Are you the publisher? Claim or contact us about this channel


Embed this content in your HTML

Search

Report adult content:

click to rate:

Account: (login)

More Channels


Channel Catalog


Channel Description:

Cet espace se veut un lieu de rencontres et d'échanges entre ressortissants de l'Afrique Centrale et Australe . Tout étranger connaissant ou voulant faire connaissance de cette partie de l'Afrique est le bienvenu. Nous y aborderons des sujets culturels en français, portugais, ou en lingala, selon les interlocuteurs . Notre devise:réduire la distance qui nous sépare du continent, par l'entretien de la mémoire collective, en recourant à notre musique dans toute sa diversité

older | 1 | .... | 39 | 40 | (Page 41) | 42 | 43 | .... | 56 | newer

    0 0

    Deux stratégies pour précipiter le départ de « Joseph Kabila » : suspendre l’envoi de fonds et multiplier des marches en RDC.

     

    Tous les congolais sont consternés par la violence avec laquelle les services de « Joseph Kabila » ont réprimé les paisibles manifestants à travers la RDC en date du 31 décembre 2017. Bilan : des dizaines de tués et plusieurs blessés.

    Depuis ces répressions, les congolais à travers le monde imaginent mille et une solutions pour précipiter le départ de « Joseph Kabila », pourtant hors mandat.

    À notre niveau, nous estimons que deux stratégies suivantes pourraient contribuer à bousculer le régime sanguinaire de « Kabila » : Suspendre l’envoi de fonds pendant une bonne période, et multiplier les marches en RDC.

     

    1.         Suspendre  l’envoi de fonds.

     

    En envoyant de fonds par Western, Money Gramm… la diaspora pourvoie indirectement des liquidités au régime Kabila à travers des taxes prélevées sur chaque montant. Par ailleurs, la diaspora finance également les caisses de fameuses églises de réveil à travers les dimes.

    Ainsi, en suspendant l’envoi des fonds, la diaspora sanctionnera à la fois le régime de « Kabila » et les églises de réveil.

    Si la diaspora tient réellement au départ de « Joseph Kabila », qu’elle se fasse violence pendant un moment. Personnellement, nous avons appliqué cette stratégie durant les fêtes de nouvel an.

     

    1.         Multiplier des marches.

     

    Nous saluons à cet égard la volonté des Laïcs catholiques à poursuivre les marches à travers la RDC pour revendiquer leurs droits.

     

     

     

     

     

    Messager


    0 0

    L’origine des événements du 4 janvier 1959, selon Arthur Pinzi, Bourgmestre de Kalamu

     

    Depuis 1960, les congolais commémorent la journée du 4 janvier 1959, reconnue comme étant l’élément déclencheur de l’accession rapide de la RDC à l’indépendance.

    À l’occasion du 59ème anniversaire de ces événements, nous proposons à nos lecteurs la teneur de l’interview accordée le même jour par Arthur Pinzi, à l'époque Bourgmestre de la commune de Kalamu, à l’agence Belga, rapportée par le Courrier d'Afrique du 5 janvier 1959. Le contenu de cette interview peut être considéré comme la version authentique et officielle.

     

    Messager

    .

    .

     

    VOICI EN PLUS CLAIR L’INTERVIEW DE M. PINZI ACCORDÉE À L’AGENCE BELGA EN MARGE SES INCIDENTS DU 4 JANVIER 1959.

     

    Les déclarations que M. Pinzi, Bourgmestre de Kalamu fit à l’agence Belga confirment cette version de l’origine des incidents.

     

    « Une réunion de l’Abako devait effectivement se tenir le dimanche matin, déclara M. Pinzi. Déjà dans la matinée un attroupement considérable s’était opéré devant la maison communale de Kalamu.

     

     Des milliers de personnes me réclamèrent une déclaration sur mon séjour en Belgique. J’ai déclaré aux manifestants que je ne prendrais pas la parole avant d’avoir vu M. le Gouverneur-Général et avant d’avoir mis en ordre mes notes. J’invitai la foule à se disperser ; ce qu’elle fit, calmement.  Je suis convaincu, déclare M. Pinzi, qu’il en aurait été de même, si j’avais pu m’adresser à temps aux manifestants de l’Abako réunis dimanche après-midi au Foyer Y.M.C.A, ».

     

    COMMENT LES CHOSES SE SONT-ELLES PASSÉES ?

     

    M. Pinzi expliqua que la section de Kalamu de l’Abako, créée pendant son séjour en Belgique, avait voulu organiser une réunion au cours de laquelle, lui, M. Pinzi, aurait dû prendre la parole.

     

    « J’ai refusé, déclare le Bourgmestre de Kalamu, parce que je n’étais pas prêt. La réunion fut alors décommandée, mais la foule présente ne voulut pas retourner chez elle. Finalement, après l’intervention de la police, des bagarres se produisirent. Deux commissaires furent blessés, un véhicule renversé et incendié, et des coups de feu furent tirés en l’air.

    A ce moment j’ai été prévenu de la gravité des événements et me suis rendu à l’Y.M.C.A. pour calmer les esprits. La foule ne m’écouta pas. Une partie se dirigea vers le quartier Foncobel où des magasins gérés par des commerçants étrangers furent pillés. D’autres se dirigèrent vers la ville européenne pr l’avenue Baudouin et une avenue parallèle : » 

     

    M .Pinzi devait encore déclarer que le développement rapide des événements était dû à son avis à l’intervention trop prompte des forces de l’ordre. «  Alors que tout se déroula sur le territoire de ma commune, dit-il encore, personne ne s’inquiéta de m’alerter en ma qualité de bourgmestre ».

    .

    .


    0 0

    Quelle est la signification des noms Mandiangu et Nsuanda ?

     

    Bonjour,

     

    Je voudrais savoir la signification des noms MANDIANGU et NSUANDA.

    Et si possible comment reconnaître son Luvila à travers son nom ?

     

    Michée kia Yesu

     

    Nous sommes certains que les érudits Ne Kongo répondront à ces questions


    0 0

     

    RÉPONSES D’E. KANDOLO À PROPOS DE MBOKELA, DAMIEN KANDOLO, ET AUGUSTIN DOKOLO

     

     

     

    SUJET :  MBOKELA,

     

    Référence : http://www.mbokamosika.com/2017/12/nzembo-ya-mbokela-par-emmanuel-kandolo.html

     

     

    Ba ndeko,

     

    Effectivement, 7 ans de mariage ezali composition ya Joseph « Josky » Kiambukuta Londa. Merengue scoubidou, nakomaki composition ya Victor « Vicky » Longomba . En réalité, ezali nde composition ya Nicolas « Nico »Kassanda. En revanche, « Sophie Elodie », ebimaki  na African Fiesta national. Kasi ezalaki ba travaux oyo African Fiesta Vita etika sous la direction ya Dr. Nico.

     

     

    Patriotiquement,

     

     

    Emmanuel Kandolo

     

     

     

     

     

    SUJET : DAMIEN KANDOLO LOPEPE

     

     Référence : http://www.mbokamosika.com/2017/12/damien-kandolo-lopepe.html

     

     

    Ndeko Charles,

     

     

    Nazalaki vraiment occuper na ndenge ya muke te. Sika, mua tango ekobanda komonana mpo na koyanga kosangana awa na site na biso.

     

     

     

     

    Ndeko Zenon,

     

     

    Thomas Kanza azalaki mingi mingi libanda ya ekolo mpe na yango abandaki ko continuer ko bunda mpo na vision ya Lumumba. Soki ayaki ko se retrouver na gouvernement Adoula, Chargé d’Affaires en titre ya Congo na Londres, neti Congo ezalaki na Ambassadeur kuna te,  selon Adoula, ezalaki mpo na réconciliation nationale. Kasi, esembaki te, mpo azalaki toujours na batu ya Lumumba.

     

    Na 23 juin 1960 tee na 12 septembre 1960, Ministre délègue na New York na Organisation des Nations Unies (O.N.U.), na gouvernement Lumumba.

    Na 05 septembre 1960 tee na 12 septembre 1960, Ministre délégué na New York na O.N.U., na gouvernement Ileo.

     

    Na octobre 1960, akomi na gouvernement Gizenga na Stanleyville.

    Na mokolo mua 03 tee na 07 janvier1961, atindami en qualité ya représentant ya gouvernement Gizenga na Conférence ya Groupe Progressiste (GR.PR.), na Casablanca. Groupe oyo, ekomaki kobengama Groupe de Casablanca.

    Na février  tee na août 1961, Ministre délégué na New York na O.N.U, na gouvernement Gizenga.

     

    Na janvier 1962 tee na août 1963, Chargé d’Affaires en titre ya Congo na Londres, na gouvernement  Adoula.

    Na septembre 1963, azongeli kelasi na université ya Oxford, esika azali koyekola économie.

     

    Tango azui diplôme na ye na 1964, akeyi epayi ya Gbenye, na République Populaire du Congo mpe akoti na gouvernement  rebelle na ye comme  Ministre des Affaires extérieures et du Commerce extérieur wuta juillet 1964 tee na mai 1966.

    Wuta mai 1966,  akeyi na Harvard esika a soutenir thèse na ye ya doctorat na économie. 

     

    Na 1967, abandi kotangisa na ba universités ya Harvard,  na Cambridge, na Massachusetts na Etats-Unis mpe na Oxford, na Angleterre. Na même moment mpe azali ko collaborer na journal Jeune Afrique.

     

     

     

     

     

     

    Ndeko Messager,

     

     

    Tala ndenge histoire e se repetaka ! Groupe de Binza ebandaki kosangana na Binza ma campagne  na  domaine ya ba Américains oyo eyebani na kombo ya Gulf, na route Matadi, entre oyo ekoma kobengama  ba avenues Bashala na KIsolokele (à l’époque nionso wana ezalaki esobe). Ba agents Américains ya renseignements bafandaka nde wana.

     

    Tango M’Zee kabila akomaka na Kinshasa, na mai 1997, Joseph Kabila anbandaki kofanda na camp Tshathi mpe kolengana na Binza Ozone wana. Brusquement, ba Américains balongue na Gulf mpe ye a récupérer domaine wana mpe akomi kofanda wana sous prétexte que e rapprocher ye na tata na ye mpe akobanda na ye kokende na Palais de marbres na makolo !!! Tango, babomi M’Zee, Joseph Kabila alongue wana akomi kofanda na pavillon ya O.U.A. mpe nani a remplacer ye ? Zoe Kabila nde akoma kofanda wana. Sika, pourquoi ba Américains balongua wana ?  Et pourquoi mpo domaine wana ezali ya bango, ezali un domaine privé ! Nionso oyo mpo tango M’Zee akotaki Kinshasa, alukaki te, koyeba esika na esika mpe eloko na eloko !!! A suivre…

     

     

    Patriotiquement,

     

     

    Emmanuel Kandolo

     

     

    SUJET : AUGUSTIN DOKOLO SANU

     

    Référence : www.mbokamosika.com/2017/12/augustin-dokolo-sanu-par-emmanuel-kandolo.html

     

     

     

    Ndeko Samuel Malonga,

     

     

     

    Zaïrianisation ezali kabambi na dossier mpe mingi ya koloba ezali na kati. Ekosenga tosalela yango sujet mobimba. Avant Dokolo, projet ndenge esalemaki na Présidence : Bureau ya Président de la République  na kati ya Cellule économique mpe na Commissariat général ya Plan, Banque du Zaïre na Conseil exécutif national (gouvernement) par le truchement ya ba départements (ministères)  ya Economie, Commerce extérieur mpe na oyo ya Finances, ezalaki ya kokela Banque d’investissement.

     

    Na Zaïre, ba riches entrepreneures,  ba héritiers ya ba fortunes ou ba industriels minene bazalaki te (mpe batikala kozala te mpe tee na lelo oyo tozali na ba riches te, ndenge nini économie ekoki kokende liboso ?). Esengelaki kopesa possibilité ya création ya petites et moyennes entreprise (P.M.E.). Yango nde esimbaka économie mpe esalaka que malembe malembe mutu (ou groupe ya batu), na force ya travail na kati ya politique fiscale mpe douanière ya malonga, akoka ko développer ba affaires na ye mpe kokoma munene en terme ya capital. Lisusu, esengelaki koboya dirigisme (l’Etat a diriger économie)  mpe ko écarter ba politiciens na nionso etali gestion,  économique, commerciale mpe financière ya eloko nionso ebengami entreprise mpe na ba formes na yango nionso.  Na yango, batu oyo balingi ko se lancer na ba affaires ou création ya ba entreprises bakosala ba projets na bango, soki esembi, ba bénéficier na investissements na banque oyo mpo na ko créer ba emplois  (ko bénéficier na ba exonération entreprise ya sika esengeli  ezua durant une  période donnée) mpe ko booster acticité économique ya ekolo na biso. Na amont, ndenge nationalisation ya ba sociétés esalemi, bango bakobanda naino kozala na ba contrats na ba locaux. Wana ba grandes entreprises oyo ezali nationalisées ezali kosala elongo na oyo ya mike mpo na ko créer ba richesses.

     

    Tala ata yo moko, tango Congo ezuaka lipanda, gouvernement endimaki ezala garant mpe ko soutenir batu bazua crédit na Société de Crédit aux classes Moyennes et à l'Industrie (S.C.OM.I). Kasi , tomonaki ba politiciens  majoritairement ya ba Kongo na ndenge bawelaki mpe esalaki que batu oyo bazalaki na makanisi ya kosala ba affaires bazua eloko te mpo bazalaki na moyen te mpo bango nde bafina dossier wana etikala kaka kati na bango.

     

    Na oyo na wuti koloba, yango wana na mokolo ya inauguration ya Banque de Kinshasa, ba jeunes technocrates ya présidence, ba ministères concernés mpe na ya Banque du Zaïre bazalaki penza na esengo te mpo bayebaki  ekolo nini ebombamaki sima wana. Tango show ya Dokolo eleki,  neti abandaki ko gérer na désordre mpe na incompétence, Bureau politique ya M.P.R.eyaki ko sauver ye pour la première fois  sous prétexte ya ba séries ya mesures ya radicalisation. Ezalaki moyen ya kosunga ye mpo akueya te. Sima, ayaki kaka kokueya…

     

    Zaïrianisation nde eboma économie nationale mpe tee na lelo oyo R.D.Congo etikala kotema te na kibota (coup fatal) wana tellement que yango ebetamaki na détermination nionso .

     

    Etape ya liboso ezalaki promulgation ya « loi Bakajika » na Ordonnance-loi n° 66-343 ya 7 juin 1966 (tolobela yango na site na biso oyo).

     

    Etape ya mibale, Président Mobutu asakolaki zaïrianisation publiquement na mokolo mua 30 novembre 1973. Na molongo, Ordonnance-loi n° 009/73 ya 5 janvier 1973 sur le commerce et les petites et moyennes entreprises zaïroises ezalaki promulguer. Concrètement, ba activités commerciales, industrielles, agricoles, agro-industrielles (magasins, boutiques, entrepôts, menuiseries,  carrières na ba exploitations forestières, élevages, fermes na ba plantations, direction ya GE.CA.MINES, MI.BA.,  raffinages ya cuivres, ba brasseries, etc. nionso ekomaki  na maboko ya bana mboka.  Donc, babotoli capital privé ya ba paya mpe na sundoli yango na maboko ya ba zaïrois mingi oyo bazalaki vraiment na compétence ya ko gérer ba biloko oyo bawelaki te.

     

    Na sima, Ordonnance-loi n°14-019 ya 11 janvier 1974 portant transfère des certaines entreprises privées na l’Etat zaïrois eyaki kopesa Etat zaïrois droit ya ko récupérer (kobotola) ba entreprises privées oyo ezalakai na maboko ya ba paya mpe a nommer ba administrateurs délègues généraux. Wana nde ba Kandolo na ba Dokolo bakomaki kodondua na ba entreprises oyo.  Awa nde esika dirigisme ebandaki penza.

     

    Na elulu oyo nde code zaïrois des investissements  eyaki kobonguana… Pour la petite histoire, sima ya reforme économique ya 1967, Code des investissements ya sika esalemaki na Ordonnance-loi n° 69/032 ya  26 Juin 1969. Yango ezalaki modifier mpe compléter na ba  Ordonnance-loi n° 70/094 ya  23 décembre 1970 mpe Ordonnance-loi  n°71/014 ya 15 mars 1971. Suite na zaïrianisation, Ordonnance-loi n° 74/004 ya 2 janvier 1974 mpe eye kobimisa code  zaïrois des investissements.

     

    Esegelaki ko indemniser ba kolo biloko, kasi mingi bazuaki eloko moko te. Yango wana tokomaki na : zaïrianisation, radicalisation et rétrocession. Na rétrocession nde esengelaki ba récupérer, kasi en quel état ? Nionso esilaki kokueya. Na ba acquéreurs oyo bayebana, rares ba continuaki ba activités sima ya rétrocession : (Président Mobutu), Bomboko, Bemba, Litho, Moleka, Engulu, na mama Sese. Na bango banso, seul Engulu (biographie na ye ezali na site na biso oyo) nde azali kaka na station ya port na Kin na ba barges,  ba fermes mpe plantations kuna na province ya Tshuapa  mpe ezali ko résister  malgré conjoncture…mama Sese nde azali exception !!! ba oyo nionso, bakueya na bango !!!

     

    L’Etat zaïrois etikala ko récupérer eloko moko te. Au contraire, yango nde esengelaki e indemniser batu oyo yango e spoliaki. Sima, esenga ba comptes na baye ye apesaki gestion ya ba activités nionso zarianisées,  conformément na ba lois oyo Président Mobutu  a signaki suite na ba décisions économiques  d’Etat oyo Bureau politique ya MPR-parti-Etat ekataki na mikolo mia 30 novembre 1973 (zaïrianisation) mpe na 30 octobre 1974 (radicalisation). Tobunga te que 150 entreprises  ya ba paya ezali concerner : ba Belges, Britanniques, Italiens, Français, Portugais, Canadiens, Pakistanais, Indiens, Grecs, Sénégalais, Guinéens, etc. Sauf ba Américains nde bazalaki toucher te : Général Electric, Coca-Cola, Goodyear, etc. Ata entreprise moko te !!!  Au contraire, bango nde babandaki ko financer makasi à travers loi na bango ya PL 480. Financement ya ba projets de développement na  échange ya exclusivité  ya  marché ya blé Américain  na économie nationale zaïroise. 

     

    Pour terminer, ba conseiller mpe ba expertes zaïrois misusu  oyo bazalaki na vraie information, c’est-à-dire oyo bazalaki kosla bisaika na tangi na likolo, basalaki oyo ebengami (délit d’initier) mpo ba coopéraki na ba étrangers de sorte que ba se retrouver na ba têtes ya ba entreprises étrangers mpe na ba prises de participation kuna, se sorte que yango ezala considérer comme entreprises ya zaïrois. Misusu ba conseilla mindele babala  ba zaïroises mbangu mbangu mpe na contrat de mariage batia communauté de biens. Ba habiles zaïrois basalaka mbongo mingi mpe ba kidiba étrangers oyo bazalaki koloba que ba consulats na bango e ko protéger bango, au cas où, batelaki miso mpe balelaki na monoko ya mboka !!! 

    Ndeko Claude Kangudie,

     

     

    Ba bonnes fêtes na yo mpe lokola mpe na tombeli yo mobu mua sika elamu.

     

     

    Patriotiquement,

     

     

    Emmanuel Kandolo


    0 0

     

    Les meilleures interprétations réalisées par les artistes congolais (2)

     

     

    Voici la suite et fin des versions originales interprétées par les artistes congolais. Ces œuvres ont été sélectionnées par Emmanuel Kandolo dans le but de mettre en lumière la performance des musiciens congolais  dans le cadre des fêtes de fin d'année.

    Soirée de la Zaïroise, tous les grands artistes-musiciens sur un même podiuim. On reconnaît en avant-plan : Kiamuangana, Bokelo, Madiata, Tabu Ley, Luambo, Longomba.

     

    Tres Lindas cubana, orchestra Aragon

    Seis linda cubana, Photas Myosotis, Rochereau, Dr. Nico, guitare rythmique, Dechaud  mungala, African Fiesta Vita


    0 0

    Les meilleures interprétations réalisées par les artistes congolais (1)

     

    L’African Jazz reconstitué le temps d’une soirée. On reconnaît de droite à gauche: Roger Izeidi, Vicky Longomba, Grand Kallé, Tabu Ley, Docteur Nico, Willy Mbembe et…

     

    En marge des fêtes de fin d'année, notre frère Emmanuel Kandolo voudrait auditionner en compagnie de tous les mbokatiers 11 versions originales des chansons internationales interprétées par les artistes congolais. Après un moment des recherches, nous n’avons rassemblé que 10  originales et leurs interprétations. Vu leur nombre, elles seront diffusées en deux tranches.

    Le but visé par Emmanuel Kandolo est de mettre en valeur le talent  et la dextérité avec lesquels les musiciens congolais ont apporté une plus-value aux œuvres d’origine.

    Par ailleurs, il dédie la chanson Ntumba, du Dr Nico et l’African Fiesta Sukisa à Mr Ignace Mukendi , en hommage à tous les « Miziki » et sympathisants  de cette formation musicale.

     

     

     

    Timide Sérénade, Dario Moreno

    Timide Sérénade, Grand Kallé, African Jazz


    0 0

    Yossa Taluki et Dawa Lusamba sur Rumba Maliba

    Référence : http://www.mbokamosika.com/2017/12/a-coeur-ouvert-avec-yossa-taluki.html

    Faisant suite à l’article intitulé « A cœur ouvert avec Yossa Taluki », nous avons voulu ajouter le chainon qui manquait. Si le texte était publié, l’interview n’avait pas été placée dans le corps du texte pour des raisons évoquées par Messager. Nous nous sommes débrouillés pour transcrire cette vidéo de Yossa en MP 3 audio afin de permettre aux mbokatiers de connaître le parcours musical du soliste.

     

    A cette intervention de l’artiste Yossa, nous avons aussi couplé l’entretien réalisé le même jour avec Dawa Lusamba, un ancien de l’OK Jazz et de Bana OK.

     

    Ces entretiens sont tirés de la page Facebook Rumba Maliba animée par l’artiste Barly Baruti.

     

    Samuel Malonga


    0 0

    Les meilleures interprétations réalisées par les artistes congolais ( Fin)

    Après avoir publié deux séries de meilleures interprétations réalisées par les artistes  congolais  qui nous ont été proposées par Emmanuel Kandolo à l’occasion des festivités de fin d’année, nous avons naturellement reçu  les commentaires de certains amis ajoutant d’autres œuvres.

    Pour essayer de demeurer équitable, nous nous sommes trouvé dans l’obligation d’allonger la liste, en tenant compte des avis de Samuel Malonga et Petit Bizet d’une part, et en incluant une œuvre des Bantous de la capitale d’autre part.

    Étant donné l’immensité de la discographie congolaise, nous n’avons pas la prétention d’avoir recensé toutes les meilleures interprétations. L’échantillonnage sélectionné l’est à titre indicatif . Nous invitons  donc les mélomanes à ne pas nous en tenir rigueur.

    Messager

     

     

    EL MANISERO ( PAR ANTONIO MACHIN)

    EL MANICERO/MAYAYA (DES BANTOUS DE LA CAPITALE).


    0 0

    Mettre fin au message de la prospérité, par le Pasteur  Miki Hardy de la CTMI.

    L’évangile de la prospérité, tel est message dominant dans les églises de réveil un peu partout en Afrique. Peut-on prospérer sans travailler ?  Si le message de la prospérité était véridique et inspiré de Dieu, la diaspora congolaise serait ravitaillée par leurs familles vivant en Afrique. Au contraire, c’est la diaspora, grâce au fruit de leur travail,  qui assiste ceux qui auraient pu prospérer.

    Nous avons sélectionné une vidéo qui décortique sans complaisance la fameuse théorie de la prospérité, sur base des écritures.

     

    Messager


    0 0

    Les Jeux du 70e anniversaire de la Force Publique

     

    Sous l’égide de la Ligue Congo Belge Athlétisme Force Publique (LCBA-FP), se sont tenues en juillet 1956 à Kinshasa les festivités commémorant les 70 ans d’existence de la Force Publique. Le sport a été à l’affiche pour fêter cet anniversaire. Des rencontres de football et des meetings d’athlétisme ont été organisés au stade Roi Baudouin et au camp Léopold aujourd’hui camp Kokolo. Ces jeux ont connu la participation des meilleurs sportifs du Congo et de Belgique.

     

    La Force Publique fut créée par Camille Coquilhat en 1885 à la demande de Léopold II. Au début, elle était uniquement composée des soldats originaires de Zanzibar, de Sierra Leone ou du Nigeria. La décision d’incorporer les Congolais fut seulement prise en 1886. C’est cet événement qui soixante-dix ans plus tard fut fêté sportivement sur fond de musique militaire.

     

    Samuel Malonga


    0 0

    Deux artistes engagés parodient  Gd Kallé &  Papa Noël ; Olivier  Tshimanga  incarne  Franco.

    Depuis un moment, nous assistons à une prolifération de chansons engagées, critiquant sans ménagement le régime finissant de « Joseph Kabila ». Ces œuvres, sont essentiellement réalisées par des artistes résident en occident. En les auditionnant, elles rappellent aux plus avisés des chansons d’une certaine époque. Mais pour certains jeunes, ces œuvres passeraient pour  des tubes originaux.

    Parmi ces chansons, «  Ndenge ya combattant », de K.E. Maréchal Nekongo  peut-elle être considérée comme une interprétation ou une parodie de « Succès African-Jazz » du Gd Kallé ?

    À notre avis, nous estimons qu’il s’agit plus d’une parodie que d’une interprétation dans la mesure où l’auteur s’écarte totalement du discours original.

    Dans l’œuvre originale : « Succès African-Jazz », interprétée par Kallé, Rochereau et l’African-Jazz au grand complet, le message récurrent repose sur la beauté du  rythme de l’African-Jazz reconnaissable à travers l’Afrique et le monde entier. Or, dans « Ndenge ya combattant », l’auteur fait l’éloge du combat mené en occident depuis plusieurs années par les opposants congolais contre le régime de Joseph Kabila.

     

      Messager


    0 0
  • 01/13/18--01:28: Les apollons de Kinshasa
  • Les apollons de Kinshasa

    Bien avant le catch, l’haltérophilie drainait des foules lors des épreuves organisées. Avec des moyens du bord, les haltérophiles qu’on appelait apollons s’adonnaient à cœur joie à leur sport favori. Faute de gymnase ou de dojo, les séances d’entrainement se faisaient dans les parcelles des particuliers tandis que les exhibitions avaient parfois lieu dans la rue. Apollon est en réalité le sobriquet du français Louis Uni (1862-1928). Ce colosse de 1,90 m pour 120 kg est le premier champion du monde de force. Son pseudonyme est devenu dans l’hindoubill synonyme d’haltérophile.

     

    Le bodybuilding était pratiqué à Kinshasa dès les années 50. Bien qu’on ignore l’année de son introduction au Congo, il se développa tant bien que mal dans des conditions difficiles et sans organisation officielle à l’instar du football. Les jeunes se débrouillaient à leur façon en montant des clubs privés non reconnus. Plusieurs yankées et bills de Kinshasa pratiquèrent la musculation sous l’appellation de kintulu. Ce mot qui dérive du kikongo ntulu veut dire poitrine ou torse.

     

    Outre le kamon, plusieurs hommes forts de l’époque se virent obliger d’avoir un corps bien bâti, la musculature reflétant la force physique qui dormait dans leur corps. La corpulence ne faisait pas seulement peur mais était aussi un signe visible de dissuasion. C’était une sorte de carte de visite qui identifiait le personnage. Le plus illustre des apollons kinois fut sans doute Décantor. Ce dernier, obnubilé par sa célébrité et sa force légendaire avait émis les vœux de se battre avec le lion du zoo de Kinshasa. Les autorités opposèrent leur véto.

     

    De son vrai nom André Bavua Ntinu, maître Décantor, l’apollon de Foncobel  qui nous a quittés en 2013 est aussi considéré comme le précurseur des arts martiaux en RDC. En réalité il était tout à la fois : père spirituel du Centre Sportif Congolais (C.S.C), encadreur et formateur sportif de boxe, d’haltérophilie, de jiu jitsu, de judo, de karaté, de lutte et de self défense.

     

    Samuel Malonga


    0 0

    Klody Ndongala, artiste méconnu

    A Kinshasa, dans la ville où il est né il y a un peu plus de 60 ans, la génération actuelle ne le connais pas ou presque. Et pourtant, l’homme traîne derrière lui une longue et riche carrière artistique. Il a 23 ans en 1979 lorsqu’il quitte le pays pour  Bruxelles où il vit depuis.

     

    Beaucoup le découvrent sur le tard en 1987 dans le sillage du tournage de La vie est belle. Dans ce film qui a connu la participation de plusieurs artistes de la musique et du théâtre, le réalisateur Ngangura Dieudonné Mweze, a inséré un extrait d’un de ses titres phares : Commandez sans problème. Le rythme de ce morceau est chaud et emballant.

     

    Klody qui affirme dans sa page Facebook qu’il a appris à gratter la guitare auprès de Yossa Taluki est à la fois chanteur, guitariste et compositeur. Il a autrefois collaboré avec les grands de la musique congolaise notamment Kallé Jeff, Luambo Makiadi, Likinga Redo, Tshala Mwana voire avec l’artiste angolais Bonga.

     

    Klody a marqué sa présence dans les albums Plutôt Déshabillé (1982) en collaboration avec Luambo, Pampala (1984),  Commandez sans problème (1986), Femme Intéressée (1996) et Vivre Ensemble. Il a participé à de nombreux festivals. Aujourd’hui, sa musique métissée est plus marquée par des apports antillais, cubains et capverdiens.

     

    Samuel Malonga


    0 0
  • 01/14/18--04:00: RDC MEDIOCRE NEWS
  • RDC MEDIOCRE NEWS

     

    SANS COMMENTAIRES


    0 0

    UNE QUESTION DE JÉRÔME YAPI SUR L’AFRICAN TEAM

    Bonjour cher Administrateur de MBOKAMOSIKA
    Pouvez-vous me dire les noms des guitaristes (soliste et rythmique) de l'African Team de Joseph Kabasele?
    Merci

    Jérôme Yapi

     

    NOTRE RÉPONSE

     

    Suite à la question de notre ami Jérôme Yapi, nous avons essayé de consulter notre documentation sur l’orchestre African-Team en vue d’en découvrir la composition et par ricochet, les noms des guitaristes.

    En effet depuis la création de l’African Team de 1966 à 1970 à Paris,  cette formation avait réuni pratiquement les anciens musiciens de l’African-Jazz auxquels s’étaient joints Essous, Kwamy, et l’Afro-Caribéen  Gonzalo, sur la photo en compagnie du Gd Kallé.

    LISTE DES MUSICIENS DE L’AFRICAN-TEAM.

    KALLÉ, MANU DIBANGO, ESSOUS, DON GONZALO, KWAMY, MUJOS, CASINO, LUTULA EDO CLARY, BOMBENGA, TINO BAROZA.

    Sur cette liste, il ressort que Tino Baroza et Casino , deux  anciens membres de l’African-jazz à des époques différentes  ont été respectivement soliste et guitariste rythmique de l’African-Team

    Nous croyons avoir  répondu à la question de notre ami Jérôme Yapi, tout en attendant d’être complété  ou corrigé par d’autres mbokatiers

     

    Messager


    0 0

    Création d'une sculpture de Patrice Lumumba.

     

    Pour information.

     

    Bonjour,

     

    Je réalise pour le moment la sculpture de Patrice Lumumba qui sera présentée le 21 janvier à Bruxelles. C'est la première fois que je crée une œuvre sur un personnage historique. Pour moi, c'est un véritable défi parce que ce n'est pas facile. La sculpture va s'intituler "Patrice Lumumba, le discours d'indépendance du 30 juin 1960 ».

     

    Inauguration musicale le dimanche 21 janvier à 17h. Galerie Ravenstein. 1000 Bruxelles.

    Cet événement est organisé par l’asbl Bamko (info mireille_robert@yahoo.fr)

     

    Bienvenue à toutes et tous,

    Rhode Bath-Schéba Makoumbou

    Artiste plasticienne du Congo Brazzaville.

    http://www.rhodemakoumbou.eu

     

    Info : https://www.facebook.com/events/1347731315373714/

    Pour mieux connaître l’histoire, voici le texte complet de son discours du 30 juin 1960 qui, 57 ans après, reste encore "au travers de la gorge" d’une partie de la Belgique.

     

    DISCOURS DE LUMUMBA

    Congolais et Congolaises,

    Combattants de l’indépendance aujourd’hui victorieux,

    Je vous salue au nom du gouvernement congolais.

    A vous tous, mes amis, qui avez lutté sans relâche à nos côtés, je vous demande de faire de ce 30 juin 1960 une date illustre que vous garderez ineffaçablement gravée dans vos cœurs, une date dont vous enseignerez avec fierté la signification à vos enfants, pour que ceux-ci à leur tour fassent connaître à leurs fils et leurs petits-fils l’histoire glorieuse de notre lutte pour la liberté.

    Car cette indépendance du Congo, si elle est proclamée aujourd’hui dans l’entente avec la Belgique, pays ami avec qui nous traitons d’égal à égal, nul congolais digne de ce nom ne pourra jamais oublier cependant que c’est par la lutte qu’elle a été conquise, une lutte de tous les jours, une lutte ardente et idéaliste, une lutte dans laquelle nous n’avons ménagé ni nos forces, ni nos privations, ni nos souffrances, ni notre sang.

    Cette lutte, qui fut de larmes, de feu et de sang, nous en sommes fiers jusqu’au plus profond de nous-mêmes, car ce fut une lutte noble et juste, une lutte indispensable pour mettre fin à l’humiliant esclavage qui nous était imposé par la force. Ce que fut notre sort en 80 ans de régime colonialiste, nos blessures sont trop fraîches et trop douloureuses encore pour que nous puissions les chasser de notre mémoire. Nous avons connu le travail harassant, exigé en échange de salaires qui ne nous permettaient ni de manger, ni de nous vêtir ou de nous loger décemment, ni d’élever nos enfants comme des êtres chers.

    Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions nègres. Qui oubliera qu’à un noir on disait « tu », non certes comme à un ami, mais parce que le « vous » honorable était réservé aux seuls Blancs ?

    Nous avons connu que nos terres furent spoliées au nom de textes prétendument légaux qui ne faisaient que reconnaître le droit du plus fort. Nous avons connu que la loi n’était jamais la même selon qu’il s’agissait d’un Blanc ou d’un Noir : accommodante pour les uns, cruelle et inhumaine pour les autres. Nous avons connu les souffrances atroces des relégués pour opinions politiques ou croyances religieuses ; exilés dans leur propre patrie, leur sort était vraiment pire que la mort elle-même.

    Nous avons connu qu’il y avait dans les villes des maisons magnifiques pour les blancs et des paillottes croulantes pour les Noirs, qu’un Noir n’était admis ni dans les cinémas, ni dans les restaurants, ni dans les magasins dits européens ; qu’un Noir voyageait à même la coque des péniches, aux pieds du blanc dans sa cabine de luxe.

    Qui oubliera enfin les fusillades où périrent tant de nos frères, les cachots où furent brutalement jetés ceux qui ne voulaient plus se soumettre au régime d’une justice d’oppression et d’exploitation ?

    Tout cela, mes frères, nous en avons profondément souffert. Mais tout cela aussi, nous que le vote de vos représentants élus a agréé pour diriger notre cher pays, nous qui avons souffert dans notre corps et dans notre cœur de l’oppression colonialiste, nous vous le disons tout haut, tout cela est désormais fini. La République du Congo a été proclamée et notre pays est maintenant entre les mains de ses propres enfants. Ensemble, mes frères, mes sœurs, nous allons commencer une nouvelle lutte, une lutte sublime qui va mener notre pays à la paix, à la prospérité et à la grandeur. Nous allons établir ensemble la justice sociale et assurer que chacun reçoive la juste rémunération de son travail. Nous allons montrer au monde ce que peut faire l’homme noir quand il travaille dans la liberté et nous allons faire du Congo le centre de rayonnement de

     

     

    l’Afrique toute entière. Nous allons veiller à ce que les terres de notre patrie profitent véritablement à ses enfants. Nous allons revoir toutes les lois d’autrefois et en faire de nouvelles qui seront justes et nobles.

    Nous allons mettre fin à l’oppression de la pensée libre et faire en sorte que tous les citoyens jouissent pleinement des libertés fondamentales prévues dans la Déclaration des droits de l’Homme.

    Nous allons supprimer efficacement toute discrimination quelle qu’elle soit et donner à chacun la juste place que lui vaudront sa dignité humaine, son travail et son dévouement au pays. Nous allons faire régner non pas la paix des fusils et des baïonnettes, mais la paix des cœurs et des bonnes volontés.

    Et pour cela, chers compatriotes, soyez sûrs que nous pourrons compter non seulement sur nos forces énormes et nos richesses immenses, mais sur l’assistance de nombreux pays étrangers dont nous accepterons la collaboration chaque fois qu’elle sera loyale et ne cherchera pas à nous imposer une politique quelle qu’elle soit. Dans ce domaine, la Belgique qui, comprenant enfin le sens de l’histoire, n’a pas essayé de s’opposer à notre indépendance, est prête à nous accorder son aide et son amitié, et un traité vient d’être signé dans ce sens entre nos deux pays égaux et indépendants. Cette coopération, j’en suis sûr, sera profitable aux deux pays. De notre côté, tout en restant vigilants, nous saurons respecter les engagements librement consentis.

    Ainsi, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, le Congo nouveau, notre chère République, que mon gouvernement va créer, sera un pays riche, libre et prospère. Mais pour que nous arrivions sans retard à ce but, vous tous, législateurs et citoyens congolais, je vous demande de m’aider de toutes vos forces. Je vous demande à tous d’oublier les querelles tribales qui nous épuisent et risquent de nous faire mépriser à l’étranger.

    Je demande à la minorité parlementaire d’aider mon gouvernement par une opposition constructive et de rester strictement dans les voies légales et démocratiques. Je vous demande à tous de ne reculer devant aucun sacrifice pour assurer la réussite de notre grandiose entreprise. Je vous demande enfin de respecter inconditionnellement la vie et les biens de vos concitoyens et des étrangers établis dans notre pays. Si la conduite de ces étrangers laisse à désirer, notre justice sera prompte à les expulser du territoire de la République ; si par contre leur conduite est bonne, il faut les laisser en paix, car eux aussi travaillent à la prospérité de notre pays. L’indépendance du Congo marque un pas décisif vers la libération de tout le continent africain.

    Voilà, Sire, Excellences, Mesdames, Messieurs, mes chers compatriotes, mes frères de race, mes frères de lutte, ce que j’ai voulu vous dire au nom du gouvernement en ce jour magnifique de notre indépendance complète et souveraine. Notre gouvernement fort, national, populaire, sera le salut de ce pays.

    J’invite tous les citoyens congolais, hommes, femmes et enfants, à se mettre résolument au travail en vue de créer une économie nationale prospère qui consacrera notre indépendance économique.

    Hommage aux combattants de la liberté nationale !

    Vive l’indépendance et l’Unité africaine !

    Vive le Congo indépendant et souverain !

    Rhode Bath-Schéba Makoumbou

     

    Rhode Bath-Schéba Makoumbou est née le 29 août 1976 à Brazzaville en République du Congo.

    Depuis sa tendre enfance, elle a été initiée à la peinture par son père, le peintre David Makoumbou. Elle s’est réellement engagée dans l’art à partir de 1989.

    À travers ses œuvres, ce sont surtout les activités sociales de la femme africaine qui sont mises en valeur.

    Dans les peintures à l’huile, elle peint généralement au couteau. La variété de ses toiles s’illustre dans un style nettement africain (à partir de l’art statuaire traditionnel), mais également influencé par les courants de l’art réaliste, expressionniste et cubiste.

    Depuis 2002, Rhode Makoumbou a créé de nombreuses sculptures en matière composée (sciure et colle à bois sur une structure métallique) représentant les métiers des villages qui tendent à disparaître. Certaines ont plus de trois mètres de haut !

    Elle se considère un peu comme une artiste archiviste de la mémoire sociale et culturelle de l’Afrique en général, et du Congo en particulier. Elle s’exprime souvent dans ses interviews sur le respect des notions idéologiques de l’identité et de la diversité culturelle. Elle a toujours accordé une grande importance à la question du sens dans l’art et du rapport entre l’artiste et son public.

    À partir de 2003, Rhode a entamé une importante carrière internationale, et expose maintenant dans le monde entier.

    En dix ans, elle a participé à 220 expositions collectives ou individuelles dans le monde, sans compter ses 20 participations dans son pays natal.

    Elle a déjà présenté ses oeuvres au Congo Brazzaville, Gabon, France, Belgique, Niger, Cameroun, Etats-Unis, Côte d'Ivoire, Tanzanie, Allemagne, Sénégal, Maroc, Espagne, Suède, Luxembourg, Pays-Bas, Suisse, Canada et Qatar.

    A l'occasion du Grand Prix des Arts et des Lettres qui lui a été décerné en 2012 par le Président de la République du Congo, l'artiste a également été décorée à titre exceptionnel dans l'Ordre du Dévouement Congolais au grade d'officier le 13 juillet 2013 par le Président Denis Sassou N'Guesso à l'ouverture du Festival Panafricain de Musique (Fespam). 

    Elle a un atelier à Bruxelles en Belgique, mais elle continue parallèlement à travailler à Brazzaville un ou deux mois par an.

     

    Site web : www.rhodemakoumbou.eu

     

    Adresse : Belgique : Rue d’Alsace-Lorraine, 14. 1050 Bruxelles.

    Congo : 1, rue Moundossa Tsiolo (Mansimou – OMS). Brazzaville.

    Tél. : +32 (0)477.35.18.14 - Email : rhodemakoumbou.eu@skynet.be


    0 0

    .

    L’Homélie du pasteur David Ekofo  est d'ores et déjà historique

     

     

    Le  pasteur David Ekofo  a prononcé une homélie d'ores et déjà historique dans la cathédrale du Centenaire de l’Eglise du Christ au Congo ECC, à l’occasion de la commémoration de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila.

    Cette homélie tenue devant toutes les autorités politiques, militaires,, religieuses, et diplomatiques a dressé un bilan négatif du régime Joseph Kabila, après le constat presque similaire du Cardinal Laurent Monsengwo.

    En lisant les visages des personnalités présentes au culte, tout observateur  avisé a constaté la surprise et l’abattement. Les regards hébétés de la majorité de l’assistance rapprochent l’homélie du pasteur David Ekofo au discours de Patrice Lumumba.

    En condamnant l’inexistence d’un réel état  en RDC, l’absence des infrastructures, la pauvreté de la population dans un état potentiellement riche, la confiscation du pouvoir par les étrangers, la tentative de la balkanisation  du pays, ce pasteur a eu le courage de démontrer l’échec du régime de Joseph Kabila. Qui plus est, il a averti les états qui lorgnent sur les portions du territoire congolais que même si la RDC  était momentanément amputée, ses fils finiront par reconquérir  son intégrité. Un avertissement à l’égard des pays voisins et certaines puissances occidentales.

     

     

    Messager


    0 0

    Révérend pasteur Ekofo au pouvoir : « Léguons à nos enfants un pays où l’État existe réellement »

     

    Ce 16 janvier 2018, tout le gratin politique congolais s’est retrouvé dans la cathédrale du Centenaire pour commémorer l’anniversaire de l’assassinat de Laurent-Désiré Kabila. Dans ce jour mémorable, le plus surprenant est la prédication du révérend Pasteur François-David Ekofo.

     

    L’Église protestante autrefois dirigée par l’encombrant Marini Bodo a semble-t-il pris ses distances avec le pouvoir après le départ de son ancien président. Devant l’assistance composée des membres du gouvernement, des parlementaires et des ambassadeurs, le Pasteur Ekofo a parlé sans langue de bois. De sa bouche sortait la vérité que tout Congolais aimerait entendre. Le Monsengwo de l’Église du Christ au Congo a lâché une véritable bombe qui a mis son auditoire mal à l’aise. Il s’est adressé au pouvoir, à l’Occident et aux pays voisins. Dès le début, il annonce les couleurs en reprenant la célèbre phase du Mzee : « Ne jamais trahir le Congo. »

     

    Morceaux choisis de son sermon.

     

    « Le Congo nous appartient. Dieu a donné la gestion du pays aux Congolais, pas aux étrangers. Et c’est devant Dieu que les Congolais rendront compte. Dieu nous a donné beaucoup de richesses. Il nous jugera sur base de ce qu’il nous a donné. »

     

    « Nous devons léguer à nos enfants un pays où l’État existe réellement. Je dis bien réellement. Parce que j’ai l’impression que l’État n’existe pas vraiment. L’État n’existe pas réellement. Il faut renforcer l’autorité de l’État. Nous devons léguer à nos enfants un pays où l’État est réel. Un État responsable, où tout le monde est égal devant la loi. Quand vous devez enfreindre la loi de la République, on vous arrête, on vous juge, on vous condamne comme tout citoyen.»

     

    « Si vous osez prendre une partie du Congo maintenant, nos enfants vont la récupérer les années qui viennent. Alors soyons plutôt des bons voisins. Et ne mettez pas des conflits entre nous. S’ils vous plait nos voisins »

     

    « Quand on parcourt l’Afrique, il y a des routes qui permettent aux gens de circuler librement. Mais c’est seulement en arrivant à la frontière de la RDC qu’on remarque qu’il n’y a pas de routes. Que ce soit du côté nord ou sud, c’est la même chose. Pourtant, la libre circulation des personnes et des biens pourra permettre aux Congolais de se connaître davantage et d’apprendre à cohabiter. La libre circulation permet aussi de consolider l’unité nationale. »

     

    Le révérend Ekofo qui a eu le courage de bousculer la conscience des tenants du pouvoir en ce moment crucial de l’histoire de notre pays, a marqué la ligne nouvelle que vient de prendre l’Église protestante congolaise. Désormais, catholiques et protestants parlent le même langage, sont sur la même longueur d’ondes. La chrétienté congolaise vient de faire son choix, celui d’être aux côtés du peuple qui souffre.

     

    Samuel Malonga


    0 0

    BOZOBA ESALA NGANDO, PAR DIAMANT NGAMBO ET LE COBANTOU

    NGANDO PPRD

     

     

     

     


    0 0
  • 01/19/18--05:40: La photo du jour
  • La photo du jour

     

    De mémoire d’homme, les Congolais n’avaient jamais vu leurs politiciens dans cet état : abasourdis, confus et humiliés à la face du monde. Le peuple grâce au direct de la RTNC, le grand tamtam du PPRD, a été témoin devant l’histoire de la plus grande désillusion que les hommes politiques congolais n’ont jamais connu. Un homme de Dieu, digne de porter le titre de révérend pasteur, leur a fait avaler la plus amère des quinines. La vérité lorsqu’elle est dite avec courage, foi et conviction rabaisse les puissants, anéantit leur arrogance, dévoile leur médiocrité et étale leur faiblesse. Le pasteur Ekofo avait jeté un froid glacial dans les rangs de la kabilie qui venait de passer le plus mauvais moment de son existence. L’arroseur était ce jour-là arrosé. Ou comme dit l’adage, était pris qui croyait prendre. Qui l’eut crû ?

     

    Samuel Malonga


older | 1 | .... | 39 | 40 | (Page 41) | 42 | 43 | .... | 56 | newer