victoire, sans pourtant l’avoir au fait. Des pertes sont énormes. Les Sud-Africains, aux prises avec des sanctions, n’en peuvent plus. Il n’y a plus de choix que de négocier la fin des hostilités. Apres hésitations, les Sud-Africains, les Américains, l’UNITA, les Cubains, le MPLA décident de négocier sous l’égide de l’ONU. Une paix des braves.

    La paix des braves. Le Cuba de Fidel Castro, dont les négociateurs qui se pavoisent avec de gros cigares polluant l’atmosphère des lieux des négociations à volonté et mettant des interlocuteurs notamment Américains mal à l’aise, ne va pas par quatre chemins, à cause de sa supériorité désormais sur le terrain. C’est à prendre ou à laisser. Elle exige et obtient l’indépendance de la Namibie, le retrait de l’Afrique du Sud de l’Angola et surtout la fin de l’Apartheid avec la libération de Nelson Mandela dont les conséquences sont les élections multiraciales Sud-Africaines remportées par l’ANC, avec Nelson Mandela qui devint le premier président noir du pays. Le Cuba accepta aussi de se retirer de l’Angola, content ainsi d’avoir renversé l’échec de son aventure congolaise. Le Cuba de Fidel Castro perdit plus de 50.000 hommes en Angola.

    Fidel Castro l’Africain quittera ainsi cette terre des hommes avec ce bénéfice africain dans sa conscience. Voilà pourquoi, dès sa libération, Nelson Mandela alla rendre visite et remercier Fidel Castro à la Havane.

    Hélas, cette histoire n’est pas souvent contée et racontée… El comandente est mort, vive Fidel.

    Norbert X MBU-MPUTU

    Chercheur en Anthropologie et en Sociologie, écrivain et journaliste.

    EMAIL : norbertmbu@yahoo.fr

     


    0 0

     

    Voici la liste des intellectuels Congolais formés dans les Universités suisses: 1960- 1996.

    L'Anthropole de l'Université de Lausanne accueille depuis 1987 les Facultés de théologie et de sciences de religions, et la Faculté des lettres.

    A. Les docteurs :

    1. Abiosende M'Peti, Puati,

      - Docteur en sciences sociales et psycho-pédag. ( 1982 ), Université de Lausanne.

    2. Agbessi, Anicet,

      - Dr en sciences politiques ( 1993 ), Uni. de Genève.

    3. Bakonyi, Maria,

      - Dr en sciences (1976 ), Uni. de Genève.

    4. Barampama, Angelo,

      - Dr ès Lettres ( 1976 ), Uni. de Lausanne

    5. Bolaluete, Mbwebembo,

      - Dr. en sciences politiques ( 1984 ) , Uni. de Genève.

    6. Gakuba Michel,

      - Dr. en économie ( 1979 ), Uni. de Zurich.

    7. Kalamba Mutanga, Joseph,

      - Dr en théologie ( 1993 ), Uni. de Fribourg.

    8. Kalubi-Lukusa, Jean -Claude,

      - Dr en sciences de l'éducation ( 1995 ), Uni. de Genève.

    9. Kapuku Ngandu,

     - Dr en sciences de l'éducation ( 1983 ), Uni. de Genève.

    10. Karamaga, André,

     - Dr en théologie ( 1989 ), Uni. de Lausanne.

    11. Kasongo-Ngoyi, Makita-Makita,

     - Dr en sciences politiques ( 1987 ), Uni. de Lausanne.

    12. Khiedi, Leopold-Mkaba Ma,

     - Dr en anthropologie et sociologie ( 1989 ), Uni. de Lausanne.

    13. Kimoni, Iyay,

     - Dr.ès Lettres ( 1975 ), Uni. de Fribourg.

    14. Kimpesa, Mbuyu Mujinga,

     - Dr en sciences de l’éducation ( 1983 ),Uni. de Genève.

    15. Lokombe, Ndew'okongo Kitete,

     - Dr en sciencesb de l'éducation ( 1981 ), Uni. de Genève.

    16. Lumeka Placide-Raphäl,

     - Dr en sciences de l'éducation ( 1972 ), Uni. de Genève.

    17. Manya K'Omalowete,

     - Dr en sciences politiques ( 1992 ), Uni. de Lausanne.

    18. Masiala Ma Solo,

     - Dr en sciences psychologiques ( 1981 ), Uni. de Genève.

    19. Mokolo Albert,

     - Dr. en sciences pyschologiques ( 1992 ), Uni. de Lausanne.

    20. Mpaka, Zi-Nkinzi,

     -Dr en médecine (1985), Uni. de Lausanne.

    21. Mubiala Mutoy,

     -Dr en sciences économiques et sociales ( 1994 ), Uni. de Genève.

    22.Munynya Edmond,

     - Dr en philosophie ( 1964 ), Uni. de Fribourg.

    23. Mukene Pascal,

     - Dr.ès Lettres ( 1987 ),Uni. de Fribourg.

    24. Munono Muyembe,

     -Dr en théologie (1994), Uni.de Fribourg.

    25. Mutombo Kanyana,

     - Dr en sciences politiques ( 1986 ), Uni. de Genève.

    26. Ndjoko Mulopo-Nku,

     Dr en sciences économiques (1985 ), Uni. de Neuchâtel.

    27. Ngimbi Bamweneko, Antoinette,

     - Dr en sciences pyschologiques ( 1984 ), Uni. de Genève.

    28. Nsaka-A-Kitenge, Lumpungu,

     -Dr en sciences de l'éducation ( 1991 ), Uni. de Genève.

    29. Nsumbu Tshahe Djanga,

     - Dr en sciences économiques et sociales ( 1983 ), Uni. de Fribourg.

    30. Odimba Omakoko Augustin,

     - Dr en sciences de l'éducation ( 1993 ), Uni. de Genève / Strasbourg..

    31. Tshingeji Mulopo,

     - Dr en sciences de l'éducation ( 1993 ), Uni. de Genève.

    32. Wendenda Ahondju, Mathilde,

     - Dr en sciences pyschologiques ( 1994 ), Uni. de Genvève.
     

    Sources : Les dies academicus de l'Université de Genève de 1984-1988 et la biographie des thèses de doctorat suisses sur l'Afrique noire, 1897-1996,Unesco.

     

     N.B..Palmarès des diplômes ( licences ) et certificats des anciens étudiants Congolais des Instituts supérieurs et des Universités de Genève, Fribourg, Lausanne, Neuchâtel, Zürich, etc.

     Histoire à suivre..!

     

    Merci.

     

    Augustin Odimba

     

    Palmarès des diplômes, licences et certificats obtenus par les étudiants Congolais de l’Université de Genève .

    L'Université de Genève

    Du 1er Mars 1983 au 29 Février 1984:

    1. Mivumbi Joseph,

     - Diplôme d'ingénieur chimiste.

    2. Odimba Omakoko,

     - Certificat de l'I.U.E.E.

    Mars 1984 - Février 1985:

    1. Odimba Omakoko,

     - Licence ès Lettres ( Histoire générale ).

     2. Kilola Gayombo Mvaka,

     - Diplôme de spécialisation en théologie.

      3. Tshingeji Mulopo,

     - Licence en sciences de l'éducation.

    Mars 1985 - Février 1986:

     1. Mabiala Samba,

     - Licence ès Lettres ( Philosophie ).

     2. Ndombele - Nzola Mbemba,

     - Licence en sciences politiques.

     3. Bokatola Isse Omanga,

     - Diplôme d'études supérieures en droit.

     4. Nzogu Kiatende Paskinz,

     - Diplôme fédéral de médecin.

     5. Kamyembwa Anne Marie,

     -Licence en sciences de l'éducation.

     Mars 1986 - Janvier 1987:

     1. Pita Lukeso kasolwa,

     - Licence en sciences économiques.

     2. Wendenda Ahondju Mathilde,

     - Diplôme de spécialisation en psychologie génétique.

     3. Mabuya Ndumbu,

     - Certificat en développement et planification.

     4. Tshingeji Mulopo,

     - Certificat en développement et planification.

     5. Nsumbu - A Landu Daniel,

     - Certificat en didactique.

     6. Odimba Omakoko,

     - Diplôme d'études européennes.
     

     Sources: Palmarès de l'Université de Genève ( 1984 - 1988 ).

     


    0 0

    Des terroristes de Pierre Mulele arrêtés au Katanga 

     

    Pierre Mulele, ministre de l’Éducation nationale de Patrice Lumumba avait déclenché sa révolution paysanne au Kwilu. Beaucoup ignorent qu’il ne s’était pas seulement borné à son fief. Il s’avère que celui qui était qualifié d’ennemi public numéro un par le gouvernement central de Kinshasa, voulait étendre la guerre au Katanga. Le guérillero avait en effet réussi à infiltrer quatre de ses hommes pour déstabiliser la province cuprifère. Ces terroristes étaient issus de " Jeunesse ", la fraction la plus dynamique, la plus radicale et la plus militante des troupes mulelistes. Les membres du commando furent capturés le 29 mai 1964 à Kamipini au Katanga puis transférés manu militari le 31 mai à Lubumbashi. Pieds nus, ils semblaient bien portants et ne paraissaient pas avoir subi des violences physiques. Sûrement qu’ils étaient convoyés  à Kinshasa pour interrogatoire. On ignore le sort qui leur était réservé.

     

    En outre, le journal Feuille d´Avis du Valais dans son édition du jeudi 20 août 1964 parle de la légende de Mulele. La mort de l’insaisissable maquisard avait été annoncée quelque fois sans preuve et sans plus de précisions par les autorités de Kinshasa. Certains commençaient même à se demander si le guérillero du Kwilu avait réellement existé.

     

     

    Samuel Malonga

     

     

     


    0 0

     

    MBOKAMOSIKA CENSURÉ AU RWANDA.

    Une source digne de foi nous apprend qu’elle a été dans l’impossibilité de consulter le site Mbokamosika lors de son dernier voyage au Rwanda. Préoccupée, elle a nous a  immédiatement contacté par courriel pour vérifier s’il y avait quelques soucis techniques au niveau de l’administration.

    L’ayant rassurée que tout était en ordre, notre source est descendue à la réception de l’hôtel pour s’en quérir des raisons qui l’empêchaient à consulter son site préféré. Selon le réceptionniste qui a pris soin d’ouvrir plusieurs sites et vidéos, le site Mbokamosika n’existerait plus, ou bien qu’il aurait des créances non réglées. Ce qui est faux dans la mesure où , depuis son existence, notre site s’est toujours acquitté de son abonnement à temps, et il est accessible à travers le monde entier.

    La vérité est que Mbokamosika est censuré au Rwanda. Une preuve que son impact et ses écrits dérangent ce pays considéré comme une base arrière du régime de Joseph Kabila. Le Rwanda voit d’un très mauvais œil un site à travers lequel, les congolais ainsi que d’autres africains affirment leur identité. Surtout, s'il est difficile de le contrôler.

    Messager

     


    0 0

    Les statistiques du mois de novembre 2016.

    Nous informons nos lecteurs que les statistiques mensuelles habituellement publiées le 1er de chaque mois les seront désormais le dernier jour du mois, conformément au nouveau concept mis en place par l’administration d’Overblog.

    Nous en profitons pour rappeler aux mokatiers que leur site prend de plus en plus les dimensions des archives nationales, au regard du nombre impressionnant des consultations quotidiennes. Cependant, beaucoup de ceux qui utilisent le site oublient que son entretien et son fonctionnement nécessitent de moyens. Comme nous l’avons déjà annoncé, le manque de moyens entraînera un jour la fermeture définitive du site. Nous nous apprêtons à fêter le 10ème anniversaire du site avec la contribution d’une poignée de personnes de bonne volonté. Toujours les mêmes, au moment où il profite à des millions de personnes à travers le monde.

    Sachez que le sacrifice que nous endurons quotidiennement pour la réalisation de ce travail de mémoire a des limites.

     

    Messager

     

    LES STATISTIQUES DU MOIS DE NOVEMBRE 2016.

    Visiteurs :                       32.569

    Pages vues :                      56.711

    Pages vues par lecteur :               1,744

     

    LES STATISTIQUES DEPUIS LA CRÉATION DU SITE.

     

    Visiteurs :                      1.681.670

    Pages vues :                     5.465.132

    Pages vues par lecteur :                 3,25

     

    LES ARTICLES LES PLUS LUS DURANT LE MOIS DE NOVEMBRE 2016

     

     


    0 0

    Joseph Kabila : la plus grande arnaque politique de l’histoire de la RDC.

     

    Pourquoi Joseph Kabila s’accroche-t-il au pouvoir ? Telle est la question qui taraude les esprits de beaucoup de personnes à quelques jours de l’expiration du deuxième et dernier mandat de l'actuel président de la RDC.

    Plusieurs thèses ont déjà été émises à ce sujet. En ce qui nous concerne, nous estimons opportun d’évoquer la peur d’affronter le revers de l’arnaque qui l’avait hissé au sommet de l’état en 2001, comme étant la principale cause de son acharnement à s’éterniser au pouvoir.

    Cette arnaque avait, comme le souligne l'article de François Soudan, été initiée le mardi 23 janvier 2001, durant les funérailles de Laurent Désiré Kabila par Abdoulaye Yerodia en ces termes : «  Il faut que vous sachiez que la légitimité qui émane du peuple est transmise à votre cher fils Joseph-Désiré Kabila ».

    A travers cette phrase , Yerodia, certainement avec la complicité de quelques anciens courtisans de Laurent Kabila et de certains pays étrangers , avait intronisé, non sans arrières pensées, celui qui aura toutes les peines du monde à prouver sa filiation à Mzee Kabila.

    En effet, un article d’archives de Jeune Afrique l’Intelligent de 2001, intitulé "Le mystère Joseph Kabila", signé par François Soudan affirmait que "  la filiation qui unit le père au « cher fils » semble désormais sujette à caution……Même si les autorités congolaises ont opportunément retrouvé, le 24 janvier, la maman présumée de Joseph Kabila, une originaire du Maniema qui jure que le jeune homme est bien le fruit de son union avec le « Mzee », un doute sérieux persiste".

    Plus loin, l’article poursuit « J’ai vu une bonne trentaine de gamins affirmer qu’il était leur père, se souvient un ancien compagnon du maquis, lequel ajoute que jamais, avant 1997, le jeune Kabila  n’a porté le nom de Kabila. »

    Voilà comment un véritable tissu de mensonges a été confectionné pour légitimer la succession de Laurent Kabila. Une fausse identité, une fausse maman, une fausse filiation, jamais confirmées par un document officiel. Et pour éviter les contestations, s’en sont suivis les éliminations, les éloignements, et les emprisonnements de vrais enfants de Laurent Kabila.

    Ironie du sort,une amie de la brave maman présumée de Joseph Kabila a révélé que cette dernière est stérile, et qu’elle n’a jamais eu d’enfants. D’où la surveillance accrue dont elle est l’objet. Ses proches craignent qu’elle ne subisse le sort de la sœur de Laurent Kabila, éliminée par son garde de corps il y a quelques années au Katanga.

    Ainsi, pour éviter de se justifier un jour devant les congolais de cette arnaque digne d'un film  , Joseph Kabila préfère mourir au pouvoir. Mais comme son mandat s’achève officiellement dans 19 jours, nous ouvrons déjà nos archives sur lui et son régime, tout en invitant tous ceux qui disposent d'autres témoignage sur son arnaque à nous contacter.

     

    Messager

     

    Source: J.A. /L'INTELLIGENT N° 2090-DU 30 JANVIER AU 5 FEVRIER 2001

     

     


    0 0

     

    Né au Congo en 1909, le grand dessinateur Fernand Van Horen alias « Horn » est décédé en 2005.

     

     

     

    :Référence :http://www.mbokamosika.com/article-louis-cousin-le-1er-joueur-congolais-a-avoir-participe-au-championnat-belge-121053649.html

     

    Suite à notre article sur Louis Cousin, un ancien joueur international belge d’origine congolaise sus-mentionné , nous avons reçu un commentaire du petit fils du dessinateur « Horn » du journal « Le Soir » nous annonçant que ce dernier fut aussi un métis d’origine congolaise.

     

     

    J'ai eu le plaisir de rencontrer ce charmant monsieur à plusieurs reprises au début des années 70 grâce à mon oncle et à mon grand-père le dessinateur Horn, du journal "Le Soir", lui aussi métis d'origine congolaise. Plus d'infos ici: https://www.facebook.com/caricaturistehorn/

    Etienne

     

     

    N’ayant pas connu ce grand artiste de son vivant, nous nous sommes aussitôt référé à la page Facebook qui nous a été recommandée par son petit- fils pour avoir de plus amples informations sur sa biographie et surtout, essayer de déceler les traces de son métissage, avant de consigner son histoire dans Mbokamosika, en guise d'hommage posthume. 

    Le métissage est à la mode aujourd’hui, mais tel ne fut pas le cas durant la colonisation au Congo Belge.

    Nous rappelons aux mbokatiers qu’en 1909, année de naissance de Fernand Van Horen, les mariages entre belges et congolais étaient strictement interdits. Toutefois,le mystère de l’amour fit que cette loi fut maintes fois violée et de nombreux métis naquirent au Congo.

    Revenons au dessinateur Fernand Van Horen « Horn » pour souligner que les écrits consultés n’ayant pas suffi d'établir son métissage en dehors du fait qu’il soit né au Congo, nous nous sommes rabattu sur ses photos d’enfance. Sans le moindre doute, ces dernières démontrent les traces de son métissage. L’une d’elles d’ailleurs ressemble à l’actuel artiste musicien Stromaë, comme l’a bien souligné Etienne, à travers son commentaire sur Facebook.

    Ceux qui veulent apprendre plus sur cet artiste peuvent consulter la page Facebook, sur le  lien ci-après : https://www.facebook.com/caricaturistehorn/

     

    Messager

     

     

    QUELQUES INFORMATIONS, IMAGES, ET DESSINS GLANÉS SUR FACEBOOK ET SUR LE NET

    De son vrai nom Fernand Van Horen (1909-2005), ce dessinateur bruxellois né au Congo fut le caricaturiste sportif du journal « Le Soir » (Belgique) de 1936 jusque dans les années 80.

     

    Fernand Van Horen  (1909 – 2005) est plus connu en Belgique sous son nom d'artiste : Horn. Dès 1938, et pendant plus de 35 ans, il réalisera pour le célèbre quotidien belge "Le Soir" des centaines de caricatures et dessins humoristiques. Après avoir été interné au camp de concentration d'Esterwegen, Fernand Van Horen est transféré à Flossenbürg où il est libéré le 23 avril 1945 par les troupes américaines. C'est durant sa convalescence qu'il réalisera la plupart des dessins et croquis que vous découvrirez ici.... Premier contact avec le camp Scène de la vie quotidienne Les baraques Scène de la vie quotidienne Kommando Pendaisons Retour du kommando Trop de corps pour le crématoire... File d'attente pour l'infirmerie Kapos Portrait Terreur nazie

     

     

     

    LES TRACES DE SON MÉTISSAGE A TRAVERS LES PHOTOS DE SON ENFANCE.

    .

    .

    .

    .

     

    SES DESSINS SUR SON INTERNEMENT PAR LES ALLEMANDS DURANT LA 2ème GUERRE MONDIALE

    .

    .

    .

     

     

     

     

     

     

     

    .

     

     

    .

     

     

    .

     

     

     

    .

     

    SES DESSINS DANS « LE SOIR »

     

    .

    .

    .

    .

    RÉACTIONS

     



    Cet article de Messager sur ce Congolais inconnu en RDC qu’est Horn nous a poussé à lancer des fouilles sur sa vie. En nous lançant dans les profondeurs de la toile, nous avions été stupéfait de trouver quelques textes de cet artiste qui a fait le bonheur des lecteurs du journal francophone Le Soir. Dommage qu’il n’ait dit aucun mot sur sa vie au Congo ni sur ses origines congolaises. Sûrement, que Horn et sa famille ont quitté l’Afrique après le décès de leur géniteur. Qu’est devenue alors la mère ? Était-elle restée au Congo ou était-elle partie ensemble avec ses enfants en Belgique après la mort de son mari. Aucune trace d’elle n’a été trouvée à part son nom.

    Fernand van Horen est né à Djoko au Kasaï de Léon van Horen, un Flamand, et de Capimgpumba (sûrement Kapinga Pumba) le 10 décembre 1907. Il avait une sœur aînée, Alice dite Lily, née en 1907 et un frère cadet prénommé Albert. Les parents se sont mariés car dans le site www.geni.com, on parle d’époux et d’épouse sauf que l’année de leur union n’est pas connue donc pas mentionnée. Léon est mort par empoisonnement à Djokupunda en 1912 au Kasaï. L’artiste Horn (c’est ainsi qu’il signait ses dessins) était marié à Denise Hentiens (29.01.1911 – 27.07.2006) avec qui il a eu deux enfants.
    Lorsque la guerre éclate en 1940, Horn est Lieutenant de réserve au 2e Lancier détaché auprès de l’État Major. En mars 1941, il est membre de l’Armée secrète et prend une part active à la lutte contre l’occupation nazie. Il est arrêté par la Gestapo en février 1943 avec 12 de ses camarades suite à la dénonciation d’un traitre. Mais il a la chance d’être aussitôt placé dans une cellule alors que certains de ses compagnons sont directement envoyés dans un camp de la mort. Il passe d’un camp à un autre en dessinant son quotidien. « Le dessin qui m’a sauvé la vie » et « Noël à Esterwegen » sont les deux témoignages que ce survivant a laissé pour la prospérité. 
    Sources :
    https://www.geni.com/people/Fernand-Van-Horen/6000000010276903048
    http://www.jewishgen.org/ForgottenCamps/Exhib/DrawFr.html
    http://www.jewishgen.org/ForgottenCamps/Witnesses/HornFr.html
    http://www.jewishgen.org/ForgottenCamps/Witnesses/XmasFr.html



    Compilé par Samuel Malonga


    0 0

    Ancien étudiant de Mons et membre de l’orchestre « Kebo », Georges Diabika est recherché par Michel Roussille.

     

    Bonjour

    avez-vous des nouvelles de Georges Diabika ?
    j'ai fait quatre ans d'université avec lui  67-71  à Mons

    https://portail.umons.ac.be/en2/pages/default.aspx)

    on ne l'a plus revu depuis , il a doublé un an, c'était bac+ 5 ,il a été 
    diplômé en 73 ( ingénieur commercial)






        *1966* : *orchestre Ekebo* (Mons) fondé par †Pierre Ngalula (guitare
        solo) Sinatra ; avec Raphaël Sasa Nzila (chant), Jean Paul Nsiala
        (guitare), Antoine Mitalungu Mitra (saxophone),*
    Georges Diabika
        (guitare)*, André Pasi (chant), Félix Biata (guitare basse), André
        Lusakueno Sirius (batteur). Cet orchestre change d’appellation et
        devient, par la suite,
    l’*orchestre* *Zaïko,* et cela bien avant la
        création à Kinshasa d’un autre orchestre du même nom.




    bien à vous

    Michel Roussille
    Mons

     

    SUITE À  QUELQUES QUESTIONS SUPPLÉMENTAIRES, IL  A AJOUTÉ.

     

    Bonjour messager

    cela va être difficile parce que Georges restait un peu à l'écart de nos 
    sorties d'étudiants. Quant à l'orchestre Ekebo, j'ai l'impression que 
    celui-ci était surtout constitué de congolais de la faculté catholique 
    concurrente de la nôtre.

    Voulez-vous bien patienter car cette recherche va me prendre un peu de 
    temps.


    Merci en tout cas de m'avoir répondu

    bien à vous


    Michel Roussille

     

    AVANT DE CONCLURE.

     

    Je vais lancer un appel pour retrouver des souvenirs mais cela va être 
    difficile. Comme je vous le dis, Georges ne participait pas énormément aux guindailles d'étudiants, on ne savait même  pas qu'il jouait de la guitare dans un groupe

    c'est dommage mais on ne peut revenir 50 ans en arrière sauf que je 
    connais des amis qui continuent malgré tout à jouer de la musique "yé yé" : les sphinx d'herchies ( près de Mons) 

    https://www.youtube.com/watch?v=mbv9yEwPoVE

    A bientôt et félicitations pour ce site

    Michel Roussille

     


    0 0

     

    Gambie, la chute d’un  tyran

    L’année 2016 a été une année électorale en Afrique.  Le peuple a été appelé aux urnes au Niger, au Congo-Brazzaville, au Gabon et en Gambie. Le continent noir connu pour l’attrait de ses dirigeants au pouvoir, vient de démontrer en Gambie que le peuple peut démocratiquement mettre un terme à une dictature. Qui l’eut crût. L’autocrate Yahya Jammeh a été contraint de céder son fauteuil après 22 ans d’autoritarisme. Pour barrer la route au dictateur, l’opposition a eu l’intelligence de présenter un candidat unique en faisant bloc autour d’Adama Barrow. Le résultat est connu et l’élection présidentielle du 1er décembre a tenu toutes ses promesses. Même si la partie n’était pas gagnée d’avance, l’escroquerie électorale du Niger, du Congo-Brazzaville ou du Gabon ne s’est pas produite cette fois. La victoire du président élu Adama Barrow (51 ans) est celle de toute la Gambie.

     

    Une bille une voix

     

    Retour à l’enfance en Gambie. On n’a pas joué aux billes mais on a voté avec. Chaque candidat avait sa couleur. Lors des élections conventionnelles, le votant jette son bulletin dans l’urne. En Gambie, dans ce retour à l’enfance, il fallait déposer une bille dans le bidon électoral correspondant à la couleur allouée à son candidat préféré.  Cette  façon archaïque de voter a été bien expliquée par le site Slate Afrique : « Dans le bureau de vote, l’électeur est introduit dans une salle isolée des regards où sont placés trois bidons de métal sur le flanc desquels ont été peints les trois candidats en lice. Yahya Jammeh, par exemple, porte des habits verts sur l’illustration, sa couleur fétiche. L’électeur se trouve face aux bidons électoraux, percés d’un trou. À l’intérieur du bidon, un tuyau canalise la bille jusqu’à une sonnette de bicyclette. Ding ! En la heurtant, le son caractéristique informe les assesseurs présents dans la pièce d’à côté que le votant a voté. » Pour connaître le vainqueur du scrutin présidentiel, il a fallu compter toutes les billes. Ce système archaïque s’est pourtant retourné contre son inventeur qui avait toute les facilités de tricher comme le font la majorité des dictateurs africains.

     

    A qui le tour ?

     

    L’indéboulonnable Yahya Jammeh qui a innové avec le vote aux billes a joué le jeu démocratique en reconnaissance sa défaite. Un dictateur vient d’être chassé de l’arène. L’Afrique a un autocrate en moins. Le dernier scrutin présidentiel de l’année 2016 s’est terminé à l’avantage du peuple souverain. Mais la liste des tyrans qui doivent dégager de gré ou de force est encore longue. Les Africains se demandent maintenant qui sera la prochaine victime des élections

     

    Samuel Malonga

     


    0 0

     

    Proverbe du jour.

    L’OBSTACLE HUMAIN EST INFRANCHISSABLE (Proverbe africain).

     

     

     

    « L’obstacle humain est infranchissable », est un proverbe africain qui peut être traduit dans toutes nos langues.

    Au sens propre, ce proverbe signifie que l’homme peut franchir tout obstacle naturel comme l’eau, le feu, les érosions………, mais qu’il lui est impossible de franchir un obstacle constitué d’êtres humains.

    Au sens figuré, ce proverbe veut tout simplement dire que lorsque les hommes de dressent contre un projet, il devient irréalisable, quels que soient les moyens déployés.

    Aveuglés par le pouvoir, Joseph Kabila et son régime ont perdu tout sens de discernement et ont cru faire peur à toute la population en amassant des tanks et des armes pour essayer de la faire reculer.

    Mais que constate-t-on à présent. Face à la détermination populaire, le pouvoir de Kabila est en proie à une anxiété généralisée. À l’approche du 19 décembre, il se rend enfin compte que ses armes ne lui seront d’aucune utilité face à un peuple qui n’a plus rien à perdre, après 17 ans de misère et d’atrocités.

    Les démarches de dernières minutes du régime Kabila prouvent le désarroi de son camp. Le spectre d’un soulèvement populaire avec de multiples et imprévisibles foyers de tensions fait trembler ceux qui se considéraient hier comme des dieux en RDC. L’évacuation précipitée des membres de leurs familles, qui est un aveu de leur inquiétude, ne fait que réconforter la population dans cette phase de la lutte finale.

    En attendant, nous leur fixons rendez-vous aux alentours du 19 décembre.

     

    Messager

     


    0 0

     

    Le carnet de voyage de Lused confirme la censure du site Mbokamosika au Rwanda et délivre  des révélations troublantes.

    Le récit du voyage de notre ami Lused se passe de tout commentaire. Ces révélations qui interviennent à pratiquement dix jours de la fin du mandat de Joseph Kabila devraient inciter tous les congolais à ne reculer, sous aucun prétexte.

    Nous estimons que les politiciens tiendront compte de ces révélations pour se montrer intransigeants dans tout ce qu’ils entreprennent au nom du peuple congolais, saigné et spolié par Joseph Kabila et le Rwanda.

    Toute concertation tendant à occulter la date du 19 décembre 2016 doit être évitée en ce moment. Pas un jour de plus à Kabila !

    Messager

     

     

    Kigali masterplan

    Voici quelques réalisations rwandaises issues du butin de guerre en provenance de la RDC.

     

    Bonjour Messager
    Je suis déjà de retour du Rwanda. Je vous écris à partir de l'Afrique du Sud en attendant l'avion pour rentrer à Luanda.
    Normalement, je suis allé participer à une conférence religieuse chrétienne regroupant toutes les 4 provinces du Rwanda , ainsi que quelques pays africains des alentours comme :  la Tanzanie, le Kenya, la Zambie, L’Ouganda, le Burúndi , le Congo Rdc, L’Angola, et L’Afrique du Sud ..,avec 2 participants de la France qui se trouvaient à Goma en Rdc.

     La réunion était programmé pour 3 jours, mais comme c'était la première fois, les frères ont préféré que je reste avec eux durant deux 2 semaines, afin de mieux connaître le Pays. C’est ainsi que j'ai fait 2 semaines.

    Je voulais partager avec vous ce que j’ai constaté durant  mon séjour de deux semaines à travers les conversations, les sorties, et les visites pour me montrer le pays.

    1°-MBOKAMOSIKA


    En ce qui concerne le site MBOKAMOSIKA , je tentais chaque jour de l’ouvrir, mais jusqu'à la dernière minute ça n'a pas tenu. Non seulement accéder directement au site MBOKAMOSIKA , mais aussi lorsque vous recherchez un sujet sur GOOGLE. IL y' a des moments Google renvoie à Mbokamosika. Avec Google pas de problème, Mais dès que vous voulez suivre le sujet avec MBOKAMOSIKA , puisque c'est Google qui vous y a renvoyé, par surprise, le Message vient "CE SITE (donc Mbokamosika)EST INACCESSIBLE ."
    Alors que dès que je suis descendu de l'avion en Afrique du Sud, j’ai immédiatement  tenté d'ouvrir MBOKAMOSIKA avec le WIFI de l'aéroport, et ça ouvert directement et sans problème.

    Donc MBOKAMOSIKA au RWANDA est inaccessible, même indirectement. Je ne sais pas si cet embargo sera levé après le 19 Décembre puisque cette date les fait peur (j'ai senti ça pendant les conversations sur la RDC) ou pour un temps indéterminé ....

    2°-LE CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION

    À ce sujet, ils m’ont dit d'être à l'aise, puisque leur Président leur a garanti la sécurité. Ils m’ont rassuré de marcher partout à l'aise. « On avait beaucoup de voleurs, mais le Président a tout combattu. Nous l'aimons beaucoup, vraiment qu'il continue... » répétaient-ils !!
    Alors j'ai demandé : son mandat n'est pas encore terminé?

    « Non,  il changé la CONSTITUTION. »
    J'ai lancé que KABILA aussi s'est inspiré de lui ? Oui, ont-ils répondu.  « Mais nous c'est différent, il a changé, mais comme nous sommes bien on n’a pas fait des problèmes, nous sommets d'accord, Mais Kabila lui a des problèmes avec le peuple, donc il (KABILA) peut imiter, mais ça ne tiendra pas ».
    Alors , j'ai compris d'où venait la source d'inspiration de vouloir changer la CONSTITUTION.

    3°-L'AIDE POUR LA DATE DU 19 DÉCEMBRE

    Ils poursuivi en disant : « d'ailleurs Kabila a demandé au Président de le soutenir. Puisque, seul il ne s’en sortira pas. Il faut que les amis le soutiennent ».
    Donc si le Président du Rwanda répond à cette demande d'aide demandée par Kabila, on risquera d'avoir une intervention Rwandaise avec ses Alliés. Une intervention militaire...


    J'ai compris que le Rwanda est un grand secours pour Kabila, même pour la date du 19 DÉCEMBRE. 2016.

    4°-LE BUTIN DE GUERRE PROVENANT DE LA RDC.

    En visitant certains lieux comme le grand centre des conventions et ses Hôtels....j’ai dit : «  le Rwanda aussi a des Richesses ». Ils m' ont répondu : « Non ,c'est le butin de guerre en provenance de la Rdc ». Avant de renchérir « En tout cas, la majorité de ce que vous voyez ici est le fruit du Congo RDC. Donc quand nos Soldats vont au Congo, Ils reviennent avec des minerais, ils ne volent pas , le Gouvernement les reçoit légalement...ce sont des ententes d'en  haut et ça nous aide beaucoup ».

    Alors j'ai compris que le RWANDA est bien ravitaillé par le Congo RDC.


    Je voulais seulement qu'on partage aussi ces constats. Merci !!!

    LUSED


    0 0

     

     Un des belgicains:Emmanuel Elonga "Malima-Nzungu".

    Emmanuel Elonga au sein de RC Tienen en 1964

    Durant le mois de septembre de l’année en cours, notre ami belge, Dr Bruno Dubois de http://www.foot100.be, nous a transmis la requête de Raf Mossely, de la même association, portant sur les origines d’un ancien belgicain, Emmanuel Elonga, né le 16.04.1937, qui avait évolué d’abord dans F.C. Nomades à Kinshasa en 1957, avant de se rendre en Belgique où il évoluera durant ses études à l’université de Louvain, dans quelques équipes belges et dans la sélection universitaire.

    Ne l’ayant pas connu en tant que joueur du F.C. Nomades, nous avons répondu dans un premier temps à nos amis belges qu’en ce qui nous concernait, nous pensions qu’il s’agirait de Elonga Malima-Nzungu, que nous avions découvert sur les ondes de la RTNC durant les années '60 et '70, au moment où il formait un tandem avec le professeur Mulemba-Kani, dans la présentation de « Réveil matinal », et quand il fut entraîneur du F.C. Daring Imana, sous la présidence de Poto Galo, ancien PDG de Socimat et proche parent de maman Antoinette Mobutu.

    S'agissant de ses origines ethniques, nous avions répondu qu'à moins d'une erreur,Elonga était originaire du Lac Léopold II (Mayindombe), plus particulièrement un Musakata.

    Après ces premiers échanges, et surtout après avoir retrouvé un article d’archive sur mbokamosika précisant que Manu Elonga fut entraîneur de FC Daring Imana durant les années ’70, nous avons confirmé à nos amis belges que Emmanuel Elonga et Elonga Malima-Nzungu était la même personne, étant donné que "Manu" en RDC, est le diminutif d'Emmanuel, et que "Malima-Nzungu n'était que son post-nom,adopté après le recours à l'authenticité. En ce qui concerne son affiliation au sein du F,C Nomades de 1957 à 1958, nous avons compris pourquoi il était devenu entraîneur du FC Daring, dans la mesure où Nomades fut une formation d’obédience Daring.

    Par la suite, Raf Mossely nous a envoyé  une photo du joueur Emmanuel Elonga pendant qu'il évoluait dans RC Tienen en 1964, et de son côté son fils Stefan Mossely, nous a expédié une coupure du journal belge Durmeklokken de mars 1962, qui annonce un match amicale entre l’équipe locale VW Hamme et l´équipe universitaire de Leuven (Louvain), dans laquelle Elonga fut un attaquant.

    Nous reproduisons ci-après le parcours de Emmanuel Elonga,concocté par Raf. Mossely  en Neerlandais et traduit en français par Bruno Dubois.

    Le parcours de Emmanuel Elonga

       -   Etait joueur à FC NOMADES de 1957 à 1958.

       -  De 1958-1959, il était en Belgique, joua dans l'équipe universitaire à Louvain et était affilié au ROYAL RACING CLUB TIRLEMONT (qui devint en 1973 ROYAL RACING CLUB TIENEN)

       - En 1963, il avait évolué au ROYAL CROSSING CLUB MOLENBEEK (avec Henri "Rik" Coppens, 47 sélections en équipe nationale belge)

      -Au cours des années ’60, il retourna au Congo et devint entraîneur du FC DARING CLUB MOTEMA PEMBE

    • En 1968, il fut secrétaire général du Comité National Olympique du Zaïre; il en devint Président en 1971/1972
    • En 1976, il fut nommé Ministre des Sports

          

    Nous publions cet article en guise d’hommage à Emmanuel Elonga Malima-Nzungu, qui n’est plus de ce monde, tout en invitant ceux qui disposeraient d’autres éléments et témoignages sur lui, à bien vouloir nous en envoyer.

     

    Enfin, Stefan Mossely  a lancé une nouvelle recherche sur le joueur Bosuku, affilié au Racing Jette en Belgique (1965-1966). Personnellement, nous étions incapable de fournir la moindre information sur ce joueur et avions promis de nous en remettre à l’expertise d’autres mbokatiers. Notre courriel envoyé depuis septembre 2016 à celui qui nous a toujours secouru, Paul Bonga Bonga n’ayant pas encore reçu de réponse.
    Selon les dernières fouilles de Stefan Mossely, le joueur F.Bosuku avait aussi évolué au
    F.C Seraing (1964-1965).

    Qui peut nous aider à retrouver les traces de l'ancien belgicain, F. Bosuku ? Cette question est essentiellement destinée aux personnes connaissant l'histoire du football kinois et congolais, vivant actuellement en RDC ou à l'extérieur. 

     

    Messager

     


    0 0

     

    Chansons nostalgiques dirigées contre le président Kabila et à tout le peuple congolais.

     
     
    Voici comment  WIKIPÉDIA explique le concept et origine du mot NOSTALGIE 
    La nostalgie ou « mal du pays » vient du grec νόστος (nóstos)  : le retour,
    et ἄλγος (álgos)  : tristesse, douleur, souffrance et désigne souvent une mélancolie accompagnée d'un envoûtement par rapport à des souvenirs liés aux lieux de l'enfance, qu'on évoque à travers une jouissance qui est douloureuse. »
     
    Les soucis de la situation du pays ou de son éloignement provoquent une tristesse profonde , accompagnée de douleur et souffrance et pousse à pleurer et chanter des chants mélancoliques que nous appelons ici LES CHANSONS NOSTALGIQUES . Et si le pays ou peuple est maltraité, cela amènera  à des  CHANTS REVOLUTIONNAIRES résultant sur la RÉVOLTE d’un peuple.
     
    1-LES CHANSONS NOSTALGIQUES EN ISRAEL
     
    -L'an 587 a.c (avant Jesus) ,les habitants de Juda (Israël du Sud) furent déportés et ammenés en Esclavage en Babylone .Pendant que leurs frères Nord , du pays divisé ,seront eux ammenés en Assyrie plutard et disperssés dans le monde entier sans retour.Les Israëlites étant connus comme des grands chanteurs ,louant l'Eternel avec force,là sur les bords des fleuves de Babylone ,assis en pleurant leur pays laissé ,les Babyloniens leurs demandèrent des chants de joie,des cantiques d'Israël.Les Israëlites du Sud venant de Juda répondirent :"Comment chanterions-nous les cantiques de l'Eternel ,sur une terre étrangère ?".En d'autres termes ,ils voulaient dire "nous sommes en tristesse ,dans la misère ,depourvus de tout ,certains de nos frères sont morts, ,certaines familles dispersées...Nous pensons à notre patrie restée au loin "(MBOKAMOSIKA)
     
    Plus tard, après être rentrés chez eux ,se souvenant de ces souvenirs amers de l'Egypte ,de la Babylone ,certaines de leurs chansons prirent l'allure de la mélancolie, de la tristesse relatant l'injustice subie ...Ce sont ces musiciens que nous connaissons. L'un d'eux est  le ROI DAVID chantant les psaumes..Chantant les guerres ,l'injustice ...
    Chantant les souvenirs mélancoliques, chantant l'injustice vécue dans le passé .Et le peuple saisi ré-entonnant le rythme
     
    Plus tard, les Romains les envahirent encore .C'est en était trop !!!  "Qu'est ce que nous avons fait dans ce monde ?Pour être toujours maltraités ?"
    Coeurs frustrés ,l'allure de la chanson changea ,Ils n'avaient plus peur de chanter au Temple et dans les maisons dénonçant l'injustice du passé et du présent.Réclamant leurs droits.Les chants mélancoliques tournèrent en chants de Révolte.
     
    C'est le chant d'un peuple en tristesse , au coeur abattu s'exprimant et se consolant par le chant...
    Parfois le peuple s'exprime par les chants :
    C'EST L'EXPRESSION D'UN PEUPLE EN TRISTESSE ARRIVÉ À BOUT....!!! 
    LA PATIENCE ET LA PEUR SONT TERMINÉES  PRÊT À MOURIR CETTE FOIS-CI.....
     
     
    2-LES CHANSONS NOSTALGIQUES EN AMERIQUE
     
    -L'an 1619 ,l'esclavagisme entra en Afrique.Des familles dispersées,autres capturées, emmenées loin de leur patrie En Amérique sous l'esclavagisme ,faisant des travaux forcés.Leurs coeurs abattus de la nouvelle condition de vie ,la nostalgie s'empara d'eux ,se souvenant des familles dispersées,chacun loin de sa patrie (MBOKAMOSIKA)
    L'unique forme de se consoler était de chanter sa patrie qu'on ne verra plus jamais.
     
    Abraham Lincoln profondément opposé au système de l'esclavagisme gagne aux élections présidentielles et aussitôt décida son abolition.Admettant les Noirs anciens esclaves comme citoyens légitimes du pays.Cette nouvelle n'est pas la bienvenue vis  à vis de 7 Etats esclavagistes de l'Amérique qui s'unirent contre le nouveau Président réjettant cette décision.Une guerre civile s'engagea ,les 7 États opposés ,non seulement se sont séparés ,mais prirent encore la résolution de  combattre par les armes.C'est la guerre de Sécession!!! Leur victoire devait être le renversement du pouvoir et retour à l'esclavagisme.Malheureusement ,Ils ne réussirent pas ,mais la guerre civile dura 4 ans (1861-1865) ayant causé beaucoup des Morts (617.000 morts).Enfin ! la paix revint ,l'union aussi et la fin de l'esclavage demeura jusqu'aujourd'hui.
     
    Mais pour les Noirs anciens esclaves et descendants des esclaves,c'était trop !!! Coeurs brisés ,c'est assez !!!  "Qu'est ce que nous avons fait dans ce monde ?Pour être toujours maltraités ?"
    Coeurs frustrés ,se considérant dans les mêmes conditions que les Israëlites en Egypte et à Babylone,avec les Romains...la chanson  changea d'allure.Nons seulement ils chantaient les souvenirs mélancoliques de la patrie laissée au loin (MBOKAMOSIKA) .Cette fois-ci ,ils n'ont plus peur .Pendant même la guerre de secession ,au risque de leur vie ,ils chantèrent l'injustice et les abus dans le présent ,confrontant ainsi la chose par la chanson.un style de chant est né : LE NEGRO-SPIRITUAL.Ce sont ces grands musiciens Négro spirituals descendants des esclaves que nous connaissons.L'un d'eux est LOUIS AMSTRONG,le Roi du Jazz.Sans oublier JAMES BROWN le Roi du Funk.
     
    C'est le chant d'un peuple en tristesse , au coeur abattu s'exprimant et se consolant par le chant....
    Parfois le peuple s'exprime par les chants :
    C'EST L'EXPRESSION D'UN PEUPLE EN TRISTESSE ARRIVÉ À BOUT....!!!
     LA PATIENCE ET LA PEUR TERMINÉES  PRÊT À MOURIR CETTE-FOIS.....
     
    3-LES CHANSONS NOSTALGIQUES EN AFRIQUE DU SUD
     
    -L'an 1948 ,l'Apartheid fut introduit en Afrique du Sud.Une grande ségregation raciale au profit des Blancs.Les propres fils du pays se retrouvèrent isolés .Dirigés dans leurs propres pays .Battus ,mis à mort innoncents,subissant l'injustice.
    Ils pensèsent à leurs pères ,ils regretèrent  le grand CHAKA ZULU ,le Roi des Zulu.Ils se dirent :"Oú est notre grand CHAKA ZULU ? Notre grand conquérant qui faisait peur aux blancs ? Ah si CHAKA ZULU était encore !!! " Mais trop tard  ,Chaka Zulu n'est plus.Alors ils commencèrent à pleurer amèrement cette nouvelle condition de vie.Le pays a été envahi ,dépourvus de tout ,familles séparées,maltraités,mis à mort...
     
    Alors ,ils entendirent encore que leur Leader Mandela fut capturé ,mis en prison pour un long delai ,pour briser leur force.C'est trop !!!
    Coeurs brisés ,c'est assez !!!  "Qu'est ce que nous avons fait dans ce monde ?Pour être toujours maltraités ?".Aussitôt,la chanson changea d'allure.Non seulement ils chantaient les souvernirs mélancoliques de la belle patrie au temps de CHAKA ZULU (MBOKAMOSIKA).
     
    Cette fois-ci ,ils n'ont plus peur ,au risque de leur vie ,ils chantèrent l'injustice et les abus du présent ,confrontant ainsi la chose par la chanson.Ce sont ces Musiciens sud africains que nous connaissons ,l'une d'entre eux est MYRIAM MAKEBA qui finira par être expulsée de son propre pays,passeport confusqué,droit de citoyenneté retirée en 1959.Privée mêne d'assister aux obsèques de sa maman en 1960.
    Se déambulant :Guinnée,Algérie,France cherchant une autre nouvelle patrie jusqu'en 1990, fin d'Apartheid pour rentrer au pays.Après 31 ans d'exil.
    Puisqu'elle chantait les souvenirs mélancoliques de l'ancienne patrie ,chantant l'injustice vécue dans le passé ou même dans le présent.Et le peuple saisi ré-entonnant le rythme.
     
    C'est le chant d'un peuple en tristesse , au coeur abattu s'exprimant et se consolant par le chant...
    Parfois le peuple s'exprime par les chants :
    C'EST L'EXPRESSION D'UN PEUPLE EN TRISTESSE ARRIVÉ À BOUT....!!! 
    LA PATIENCE ET LA PEUR TERMINÉES  PRÊT À MOURIR CETTE-FOIS.....
     
    4-
    LES CHANSONS NOSTALGIQUES EN REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
     
     
     Maintenant,nous ne sommes plus en Israël,Ni aux Etas-Unis ,Ni en Afrique du Sud ,mais au Congo démocratique RDC.
     
    Ce dernier temps ,il se passe au Congo RDC ,quelque chose qui s'est jamais réalisée auparavant: ni au temps des ancêtres ,ni au temps colonial ,ni au temps de Kasa Vubu et Lumumba, ni au temps de Mobutu ,ni au temps de Kabila le père.
    Là où le peuple Congolais unanime s'acharne  contre son Président de la République et son régime d'une manière publique, presque tout le peuple unanime partant de ceux qui sont à l'intérieur du pays jusqu'à l'extérieur du pays dans le diaspora,chantant contre le Président et son régime, contre ses collaborateurs et encourageant le peuple à lutter.Chantant en public sans se soucier des conséquences qui peuvent en suivre.

     
    Et ceci se passe sans que les analystes politiques s'en rendent compte qu'il s'agit d'un début des CHANTS RÉVOLUTIONNAIRES qui aboutiront à une lutte armée ou même une GUERRE CIVILE dans le pays ,il suffit seulement que les Militaires armés ou un général avec ses troupes armées se rangent du côté du peuple ,comme cela se passa avec la guerre de sécession aux États-Unis, soit une influence extérieure appuyant le peuple.

     
    Ces chansons sont chantées dans les stades , dans les rues , les salles des réunions ou même en public ,donc en plein air .Et pas seulement à l'intérieur du Congo ,mais même à l'étranger.
    Ces chansons ont 3 aspects différents:
    1°-Chansons dirigées contre le Président de la République qui est la CIBLE principale VISÉE.
    2°-Chansons dirigées contre le Président et ses collaborateurs en général :les dirigeants politiques (les membres du gouvernement en général ,les  députés ...),les dirigeants religieux collaborateurs (les pasteurs),les dirigeants militaires (les généraux) , y compris certains présidents des partis politiques considérés comme des Collaborateurs corrompus.
    3°-Et enfin les Chansons dirigées vers le peuple congolais soi-disant endormi ,pendant que le  pays est vendu aux étrangers. Et invitant le peuple à se réveiller et à se révolter.
     
    Et souvent une seule chanson peut revêtir 2 ou  3 aspects au même moment: parlant au Président et éveillant aussi le peuple ou vice versa, parlant aux dirigeants en général et éveillant aussi le peuple ou vice versa , soit parlant à tous au même moment, mais l'accent est toujours mis sur la CIBLE PRINCIPALE qui est le Président de la République.

     
    Nous allons ici à titre d'exemple donner un exemple pour chaque catégorie des chants.
     
    1°-Pour les chansons dirigées contre le Président:
    Nous prenons la chanson "BON SAMARITAIN" de l'orchestre OK JAZZ, transformée et dediée au Président Kabila après la conférence de Luanda
     
    Le peuple espérant peut-être qu'il pouvait venir quelque chose de bon de cette conférence où tous les Présidents des grands lacs seront présents .Peut-être que feront quelque chose ,une intervention spéciale ,mais par surprise rien de nouveau.....Le peuple espérant que leur Président écouterait quelques conseils. La conférence terminée pas de changement .Bien au contraire fut reçu avec honneur. Alors la douleur et colère prend place. Et c'est le chant qui est déclenché.
     

older | 1 | .... | 21 | 22 | (Page 23) | 24 | 25 | .... | 56 | newer