Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Cet espace se veut un lieu de rencontres et d'échanges entre ressortissants de l'Afrique Centrale et Australe . Tout étranger connaissant ou voulant faire connaissance de cette partie de l'Afrique est le bienvenu. Nous y aborderons des sujets culturels en français, portugais, ou en lingala, selon les interlocuteurs . Notre devise:réduire la distance qui nous sépare du continent, par l'entretien de la mémoire collective, en recourant à notre musique dans toute sa diversité

older | 1 | .... | 6 | 7 | (Page 8) | 9 | 10 | .... | 56 | newer

    0 0

     

     

    Nous rediffusons cet article sur la spécificité du groupe sanguin O sélectionné par notre ami Toussaint Nguembe.

    Convaincu que plusieurs personnes parmi nos lecteurs sont concernées par cet article, nous avons voulu en le reprenant, confronter leurs témoignages avec les résultats de cette étude. Que pensent-ils entre autres de l’excès de colère ?

    Nous attendons de nombreux témoignages de la part des médecins, des laborantins, des psychologues, des anthropologues et  surtout des personnes du groupe O elles-mêmes.

    Messager

     

    Voici pourquoi les personnes de groupe sanguin O sont si spéciales

     

     

          

    groupe-sanguin-O

     

    Voici pourquoi les personnes de groupe sanguin O sont si spéciales

    Le groupe O est le groupe sanguin primitif de nos ancêtres qui étaient des prédateurs offensifs et rusés. Les personnes de groupe O occupent une place importante dans la société.

    Si vous êtes un O la nature vous a donc fait solide, productif, optimiste et vous vivrez longtemps en bonne santé.

    Qu’est-ce qui vous rend unique?

    En raison de leur type de sang ils sont prédisposés à certaines maladies, telles que les ulcères et le dysfonctionnement de la thyroïde. Les membres du groupe sanguin O ont souvent des taux d’hormones thyroïdiennes et d’iode insuffisant. Cela entraîne une tendance à l’obésité, la rétention d’eau et la fatigue.

    Ils sont également sujets aux ulcères à cause d’un taux élevé d’acidité dans l’estomac.

     

    Au Japon, ce groupe sanguin O est associé à un type de personnalité. Vous pourriez même décrocher un emploi grâce à votre groupe O! Les personnes ayant le type sanguin O sont le plus souvent décrites comme responsables, engagées, organisées, concentrées, et dotées d’un sens pratique. Ils sont des logisticiens nés. On pense que cela vient du fait que leurs ancêtres sont des chasseurs qui ont eu à observer et à évaluer avec précision l’environnement pour être en mesure de survivre.

    Le stress peut être provoqué par la colère excessive et l’hyperactivité. Les personnes de groupe O sont plus vulnérables à un comportement destructeur quand ils sont trop fatigués, déprimés ou ennuyés. Ca peut être sous forme de jeux de hasard, la recherche d’excitation, de prise de risque et d’impulsivité. Évitez la caféine car elle élève les niveaux adrénaline et de noradrénaline, qui sont déjà élevés chez les personnes de groupe O. L’alcool est aussi déconseillé dans leurs cas.

    Chers groupe O, vous êtes des personnes spéciales! Une race de décideurs. Cependant évitez de prendre de grandes décisions ou de dépenser de l’argent lorsque vous êtes sous l’effet du stress en semaine. L’exercice physique est primordial, car il a un effet relaxant sur tout le corps. Plus que tout autre type de sang, le type sanguin O a besoin d’être physiquement actif pour maintenir sa santé et sa stabilité émotionnelle.

    L’exercice physique est idéalement en plein air, 30 à 40 minutes, 4 fois par semaine.

    Evitez les situations stressantes en planifiant vos activités à l’avance.

    Source Voici pourquoi les personnes de groupe sanguin O sont si spéciales: Eddenya

     

     


    0 0


    Le premier gouvernement central congolais

     

    Le premier gouvernement central congolais dirigé par Patrice Lumumba fut composé par les membres de plusieurs partis politiques congolais. Ce produit issu de la Table ronde de Bruxelles fut un mélange hétéroclite de fédéralistes, d’unitaristes et de plusieurs autres tendances. Ce gouvernement d’union nationale ne dura que l’espace d’un matin soit du 30 juin au 5 septembre 1960. Qui mieux que Thomas Kanza pouvait objectivement analyser de l’intérieur ce qui s’y passait. Qui mieux que lui pouvait livrer aux Congolais les raisons de son échec ? Dans ce témoignage poignant tiré dans son livre, l’auteur qui y fut membre, situe les causes de la paralysie et de l’impossible fonctionnement auquel était voué le gouvernement Lumumba.

    Samuel Malonga

     

     

     

     

     

     


    0 0

    Quatre raretés de Vicky Longomba et l’OK-Jazz

    Franco, Vicky, et Rochereau Tabu Ley

     

     

    Dernièrement, un de nos lecteurs voulait, à travers une requête sous forme de commentaire, auditionner enfin l‘intégralité de la chanson « Louise aboyi frigo », de Vicky Longomba et l’OK-Jazz. Malheureusement pour lui, nous n’avons pas réussi à repérer cette chanson dans notre discothèque.

    Avant ce lecteur, plusieurs autres mbokatiers avaient à maintes reprises exprimé leurs vœux de pouvoir auditionner fréquemment les œuvres de Vicky Longomba.

    C’est pourquoi, nous avons estimé nécessaire d’effectuer une sélection de raretés réalisées durant les années 60 par Vicky dans l’OK-Jazz. Une période durant laquelle sa voix très limpide, symbolisait les chansons des Bana OK, comme vous pouvez vous en rendre compte en auditionnant ces quatre chansons souvenir.

     

    Messager

     


    0 0

    Important rappel sur l’inventaire des ethnies de la RDC.

    Réf : http://www.mbokamosika.com/article-l-inventaire-des-ethnies-de-la-rdc-72662343.html

     

    Chers amis mbokatiers, particulièrement les congolais.

    Après avoir présenté au début de notre site quelques ethnies de notre pays et d’Angola, il devenait difficile de publier l’intégralité des monographies du reste des ethnies.

    Ainsi, avions-nous préféré de publier en date du 27 avril 2011 « l’inventaire des ethnies de la RDC » une étude du prof Léon de Saint Moulin extraite de : « Conscience nationale et identités ethniques : Contribution à une culture de la paix ». Dans cet inventaire, toutes les ethnies de la RDC sont géographiquement représentées, avec des informations capitales sur les zones de cohabitation.

    Depuis la parution de cet article qu’avons-nous constaté :

    • Cet article figure parmi les sujets les plus consultés sur notre site, comme en témoignent les statistiques du mois de novembre 2015. Donc, il a suffisamment été vulgarisé durant cinq ans.
    • Dans cet article, l’étude menée par le prof Léon de Saint Moulin, un professeur belge, donc une personne neutre stipule ceci :
    •  
    •  

      « En 1927, le gouvernement du Congo se proposa de créer un mouvement massif de peuplement du Kivu par des Rwandais, mais le projet n’aboutit qu’en 1936 à une action qui transplanta dans les Gishari, entre Sake et les Lacs Mokotos, dans le territoire de Masisi, environ 25.000 personnes. L’opération fut suspendue en juin 1945 pour saturation.(…) »

    •  
    • Ce paragraphe signifie que jusqu’en 1927, il n’y avait sur le sol du Congo Belge aucun peuplement des Rwandais. C’est le gouvernement colonial qui créa un mouvement massif des Rwandais qui n’a abouti qu’en 1936 à une action qui transplanta des Gishari, entre Sake et les Lacs Makotos, dans le territoire de Masisi , environs 25.000 personnes. Et que cette opération fut suspendue en juin 1945 pour saturation.
    • Ceci veut dire qu’il n’a jamais existé au Congo une ethnie dénommée « Banyamulenge » qui ne sont que des descendants des immigrés Rwandais. C’est pourquoi cette ethnie n’est pas reprise sur la carte ethnique du Kivu-Maniema ci-dessus.
    • Nous nous posons à cet égard deux questions suivantes :
    • Combien de personnes ont-ils relevé le fait que les immigrés Rwandais, même s’ils ont obtenu la nationalité congolaise dans des conditions que l’on connaît, n’existent pas sur la carte ethnique de la RDC ?
    • Comment se fait-il que de nombreux congolais, y compris ceux qui exhibent ostensiblement des titres académiques sur le net continuent à se prosterner devant une minorité dont les origines sont clairement établies comme étant étrangères ?
    • Cette question vaut la peine d’être posée à la veille des élections qui devraient permettre à la RDC de mettre définitivement fin à l’occupation étrangère.
    •  
    • Messager


    0 0

    Deux interprétations de Frank Lassan, des années ’50.

    Notre génération l’a découvert durant les années ’70 à travers « Laissez tomber ». Mais sa carrière avait débuté au début des années ’50 avant de connaître un passage à vide comme tous les artistes. Cette brève présentation suffit aux mélomanes de deviner qu’il s’agit de « Frank Lassan », de son vrai nom, Assumani Frariala wa Nyembo, un des chanteurs de charme de la musique congolaise issu d’une famille d’artistes : Johnny et Checain Lola, ses frères cadets.

    Lorsqu’il a composé « Laissez tomber » durant les années ‘70, le manque d’archives  n’a pas permis aux mélomanes d’apprécier à sa juste valeur, sa discographie réalisée au début de sa carrière.

    Voici  ce que mentionne à son égard Mfumu Fylla Saint-Eudes dans « La musique congolaise du 20e siècle » à la page 69 :

     

    Année 1949

    "Frank Lassan :

    Léopoldville découvre un chanteur iconoclaste, Assumani Fariala Wa Nyembo dit Franck Lassan, « beau comme le diable » selon Essous. Maître Taureau ne tarit pas d’éloges sur les qualités vocales de cet artiste. Il appartient à l’école de ceux qu’on appelle, alors, chanteurs de charme dont la particularité est l’interprétation des chansons du répertoire français, de Tino Rossi notamment. À cette époque, nous dit Maître Taureau, Frank Lassan vit à Kalina (actuelle Gombe), au centre-ville, cité européenne, ce qui est un privilège rare."

     

     

    Pour confirmer ces éloges, nous avons sélectionné pour les mbokatiers deux oeuvres originales réalisées à l’époque par Frank Lassan respectivement aux éditions Ngoma et avec son groupe , "Rumbella Band".

     

    Messager

     

     

    Les deux oeuvres de Frank Lassan des années '50

     

     


    0 0

     

    Lumumba présente un espion belge à la presse

     

    Dans sa livraison n° 1473 du 15 septembre 1960, Le Soir illustré raconte une histoire incroyable selon ses propres termes. Cet invraisemblable événement survenu dans un moment particulier dans l’histoire des relations belgo-congolaises, a fait la une de l’hebdomadaire. Lors de sa conférence, une personne de nationalité belge est présentée aux médias par le Premier ministre Lumumba comme étant un espion au service de son État. Malheureusement, son identité n’est pas révélée. On ne connait pas non plus où, quand et comment il a été appréhendé. Quel a donc été son sort ? La presse belge qui emploie pour la circonstance des termes aux relents racistes et colonialistes se demande si on a déjà vu un espion en uniforme. Au lieu de dire "Congolais", Le Soir illustré préfère le mot "noir" qui a couramment été utilisé pendant la colonisation. Le texte qui rapporte cette nouvelle d’espionnage est si court qu’il ne donne pas beaucoup de précisions sur l’affaire. Au moment des faits, les relations entre Léopoldville et Bruxelles sont mauvaises ; les rapports entre Lumumba et le gouvernement belge sont exécrables. Le Congo, indépendant depuis à peine deux mois, est au bord de l’implosion et la confusion est grande au sommet de l’État.

     

    Samuel Malonga

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    0 0

    .

    MELTING POT: QUELQUES FAITS MARQUANTS PENDANT LA TREVE DE MBOKAMOSIKA.

     

     

    1. Il s'appelait LEONARD SAIDI BIN PIRI

    L'exposition du corps de Léonard Saïdi

    Ce mois de mai 2015, une triste nouvelle nous tombe dessus, le capitaine des Léopards du Congo et de TP Mazembe des années '70, Saïdi Léonard n'est plus. Il a tiré sa révérence en ce week-end du 9 mai à Bruxelles. Le grand homme est parti dans la nuit du samedi 9 au 10 mai 2015. Mbokamosika a déjà présenté ce footballeur hors pair qui fut parmi les premiers à faire la fierté du football congolais. Homme de caractère et de principe, nous avons aussi relaté sur ce blog le pourquoi de son arrêt brutal de carrière au sein de l'Equipe Nationale alors qu'il était capitaine et titulaire incontesté...Je garde de cet entretien deux tics de nervosité de sa part. Le premier quand je lui demandais, qu'à un moment, l'excellent André Kalonzo devait jouer dans St Eloi Lupopo... « André dans St Eloi ??? Qui allait signer ce transfert ??? ». Le deuxième tic, c'est quand j'avais abordé l'élimination des Léopards en 1972 à Douala par le Mali de Fanatamady Keita... «  C'est Robert (Kazadi). Il avait déjà capté ce ballon...je n'ai pas compris comment il l'a relâché...(grincement des dents) ». Saïdi Léonard, comme tous ceux qui ont porté haut les couleurs et la renommée du Grand Congo, n'a jamais eu la reconnaissance qu'il méritait de son pays. N'eut été ses enfants, il aurait fini, comme nombre de ses camarades qui ravirent nos rêves d'enfance, par croupir dans la misère dans sa vieillesse. Saïdi Léonard, le « Suisse », né le 24 novembre 1941 aurait eu 75 ans cette année, mais hélas...

    Masengo, Adelar, Kibonge et les enfants Saïdi

    Au moins son club, notre club de cœur le TP Englebert Mazembe, lui, n'oublie pas ses enfants. Mr Moïse Katumbi avait dépêché son avion pour rapatrier le corps de cette légende du football congolais dans son pays. C'est ainsi que Saïdi Léonard a pu être enterré sur la terre de ses ancêtres, dans les couleurs qu'il a toujours portées, noir et blanc du TP Mazembe. Nous rendons un grand hommage à Mr Moïse Katumbi qui s'est rappelé à notre bon souvenir en tant qu'un homme, un vrai englebertois...Ce genre d'homme est devenu une denrée ultra rare dans notre société congolaise où règne l'ingratitude gratuite et primaire...

     

    C'est notre chemin à tous. Nos condoléances à Freddy, Denise, Patricia, Didier et à toute sa  famille. Nous en profitons aussi pour relayer les remerciements de la famille Saïdi à tous ceux qui avaient soutenu et contribué aux funérailles, notamment l'équipe de TP Mazembe, les anciens et le fan club TP Mazembe de Bruxelles, les autorités, l'abbé Jean-Jacques ainsi que l'église AEDV.

    Dépôt des fleurs par Moïse Katumbi

    Et deux mois après, survenait aussi le décès du plus illustre et bombardier des avant-centres congolais. Il s'agit de Pierre Kalala Mukendi. Kalala Yaoundé, l'homme du « winning goal » qui donna au Congo sa première coupe continentale des Nations en 1968. Sans oublier les deux premiers titres continentaux de TP Englebert Mazembe. Il forme ainsi, avec Saïdi, Katumba, Bwanga, Kazadi un club très fermé des footballeurs les plus titrés du Congo, c'est à dire ayant remportés 3 titres continentaux pendant leur carrière.

     

     

     

     

    2. RDC-Congo Brazzaville: 4-2

    Bolasie-Jannick: l'intrépide

    Ce samedi 31 janvier 2015, je dois visiter un ami afin d'honorer une vieille promesse. Dans mon programme, j'ai prévu aussi de suivre le match RDC-Congo Brazzaville chez lui. Il est inutile de préciser ici que pour nous, les Congolais de Kinshasa, il était absolument hors de question de perdre ce match. D'ailleurs, pour nous, cette coupe d'Afrique se limitait à ce match...Chose frappante, c'est la grande agitation de triomphalisme dans les camps de nos « frères » d'en face...Je connais un ami du Kasaï marié à une dame « d'en face » qui nous a donné des Kanyinda, Ntumba et Mujinga formidables...il n'y a pas que Okemba à avoir une Kasaïenne dans la cour de Sassou. Et, en ce 31 janvier, disons toute la semaine, l'ambiance était électrique dans cette famille !!! Et « 4-2 » plus tard, ce sont les enfants qui appellent: « tonton, il faut calmer papa, maman ne se sait plus respirer, même si c'est elle qui avait commencé... » Au moment où « nos frères » ont mis 2-0, alors que je m'apprêtais à envoyer un coup de pied rageur dans le téléviseur, mon hôte me retient: « mbuta Claude, calmes-toi. Match esili nanu te...zela nanu »...Heureusement que Yannick Bolasie se chargeait, lui, vite de me calmer... Bon tout le monde connait l'issue du match: 4-2. Bolasie, comme mon pote Djelma Santos Muntubile avant lui, est passé par là...Chose étonnante, au 4 ème but de Dieumerci Mbokani, mon téléphone sonne. Dans ma joie, je mets le haut-parleur: c'est ma fille cadette, qui d'habitude ne s'intéresse pas au foot, qui hurle « papa on les a battus, on les a battus ». Ambiance, ambiance. Dans la foulée, j'appelle un pote. Il décroche. Il est dans le métro et s'élance dans une sorte de monologue triste et lugubre « Claude nayebi eloko nini tosala Nzambe. Abosana Congo na biso. Ah pasi, topola lisusu na batu ya Brazzaville...pasi na biso etc ». Il s'était enervé à 2-0 et était sorti...Et moi de l'interrompre: nous avons gagné 4-2. J'ai dû répéter au 10 fois avant qu'il me comprenne. Après, j'ai entendu le bougre exploser dans le métro en bon Congolais. Comprenez l'émotion dans la voiture de métro...La plus sage est cette dame de Brazzaville. Contre tous ses enfants, elle leur disait de se calmer: « boyebi batu wana na balle te. Ils vont gagner. Ils nous ont toujours battus. » A la fin, elle a dit à ses enfants: je vous l'avais dit...Un petit historique des rencontres Congo Kinshasa/Congo Brazzaville:

     

    1. 1972, phase finale coupe d'Afrique des Nations au Cameroun: RDC-Congo Brazzaville: 2-0, buts de Ntumba Pouce dit Capsolin à l'US Tshinkunku;

     

    1. 1974, phase finale coupe d'Afrique des Nations en Egypte: RDC-Congo Brazzaville: 1-2, but RDC de Mayanga Adelar Good Year « Jean Polo wa babale »;

     

    1. 1977, éliminatoires coupe d'Afrique des Nations à Brazzaville: RDC-Congo Brazzaville: 2-3, buts RDC de Mbungu Tex, Caravelle ? et de Tshamala Machine. Victoire du Congo Brazzaville. Mais j'entends encore la voix de l'excellent Joseph Gabio à la télé d'en face: « cette affaire ne me rassure pas. Ils ne sont pas du tout ridicules les Zaïrois. Je suis très inquiet pour le match retour à Kinshasa ».

     

    1. 1977, éliminatoires coupe d'Afrique des Nations à Kinshasa: RDC-Congo Brazzaville: 4-1, belle exécution du Congo Brazzaville par Mukendi Tshilumba « Kamikaze » de Mazembe et Imana. Auteur d'un triplé....Ah ! il avait raison d'être inquiet l'excellent Joseph Gabio.

     

    1. 1984, éliminatoires coupe d'Afrique des Nations à Brazzaville: RDC-Congo Brazzaville: 5-2, no comment, avec un légendaire Muntubile Santos aux affaires...nous avons déjà écrit sur ce match sur Mbokamosika.

     

    1. 1984, éliminatoires coupe d'Afrique des Nations à Kinshasa: RDC-Congo Brazzaville: 0-0, Baudouin, Soucous, Eugène et Djelma avait déjà fait le boulot au match aller...

     

    1. 31/01/2015, phase finale coupe d'Afrique des Nations à Malabo: RDC-Congo Brazzaville: 4-2. Yannick Bolasie, sur les traces de ses ainés...

     

    3. Samuel Malonga: Complaintes.

    Notre ami et frère Samuel Malonga a poussé un cri de douleur...sur cette chape de plomb qui s'est abattue sur ceux de sa race. Et c'est depuis des siècles. Depuis la rencontre avec l'homme blanc, l'Africain a perdu toutes ses libertés: sa dignité d'homme, déstruction de sa culture, reduction en esclavage, humiliation en tous genres, bref un souffre-douleur de l'humanité. Samuel pousse son cri de douleur. Cri qui retentit depuis des siècles. Mais hélas dans l'indifférence des bourreaux de l'Afrique. Le style du livre-poème de Samuel est incisif, direct, brûlant et clair. Un style qui tire vers le haut. Style fait pour les initiés et amoureux des lettres. Les non-initiés s'y ennuiraient, ils auront du mal à comprendre et suivre. Du reste nombre de compatriotes n'aiment pas la lecture. Mais, je les encourage à s'y mettre. L'inculture n'épanouit pas l'intellect humain...L'écriture de Malonga est, hélas malheureusement, encore d'actualité en Afrique, continent de l'homme noir !!!!

     

    Que vaut ce peuple

    Qui ne représente rien

    Que vaut cette race

    Engeance de vipères

    Dont l'existence

    Est écrite en lettres de sang

    Sous une pluie de larmes

    Les larmes des femmes violées

    N'attendrissent pas le monde

    Aveuglé par l'hypocrisie

    Assourdi par la fouberie

     

    Samuel Malonga, Complaintes.

     

    4. Décès de Mulopwe Albert Kalonji.

     

    Né de Mukania et de Bilonda, Albert Kalonji Ngoy était le dernier survivant des hommes politiques congolais d'influence ayant participés à la Table Ronde de Bruxelles en 1960. Mbokamosika a déjà publié ses entretiens avec Mulopwe Albert Kalonji. Il était Mulopwe par cooptation des chefs traditionnels luba. C'est un titre qui, une fois acquis, est à vie. C'est ainsi qu'au mois d'avril 2015, Albert Kalonji est mort et enterré selon les rites et titre de Mulopwe. La date et l'endroit d'enterrement ne sont connus que de quelques initiés. Le corps d'un Mulopwe n'est vu que par quelques initiés. C'est ainsi que Albert Kalonji est parti, en possession de toutes ses facultés, de Luxembourg à Kinshasa, de Kinshasa à Mbuji-Mayi et de Mbuji-Mayi à Katende...à la rencontre de son destin, celui de tout être humain: souviens-toi homme que tu es poussière et tu retourneras en poussière: Vanité des vanités, dit l'Ecclésiaste,  tout est vanité. Quel avantage revient-il à l'homme de toute la peine sous le soleil ?... dit l'Ecclésiaste. Paix à son âme.

     

    5. Le général Mukobo nous a, aussi, quittés.

     

    Le général Paul Mukobo a tiré sa révérence ce 16 octobre 2015. C'est l'un des derniers officiers de valeur et de métier de notre armée. Il a plu à Dieu de reprendre son âme au Luxembourg, loin de la terre de ses ancêtres...dans un exil imposé. Mbokamosika s'associe à tous nos compatriotes pour présenter ses condoléances à la famille du général Mukobo et à nos forces armées. Nous donnons le lien ci-dessous du site de notre compatriote Wondo qui a publié un excellent article sur le général Mukobo. Paix à son âme, nous n'oublierons jamais Paul Mukobo, digne fils du Congo.

     

    http://desc-wondo.org/hommage-de-desc-au-general-de-corps-darmee-paul-mukobo-mundende/

     

    Claude Kangudie

     

     

     

    Quelle joie de te lire de nouveau mon cher Claude et merci pour ton commentaire sur mon livre. Cela me va droit au cœur.

    A propos des décès des nôtres, outre Léonard Saïdi, le sport-roi a été endeuillé par la disparition de deux autres grands footballeurs, deux internationaux, deux champions d'Afrique, deux Englebertois. Il y a eu la disparition de PIERRE KALALA MUKENDI alias Yaoundé et Bombardier. Il est mort en Afrique du Sud le 30 juin dernier. Il repose à jamais au cimetière Nécropole. Il y a aussi JOSEPH MWEPU ILUNGA alias Youda qui s'en est allé le 8 mai. Paix à leurs âmes!


    Pierre Kalala, l'homme du "winning" goal en 1968


    A propos du match entre les deux Congo. J'ai appris une drôle de nouvelle lors de mon récent passage à Brazza en février dernier. Alors que nos frères d'en face étaient déjà éliminés, un malin a eu la bien mauvaise idée de tromper tout un pays. Ce monsieur s'est introduit frauduleusement dans le compte Facebook du gardien Mafoumbi pour annoncer l'élimination des Léopards qui selon lui avaient aligné un joueur non reconnu par la CAF. Cette disqualification des nôtres, selon cette fausse nouvelle, avait permis le" repêchage" des Brazzavillois qualifiés aussitôt pour la demi-finale contre la Côte d'Ivoire. La nouvelle fit l'effet d'une bombe. A Brazza, les gens prirent d'assaut les rues en lançant des cris de joie. Certains (surtout les Laris) en ont profité pour nous injurier en criant "mivi", "mivi"(voleurs, voleurs). Mais lorsque tout ce beau monde apprit la supercherie, la joie se transforma vite en colère puis en tristesse. Dans un silence de cathédrale, chacun reprit le chemin de la maison la queue entre les pattes. Comme qui dirait: « rira bien qui rira le dernier. »

     

     

    Samuel Malonga

     


    0 0

     

    Encore un cas d’escroquerie

     

    Référence: http://www.mbokamosika.com/article-le-palmares-de-grandes-arnaques-54805725.html

     

     

    Nous venons d’enregistrer un autre cas d’arnaque ou d’escroquerie perpétré par un jeune africain au dépend d’une dame européenne.

    Vu l’ampleur des cas d’escroqueries commis par des Africains ,  il convient de souligner que selon nous, ce « fléau »  résulte du fait que depuis une période, tout le monde en Afrique court après l’argent facile .

    En effet la corruption généralisée dans les sphères politiques a transformé beaucoup d’intellectuels sans conscience en « flatteurs patentés » des régimes totalitaires. Un rôle des plus rémunérateurs qui a totalement aveuglé ceux qui devraient éclairer le public. Le spectacle que ces derniers nous offrent sur le net est plus qu’éloquent.

    Ainsi, dans cette société africaine sans modèles, les moins nantis, c’est-à-dire beaucoup de personnes sans scrupules, ont imaginé les voies et moyens pouvant les amener à récolter à leur tour de l’argent facile. C’est ainsi que les jeunes hommes rivalisent d’imagination pour dépouiller les dames occidentales en quête des compagnons, tandis que les jeunes femmes contractent des mariages mixtes bidons durant lesquels elles rançonnent systématiquement leurs conjoints. 

    Msg

     

    TEMOIGNAGE

     

    je me suis fait avoir par un homme sur le Net. Il était adorable et amoureux ; j'ai été séduite puis il m'a dit qu'il avait un souci d'argent et je l'ai aidé. 



    J'ai rencontré un homme, appelé Michel, sur Meetic Affinity fin janvier 2013 ; nous nous sommes plu et nous avons ensuite discuté sur Messenger ; il s'est présenté : c'était un homme très bien, poli, intelligent et agréable ; nous avons échangé des photos puis nous nous sommes apprécié au fur et à mesure des jours. Il disait être séduit par moi puis être tombé amoureux de moi, me disait des paroles douces et agréables et j'étais aux anges. Puis, 8 jours après, alors qu'il habitait Nantes (44), il m'a informé qu'il fallait qu'il parte en côte d’Ivoire, pour affaires privées ; il s'agissait de récupérer l'héritage de sa mère décédée ; il devait se rendre sur place pour débloquer les fonds. Il m'a demandé d'ouvrir un compte afin que le virement tombe sur un compte indépendant de sa banque personnelle ; je lui ai ouvert un compte. Puis il m'a ensuite appris qu'il n'avait plus de moyens de paiement sur place car il avait fait la bêtise d'emporter avec lui sa carte bancaire qu'il ne pouvait malheureusement pas utiliser en Afrique ; et il n'avait pas pris suffisamment de liquidités. Comme je tombais amoureuse de plus en plus, il me faisait de la peine et je me faisais du souci pour lui alors je lui ai envoyé 8.740,00 euros en mandat cash par Western Union ; il m'a précisé que cet argent serait déposé au notaire pour le déblocage de l'héritage. 



    Ensuite il m'a dit que le gouvernement Ivoirien lui demandait de payer ''un timbre'' d'une somme de 4500 euros afin de pouvoir sortir cette somme d'argent d'Afrique. Michel connaissait ma situation financière difficile puisque je suis sans emploi depuis quelques mois et que je ne touche que 1000 euros environ d'indemnités donc il m'a dit qu'il fallait que je l'aide mais qu'il avait trouvé un arrangement auprès du gouverneur, qui ne lui réclamait plus qu'une avance de 3.250,00 euros ; je lui ai donc adressé de nouveau un mandat cash par Western Union de 3.000,00 euros et avec ca, j’ai été complètement ruinée car j’utilisais directement mes économies; j'avais atteint le plafond de mon découvert autorisé. Puis il m'a dit qu'il n'arrivait pas à joindre sa banque à Milan, que celle-ci ne voulait pas l'aider pour lui envoyer de l'argent parce qu’il en avait besoin encore et encore pour pouvoir virer l’argent directement dans mon compte en France...



    Je commençais à ne plus croire en ce qu'il me racontait. Le comble, il m'a envoyé des photos de lui, j'avais trouvé quelque chose de bizarre : sur l'une de ses photos apparaissait un bandeau où il y avait écrit ''bandoo/Massimo Leonardi » ; je me suis empressée d'aller voir sur le Net qui était ce Massimo Leonardi et quelle n'a pas été ma surprise de voir plusieurs photos de ''mon chéri''. J’ai sue a ce instant que je subissais une arnaque aux sentiments. J’ai tout de suite porté plainte à la police ce qui n’a rien donné et c’est grâce a mon ex qui a contacté son ami Mr Bernard Fioles, qui a entrepris les démarches pour les mettre aux arrêts car j’étais toujours en contact avec ce dénommée Michel ce qui a facilité les enquêtes pour les arrêter. Heureusement j’ai pu me faire rembourser en plus des dédommagements. Je vous laisse son adresse email : services_police_interpol@diplomats.com

    En tout cas, j’ai appris une grande leçon et grand Merci à Mr Bernard Fioles car sans ce Monsieur, je serais certainement à la rue.

     

    Anti-scam

     


    0 0

     

    L'hommage des supporters belges à Freddy Mulongo.

     

    Le 25 mai 2015, s’est éteint à Kinshasa l’ancien international   Freddy Mulongo Kabange, comme l'a rappellé notre ami Samuel Malonga. Ce décès survenu durant notre trêve nous avait été aussitôt signalé par Dr Bruno Dubois, de l’asbl FOOT 100, lequel avait fourni à notre site de nombreuses archives sur les footballeurs congolais ayant évolué en Belgique durant les années '50 et '60, notamment Freddy Mulongo.

    Dans son édition de Juillet / Août 2015, l’asbl FOOT 100, sous la plume de Marc  Coudijzer, avait publié un hommage à Freddy Mulongo, dans les termes ci-dessus.

    .

    Le Standard de Liège est en deuil.

    C’est avec tristesse que nous avons appris ce lundi le décès d’un de nos anciens joueurs, Freddy MULONGO, qui s’est éteint le 29 mai dernier.

    Né le 9 septembre 1939, Freddy fut un des 1ers footballeurs congolais à avoir joué en Europe, d’abord au CS Verviers à la fin des années 50 et ensuite au Standard de Liège où il fut transféré au début des années 60. Il joua sous nos couleurs jusqu’en 1966.

    Ce défenseur fut également international congolais.

    En parallèle, il mena une carrière de chanteur en Belgique.

    Une fois rentré dans son pays d’origine, il fut le précurseur de la première bande dessinée d'Afrique et mena ensuite une carrière politique.

    Il fit beaucoup pour l'image de l'Afrique dans le sport et la culture, que ce soit en Belgique ou à l'étranger.

    Des funérailles nationales ont été célébrées ce dimanche 7 juin dans tout le pays et dans sa ville natale de Lubumbashi.

    Le 8 juillet prochain, comme le veut la tradition, l'Ambassade de la République Démocratique du Congo et sa famille organiseront des funérailles à Bruxelles.

    Nos pensées émues vont à sa famille et à ses proches auxquels nous présentons nos plus sincères condoléances.

     

    Marc Coudijzer (Zandviliet)

    FOOT 100 asbl/vzw Allée des Croisades, 13 B6280 GERPINNES 
    TEL/FAX +32 71215910 
    foot100_belgium@hotmail.com 
    http://www.foot100.be

     

     

     

    Dans cet hommage des supporters belges, un accent avait été mis sur l’implication du défunt dans plusieurs domaines : football ,  musique , édition de presse, et politique. Un parcours particulier maintes fois évoqué sur notre site à travers de nombreux articles consacrés  à Freddy Mulongo, de son vivant.

    En guise du dernier hommage, notre site a sélectionné quelques images sur sa carrière sportive ; quelques couvertures de sa Revue Jeunes pour Jeunes, une de ses oeuvre musicales, enfin une chanson de l’orchestre Sentima sur les personnages de la bande dessinée créée par sa Revue.

    Messager

     

     

    Quelques images marquantes de la carrière sportive de Freddy Mulongo

     

     

    -

    1959:L'arrivée de Freddy Mulongo en Belgique

     

     1966: Freddy Mulongo dans la 1ère sélection des Léopards

    Debout:Kilola, Mayama, Mayokenda, Ezando, Mulongo et Mutshi Muana. Accroupis de g à d : le capitaine Ndala, Mokili, Kibonge, Kasongo et Mungamuni.

     

    1968: Léopards - Santos : Freddy Mulongo (7e debout)

     

     

    .

    Quelques couvertures de sa revue Jeunes pour Jeunes

    .

    .

     

    .

     

     

     

    Son oeuvre musicale

     

     

     

     


    0 0

     

    .

     

    Voici la réaction d’un patriote à propos de la mise en place tardive du Conseil d’Etat en RDC. Dans la mesure où sa position reflète notre opinion sur le cafouillage politique en RDC, nous la répercutons à l’attention de nos lecteurs .

     

     

    Vers la mise en place du Conseil d’Etat en RDC

    déc 15th, 2015 · 0 Commentaire

    Kinshasa, 15 Déc. 2015 (ACP).- Le Sénat a voté, mardi, à l’unanimité des 84 sénateurs présents, au cours d’une séance plénière, peu avant la clôture de la session ordinaire de septembre 2015, la proposition de loi organique portant organisation, fonctionnement et compétence des juridictions de l’ordre administratif dont le Conseil d’Etat.

    Cette dernière et nouvelle loi organique, selon le sénateur Innocent Nkongo, vice-président de la Commission politique, administrative et juridique du Sénat vient compléter l’arsenal des dispositions des lois organiques prévues par la Constitution sur l’organisation de l’ordre judiciaire de la RDC avec la Cour constitutionnelle, les juridictions de l’ordre judiciaire, les juridictions de l’ordre administratif qui ont maintenant leur loi.

    L’organigramme de l’ordre administratif se présente avec le Conseil d’Etat comme la plus haute juridiction, les cours administratives d’appel au niveau des provinces, les tribunaux administratifs. Cette loi de 410 articles qui avait été transmise au Sénat par l’Assemblée nationale fixe, conformément à la Constitution, les règles relatives à l’organisation, à la compétence et au fonctionnement des juridictions de l’ordre administratif.

    Les juridictions de droit commun sont les Conseils d’Etat, les cours administratives d’appel et les tribunaux administratifs. Les juridictions spécialisées comprennent la Cour des comptes ainsi que les juridictions disciplinaires publiques et des ordres professionnels.

    Impressions

    Plusieurs sénateurs se sont réjouis de la clôture de cette session essentiellement budgétaire. Le sénateur Raymond Ramazani Baya a rappelé qu’au cours de session, le Sénat a, à la suite de certains irrégularités, rejeté le projet de loi de reddition des comptes de l’Etat pour l’exercice 2014 et adopté la loi des finances pour 2016.

    Ramazani Baya a relevé le contexte particulier, « très politique », dans lequel cette session s’est déroulée : l’ombre du dialogue y compris dans le dernier message du Président de la République lors du congrès, a-t-il dit. ACP/Mat/May

     

     

    Réacation de Nzogu bin Kyantede P R

    Il faut donc plus presque dix ans, depuis l'adoption de la Constitution en 2006, pour "commencer" seulement à mettre en place cette haute juridiction de base qu'est le Conseil d'Etat.

     

    Et avec une telle irrepsonsabilité, il y a des aventuriers qui essayent de nous convaincre que l'incompétent Joseph Kabila et son régime de jouisseurs paresseux (dix ans pour élaborer un simple texte juridique) devraient rempiler au-delà de 2016!

     

    Pour mieux détruire l'Etat en RDC?

     

    Honte aux suppôts de la dictature!

     

    Nzogu bin Kyantede P R,

    Lumumbiste et Panfaricain

     


    0 0

    Mayifuila, président du F.C Daring Imana des années '70

     

    Mayifuila, un des présidents charismatiques du F.C Daring Imana.

    Si on se réfère aux anciens présidents du F.C Daring Imana en commençant par le Révérend Père Raphaël de la  Kethule  (Tata Raphaël) , certaines figures peuvent être  considérées comme étant les plus charismatiques compte tenu de leur influence sur l’équipe et de leurs bilans respectifs . Parmi les présidents que nous avions vus à l’œuvre qui entrent dans cette catégorie, nous pourrions citer entre autres  : Bila François, Likita Bembo, Kabangu, Ndongala, Poto Galo, Tokaulu, Mituana, Mukamba, Tamba Zapo, et Mayifuila.

    En ce qui concerne ce dernier, rappelons qu’il avait dirigé Daring Imana durant les années ’70, avec comme vice-président, le bouillant Ado Makola Seti Ngoyi. Défenseur judiciaire bien côté à l’époque, Mayifuila était connu aussi bien des habitants de Matete où il résidait, que de nombreux kinois et congolais.

    Jovial, de taille imposante comme vous pouvez le remarquer à travers ces deux images d’archives, teint clair, roulant à bord des Voitures Mercedes à une période où le RDC figurait parmi les meilleurs clients de la firme Allemande, Mayifuila faisait partie de la petite bourgeoisie congolaise de la glorieuse époque des années ’70.

    En dépit de sa  « réussite matérielle » Mayifuila était un homme de contacts et entretenait des rapports amicaux avec les joueurs du FC Daring Imana, particulièrement avec le milieu de terrain Mana (Kroubondo). Lorsque les léopards reçoivent en cadeau leurs voitures Passat, Mayifuila   échangera celle de Mana contre une VW flambant neuve (surnommée Likofi ya Cassius Clay), afin de l’aider à se distinguer de ses collègues propriétaires d’une marque devenue passe-partout.

    A travers ces coupures d’archives du journal Elima du 3 septembre 1979 que nous reproduisons aujourd’hui, Mayifuila prédit au cours d’un diner-débat organisé à l’Hôtel Continental de Limete par l’Union des Journalistes Sportifs du Zaïre (UJSZ-Kin) présidé par Max Ngbanzo-La Mangale, que « IMANA SERA CHAMPION D’AFRIQUE ». Une prophétie   qui ne s’est pas réalisée durant son mandat, mais seulement en 1994 , lorsque DC MOTEMA PEMBE  remporta la coupe d’Afrique des Vainqueurs de Coupe face à l’équipe Kenyane de  Tusker F.C

    En publiant cet article, nous lui rendons à notre manière un hommage posthume pour nous avoir personnellement expliqué un jour, autour d’un verre, dans la Zone de Kasa-Vubu, que son nom « Mayifuila » dont la racine signifie en kikongo la « mort », lui avait été attribué après que sa mère eut perdu plusieurs enfants avant sa naissance.

     

    Messager

     

     

    Sur cette photo, le président Mayifuila faisant son entrée au stade, à ses côtés, Itele (ancien joueur devenu dirigeant) .


    0 0

     

    "Maningo mwana Maniema" tristement balancé sur les ondes de la Voix du Zaïre le 18 mars 1978

    .

     

    L’attitude du major Kalume, durant la lecture de la sentence de mort.

     

    A l’aube du 18 mars 1978, le temps semble s’arrêter au Zaïre. Le pays tout entier est triste. L’atmosphère est lourde. Affublés de  la grotesque épithète "terroristes",  le major Kalume et ses amis, dont le procès avait défrayé la chronique des semaines durant, viennent d’être passés par les armes après avoir connu d’atroces sévices. Pour justifier ces assassinats, une allocution radiotélévisée est prévue. Le Guide apparaît en treillis et annonce lui-même les exécutions : « Désormais, je le déclare solennellement, je serai sans pitié contre toutes tentatives de ce genre. Je n’accepterai plus que, sous prétexte de sauvegarder les Droits de l’Homme, on multiplie les interventions pour amener l’État Zaïrois à ne pas faire subir aux criminels de cette espèce le châtiment qu’ils méritent (…). Les peines capitales qui viennent d’être exécutées doivent demeurer un exemple pour tout ce monde. C’est à ce seul prix que la paix et la protection des personnes et des biens pourraient être sauvegardées, ce tribut sera désormais payé en toutes circonstances ».

     

    A l’issue de l’allocution du Président-Fondateur et en guise de défi, la chanson "Maningo, mwana Maniema" du TP OK Jazz est balancée toute la journée sur les ondes du plus grand tam-tam d’Afrique. La tyrannie venait de faire main basse sur l´art d´Orphée. Grâce à cette chanson, le dictateur retrouve les ressources et l’arrogance pour répondre à tous ceux qui le défient et convoitent son fauteuil. Le 18 mars 1978 est entré dans l’histoire de la République comme une date sombre, celle qui a vu mourir après une longue agonie treize de ses fils catalogués parmi les plus éminents de l’armée et de la société civile. Sombre date, morne journée, triste événement.

     

    Samuel Malonga 

     


    0 0

    Nos vœux de Noël et de nouvel an, au rythme des succès de l’année 1974.

     

     

     


     

     

    Nous avons cherché une manière particulière de présenter aux mbokatiers nos vœux de joyeuses fêtes de Noël et de nouvel an.   En y réfléchissant, nos souvenirs nous ont ramené 40 ans en arrière et nous nous sommes retrouvé en 1974. Du coup, tous les succès de cette année que répercutaient   la Radio et la Télévision nationales, les éditions musicales, les débits de boisson disséminées à travers la ville de Kinshasa nous sont revenus à l’esprit.

     

    En effet, 1974 peut être considérée comme une véritable rampe de lancement pour la musique des jeunes dans la mesure où il n’était plus question de quelques groupes comme Thu-Zahina, Zaïko ou Stukas, mais d’une irruption des formations des jeunes dont personne n’est en mesure de déterminer jusqu’à présent le nombre exact, et qui ont réalisé en un temps record des œuvres qui sont gravées dans la mémoire collective.

     

    Durant cette période, beaucoup de débits de boisson huppés aussi bien à Kinshasa qu’à l’intérieur du pays avaient le standing international. On y trouvait des machines à sous et surtout des JUKEBOX. Pour auditionner une chanson, il fallait insérer des pièces de monnaie. Nous nous rappelons d’une après-midi de 1974 dans un bar à Gombe lorsque tous les choix s’étaient portés sur la chanson « Lola Muana ». Chaque fois que l’interprétation arrivait au bout, chaque personne qui se dirigeait vers le Jukebox versait des pièces requises et choisissait « Lola Muana ».  Voilà la raison pour laquelle cette chanson figure parmi les chansons choisies pour nous souvenir de l’année 1974.


     

     Malgré la montée en flèche des jeunes formations en cette période, les anciennes formations musicales (OK-Jazz et Afrisa) ne s’étaient pas avouées vaincues. Au contraire, elles redoublèrent de créativité pour rivaliser avec cette jeunesse, comme en témoignent leurs deux chansons retenues.

     

    Les œuvres sélectionnées datent approximativement de 1974, tout en sachant que parfois, il faut compter une année avant et une autre après pour dater exactement une œuvre dans la musique congolaise.

    Meilleurs vœux à tout le monde.

     

    Messager

     

     

     

    Bonne année 2016 avec les succès de 1974

     

    Orchestre Machi

     

     


    0 0

    Les vœux de Lionel aux mbokatiers.

     

    Lionel nous a envoyé une série des chansons des années ’70 qu’il voudrait dédier aux mbokatiers en cette période des fêtes de fin d’année.

    Comme stipulé dans son message ci-dessous, il s’agit d’une dizaine d’œuvres dont nous ne saurions diffuser qu’une seule par orchestre, en raison des exigences de la mise en page. Nous invitons les mbokatiers qui aimeraient auditionner les autres œuvres à se manifester, en ayant le soin de motiver leurs choix.

    Étant donné que sur ce site nous avons en commun des souvenirs et une mémoire, il serait préférable que ceux qui voudraient auditionner une œuvre nous en décrivent ce qu’elle représente pour eux.

    MSG 

     

    Cher frères et soeurs ,

     

    J'espère que vous vous portez très bien ,ainsi que vos familles .Je tenais à vous souhaitez avant toute chose ,joyeuses fêtes de noel .Que cette fin d'année se termine en beauté .Que ces fêtes de fin d'année ,soient riches en émotion ,en joie ,et qu'elles soient remplies de satisfactions chez vous ,comme pour vos familles .

    Chers mbokatiers ,vous consultez régulièrement ce blog ,ou on trouve des archives époustouflantes,tant sur le plan politique ,sportif ,musical ,social etc ...

    Aujourd'hui ,je tiens à partager avec vous mes frères ,des archives musicales des années 70 .Ce sont pour ma part ,des merveilles qui vous rappelleront beaucoup de souvenirs .Le travail pour arriver à avoir la main mise sur ces oeuvres , a été un travail assez compliqué dans le fond .Ce sont des raretés que j'ai réussi à me procurer .Une fois de plus ,je reviens ouvrir le feu des merveilles du passé en ces fêtes de fin d'année .Par amour pour mes frères et soeurs ,je tiens une fois de plus ,à vous souhaitez de joyeuses fêtes ,dans la joie et la paix du Christ .Bonne année à tous les mbokatiers ,à tous les internautes de MBOKAMOSIKA .Que l'année 2016 ,soit l'année de changement pour nous ,pour vous et vos familles dans le quotidien .En outre ,sans pour autant tarder ,je vous dresse ci-dessus la liste des raretés que j'ai choisi de partager avec vous :

    -Milena pts 1&2 par Eménéya Djo Kester & Orch.Viva La Musica ,1978 Sakumuna 56

    -Amba pts 1&2 par Evoloko Jocker & Orchestre Isifi ,1977 BELLA BELLA 36

    -Testament pts 1&2 par Mavuela Somo & Orch.Yoka Lokolé ,1978 VEVE 246

    -Ivaliya pts 1&2 par Lita Bembo & Orch.Stukas Mombombo ,1977 Sakumuna 39

    -Isolé Kereira pts 1&2 par Lomingo Alida & Orch.Stukas Mombombo ,1978 SUPER CONTACT 33

    -C'est La Vie pts 1&2 par Evoloko Jocker & Orch.Isifi ,1976 Parions 83

    -Debambongo pts 1&2 par Evoloko Jocker & Orch.Isifi

    -Atanga pts 1&2 par Ada Mwangisa & Orch.Isifi ,1976 BABETI 02

    -Mandola pts 1&2 par Vadio Mambenga & Orch.Isifi ,1976 BABETI 03

    -Yudasi pts 1&2 complet par Pépé Manuaku & Zaiko LL 1975, LANGA LANGA 01

    -Bisanza pts 1&2 par Sao Charly & Orch.ZAIKO LL,1976 .

    -Lokoloya Mama Mapasa par Orch ZAIKO LL.,1977 LANGA LANGA 07

    -Ma pts 1&2 par Nyoka Longo & Orch.ZAIKO LL ,1977 ZAIKO 7

    -Ezali Na Tina par Sao Charly & Orch.ZAIKO LL ,1977 LANGA LANGA 08

    -Safro Mara pts 1&2 par Kisola Nzita & Orch.Isifi ,1974 KINA RAMA 16

     

    Encore une chose Messager et mbokatiers ,si quelqu'un aurait par extraordinaire quelques anciennes chansons de ZAIKO ,VIVA ,STUKAS ,que cette personne ait la gentillesse de partager ces souvenirs avec nous ,sil vous plaît .Voici les chansons recherches :

     

    -Mwanango par P.Wemba & Orch.Viva La Musica ,1978 45T TIME 14

    -Samaritain par P.WEmba& Orch.Viva La Musica ,1979 45 T Editions Molendé 17 PAR 267

    -Mosafi par Belobi Meridjo & ZAIKO LL ,1981 33T Tokangi Robinet Oka Biso Prozal 

    -Kalosa version complète par Teddy Sukami ,1981 ZAIKO LL 33T Tokangi Robinet Oka Biso Prozal

    -Betula version originale par Evoloko Jocker & ZAIKO LL ,1980

    -Fleur Betoko 2ème Version par P.Wemba 33T Rythm Molokai TIP 002 1983

    -Muana'ngo 2ème version par P.Wemba 33T Rythm Molokai TIP002 1983

    -Anifa Motema V.originale par Bozi & ZAIKO LL ,1981

     

    Merci infiniment pour votre soutien .Continuez à encourager les efforts de MBOKAMOSIKA à mettre à la disposition de tous les africains ,surtout à tous les congolais ,des archives rares .

     

     

    Lionel

     

     

    LES RARETES DE LIONEL POUR LES MBOKATIERS

     

     


    0 0

    Les obsèques officielles du 1er prédident de la RDC, Joseph Kasa-Vubu avaient eu lieu le 26 mars 1969 à  Kinshasa

     

    Les obsèques officielles de Joseph Kasavubu en images

    Bonjour chers compatriotes. Existe-t-il des articles, photostat archives audio-visuelles sur les obsèques officielles à Kinshasa de Joseph Kasavubu, le premier chef de l'Etat congolais? Apparement, il y a comme une " fatalité" politique qui fait que les leaders de ce pays meurent dans des circonstances floues ou tragiques et aucune solennité n'est réservée à ces événements qui passent ensuite aux oubliettes Lumumba, Kasavubu, Malula, Madrandele, Makanda Kabobi, Ileo, etc La génération montante du pays se meut hélas sans reperes. Merci d'avance. Lambert Ngoi Citoyen de la RD Congo Japon Mob +81 90 84538549 --

    envoyé par Lambert Ngoi 

     

    Suite à la question de Lambert Ngoyi qui veut savoir si les obsèques du tout premier président de la RDC, Joseph Kasa-Vubu avaient eu lieu, nous reprenons l’essentiel de notre article du 23 mars 2010 réalisé à l’aide des archives fournies par Dom Munsiensi sur les funérailles officielles organisées le 26 mars 1969 à Kinshasa en l’absence de l’ancien président Joseph Mobutu qui était en voyage.

    En ce qui concerne les obsèques officielles des autres personnalités citées par Lambert Mgoyi, nous savons que celles de Prospère Mandrandele et du cardinal Malula avaient également été organisées. Nous en parlons dans nos articles antérieurs sur notre site. Il suffit de les rechercher.

    Rappelons à tous nos lecteurs que mbokamosika regorge une quantité inestimable de données sur notre mémoire. C’est pourquoi nous remercions ceux qui nous aident à les préserver intact sur le net . 

    MSG

     

    Reproduction de notre article publié le 23 mars 2010

    24 mars 1969-14 mars 2010, ça fait exactement 41 ans que disparaissait Joseph Kasa-Vubu(1917-24.03.1969), le premier Président de la République Démocratique du Congo dans sa retraite au Bas-congo.

    Notre recherchiste Dom Munsiensi a retrouvé l’édition spéciale réalisée en son temps par « Le Courrier D’Afrique » sur les obsèques de cet illustre leader politique, sous la plume de Philippe NZIUKI, ainsi que l'édition  du Samedi 29 et Diamche 30 mars 1969 du journal Le Progrès de Raphaël Mpanu-Mpanu

     

    En nous replaçant dans le temps, voici le déroulement des événements :

     

    Lundi 24 mars 1969 : Décès à 52 ans du président Kasa-Vubu à 10 h 53’ à la clinique de Boma des suites d’une hémorragie cérébrale.

     

    Mardi 25 mars 1969 : Sur décision du gouvernement, et en l’absence du président Mobutu en voyage officiel en Europe, une journée de deuil national est décrétée et son corps acheminé par avion à Kinshasa. Une émouvante veillée funèbre est organisée au Palais de la Nation..

     

    Mercredi 26 mars 1969 : 10 h : levée de la dépouille mortelle et oraison funèbre du représentant du Chef de l’Etat en l’honneur de Joseph Kasa-Vubu .

    12h20 : messe de requiem en la Cathédrale Notre- Dame dans la Commune deSt.Jean, célébrée par le Nonce Apostolique, Mgr Bruno Torpigliani.

    Après la messe, la dépouille mortelle placée sur une Jeep couverte d’un drapeau aux couleurs nationales et encadrée d’une escorte motorisée est transportée à l’aéroport de Ndjili d’où elle s’envolera pour Matadi.

     

    Jeudi 27 mars 1969 :Le corps du président Kasa-Vubu  est inhumé dans l’après-midi, en présence d’une délégation officielle composée des membres du Gouvernement, du Bureau politique et des Officiers supérieurs de l’Armée le jeudi 27 mars dans son village natal, à Kikuma-Dizi, dans le territoire de Tshela, au Mayombe.

     

    Par devoir de mémoire, nous reproduisons l’oraison funèbre puisée dans le Courrier d'Afrique  ainsi que l’extrait des tablettes du journaliste Raphaël Mpanu-Mpanu, du journal le Progrès. Suite à l’usure du temps, certains passages de l’oraison funèbre prononcée par Mgr Malula sont devenus illisibles.

     

    Messager

     

     

    L’ORAISON FUNEBRE DE MGR MALULA EXTRAITE DU COURRIER D'AFRIQUE

     

     Homme pondéré et sage, d’une volonté tenace et entêtée mais de l’entêtement dans l’amour et la recherche du bien de son peuple. Voilà bien, Monsieur le ministre de l’intérieur et chers frères la figure de cet éminent homme d’Etat que tout le Congo pleure aujourd’hui : JOSEPH KASA-VUBU, le premier Président de la République Démocratique du Congo.

     C’est lui le premier qui fait résonner à travers tout le Congo le tam-tam de l’Indépendance immédiate et inconditionnelle.

     

     Et quand il a plus au peuple Congolais de lui confier les rênes de notre pays, nous savons tous et dans quelles circonstances, avec quelle sagesse, avec quelle modération, avec quelle prudence et clairvoyance il a conduit les destinés de notre pays.

     

     Aujourd’hui Joseph Kasa-Vubu n’est plus. Et nous sommes venus nombreux entourer son cercueil, pour lui rendre un dernier hommage de notre profond respect de notre entière sympathie. Nous allons tous bien chers frères(….)

     

     Que le Seigneur tout puissant et miséricordieux lui accorde le repos éternel dans la joie de sa gloire infinie, joie qu’il a promise à tous ceux qui auront combattu les bons combats et conservé la foi.

     

     Mon cher Joseph, quand nous étions au petit séminaire de Mbata-Kiela, nous admirions ta force physique qui n’était que l’expression et la manifestation de la ténacité de ta volonté.

    A Kabwe, au grand séminaire. Tu nous a donné l’exemple d’un travailleur acharné.

     Si tu t’es trouvé dans la solitude du séminaire, je veux bien croire que c’était pour y forger ton âme, en formant en toi l’amour du travail, le sens du bien commun, le sens de la responsabilité, la conscience professionnelle. Pour ces exemples de bon citoyen et de bon chrétien, nous te remercions, bien Cher Joseph..

     

     Aujourd’hui le <seigneur t’a rappelé à lui, pour te donner la couronne de gloire. Alons, bon serviteur et fidèle serviteur (…)   pour l’éternité. Au revoir

     

     

    LES TABLETTES DE RAPHAEL MPANU-MPANU du 29 et 30 mars 1969

     

    Lundi :

    « Le roi Ksa-Vubu » s’est éteint dans sa retraite de Boma. Que Dieu ait son âme, la postérité sa mémoire et son exemple.

     

    Le « roi-président est mort, lui qui, comme Moïse. A eu la prodigieuse destiné de conduire le peuple congolais à la liberté, de guider ses pas dans le désert de l’incurie, technique et politique qui caractérise le premier lustre de notre indépendance nationale.

     

    Vivant, sa responsabilité a été sujette à diverses interprétations.

     

    Mort, le « roi Kasa » ne saurait être que ce qu’il a toujours été : d’une grandeur d’âme faite de sagesse et d’un amour sincère pour son pays, et pour l’intégrité de sa patrie.

     

    Les méandres de son action politique ne cédaient rien, n’aliénaient rien de qui faisait du Congo une Nation. Ce qui lui a permis d’affirmer dans un discours célèbre qu’il était « sourd aux critiques, insensible à la pression ».

     

    Ceci ne peut ne peut être ramené à un entêtement insensé. Lorsque, sur le chemin d la terre promise et devant le péril le plus grave, il a senti son pas chanceler, il a accepté avec noblesse et magnanimité que Josué prenne la conduite du peuple élu.

     

    Dieu ne lui a pas permis de jouir longtemps d’une retraite pourtant méritée. Il s’en va, ravi par une mort prématurée, mais la nation a ses sanctuaires. Kasa-Vubu y entre dans l’immortalité di souvenir et de la reconnaissance.

     

    Adieu immortel Kasa, « Le Roi-Président ».

     

    Raphaël Mpanu-Mpanu

     


    0 0

    L’échantillon des œuvres des six célèbres chanteuses congolaises.

    Mpongo Love et Abeti Masikini chantant ensemble

     

    Notre site a déjà publié beaucoup d’articles sur les différentes chanteuses congolaises. En ce moment des fêtes de fin d’année, nous avons cru utile de regrouper les œuvres des nos plus grandes chanteuses en une page, en allant des pionnières aux plus jeunes. Une façon de permettre à nos enfants disséminés à travers le monde de conserver notre mémoire.

    Mais, vu le nombre considérable de nos vedettes féminines , les archives sous nos yeux maintenant nous permettent de ne retenir que les œuvres de nos six plus célèbres chanteuses ci-après :

     

     

    -Tshala Muana ,( Reine du Mutshuashi ) est née en 1958 à Elisabethville (Lubumbashi). Ele a commencé à l’instar de Mbilia Belle sa carrière comme danseuse chez Abeti. Au milieu des années ’80, elle entame sa carrière internationale de chanteuse en Afrique de l’Ouest où elle va exploser avec des œuvres en Tshiluba, avant de se confirmer au pays.

    Actuellement, elle est engagée politiquement depuis sa rencontre avec Laurent Kabila à l’époque de l’AFDL.

     

    Une fois de plus, nous réitérons nos vœux de bonne année 2016 à tous les mbokatiers.

     

    Messager

     


    0 0

     

    .

    Les statistiques du mois de décembre 2015

     

    Nous démarrons l’année 2016 par la présentation des statistiques du dernier mois de 2015, à savoir celui de décembre.

     

     

     

    Created with Raphaël 2.1.0196124 hits22 September 2008
    38338 pages vues
    Created with Raphaël 2.1.067624 hits22 September 2008
    16404 visiteurs uniques

    0 0

     

     

    Des voeux sous forme d’humour.

    Un mbokatier de la République du Congo (Brazzaville) a laisse dans la boîte mail du site un message des voeux 2016 particulier, sous forme  d’humour. Après l’avoir lu, nous avons compris que celui qui l’a envoyé  tenait à ce qu’il soit exploité et publié sur le net.

    En effet, au-delà de leur aspect satirique, ces voeux décrivent exactement la situation socio-politique qui prévaut dans plusieurs pays africains.

    Mais, cette année qui commence sur un ton humoristique  risque de se terminer sur une note salée ,voire amère pour certains dictateurs africains.

     

     

     

    Meilleurs Voeux 2016

    Que ta vie soit longue comme le règne des présidents africains, tes chances soient nombreuses et volumineuses comme les mèches brésiliennes, tes ennemis soient embrouillés comme les opposants congolais, ta mort soit éloignée comme l'émergence, tes réussites soient nombreuses comme les détournements de fonds.

     

    Que ta maladie soit rare comme l'emploi des jeunes dans ton pays,

    Que tes douleurs soient de courte durée comme le succès des diables rouges du Congo, et que le Seigneur te regarde comme les femmes regardent "Tv Nivelas, Nina Tv ou Zée Magico". 

     

     


    0 0
  • 01/04/16--02:57: LES BEMBE DU KIVU EN RDC
  • LES BEMBE DU KIVU EN RDC

     

    Moi je suis un pasteur de la tribu Bembe de la RDC intéressé par votre web site .je voulais demander si vous pourriez me parler sur l`origine des Bembes de la RDC Car J`entends souvent certaines personnes qui disent qu`ils sont soit anamongo car leur langue ne ressemble pas du tout a d`autres peuples qui les entourent comme les fulero ,vira ,shi ; et d`autres vont plus loin jusqu`a dire qu`ils seraient même juifs .Quel est la réalité selon vous ? vote réponse svp . Merci

    Rév . Kalambi Kiza Faustin

     

     

    Nous répondons à cette première question sur les origines d’une ethnie de l’Est de la RDC pour compléter ce que notre site a déjà réalisé sur nos ethnies.

    Dans la mesure où la question du révérend pasteur Faustin Kalambi   est axée sur les origines des Bembe, et sur leur appartenance linguistique par rapport aux tribus voisines, nous allons essayer d’y répondre en nous référant à quelques informations glanées ça et là et sur notre propre site.

    Comme de coutume, il convient de situer d’abord géographiquement et historiquement les Bembe du Kivu en RDC.

    En effet selon des écrits concordants, c’est vers 3500 AV-J-C que les Bembe ou les Babembe immigrèrent du Nord vers les Sud du Continent en quatre directions situées actuellement dans quatre pays différents : l’Est de la RDC dans la zone de Fizi ; la région de Bouenza dans l’actuelle République du Congo/Brazzaville ; la Tanzanie ; et en Angola. Si les Bembe de la RDC et de la Tanzanie sont patrilinéaires, ceux de la République du Congo/Brazza et d’Angola sont régis par le régime matrilinéaire.

    Historiquement, les Babembe de la RDC auraient immigré en compagnie des Barega avec lesquels ils sont apparentés du Nord-Est avant de s’installer dans l’Itombwe d’où ils se seraient séparés plus tard. Leur sœur Bangu qui se serait mariée au Maniema serait la mère des Bangubangu.

    Le premier État des Bembe est créé vers 500 Ap. J-C sous le nom de Éssé ou Ébalo ya Bembe dans l’actuel Territoire de Fizi, au Sud de la province du Kivu, le long du Lac Tanganyika. Dès le 15 avril 1926, et en 1931 cet espace devint le Territoire (Zone) des Bembe. En 1937, ce territoire fut divisé en cinq secteurs administratifs ci-après : Ngandja, Mutambala, Tanganika, Lulenge, et Itomwe.

    En RDC, la Zone de Fizi dans laquelle les Babembe constituent une tribu majoritaire fut réputée pour sa résistance au pouvoir central de Kinshasa. Pendant plusieurs années, cette Zone qui avait longtemps hébergé les maquisards de Laurent Kabila a échappé au contrôle du gouvernement légal de la RDC. Même après la prise du pouvoir par l’AFDL, les Babembe vont encore s’illustrer à travers la bravoure des « Mayi-Mayi » contre l’occupation de cette partie du territoire par les étrangers.

    Ouvrons une parenthèse ici pour signaler que conformément à l’article de notre ami Ndombasi Kupesa Ngombo, publié sur notre site le 21 janvier 2012 sous le titre « Les Bakongo de l’Angola : Les Babembe », le peuple Bembe d’Angola qui tire les mêmes origines que les Bembe du Kivu en RDC affichent la même bravoure et la même combativité.

    Voici textuellement ce qu’écrit Ndombasi Kupesa Ngombo dans son article du 21 janvier 2012 sur notre site : « Historiquement, les Bambembe est un peuple Kongo guerrier par excellence. Ils ont longtemps résisté contre les occupants portugais. En juin 1912, les habitants des villages de Kivuenga et pemba avaient refusé de payer les impôts aux autorités coloniales et s’étaient rebellés. Ils parvinrent à attaquer la forteresse de Bembe. La bataille dura plusieurs mois, avant d’être défaits par les soldats portugais, commandés par le lieutenant-colonel Ferreira dos Santos »

    La municipalité de Bembe en Angola

     

    Ce rappel signifie qu’un peuple peut immigrer, se scinder en différents groupes installés sur des territoires éloignés, parler des langues différentes, mais garder la même âme, le même esprit. D’où ce rapprochement entre la résistance des Babembe du Kivu en RDC et des Bambembe d’Angola.

    Revenons au deuxième volet de la question du révérend pasteur Faustin Kalambi qui s’étonne du fait que le Kibembe ne ressemble pas aux langues voisines : « Fulero », « Vira », et « Shi ».

    Nous pensons que l’évocation du contexte historique de peuple Bembe fournit un des éléments de la réponse à cette question.

    En fait, nous basant sur la carte ethnique du Kivu, nous remarquons les Wagenia, les Lengola, les Metoko, les Songola, les Langa, les Ngengele, les Tetela, les Binja, les Bangubangu, les Boyo, les Bembe, et les Nyintu, font partie de la famille linguistique D. Tandis que Les Nande, les Nyanga, les Hunde, les Havu, les Shi, les Fulero parmi lesquels se trouvent les Vira et les Hundi font partie de la famille linguistique J.

    Donc, vous avec compris, notre cher révérend pasteur Faustin Kalambi que les Bembe ne se trouvant pas dans la même famille que les « Fulero », les « Vira » et les « Shi », ne peuvent pas se ressembler linguistiquement.

    Enfin, nous aimerions ajouter que l’emplacement géographique des ethnies en RDC et presque partout en Afrique est le résultat des combats acharnés menés jadis contre les voisins. C’est ainsi que l’on trouve des tribus relativement peu peuplées occupant des espaces énormes, et des tribus très peuplées confinées dans des portions très réduites. Même le pouvoir colonial n’a pas réussi à modifier cet état des choses. L’emplacement des ethnies en RDC n'a pas bougé d’un centimètre. Donc, les tribus frontalières peuvent être considérées comme des garants de l'intégrité territoriale et par ricochet de véritables « garde-frontières », contre l’occupation étrangère. Aucune tribu ne tolérera jamais qu’un autre peuple puisse s’installer durablement sur son espace chèrement conquis par ses ancêtres. 

     

    Messager

     

    Nous répondons à cette première question sur les origines d’une ethnie de l’Est de la RDC pour compléter ce que notre site a déjà réalisé sur nos ethnies.

    Dans la mesure où la question du révérend pasteur Faustin Kalambi   est axée sur les origines des Bembe, et sur leur appartenance linguistique par rapport aux tribus voisines, nous allons essayer d’y répondre en nous référant à quelques informations glanées ça et là et sur notre propre site.

    Comme de coutume, il convient de situer d’abord géographiquement et historiquement les Bembe du Kivu en RDC.

    En effet selon des écrits concordants, c’est vers 3500 AV-J-C que les Bembe ou les Babembe immigrèrent du Nord vers les Sud du Continent en quatre directions situées actuellement dans quatre pays différents : l’Est de la RDC dans la zone de Fizi ; la région de Bouenza dans l’actuelle République du Congo/Brazzaville ; la Tanzanie ; et en Angola. Si les Bembe de la RDC et de la Tanzanie sont patrilinéaires, ceux de la République du Congo/Brazza et d’Angola sont régis par le régime matrilinéaire.

    Historiquement, les Babembe de la RDC auraient immigré en compagnie des Barega avec lesquels ils sont apparentés du Nord-Est avant de s’installer dans l’Itombwe d’où ils se seraient séparés plus tard. Leur sœur Bangu qui se serait mariée au Maniema serait la mère des Bangubangu.

    Le premier État des Bembe est créé vers 500 Ap. J-C sous le nom de Éssé ou Ébalo ya Bembe dans l’actuel Territoire de Fizi, au Sud de la province du Kivu, le long du Lac Tanganyika. Dès le 15 avril 1926, et en 1931 cet espace devint le Territoire (Zone) des Bembe. En 1937, ce territoire fut divisé en cinq secteurs administratifs ci-après : Ngandja, Mutambala, Tanganika, Lulenge, et Itomwe.

    En RDC, la Zone de Fizi dans laquelle les Babembe constituent une tribu majoritaire fut réputée pour sa résistance au pouvoir central de Kinshasa. Pendant plusieurs années, cette Zone qui avait longtemps hébergé les maquisards de Laurent Kabila a échappé au contrôle du gouvernement légal de la RDC. Même après la prise du pouvoir par l’AFDL, les Babembe vont encore s’illustrer à travers la bravoure des « Mayi-Mayi » contre l’occupation de cette partie du territoire par les étrangers.

    Ouvrons une parenthèse ici pour signaler que conformément à l’article de notre ami Ndombasi Kupesa Ngombo, publié sur notre site le 21 janvier 2012 sous le titre « Les Bakongo de l’Angola : Les Babembe », le peuple Bembe d’Angola qui tire les mêmes origines que les Bembe du Kivu en RDC affichent la même bravoure et la même combativité.

    Voici textuellement ce qu’écrit Ndombasi Kupesa Ngombo dans son article du 21 janvier 2012 sur notre site : « Historiquement, les Bambembe est un peuple Kongo guerrier par excellence. Ils ont longtemps résisté contre les occupants portugais. En juin 1912, les habitants des villages de Kivuenga et pemba avaient refusé de payer les impôts aux autorités coloniales et s’étaient rebellés. Ils parvinrent à attaquer la forteresse de Bembe. La bataille dura plusieurs mois, avant d’être défaits par les soldats portugais, commandés par le lieutenant-colonel Ferreira dos Santos »

    La municipalité de Bembe en Angola

     

    Ce rappel signifie qu’un peuple peut immigrer, se scinder en différents groupes installés sur des territoires éloignés, parler des langues différentes, mais garder la même âme, le même esprit. D’où ce rapprochement entre la résistance des Babembe du Kivu en RDC et des Bambembe d’Angola.

    Revenons au deuxième volet de la question du révérend pasteur Faustin Kalambi qui s’étonne du fait que le Kibembe ne ressemble pas aux langues voisines : « Fulero », « Vira », et « Shi ».

    Nous pensons que l’évocation du contexte historique de peuple Bembe fournit un des éléments de la réponse à cette question.

    En fait, nous basant sur la carte ethnique du Kivu, nous remarquons les Wagenia, les Lengola, les Metoko, les Songola, les Langa, les Ngengele, les Tetela, les Binja, les Bangubangu, les Boyo, les Bembe, et les Nyintu, font partie de la famille linguistique D. Tandis que Les Nande, les Nyanga, les Hunde, les Havu, les Shi, les Fulero parmi lesquels se trouvent les Vira et les Hundi font partie de la famille linguistique J.

    Donc, vous avec compris, notre cher révérend pasteur Faustin Kalambi que les Bembe ne se trouvant pas dans la même famille que les « Fulero », les « Vira » et les « Shi », ne peuvent pas se ressembler linguistiquement.

    Enfin, nous aimerions ajouter que l’emplacement géographique des ethnies en RDC et presque partout en Afrique est le résultat des combats acharnés menés jadis contre les voisins. C’est ainsi que l’on trouve des tribus relativement peu peuplées occupant des espaces énormes, et des tribus très peuplées confinées dans des zones très réduites. Même le pouvoir colonial n’a pas réussi à modifier d’un centimètre l’emplacement des ethnies en RDC. Ainsi, les tribus frontalières peuvent être considérées comme étant des véritables « garde-frontières », contre l’occupation étrangère, à l’instar de l’action des « Mayi-Mayi ». Aucune tribu ne tolérera jamais qu’un autre peuple puisse s’installer sur son espace chèrement conquis par ses ancêtres.

     

    Messager

     


    0 0

     Kallé est l'auteur de "indépendance Cha Cha", selon Brazzos et Petit Pierre

     

    Dans le cadre du cinquantenaire de la RDC, notre site avait publié plusieurs articles sur la célèbre chanson « Indépendance cha cha » interprétée par l’African-Jazz lors des travaux de la table ronde de Bruxelles. Suite aux différentes prétentions faisant passer tel ou tel autre musicien comme l’auteur de cette œuvre, Mr. Philippe Pierret, un lecteur belge, nous avait envoyé le scan d’une pochette montrant clairement que c’est Joseph Kabasele qui en était l’auteur-compositeur.

    Malgré cette preuve matérielle, un débat fort animé avait opposé en 2013 sur notre site plusieurs mélomanes sur l’identité du véritable auteur de la chanson « Indépendance cha cha ». Pour la manifestation de la vérité, de nombreux débatteurs avaient suggéré que des sociétaires de l’African-Jazz encore en vie puissent témoigner.

    Ce vœu a été concrétisé en 2014 par Brazzos et Petit Pierre à travers une vidéo décrivant clairement comment « indépendance cha cha » avait été conçue, en partant de Thomas Kanza, qui avait initié l’idée en apportant la liste des politiciens présents à la table ronde, à Joseph Kabasele, qui avait trouvé la mélodie et les paroles tout en encourageant tous les musiciens à se surpasser en vue de produire une œuvre envoûtante. Ce qui fut fait.

    En publiant cette vidéo, nous assurons le suivi de nos articles et clôturons en même temps le débat engagé sur notre site il y a quelques années.

    Messager

     

     


older | 1 | .... | 6 | 7 | (Page 8) | 9 | 10 | .... | 56 | newer